Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
unpietrebabouin : Lettre ouverte
 Publié le 03/08/10  -  6 commentaires  -  3090 caractères  -  108 lectures    Autres textes du même auteur

Lettre ouverte.


Lettre ouverte



Je suis mal né pour comprendre le soleil.
Et voici que le soleil a pris rang.
Voici que le soleil, voici que le soleil, voici que le soleil a pris rang. Il monte sur les marches d’ivoire ou d’os brisés,
et dans ses deux paumes écarlates que l’on fend,
il s’avance lentement dans les dédales d’une humanité.
Elle est repue. Et ces hommes écrivent. Et ils chantent :
« Voici que le soleil a pris rang, voici que le soleil a pris rang, voici que le soleil a pris rang.
Il a le teint haut, la gorge claire, des yeux charbon.
En bas, moi. Je fais jouer les tréfonds. Des traces de toi dans le cendrier.
Mâchoire d'airain. Petit couguar. Saurais-tu résoudre cette équation ?
À Babylone, le soleil, ou à Sion.
À Babylone, le soleil, ou à Sion.
Babylone. »

Voilà un homme nu qui brandit une croix de fer, une gigantesque croix que l’on oint de salive. On la revêt d’écus, de regards, on la râpe et on la fixe lentement, on l'imite, on s'y suspend. C'est un vieillard coiffé du visage de l'étranglement.
Sa bouche est un cratère, où l'on fait s'écraser le soleil.
Il a une langue. Feu, mi-longue, mi-dieu, couverte d'écailles, de vieux rires dans des coffres, de vieux mots dans des têtes. Pourquoi dans les têtes ?
Vous n’avez plus de têtes.
Il a une langue dure saupoudrée de citron.
Il a langue où l’on peut souffler, pour que s’en détache les peaux mortes.
Et son sourire appelle ce qui est boursouflé.
Et je me répète : il a monté son char, et il s’avance, voilà que le soleil a pris rang.

Tandis que le ciel tourne, lentement, une longue barre métallique le fend ; et une longue profusion de cheveux roux, une longue profusion d'orbites calcinées, surchargées de feu et de nuages. Une longue profusion de merde s’étend, de la terre à la lune, qui en gémit, et s’en va gémissant.
Vienne le soleil.

J’ai déchiré ses yeux ; et son sommeil. Et l’hymen et la terre et le sel. Et elle pleurait comme un ruisseau. Et elle se fanait comme on dit que la jeunesse se fane. Et si elle tombe aux épaules,
il ne lui reste plus que la salive de copeau, et d’écaille,
et de miel et de ciel et de silence enfin.
Alors je l’ai fait crier dans ces cratères immenses,
entre deux fers à cheval, où le sourire rouge d'un carcan,
lisse et pelé, se tait en sonnailles,
et silence aux soucis, et goûte, et sourit,
comme une immense balafre de sang.

Je t'en prie : oublie ce que j'ai dit.
Je t’aimerai six fois. Et l’Un ajoutera un sept au soleil,
et on dansera. On ira sous un ciel de lauzes, entre ces hommes de cartes postales. On ira, on ira sous les greniers, les charpentes, entre le bois et la paille, se couvrir de nielles, là où nous mèneront les lignes de mains. Ces mains sont des cours qu’à ton imagination j’ai tracés. Tu es la chanson dont je chanterai le refrain,
et sous les notes on pourra s’embrasser.
Six, sept, sept cent fois.
Et déposer des bruyères à tes cernes. Et te contempler. Et t’aimer.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lunastrelle   
18/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ouf... Bon, il faut quand même que je me pose, ça fait plusieurs fois que je lis ce texte, et que je suis autant perplexe qu'émerveillée par ce qu'il dégage... Je cherche parfois un sens à ce qui est écrit, afin de mieux comprendre le message véhiculé derrière... Mais j'ai aussi envie de me laisser simplement porter...

Cependant, je crois que ce texte peut encore être amélioré, par certains côtés, c'est pas bien méchant: par exemple, au niveau de la ponctuation parfois ça ne colle pas, surtout au rythme et à l'intention. Je me retrouve bloquée, je vais donner des exemples:

"Mâchoire d'airain. Petit cougar. Saurait-tu résoudre cette équation ?"

Je ne sais si les points ici sont pertinents. Est-ce l'intention de l'auteur de séparer ces trois morceaux de phrase, de les rendre indépendantes? Auquel cas, il serait plus juste de revenir à la ligne, bref de faire autrement.

"Il a une langue. Feu, mi longue, mi dieu, couvertes d'écailles, de vieux rires dans des coffres, de vieux mots dans des têtes."

Je me retrouve devant un problème de liaison entre les différents morceaux de la phrase. C'est trop haché à mon sens.

"Tandis que le ciel tourne, lentement, une longue barre métallique le fend"

Problème avec le "lentement", qui se retrouve entre les deux. Cela casse le rythme ici.

Ensuite, je me retrouve quand même face à des lourdeurs parfois dans le récit, comme les "et" à un passage, il y en a trop. C'est dans la dernière partie du texte. Ou les "on" aussi. Je ne dis pas qu'il n'en faut pas, y en a juste un tout petit peu trop. Donc à mon sens ça peut encore être mieux.

