Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


à propos de Citron
Maître Onirien
Inscrit:
22/02/2010 10:47
De Luxembourg
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 11827
Hors Ligne
Merci à tous de l'accueil pour cette nouvelle. J'avoue avoir écrit le texte assez rapidement et sans relecture particulière ce qui laisse quelques erreurs que j'aurais pu corriger avant de recevoir vos avis extérieurs.


Vos conseils me sont très importants.
L'avis général est celui d'une fin moins plaisante. Que dire ? Trois nouvelles publiées, trois fois la fin plait beaucoup moins :p si certains ont des conseils pour me permettre de maintenir le rythme… je prends :)

Le titre a eu un large écho favorable et le nom de citron aussi :) coup de bol pour moi, le premier titre était ''un petit tour et puis s'en va'', je l'ai changé dans le formulaire d'envoi… ^^

Bon, j'ai entendu tous les compliments faits, je les prends en un seul coup et vous remercie, ça fait chaud au cœur

Colinede

Citation :
Petite question :"... les remous surgissent, violents. Me retourne."


Je me retourne, je crois. Abus d'élisions d'article -_-'

Citation :
Des pavés apparents au sol – comme les poutres apparentes dans les maisons, sauf que ceux-ci on peut les toucher " qui me parait une formulation maladroite, surtout en tout début de texte.


Oui ^^ depuis que je suis à bordeaux j'entends parler de ces plafonds de trois mètres de haut et de ces poutres… j'avais envie de leur tordre le cou lol. (à côté de ça, tous les bâtiments sont en classe énergétique F, mais pourquoi pas… chacun sa poutre à porter lol)

Victhis0

Citation :
J'ai moins aimé la chute trop abrupte, inutile : le départ du boulanger - si j'ai tout compris - ne se justifie pas si il aime toujours sa femme. Et l'absence de réaction de Citron n'est pas un encouragement. Et il décide çà en quelques instants ? pourquoi ? Si sa fille est morte, que justifie une fuite, maintenant ? je ne vois pas...


Je pense qu'il avait plus ou moins fait le deuil, mais c'est le fait que ce souvenir se manifeste sous la forme d'une sorte d'illusion (c'est mon interprétation, bien sur). La fin est lourde, j'insiste dessus ''comme tous les jours'' : routine, et puis finalement il s'arrache un peu à son carcan. On peut être satisfait en apparence (la main à sa femme n'est là que pour ça, littlej va le traiter de pervers mais c'est pas ça pour moi ^^) et se rendre compte qu'on joue un rôle :/ je gratte cette corde-là, aussi.

Citation :
Le flirt ne m'a pas paru d'évidence, le "calin" sur le bord de la Garonne est incongru et improbable, la scène peu crédible.


hum, je voulais le faire un peu ambigu et pas forcément calin… ''écoute moi respirer, jolie femme, jeune enfant'' :p

Costic

Plein de jolis mots qui correspondent à ce que j'ai voulu faire passer, ça fait plaisir :)

Misumena

Citation :
peut-être sa fille perdue dans la Garonne, telle qu'elle pourrait l'être dans dix ans


Je l'ai écrit à peu près dans cette optique là : elle est la fille qu'il n'a pas vu grandir et qu'il imagine femme (sachant que sa mort date de quelques temps déjà). D'un autre côté, j'ai essayé de laisser un peu de place au lecteur (première fois ^^) et c'est bien si tu y trouves d'autres choses auxquelles je n'avais pas pensé.

Citation :
Peut-être aurait-il fallu séparer la première phrase de la conclusion des deux dernières (pour une question de temps)


Faut que je revois ça, les temps m'ont l'air un peu foireux dans l'ensemble (pour ne pas changer, lol…) j'aime bien passer d'un temps à un autre, c'est comme les points de vue, je le fais sans effort. Pas dit que ce soit toujours lisible après ^^

Pascal31

Citation :
Je trouve les pointes d'humour assez malvenues (la bave, par exemple, ou le "garçonne") dans un texte qui veut dévoiler quelque chose d'aussi douloureux que la perte d'un enfant


Je me suis demandé comment ces deux phrases-là allaient passer. Et puis, comme lors de l'écriture, je suis passé de la bave au boulanger aux patisseries, que j'avais atterri sur citron, ben ça aurait été désobligeant envers cette gentille bave de la ''remercier''. Avis très personnel et affectif, hein ^ ^

Garçonne est plus lourd, oui :/ et là j'ai franchement hésité, en 15 secondes j'aurais pu trouver une blague plus drôle.

