Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Vilmon : Le cycle de l'eau
 Publié le 18/06/24  -  2 commentaires  -  1033 caractères  -  73 lectures    Autres textes du même auteur

Symphonie de phonèmes dédiée à ceux qui tiquent et qui détestent tous ces sons semblables.


Le cycle de l'eau



Le soleil s’enrubanne de sombres grisailles qui s’entassent et s’accentuent.

Les stratus s’assemblent, le dissimulent et l’estompent sous leur obscure opacité. L’ambiance se noircit sous ce ciel pessimiste et funeste qui annonce une maussade précipitation sous peu. Les soucis célestes semblent se déverser vers le sol sous une douce averse.

L'eau de pluie s'écoule dans les rigoles d'un roucoulement liquide et longe la lande. Plusieurs s'agglutinent pour s'accumuler au flot d'un fleuve qui, dans un delta, s'allie à l'océan dont le roulement de sa houle s’allonge sur la plage.

À la fin de ces flots du firmament, le ciel se fait diaphane, le phénix de feu se raffermit. Au faîte des conifères de la forêt s'élèvent des fumerolles. Des fumées de vapeur aux formes frêles, comme des fantômes ou des fées s'enfuyant de la flore pour confluer et se confondre à leurs confrères en formation dans l'atmosphère.

Et le soleil s’enrubanne de sombres grisailles qui s’entassent et s’accentuent.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Polza   
4/6/2024
trouve l'écriture
très aboutie
et
aime beaucoup
Bonjour,

Je n’ai personnellement pas tiqué ni détesté ces sons semblables, bien au contraire.
J’ai adoré ces sssssss et ces rrrrr et encore ces lllllll ou ces ffffff…

Mais je n’ai pas trouvé que cela faisait exercice, toutes ces sonorités s’intègrent parfaitement au récit. Pour un cycle, l’anaplodiplose est de circonstance, c’est bien trouvé.

Je ne suis pas expert en cycle de l’eau, mais je sais qu’il est possible de provoquer des précipitations avec la technique qui consiste à ensemencer les nuages et peut-être une deuxième technique, il me semble. Vous n’avez pas eu besoin de tout cela pour provoquer en moi un enchantement de lecture, il pleut sur moi de votre poésie !

Polza en EL

   papipoete   
18/6/2024
trouve l'écriture
convenable
et
aime bien
bonjour Vilmon
" le cycle de l'eau " celui qui fait tomber la pluie sur terre, avant de se perdre en mer... est bien mal venu en ces temps, où le ciel ne nous épargne guère ! à se demander si ce cycle justement, se fait réellement ?
NB votre tableau se lit sans effort, et l'on suit les pérégrinations du nuage, le ruisseau qui naît et enfle jusqu'au delta, et ainsi de suite jusqu'à faire le bonheur d'un arrosage agricole, le malheur d'un arrosage au Crémant !
" à la fin de ces flots du firmament... " a ma préférence, mais l'ensemble pour moi m'apparait quelque peu léger.


Oniris Copyright © 2007-2023