Enfin, il y a certains passages où la réflexion pour moi devrait être allégée, où je me pose des questions quant à ce qui doit être décrypté:

"Voilà un homme nu qui brandit une croix de fer, une gigantesque croit que l’on oint de salive. On la revêt d’écus, de regards, on la rappe et on la fixe lentement, on l'imite, on s'y suspend. C'est un vieillard coiffé du visage de l'étranglement.
Sa bouche est un cratère, où l'on fait s'écraser le soleil.
Il a une langue. Feu, mi longue, mi dieu, couvertes d'écailles, de vieux rires dans des coffres, de vieux mots dans des têtes. Pourquoi dans les têtes ?
Vous n’avez plus de têtes.
Il a une langue dure saupoudrée de citron.
Il a langue où l’on peut souffler, pour que s’en détache les peaux mortes.
Et son sourire appelle ce qui est boursouflé.
Et je me répète : il a monté son char, et il s’avance, voilà que le soleil a pris rang."

En fait, en tant qu'historienne j'ai tendance à y voir pas mal de références, la première partie me fait penser à Jésus sur la croix, sur le martyr en général, puis la vision qu'en a fait l'Eglise. Puis vers la fin, je me retrouve devant un cliché de la seconde guerre mondiale, avec Hitler. Mais à mon avis, je pense que je me fourvoie complètement, ou alors ce n'est qu'une interprétation annexe.


Je n'ai pris que cette partie du texte pour m'expliquer, mais le reste contient aussi des questions non résolues. N'empêche que c'est quand même un bon texte, que j'ai apprécié.

   Maëlle   
23/7/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je trouve ça superbe, à la fois tendre et barbare. J'ai eu un moment de flou en début de lecture, parce que la mise en page ne rappelle pas la prose. Bon, avec ma maigre culture poétique, je crois que finalement ça peut en être.

J'ai beaucoup la répétition de "le soleil a pris rang". Un grand texte, pour moi.

   bulle   
3/8/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce texte m'a renvoyée chez Artaud par "Le soleil a pris rang", et l'atmosphère de double guerre, de quête, mais aussi en symbolique...

Ces lignes sont très fortes non seulement dans leurs mouvements mais dans les sens qui s'épanchent sur les mots...

Un très beau moment pour ce qui me concerne.

   Arielle   
3/8/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Je trouve assez fascinante cette espèce de cérémonie barbare qui semble se dérouler à l'échelle de l'histoire humaine avec ses litanies, ses sacrifices, ses nombres magiques et s'achève dans l'intimité d'un couple.
J'ai pris plaisir à laisser tourbillonner les images et les émotions sans espérer en décrypter le sens.
Une ivresse passagère, agréable certes, mais dont je ne retiendrai pas grand chose en définitive parce que l'auteur me laisse à l'extérieur, ne se soucie pas d'offrir des clés à son lecteur. C'est son droit mais c'est aussi le mien de me sentir frustrée.

   Anonyme   
6/8/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
vraiment je n'ai rien à dire au niveau du rythme. la ponctuation ici démontre le ton de l'auteur, je trouve qu'elle donne un certain rythme à l'histoire et l'on entends véritablement comme une parole, elle offre un coté conteur assez charismatique.

et l'univers atypique, on est en plein adoration, et des images de toutes beautés qui font la force de ce poème

"voici que le soleil a pris rang. Il monte sur les marches d’ivoire ou d’os brisés,"

"C'est un vieillard coiffé du visage de l'étranglement."

"J’ai déchiré ses yeux ; et son sommeil. Et l’hymen et la terre et le sel. Et elle pleurait comme un ruisseau. Et elle se fanait comme on dit que la jeunesse se fane"

et d'autres encore...
j'ai apprécié ma lecture...vibrant.

   framato   
7/8/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Il y a quelque chose de très fort dans ce texte, aucun doute, de martelant, insinuant aussi... des images qui s'échappent les unes des autres, un prêche démentiel.

J'ai un énorme malaise à cette lecture qui va partout, sans queue ni tête, comme un prêche, mêlant le paillard aux symboles sacrés, mêlant un peu trop tout à tout, sans que l'on aie l'impression de savoir où aller.

Je n'aime pas du tout l'opposition de Babylone et de Sion (je ne pense pas qu'il soit ici fait référence à la ville suisse), je n'aime pas le visage de l'étranglement. Je n'aime pas et mon ventre se noue à la lecture, donc c'est un texte fort ! Dont je déteste les émotions qu'il fait naître en moi.

Pas mal de maladresses aussi, une grande impression de premier jet... comme par exemple ici :

"Et je me répète : il a monté son char, et il s’avance, voilà que le soleil a pris rang." une seule partie de la proposition est répétée, c'est une astuce de prosélytisme, et je crois bien que c'est ça qui me gène dans ce texte, dont il me reste une grande impression de malaise... (mais dans le mauvais sens du terme, je ne sais pas vraiment pourquoi ni comment l'expliquer, mais je dirais qu'il y a trop d'images qui me font penser à un viol)


Oniris Copyright © 2007-2019