Gavroche

Citation :
la mise en page avec des retours à la ligne constants m'a gênée également...


Je peux comprendre.
Sans que ce soit une justification (en fait, si ^^) , mon éditeur de texte affiche moins de mots par ligne et j'ai tendance à me perdre dans les longs paragraphes. Et puis oui, c'est vrai, je pratique de plus en plus le retour à la ligne.
J'aime bien, dès qu'il y a un changement d'idée, le souligner. ^^

Citation :
Ce qui n'a rien arrangé aux moments également d'égarement où je n'ai plus très bien suivi le fil de la plume vers la fin...
A vouloir faire dans le léger, la suggestion, eh bien on on s'y perd dans l'action...


Cette fin, je vais la revoir, mais pour les allusions, cette fois-ci, j'ai pris le risque d'en perdre quelques uns pour laisser le lecteur imaginer. C'est tombé sur toi cette fois-ci ^^

widjet

Je vais aller à l'essentiel vu qu'on a déjà abordé quelques points, fleur-bleue ^^

Pour ''l'humour'', si tout te va, je suis content pour toi :)

La bague de fiançailles, c'est une irruption de l'auteur dans la tête du narrateur >< comme pour les poutres ; j'ai mis tellement longtemps à remarquer la place de cette bague (en fait on me l'a dit, c'est dire lol…) et puis comme il y avait une perle et que moi la bague de ma femme elle n'en aura pas… ben j'ai pris le lecteur pour un con, désolé je ne le ferai plus ^^
Oh et puis j'y repense, je l'avais écrit parce que c'est sa fille quand même, et lui il ne l'a pas connue mariée, donc ça l'interroge :)

J'ai entendu toutes tes remarques et suis d'accord, typiquement sur ''sans possibilité d'avoir un autre enfant'' : je l'ai rajouté à la relecture pour aider le lecteur -_-'

Citation :
mais franchement tu aurais pu éviter la triple répétition de « après midi ». (« comme tous les jours » c’est aussi bien non ?).


même 5 en comptant ceux d'avant (ben oui, les répétitions, on les chasse à mort ^^)
Pour le coup, c'était totalement volontaire, trop lourd ? Je teste le lecteur avec pleins de phrases, qu'aime-t-il ? Par exemple, la bave t'a plus plu qu'à d'autres :) bref je pense que c'était pour marquer une ultime fois la répétition du quotidien pour s'en affranchir.

Aime bien tes commentaires (parce que tu fais bien passer tes sentiments, tu devrais écrire des nouvelles :D)
Les autres aussi, hein, partez pas ! ^^

Allez, pas sur que les textes suivants te plaisent, mais je reviendrai un jour avec ce genre de nouvelles un peu acidulées :)

Lunar-k

Tu sais, sincèrement, ça fait plaisir. Je veux dire, tout ce que tu m'écris est absolument évident en tant qu'auteur de la nouvelle. Eh bien te voir tout détailler et que tu penses que ça a mérité un peu de ton temps pour le détailler et le faire partager… ça me fait penser à un commentaire (caillouq?) sur la nouvelle ''hors-les-lois'' de Misumena (oui, je lis presque tous les commentaires ^^) : ''l'auteur fait en sorte que le lecteur soit se sente suffisamment intelligent d'avoir compris''.

Là, je me sens intelligent :D
placebo, auteur qui n'a pas tout compris ^^

Siebby

Citation :
J'ai noté un hic > la répétition de l'adjectif "apparent", une démarche volontaire je suppose de l'auteur, sur laquelle mes yeux ont ricoché avant de poursuivre la lecture. Un défaut dérisoire !


