Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Les péchés de "certains" hommes
 Publié le 01/02/08  -  5 commentaires  -  1742 caractères  -  13 lectures    Autres textes du même auteur

Et non : "les péchés certains des hommes"... non mais ! Vous n'êtes pas de ceux-là !


Les péchés de "certains" hommes



Hommes, votre ingénuité native vous encense,
Car jamais elle n’a pu réussir à faire offense
Aux souvenirs métamorphosés et ébouriffants,
de l’existence vécue lorsque vous étiez enfant

Avec innocence vous nous assurez souvent
Que jamais vous n’avez péché, grand Dieu !
Car ce ne peut être de votre faute, assurément
Si étant un homme, vous jouissez d’un non-lieu

Alors passons un peu en revue votre défense,
Concernant votre péché d’orgueil car d’abord
Vous nous rétorquez que c’est déjà en enfance
Que votre mère prétendit que vous étiez un trésor

L’avarice, vous fait bien rire et vous nous dites
Qu’en épargnant longtemps vos propres deniers
Vous pourrez les dépenser, pour nous, ensuite,
En nous offrant tous les robots pour cuisiner !

La luxure, la main sur le cœur vous nous jurez
Que ce n’est pas de votre faute si la demoiselle
Avait tout fait pour vous séduire et vous amener
Par des manœuvres licencieuses à la bagatelle !

L’envie jamais bien entendu ne vous traverse
Quand sur une femme vous vous retournez
Lui décochant une œillade un tantinet perverse
Et qu’effronté sur ses appas vous vous attardez

Quant à votre colère, parfois mauvaise conseillère,
Vous pensez assurément que c’est à cause de nous
Alors que nous connaissons votre caractère si fier,
D’attirer sur nous les regards vous rendant jaloux

Hier encore, rappelez-vous votre habituelle paresse,
Lorsque vous vous absorbiez dans vos mots croisés,
Télé hurlante, vous étiez un œil sur la foule en liesse,
Regardant le match de foot ou de rugby, en débraillé !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   irisyne   
1/2/2008
Après les péchés des femmes, j'attendais ceux de "certains hommes". Bien exprimé. Merci

   Anonyme   
2/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Encore les hommes côté match !!!! Une lecture plaisante car je ne me reconnais absoluement pas dans ce paysage masculin. Ghislain

   calouet   
2/2/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Autant j'avais apprécié ta prose, sur les premiers textes que j'ai lu de toi, autant ce "poème" ne me convainc pas du tout. Je ne vois pas l'intérêt de mettre en vers ce genre de choses, et surtout ça me semble être une suite de clichés, sans surprise ni poésie...

Le forme reste cependant maitrisée, mais désolé je n'accroche pas du tout.

   nico84   
2/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
TITEFEE, beau poéme, avec ta célébre capacité don et de narration et de compteuse MAIS !!!!

Car il y a un mais, le début est étrangement maladroit, surtout ce quatrain :

"Alors passons un peu en revue votre défense,
Concernant votre péché d’orgueil car d’abord
Vous nous rétorquez que c’est déjà en enfance
Que votre mère prétendit que vous étiez un trésor"

Il coupe le rythme, il hache la lecture, aprés c'est beaucoup mieux et sur la fin tu arrives à nous emporter.

Alors je dis bravo pour cette création, bon poéme malgré des maladresses au début.

   Anonyme   
3/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Tiens une remarque intéressante et polémique : ...Je ne vois pas l'intérêt de mettre en vers ce genre de choses...

La poésie n'a aucun intérêt bien sûr, si ce n'est de sublimer nos émotions c'est le langage de la sublimation et loin loin derrière celui de la logique Grammaticale et du sens clair logique (si elle existe)...

Discutons donc de l'interprétation du sentiment et des péchés et de la forme poétique et de la sémantique poétique.

Alors souvent je mettrai ces poésie entre pamphlet et analyse philosophique... Pourtant ce sont bien les mots du poète ici.

Le texte n'est pas l'auteur et l'auteur n'est pas texte ? Difficile de faire une poésie "sublimante" avec des thèmes philosophiques ou religieux par trop précis dans leur énoncé : ce serait ma remarque principale ==> je l'aurai fait en prose !


Oniris Copyright © 2007-2019