Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Roses effeuillées
 Publié le 25/06/08  -  2 commentaires  -  762 caractères  -  113 lectures    Autres textes du même auteur

Tout un bouquet... depuis le bouton jusqu'aux pétales qui se fanent...


Roses effeuillées



La pâleur livide de pétales blancs immaculés
Laisse deviner l’écrin nacré tel un coquillage
Mais cette rose virginale qui va bientôt saigner
Au crépuscule céruléen de la nuit du mariage
Gardera encore au matin son exquise vesprée

Cœur intense d'un rouge cramoisi ardent
Deux pétales s'ouvrent et s'abandonnent.
Les autres les suivent et en s'épanouissant
Le bouton en robe de mousseline se donne
Pour que vive et meure la fragile rose sang

Cet apyre amour qui pourtant un jour se lasse
Se retrouve alors flétri entre les pages jaunies
D’un journal intime qui seul en garde la trace
Et de la rose ténébreuse aux parfums évanouis
Ne subsistent que les débris de l’ancienne vie


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
25/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'ai retrouvé pas mal d'émotion et puis une certaine description avec l'image de cette rose utilisée comme un marque page dans ce journal intime , donc jusque là j'apprécie beaucoup. Par contre là ou j'ai eu du mal dans ma lecture c'est sur la complexité des vers à cause de ce vocabulaire très relevé. C'est vrai que cela donne une forte émotion mais on perd un peu quelque chose de concret voilà ce qui m'a gêné dans ce poème.

   Anonyme   
28/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La difficulté voilà la récompense de l'effort !
Le concret tue, le format emprisonne l'emotion ?

Comme j'en ai assez des poesies larmoyantes, concretes et réalistes... j'adore celle-ci !


Oniris Copyright © 2007-2020