Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Virou64 : Soir d'automne
 Publié le 05/11/21  -  9 commentaires  -  1377 caractères  -  182 lectures    Autres textes du même auteur


Soir d'automne



Un soleil pâlichon s'échine à transpercer
Les voiles vaporeux qui flottent sous les cieux.
Dans le soir automnal, il darde ses rayons
Peinant à éclairer l'espace déserté.

La montagne bleuie au loin dans l'orient
Découpe l'horizon de ses dents acérées.
Le maïs ramassé, la plaine semble immense,
Plus rien n'arrête l'œil, ni bosquet, ni culture.

Les rayons adoucis gomment les reliefs,
Estompent les couleurs, les monts et les collines.
Comme au cœur de l'été quand l'heure la plus chaude
Fait régner dans les airs une douce hébétude.

Surgi de nulle part, un grand vol de ramiers
S'abat sur la chênaie, au fond de l'Arribère.*
Les rameaux dégarnis se couvrent d'oiseaux bleus
Aux ventres arrondis telles poules perchées.

Dans un immense champ, silhouettes graciles,
Un couple de chevreuils et sa progéniture
Dansent, aériens, grisés de tant d'espace,
Figés subitement au moindre craquement.

La nuit, sans avertir, s'immisce dans la scène,
Et le brouillard s'invite en nappes ondoyantes.
Au loin, dans le hameau, des cheminées fumantes
Annoncent des matins qui feront frissonner.


* Arribère : De « ribe », bord d’un cours d’eau. Par extension l’arribère désigne toute la plaine alluviale d’une rivière.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lebarde   
24/10/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est l'automne et donc un poème de saison mais sans grande originalité.
Le propos a du mal à s'élever dans les deux premières strophes.
Il devient plus plaisant ensuite et la dernière strophe, pleine de douceur et de poésie me convient bien.

En contemporain on ne regarde pas trop les rimes que vous avez superbement ignorées.
Dommage.

Par contre le rythme est remarquable avec des dodécasyllabes qui ressemblent presque toujours à des alexandrins.

Je ne sais pas trop comment apprécier.
De belles images, quelques beaux vers mais j'ai une réticence .....l'absence de rimes peut être.

En EL

Lebarde indécis et perplexe.

   socque   
27/10/2021
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien l'originalité de la forme : alexandrins à la scansion classique, absence de rimes. Je trouve que cela donne un balancement souple, intéressant, adapté au sujet. Deux remarques à propos de cette forme.
1) Les rayons adoucis gomment les reliefs,
J'ai des doutes sur la diérèse à "reliefs" à laquelle on doit s'astreindre pour avoir douze syllabes. La scansion classique du vers l'impose peut-être (flemme de vérifier), quoi qu'il en soit elle m'apparaît artificielle et a brièvement fait trébucher ma lecture.
2) Dans le dernier quatrain, la rime ondoyantes/fumantes est fort dommageable à mon avis. Elle viole de manière très visible votre parti pris de ne pas rimer et je l'estime en plus banale (deux participes présents employés comme adjectifs, attendus dans le contexte ; des cheminées fumantes en automne, sans dèc ?).

Sinon, selon moi l'ensemble "coule" bien, mais j'ai cru relever quelques facilités d'expression qui me donnent à penser que votre poème gagnerait à un polissage final :
- des clichés (voiles vaporeux, soir automnal, rayons qu'on darde par exemple, ça attaque fort dès le premier quatrain !) ;
- au moins une cheville avec le grand vol de ramiers, l'adjectif me semble franchement n'avoir pour utilité que la syllabe qu'il apporte ;
- répétition de "immense", je trouve qu'elle se voit.

Je suis au bord de la saturation côté abondance d'adjectifs, mais je crois que je les remarque défavorablement davantage parce qu'ils me semblent convenus pour le sujet qu'à cause de leur nombre brut.

Des bonheurs d'expression aussi à mon avis : les chevreuils, les oiseaux au ventre rond, des notations que je trouve justes. Pour revenir à ma première remarque, c'est vraiment une bonne idée que de ne pas avoir fait rimer votre poème, je crois que cela l'allège fort.

