Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
WildPath : Petit torrent salé
 Publié le 21/05/13  -  6 commentaires  -  2161 caractères  -  100 lectures    Autres textes du même auteur

Une petite mise en valeur poétique de cette humeur qui, pour
diverses raisons, jaillit de nos yeux et s'écoule…


Petit torrent salé



À naître dans la joie ou la douleur insigne,
Tu trouves simplement les lits et les sentiers
Qui couvrent de leurs bras, façon feuille de vigne,
Les abîmes discrets des poètes entiers.

Dévale librement les pentes du volcan
Et lave en ton élan tout désir partisan.

Inspire l'innocence aux apprentis sourciers.

Abandonne au présent le soin attentionné
De pourvoir à la soif de découvrir demain.
Ouvre le portillon du don occasionné
Par la chaleur diffuse au secours d'une main.

Nourris à profusion les océans sans fond
Que nul courant contraire en son sein ne confond.

Sois sel et pur ferment, tel au pain le levain.

Pardonne au sourd désir d'être le préféré
Quand le tain du miroir ombre un funeste trait.
Non, ne regrette pas, le temps s'est altéré,
D'inonder un pardon qui brûlait, chavirait.

Ne masque plus le seuil du chemin sinueux
À l'éclat flamboyant d'un geste vertueux.

Si les perles chantaient, rosée en frémirait.

Ruisselle sur ce dôme agité, où médite
Un enfant de la houle et source du bonheur
De sa venue au jour. Quand, rageur, il s'agite
Au cri de son essor, apaise un peu sa peur

Et son lot d'inconfort à l'appel du destin.
Mais ne te retiens plus au lever du matin

Où d'un pas lent et fier s'affirme sa vigueur.

Abreuve aussi les champs de récolte abondante
Et la foule affamée au joug des jours fourbus.
Délave les couleurs de contrainte latente
Et offre les cadeaux patiemment attendus.

Penche le révolté à l'abandon soudain
Des luttes incomprises, en exil et dédain.

Rejoins le fleuve aisé loin des malentendus.

Jamais barrage hautain ne saurait détourner
Le cours sans intention de ta substance fluide
Au tourbillon léger dont elle veut bien s'orner.
Rivière sans retour et que l'émotion guide,

Jaillis du plus profond sans faille ni regret,
Chasse tous les remords vers l'oubli du secret.

Éclabousse, étincelle, ô toi, Larme limpide.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   troupi   
29/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je n'avais lu que quelques vers et déjà je savais que ce poème était beau, comme on aimerait en lire plus souvent et si toujours je lis plusieurs fois avant de mettre une appréciation cette fois-ci une seule lecture m'a convaincu qu'il s'agit bien d'une belle écriture.
"Inspire l'innocence aux apprentis sourciers.."
"Sois sel et pur ferment, tel au pain le levain."
"Si les perles chantaient, rosée en frémirait."
"Éclabousse, étincelle, ô toi, Larme limpide."
je choisis ces vers comme particulièrement bien tournés mais il y en a d'autres. Merci pour cette belle lecture.

   rosebud   
9/5/2013
 a aimé ce texte 
Pas
Trop pompier pour être émouvant.
Trop d'images tirées par les cheveux:
"façon feuille de vigne"
"les pentes du volcan"
"apprentis sourciers" (même si le jeu de mot est marrant)
"barrages hautains"
Ca ne marche pas, ça ne prend pas. C'est tarabiscoté et laborieux à force de vouloir trop en dire.

   Ioledane   
10/5/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Originale, cette forme en 4+2+1.
J’ai bien aimé ce voyage au fil des circonstances et des moments de vie, sous forme d’exhortation, s'achevant en final lyrique.

L’ensemble est plutôt fluide et bien imagé.
Mes vers préférés :
« Inspire l'innocence aux apprentis sourciers. »
« Rejoins le fleuve aisé loin des malentendus. »
« Jaillis du plus profond sans faille ni regret,
Chasse tous les remords vers l'oubli du secret. »

Quelques remarques cependant :
- « Nourris à profusion les océans sans fond / Que nul courant contraire en son sein ne confond » : ne serait-ce pas plutôt « en LEUR sein » ?
- « Non, ne regrette pas, le temps s'est altéré, / D'inonder un pardon qui brûlait, chavirait. » : j’ai du mal avec la construction de cette phrase. Peut-être des tirets à place des virgules pour encadrer « le temps s’est altéré » ? Et « un pardon qui, brûlant, chavirait » ?
- « Si les perles chantaient, rosée en frémirait » : l’absence de l’article me gêne
- « Au lever du matin » : un peu prosaïque
- « Abreuve aussi les champs de récolte abondante
Et la foule affamée au joug des jours fourbus.
Délave les couleurs de contrainte latente
Et offre les cadeaux patiemment attendus. » :
Ici j’aurais vu plutôt des pluriels sur les 1er et 3ème vers, cela serait possible en remplaçant « récolte » par « moissons ».
Le 2ème vers est curieusement rattaché au premier par le verbe « abreuve » mais selon quelle logique, je ne la perçois pas.
Le verbe « abreuve » ne me paraît pas tout à fait approprié, au demeurant, pour les récoltes : peut-être « recouvre » ? - mais là on n'est plus dans le champ lexical des larmes.

   brabant   
21/5/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour WildPath,


Un aussi long texte pour une (aus)si petite chose. D'ailleurs vous le dites dans l'exergue ("petite") et le titre ("Petit") [un torrent peut-il être petit ? cf l'expression "un torrent de larmes"], cette larme donc qui réussit à être douce (eau du torrent) et salée à la fois (eau de la mer), petit exploit ! :)

Que d'images ! que de tableaux ! ["Que d'eau ! Que d'eau !" Mac Mahon ?]... foisonnants, maximalistes, minimalistes, parfois contradictoires. Si l'on admet l'humour décalé du titre, ça passe ; sinon, ça casse. Lol

L'auteur a une plume, il connaît sa syntaxe et son bréviaire.

Je suis très syntaxique, pas très religieux. Aussi me situerai-je à mi-chemin pour évaluer.

Lol

J'ai préféré la dernière partie, à partir de :
"Penche le révolté à l'abandon soudain
...
..." jusqu'à la fin bien évidemment.

Merci pour cette lecture :)

   troupi   
21/5/2013
Commentaire modéré

   Robot   
21/5/2013
Que c'est beau! Les mots coulent comme une source et à haute voix, c'est sublime. Je n'aime pas mettre des notes et préfère exprimer mon sentiment.
"Nourris à profusion les océans sans fond
Que nul courant contraire en son sein ne confond."
Des mots qui parlent, plus qu'à lire, agréables à dire en suivant cette larme.

   Elmousikas   
12/7/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Du beau texte en perspective. L'ennuie devient chose inconnue et le plaisir fait seul surface malgré sa longueur. Il y a du punch, du mordant pour qui sait apprécier les mots bien composés "À naître dans la joie ou la douleur insigne" s'ensuit alors comme un appel " Que nul courant contraire en son sein ne confond." le reste laisse pantois et admiratif...


Oniris Copyright © 2007-2022