Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
wancyrs : Un jour peut-être...
 Publié le 23/09/09  -  9 commentaires  -  1927 caractères  -  179 lectures    Autres textes du même auteur

Puissent nos rêves se réaliser, un jour peut-être...


Un jour peut-être...



nos yeux daltoniens
altèrent l’éclat
des quiproquos.

nos oreilles assourdies
éludent l’écho
des gémissements carcéraux.

nos lèvres voilées
filtrent le tempo
des propos haineux…

puis,

les visages niais
sourient aux
élucubrations espiègles.

les pensées estomaquées
s’enlisent dans
le bogue de l’allégresse.

les âmes aigres
brisent les murs
de pénitenciers charnels…

alors,

le sang de martyr dans
le calice de la paix
se boit

tandis que

les fantômes antagonistes
fument le calumet.


les armes enflammées
brûlent
sous l’œil goguenard
des écolos paranoïaques.


l’amour déclame
le doute déchante
le gouffre décale…


et au-delà

du blasphème aryen
l’abysse des ségrégations
devient caniveau…

un jour peut-être…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   jaimme   
23/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'ai beaucoup aimé.
Une seule petite restriction, la musicalité trop absente.
Mais le fond, la forme. Surtout le fond, me plaît.

Et en plus j'ai trouvé que le poème se prête à une double lecture: racisme, bien sûr, mais aussi, pourquoi pas à l'histoire d'un couple mixte.
("écolos paranoïaques?", pourquoi, je n'ai pas bien compris?)
Merci!

   Anonyme   
23/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Un cri. Un propos assez convaincant. Je trouve certains passages un peu confus, je ne suis pas sûr d'avoir réellement saisi le sens des trois avant-derniers vers par exemple. Ou alors partiellement. Je n'ai pas non plus capté ce que les écolos venaient faire là-dedans.
Un peu décontenancé par les "yeux daltoniens" du début j'ai par la suite bien adhéré à ce poème fort.

   Anonyme   
23/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Salut wancyrs ! J'ai quand même dû m'y prendre à plusieurs fois pour tenter de percer certains passages, les écolos entre autres, ainsi que le dernier tercet ! j'en arrive à la conclusion que d'abysses en caniveau, on a un peu progressé, mais cela c'est ton avis, pas le mien ! Un jour peut-être ? Non, jamais ! Tant qu'il y aura deux hommes sur terre, ils trouveront une raison de s'entredéchirer pour les motifs que nous savons... Je crois que c'est ainsi que ça se passera mais ça n'empêche pas de rêver... Un jour peut-être !
Cela dit, je te rejoins sur le fond de ce poème... Amicalement. Alex

   Anonyme   
23/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Merde j'ai cru voir une pub pour benetton...merci pour ce beau moment haut en couleurs et acoloré en même temps, comme les choses devraient l'être si le monde était ce qu'il devait...

Merci, wancyrs. C'est bien écrit, avec des images qui claquent, des mots justes, des mots durs, des mots beaux... bref, merci encore et au plaisir de te relire.

   Anonyme   
23/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un seul mot : il est réjouissant de voir des auteurs s'engager poétiquement et avec talent...

Pour avoir lu le poème sans mise en page, en à plat, je sais combien, parfois la mise en page éclaire les mots... les mots ici ne sont pas parfaits, mais ils viennent des tripes et parfois ça fait aussi du bien de lire des petites choses qui vous disent que non la poésie c'est pas que parler d'un monde parfait et qui se regarde le nombril (le nombril de ses propres sentiments). Alors rien que pour ce rappel (et appel à notre conscience humaine), Wancrys, merci !

   Chene   
24/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le sujet du poème est un thème ardu, bien souvent rabattu et médiatisé sur nos écrans. Il est moins fréquent que la poésie fasse état d'un tel engagement du poète vers un monde plus humain, sans "ségrégations", sans "martyrs"...

J'apprécie l'engagement et le ton.

Chene

   widjet   
24/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Agréablement surpris par ce petit texte, ce coup de gueule (étouffé) pour briser certains silences trop pesants.
J'ai pas tout pigé, mais certains passages sont plutôt bien imagés. Bah moi j'aime assez la pettie crotte de nez envoyée à la face des écolos !

Bonne surprise donc

W

   Mr-Barnabooth   
28/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème que je trouve un peu fumeux, ce qui n'est pas forcément un inconvénient.
Il peut y avoir plusieurs interprétations. Le racisme ? Il semble que c'est le sujet traité.

J'y lis une complainte à plusieurs étages qui monte en un cri et qui descend en un soupir.

La construction est intéressante et on y lit de très beaux jougs de plume.

Amitiés de Mr B.

   Marquisard   
28/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Hmmmm.. non, je n'ai pas aimé, il y a quelque chose dans l'écrit, qui sans être fantastique m'a donné envie de poursuivre la lecture, mais honnetement je l'ai trouvé assez mal tourné.

Les triplettes de départ m'ont parues assez "faciles" (suejt/verbe-adj/complément) et le rendu plutôt hasardeux.

Le "puis" m'a semnlé un tantinet dénudé, un peu pauvre tout seul comme ça.

Les trois triplettes qui ont suivies, je n'ai pas compris l'agencement des vers, et les métaphores ne m'ont pas interpellées plus que ça.

j'en retiens "les âmes aigres brisent les murs de pénitenciers charnels"…
celui là j'ai bien aimé.

La suite continue un peu sur le même tempo, il y a du bon comme du moins bon, et kle thème, son traitement..( bien que légitime racisme ou écolos, les deux peuvent s'avérer assez dangereux) pas accroché non plus.

En résumé : l'impréssion d'un exercice de style, dans un style qui ne serait pas le tiens, dans un sens ça permet de progresser, de comprendre, de récupérer pour allimenter/dévelloper son propre style, d'un autre.. le rendu n'est pas forcément folichon.

voilà voilà, désolé pour ce com assez peu élogieux, je me suis dit qu'il vallait mieux le faire sincère (sinon c'était passer mon chemin sans commenter)


Oniris Copyright © 2007-2018