   Marite   
5/11/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très souvent déçue par les poèmes dits "contemporains" celui-ci a déroulé, au fil des vers, un superbe spectacle d'automne. Les alexandrins se prêtent admirablement à la description de ce soir automnal. L'absence de rimes ne gêne en rien l'expression poétique. Les images se succèdent sous nos yeux : le soleil ... la montagne ... les rayons ... puis la faune emplit harmonieusement le paysage.
Merci pour m'avoir réconciliée avec le genre poétique contemporain.

   Miguel   
5/11/2021
 a aimé ce texte 
Bien
De belles images, une atmosphère à la fois paisible et mélancolique très caractéristique de l'automne. De beaux vers mélodieux, aussi. Mais à mon sens, pure subjectivité, quand la rime manque à l'alexandrin il est comme amputé ; je sais que les plus grands contemporains, comme Bonnefoy, l'ont beaucoup pratiqué, mais ça ne fait rien, il manque quelque chose à ma lecture, à mon plaisir. À tout prendre, j'aime mieux le vers libre ou la prose poétique.

   Corto   
5/11/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Grâce à ce poème nous voici mis en position d'observateurs d'une nature vivant à son rythme.
L'humain immergé est presque intrus dans ce tableau. D'ailleurs il n'exprime pas ses ressentis, il observe, constate, compare. C'est ce qui me manque pour "participer" pleinement.

Le tableau n'en reste pas moins très bien observé et je relève ce beau passage:
"Le maïs ramassé, la plaine semble immense,
Plus rien n'arrête l'œil, ni bosquet, ni culture."

La présence des "oiseaux bleus" comme celle de ce " couple de chevreuils et sa progéniture" appelle un vécu évident pour ceux qui fréquentent volontiers ces lieux.

Un beau moment de lecture et d'évocations.

   papipoete   
5/11/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Virou64
Si j'étais membre du comité de sélection, je dirais de ce texte, qu'il parait trop descriptif ainsi qu'un dépliant touristique... mais je ne suis que " écriveur " et ces lignes me plaisent, avec des phrases où rien ne manque pour leur construction, avec ce petit je ne sais quoi, qui rend le prosaïque joli comme un livre d'images.
Entre les couleurs d'automne si douces au regard, les voiles vaporeux au ciel ou montant des terres humides, nous allons l'amble dans ce film au scénario reposant.
NB si ma petite-fille avait encore l'âge de dessiner, nous prendrions tous-deux, votre poème comme trame sur notre feuille en filigrane... mais Ninon a 16 ans et d'autres chats à fouetter maintenant !
le dernier quatrain est duvet de coton, où l'on se love avec délice, et songe " un beau poème assurément ! "
vos vers me semblent ne pas tous chausser la même pointure, et les rimes n'alternent pas régulièrement " masculine et féminine " ( ce qui n'ôte rien à la qualité de cet album illustré ! )

   zoug   
5/11/2021
 a aimé ce texte 
Bien
le poème tourne au commentaire en voix off d'un documentaire, comme on peut voir sur Arte.Les mots sont là, quelques bonnes tournures,mais voilà à part un couple de chevreuil, ça ne vit pas...

   Doute   
5/11/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Un poème bien écrit avec de belles images, cependant je l'ai trouvé un peu trop... descriptif. On pourrait voir un tableau unique décrit par le poème mais non, j'ai l'impression de voir plusieurs images, décrites très joliment, et ces descriptions poétiques mises bout à bout donnent ce poème. Peut-être suis-je la seule à ressentir cela, mais les strophes n'ont pas l'air reliées, comme si aucun fil directeur ne conduisait ce poème hormis une description d'un soir d'automne.
Ce qui est du coup un peu dommage car (pour moi) la poésie est bel et bien présente.

Moi qui craignait que l'absence de rime ne me dérange, finalement je n'ai pas été freinée dans ma lecture.

J'apprécie particulièrement la dernière strophe, elle me semble la plus "automnale" et elle finit bien le poème.

   inconnu1   
7/11/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Personnellement, je suis agréablement surpris par le fait de ne pas avoir été gêné par l'absence de rimes. Cela ne gêne pas la musicalité produite par les alexandrins.

Par contre, certaines imprécisions me dérangent plus. Le vers de 11 pieds (relief se lisant en synérèse) d'après le littré, mais aussi le manque d'article à "telles poules perchées".

Bien à vous


Oniris Copyright © 2007-2020