Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
troupi :  Au feu de camp
 Publié le 02/10/13  -  10 commentaires  -  1090 caractères  -  239 lectures    Autres textes du même auteur

Le soir au campement, juste une toile de tente et un feu qu'il faut entretenir toute la nuit, pour tenir à distance les fauves qui n'hésitent pas à s'approcher attirés par les odeurs et notre présence insolite pour eux. 


Au feu de camp



J'aime au soir le soleil quand il meurt sur les dunes,
S'abandonnant au sable
Qui boira lentement sa lumière.
L'obscurité étend de silencieux soupirs
Sur la nuit du désert, juste avant son sommeil.
Éclaboussée d'étoiles elle frissonne d'ombres ;
Fantômes qui louvoient au travers des arbres desséchés.
Leurs grands yeux affamés ont des idées de proies
Chaudes et frémissantes de leur sang enivrant.

Le faisceau de ma lampe réveille leurs iris ;
Vertes pupilles rondes, grandies d'étonnement.
Très vite les regards se dérobent ; se sachant épiés.
Quelques cris plaintifs fusent comme autant de questions.

Les sombres hyènes cherchent leur prochain repas,
Et leur hésitation peut durer une nuit.
La crainte du danger les tiendra à distance.
Le feu notre allié brûlera – sentinelle –
Sans discontinuer et nous pourrons dormir
À l'abri de la toile – ce rempart dérisoire
Mais pourtant suffisant – d'un sommeil éthéré
Qui entendra les voix sauvages de la nuit africaine.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Robot   
14/9/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Belle évocation d'une Afrique que personnellement je ne connais pas. Beaucoup (une majorité) d'alexandrins dans ce poème dont les ruptures sont souvent placées à l'intérieur des vers. Ce qui le rythme agréablement. On sent à la fois le calme du camp et l'agitation discrète de la nuit. Un doute: Je croyais les hyènes charognardes, ce qui me semble en contradiction avec des proies chaudes et frémissantes. Mais ce n'est qu'un détail.

   leni   
2/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
BonjourTroupi
une jolie description d'un ambiance que je ne connais pas mais qui m'a séduit par sa simplicité Il y a comme à l'accoutumée de belles images dans ton poème...Leurs grands yeux...proies...le ce rempart dérisoire..feu sentinelle...beaucoup de vers sont joliment sonores
on peut difficilement dire plus simplement dans ce cas je pense toujours à cette phrase de Daudet:monsieur Seghin n'a jamais eu
de chance avec se chèvres on ne peut plus simple Ton texte est est un peu plus long et c'est très bien Merci Troupi Salut Cordial à Toi Leni

   Pimpette   
2/10/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
Avec'les lionnes' et "Les déserts" tu continues avec un beau talent une évocation de cette Afrique dont nous rêvons sans la connaître.

je dis évocation car les poèmes strictement descriptifs m'ennuient souvent et que là, tes mots enchantent et parlent au coeur:

On passe cette nuit avec toi autour du feu et c'est inoubliable

   Arielle   
2/10/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Je continue avec bonheur cette virée africaine en ta compagnie, Troupi. Quand je t'aurai avoué qu'un de mes films préférés est "Out of Africa" tu comprendras combien je peux frémir à ces évocations dont tu nous combles.

Pourtant, ici, comme souvent dans tes textes, trop de détails tuent le mystère. Il y a dans cette nuit africaine des évidences dont tu aurais pu te passer en faisant confiance à l'imagination de tes lecteurs.
Par exemple pourquoi préciser que l'obscurité de la nuit s'étend "juste avant son sommeil"
"les idées de proies" sont-elles plus impressionnantes d'être définies comme chaudes et frémissantes ?
Le rempart de la toile est dérisoire, certes, mais qu'il soit suffisant me semble impliqué par tout ce qui précède, il ne me parait pas nécessaire de le souligner.
Enfin, les voix de la nuit africaine sont indubitablement" sauvages" et cet adjectif alourdit le dernier vers sans nous apprendre grand chose.
Si je me permets ainsi d'insister sur des détails qui ont gêné ma lecture, Troupi, c'est parce que j'aime particulièrement tes textes et l'ambiance que tu leur donnes. Il suffirait d'un peu plus de concision, à mon avis, pour les rendre parfaits. Mais ce n'est, bien sûr, qu'un avis parmi d'autres !

