Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Lorsqu'on ferme les paupières
 Publié le 07/08/07  -  3 commentaires  -  939 caractères  -  53 lectures    Autres textes du même auteur

Hommage à ma fille qui nous donna tant de courage lorsque la nuit noya ses yeux.


Lorsqu'on ferme les paupières



Lorsque l’on ferme les paupières
On regarde avec les yeux du cœur
Et l’on reconstitue toutes les couleurs
En inventant alors une autre lumière,
Disait Fabienne quand elle ne vit plus.

Tu sais on a en soi la force nécessaire
Pour ne jamais se démettre entends-tu ?
Tu sais je n’ai pas acquis d’autres vertus
Que celles de la patience d’exister encore
Dans cette nuit infinie qui n’est pas l’ombre.

Maman, j’avais hier des impatiences vaines
Mais gardé en moi des joies sans nombre
Maintenant vois, ma vie je la vis au ralenti
Mais je la trouve tellement plus pleine
Depuis que le jour pour moi est parti.

J’apprends tous les jours la voix du vent
Le bruit tout doux du baiser de mon enfant
Et ton pas qui passe près de moi en silence
Pour voir si je n’ai besoin de rien d’avance
Et à ton parfum je sais que tu es amour.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   strega   
23/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Et bien, voilà là une belle leçon d'amour, de force, de courage, d'espoir finalement.

Si la forme est peut-être un peu à revoir, pour certaine tournures de phrases, ou autres identification de qui est qui, le fond reste touchant.

De fait, la forme perd de son importance et on se laisse porter par le sens et les mots.

Bravo TITEFEE pour autant d'humanisme, réalisme et sobriété.

   ANCELLY   
27/10/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
C'est plein de bons sentiments, mais sur un ton mièvre et bien convenu. On n'apprend rien là, de bien nouveau.
Quant à la forme ? Trop d'irrégulaités et de ruptures de rythme.

   Anonyme   
27/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Votre texte, m'a fait revenir en mémoire cette phrase "“On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.”

Il est dit des choses très justes dans ce texte, qui peuvent paraître l'évidence même, je me suis demandée souvent quelle serait ma vie, si du jour au lendemain, je ne voyais plus, j'ai une très mauvaise vue, mes lunette sont comme on dit "des culs de bouteille", c'est sans doute pour cela que ce texte m'est très parlante.

Vous expliquez votre nouvelle vie avec sérénité, et je pense qu'il n'y a pas d'autre choix, que l'acceptation de ce fait pour mieux l'apprivoiser et aller de l'avant.

Je me suis plus attachée au fond, qui me semble plus important que la forme, ce poème dans l'ensemble est fluide, la lecture, la compréhension en est aisée. De plus c'est un texte qui ne manque pas d'intérêt.


Oniris Copyright © 2007-2019