Oui, voulu, mais c'est pas pour ça que c'est bon, cf les autres remarques sur cette phrase :)

i-zimbra

Citation :
Quand on tourne trois fois à droite, on est en vue du point de départ. Si à ce moment-là on tombe sur la Garonne, c'est qu'on l'a déjà traversée une fois ; ou qu'elle fait un méandre ; ou qu'on y était déjà, pourtant c'est un endroit que la boulangère ne supporte pas ; ou que ça ne tourne effectivement pas rond dans la tête.


Oui, et même mieux, si la place est un carré, et qu'on la quitte sur la gauche d'un des côtés, au bout de deux tours à droite on retombe sur la place ^^ je m'en suis rendu compte en l'écrivant et puis me suis dit que ça ferait une petite irruption du fantastique, genre ils tourbillonnent et arrivent dans un endroit ayant un sens particulier pour lui.

Citation :
- Pourquoi n'avoir pas fait correspondre l'âge du lit ?


Hum, je crois que Flupke me disait déjà la même chose pour les âges de mes personnages il y a longtemps, quitte à mettre des chiffres autant ne pas les multiplier et paumer le lecteur. Placebo ne travaille pas et ne progresse paaaaaaasssssss ! Vilain ^^

Citation :
Je trouve la fin un peu dure pour la mère. Elle se prend des mains au c... mais le cœur n'y est pas (et l'esprit est barré)


Et je dirais même mieux : pour l'instant je n'ai pas réussi à faire un vrai personnage féminin qui tienne la route. À part un, mais la fille est très nunuche et se fait presque violer :/ ça doit être un pendant sexiste qui ressort (je ne plaisante qu'à moitié :p ou alors c'est une telle idéalisation que j'aurais peur de mettre en avant un personnage féminin et de me planter :/)

toc-art

Citation :
"les yeux toujours fermés" / ok, sauf qu'à aucun moment vous ne précisez avant qu'il les a fermés, ses yeux.
"comme tous les après-midi" / une fois avec un s, une fois sans. Peut-être faudrait-il harmoniser.


Pour le deuxième, bien vu :)
Pour le premier, j'ai envie de dire ''et alors'' ? ^^ tempérament taquin à 2 heures du matin lol… mais tu as raison.

alvibanec

Citation :
Le rythme y est aussi pour bcp, ces phrases très courtes, presque sèches qui enrobent toutefois le lecteur dans un espace poétique. La fin de la nouvelle n'est pas à la hauteur de ce qui la précède; améliorable certainement.


Face à la demande générale, je retravaillerai ^^ des pistes d'amélioration ?
Content si le rythme est toujours là, il me semble le perdre un peu sous les tonnes de miel…

littlej

Citation :
1) Problème de focalisations. Parfois externe : "assis, je savoure ma bière." Parfois interne : "Oui ! Elle a hoché la tête !" ça colle pas, puisque le temps est au présent. Mais il me semble que le narrateur retranscrit ce récit à l'écrit, mais je n'en suis pas sûr ; si c'est le cas, alors ne tiens plus compte de cette remarque.


Le texte est uniquement ''pensé'' et focalisé en interne. S'il y a des couacs, ce sera du côté des temps, ce qui ne m'étonnerait pas (bon sang, mais quelle flemmasse, il sait qu'il lui faut faire attention à cet élément et il en laisse passer…)
Après, ça ne me choque pas vu que c'est dans un passé tout juste passé :)

Citation :
2) Je n'aime pas personnellement le narrateur.
"La lèche. Goût du citron. Pas de trace de gloss. Que dire ?" Quel dégueulasse, franchement !
Il n'a aucun trait d'humour, ne se tourne pas en dérision, joue les pervers : "mais elle me fait baver." ; rien, en bref, pour me plaire.


Alors là, deux questions pour toi ^^ :
1/ Est-ce important d'aimer le narrateur où peut-on le détester, l'important étant de se positionner par rapport à lui ? (lol, je devrais écrire les questions des sondages politiques tellement c'est biaisé ^^)
2/ C'est pervers de lécher une cuillère ? Je m'interroge… j'aime bien, moi, surtout quand c'est du miel… le gloss, je ne me souviens plus du goût. Après, c'était surtout parce qu'il pensait se ''prouver'' que Citron existait. Il en doute donc, je pense.