   PIZZICATO   
2/10/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Joli tableau poétique d'une nuit africaine, sans emphase, dont les images bien choisies laissent notre imagination le matérialiser.
J'aime bien, entre autres, "ce rempart dérisoire mais pourtant suffisant" .

   ikran   
2/10/2013
Je ne connaissais pas les nuits africaines mais vos images et votre musique m'ont permis d'y goûter sans avoir à acheter un ticket chez Ryanair.

Parce que l'expérience vivante est aussi très forte entre les mots, et entre les vôtres.

   fugu   
2/10/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Simple et nature.
C'est ce que je retiens de ce sympathique petit poème qui de par sa manière claire de dire, permet au lecteur d'imaginer aisément la scène.
J'aime notamment ce passage pour son approche de la menace :
"Éclaboussée d'étoiles elle frissonne d'ombres ;
Fantômes qui louvoient au travers des arbres desséchés.
Leurs grands yeux affamés ont des idées de proies"

Juste un bémol en ce qui concerne : "se sachant épiés", j'aurai mieux vu - se sachant repérés - dans la mesure où ce sont ces regards qui guettaient dans l'obscurité.
Enfin si j'ai bien compris.

Bref, j'aime en général la poésie de voyage et ce poème me convient dans son ensemble.

   Alexandre   
2/10/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir troupi. J'ai couru l'Afrique durant une dizaine d'années mais, je l'avoue humblement, sans jamais coucher sous la toile de tente car je trouvais toujours au cours de mes virées professionnelles une " case de passage" prête à m'accueillir... Ce n'était bien sûr pas le désert mais la brousse où... l'animal le plus dangereux pour l'homme reste malgré tout le moustique... surtout la nuit !
Vous savez certainement que la hyène ne représente pas vraiment un péril pour les bipèdes que nous sommes... Elle se nourrit plus spécialement des charognes qui trainent après le repas des grands fauves. Cela dit il émane de votre poème un parfum Nuit d'Afrique qui a ravivé chez moi une nostalgie certaine et je vous en remercie...

   HELLIAN   
3/10/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
On dirait que ce poème a été écrit en trois temps La première strophe est carrément inspirée, riche de belles et fortes images comme ce soleil qui meurt sur les dunes et le sable qui boit sa lumière.
Ensuite nous avons deux strophes qui n"on plus rien à voir sur un registre et un ton de de prose dénué de cette fièvre métaphorique qui constituait l’Essentiel de la première partie. Il s’ensuit une rupture de ton et d'harmonie qui nuit un peu à la cohérence du tout. Je lis et relis le troisiéme strophe et je me crois dans un journal de voyage.Le problème est que les deux textes me plaisent bien mais dissociés. Vraiment, Troupi, je crois qu'il vous faut choisir entre le quasi lyrisme de la première partie et le prosaïsme de la seconde.

Après avoir publié mon commentaire, je relis celui d' Arielle et je me dis "Ah oui " sois plus concis, dis moins et tu diras plus. Je me suis longtemps livré à cet exercice, après avoir écrit un poème, d'en fusiller une bonne moitié. Sur le coup, ça fait bizarre, parce que ce que tu a écrit, tu le crois essentiel, mais tu reprends le truc deux ou trois jours après et tu t'aperçois que tu a gagné en densité. J'avais un copain, "rédac chef" d'un journal régional auquel j'adressais des articles et qui à chaque fois me les renvoyais avec une mention du genre "ton article fait 20 lignes, je ne t'en ai réservé que 12. A chaque fois j'arrivais à calibrer mon propos et ça le faisait hachement mieux.

Bien cordialement.

   motscoeur   
16/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y a du primitif dans ton texte, qui nous rend attentif à la primale adversité de la nuit...

En prime il est bien mené!


Oniris Copyright © 2007-2018