C'est un point que je n'ai pas abordé. Pour moi, le narrateur croit en l'existence de Citron jusqu'à la moitié du passage sur le fleuve. Auparavant, il doute, qui est-elle ? Après, il comprend que tout vient de lui et du rapport au deuil.

Citation :
"marcher dans ces pays du Sud, le soir, le long des routes et des maisons, à attendre la nuit, à entendre la ville, à regarder les gens, à goûter les fruits, à rêver, j'aime." > j'ai trouvé cette phrase très plate,

Citation :
Mais, une belle phrase, une très belle :
"Cet accessoire, les familles en promenade, la place pavée, la douce chaleur, le vent dans les ruelles qui agite le linge blanc au balcon – je suis perdu dans les couloirs du temps et revenu un siècle auparavant."


Ben, pour t'avouer, elles se ressemblent tellement pour moi qu'en relisant la nouvelle j'ai eu l'impression d'avoir abusé du procédé…

Citation :
J'appuie ma tête contre la sienne. Rien, pas le moindre bruit. Je sens ses os, sous sa peau. Sa vie et sa jeunesse. Regarde le fleuve. Attends.
Elle veut partir. Je le sens. Mon corps se redresse, debout, quitte le contact de Citron. Je scrute toujours l'eau, les remous surgissent, violents. Me retourne."
Je vais peut-être te paraître violent... mais ce passage m'a donné la nausée.


Oui, ça fait presque Harlequin, n'est-ce pas ? Je suppose, j'en ai jamais lu (quelques Danièle Steel par contre ; Maman, fallait les tenir hors de ma portée mdr)
En tout cas je trouve que mon écriture s'adoucit de plus en plus. Là, ça va encore. Mais si ça continue, je vais droit dans le mur et faudra que je réécrive de zéro :/ c'est pour ça que j'appréhende l'écriture en ce moment. Finir dans le mièvre ? 

Micdec

Citation :
Mais quelle tristesse à la limite du désespoir dans ce "... nombre d'années qui nous restaient à vivre ensemble, seuls..."
"...vivre ensemble, seuls..."
c'est horrible, ça, monsieur l'auteur !
même "la main aux fesses" et son côté paillard en devient tristement jovial, sans plus.
Vous l'avez vu, vécu, deviné, observé ?


Je sais, je suis horrible :p (tu peux m'appeler placebo, et me tutoyer, hein ^^)
Non, la main aux fesses n'est pas drôle.
Et non, aucun des 4. Je faisais remarquer à une onirienne que je mettais un mort dans presque toutes mes nouvelles. Dès l'âge de 7 ans, je faisais des cauchemars avec mon âme qui errait perdue dans l'espace… Je n'ai encore connu aucun deuil, vu aucun mort. Qu'est-ce que je vais devenir plus tard ? (désolé pour le cassage d'ambiance… ^^)

Citation :
En dépit d'une erreur commune, jamais les enfants n'ont empêché les couples de sombrer ou de se briser.


Ah ? Très sincèrement, j'en doute :/ leur pouvoir est quand même assez grand, de même que leur place dans un foyer. Et puis, chacun réagit différement au deuil. Après, c'est évident que si le couple partage, communique, se soutient, ''ne fait qu'un''… C'est peut-être du cynisme, mais quand on voit qu'un mariage sur 2 finit par un divorce, ben cette unité doit être relativement rare.

Citation :
Enfin, me voici tout content de ne pas être gourmand. Pas de compensation au goût pour la vie qui se passe très bien de douceurs poisseuses.


Je ne sais pas si je suis gourmand, mais j'aime bien manger. Plus salé que sucré, ceci dit (poisseux, je limite quand je peux). Le goût pour la vie ? Je pense que ce personnage le possède. On peut aimer beaucoup de choses (les patisseries, sa femme) et aimer la vie plus encore.

Citation :
Bien proprement écrit, léché et travaillé pour l'histoire la plus triste que j'ai lue sur ce site


Oh My God! …
C'est vraiment triste ?

Citation :
Enfin, c'est bien, même si le flirt au bord de l'eau apparaît comme improbable ( d'ailleurs, pourquoi je dis ça, qu'est-ce que j'en sais ? Je n'y étais pas comme l'auteur... )
Je crois que je vais lire d'autres choses de vous pour y trouver une absence de renoncement


Hum, dommage si tu n'y étais pas autant que moi :) improbable en quel sens ?
La dernière phrase me plait, beaucoup. Oui, c'est ce que j'ai l'impression a posteriori de faire passer, dans tous mes textes, un horizon d'espoir pour le narrateur, quelque soit la gravité de ce qu'il a eu à endurer.




Bon, c'est officiel, j'ai passé plus de temps à répondre aux commentaires qu'à écrire la nouvelle ^^
Merci encore une fois à tous.

cebo

PS : je le redis, mais c'est comme mes commentaires, hein, je relève les points négatifs parce que faut s'améliorer, mais je lis précieusement tous les points positifs :)

Contribution du : 09/03/2011 11:06
_________________
Mon blog, mis à jour toutes les semaines.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : à propos de Citron
Expert Onirien
Inscrit:
30/07/2009 19:43
Groupe :
Primé concours
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Auteurs
Post(s): 4723
Hors Ligne
Bonjour, Placebo,

A propos de la "bave", j'ai un truc à dire (ouais ! et je le dis !).
Quand on bave, la salive coule hors de la bouche. Peut-être qu'il s'agit plus de salivation, dans le cas de votre boulanger.

Je vous relate mon expérience personnelle, pour prouver à vos détracteurs que oui, ça existe : ça m'est un peu passé, sans doute parce qu'avec l'expérience, le travail, etc..., j'ai moins l'occasion de faire des découvertes esthétiques qui m'emballent, mais quand j'étais plus jeune, j'étais très synesthésique. Pour ceux qui ne connaissent pas la synesthésie, voici un lien vers Wikipédia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Synesth%C3%A9sie
(le frisson musical, très répandu, en fait partie)

Ça se traduisait surtout par une synesthésie image (tableaux avec couleurs, notamment)---> goût de cake au beurre---> salivation.
Puis, et c'est encore le cas, j'ai commencé à ressentir la même chose avec les mots : poésie ou prose---> cake---> salivation.
On ne rit pas.
Plus classiquement, comme les chiens de Pavlov, la vue et l'odeur de la nourriture me font saliver. Mais j'ai eu pendant des années des synesthésies plus tordues que je me ferai un plaisir de raconter à qui veut, puisque c'est du passé, en message personnel.

Je ne trouve donc pas que le passage sur la bave soit une tentative d'humour qui tombe à plat, c'est juste le mot "bave" qui ne colle pas. Qu'en pensez-vous, Placebo ?

(et on peut ouvrir une cours de récré sur les synesthésies, ça risque d'être drôle, je suis certaine que le taux de synesthésiques sur Oniris est supérieur à la moyenne de la population).

Misumena

Contribution du : 09/03/2011 14:41
_________________
"N'oublie jamais ceci : jouer du jazz, c'est comme raconter une histoire" Maxence Fermine
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : à propos de Citron
Maître Onirien
Inscrit:
22/02/2010 10:47
De Luxembourg
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 11827
Hors Ligne
Ah, je me demandais si des gens le relèveraient. Oui, il s'agit bien de salivation :) (j'allais pas le dire tout seul, quand même :p bon, j'avoue que ça m'était complètement sorti de la tête depuis…)

Et puis le mot ''salive'' me parait plus ''culturel'' que ''bave'', qui renverrait plus à l'animalité. Ça choquerait moins certaines personnes, je pense :)

Et pour tes expériences / le forum, je suis très intéressé. En parcourant la biographie de Nabokov, j'ai appris qu'il était synesthésique et j'ai fait quelques recherches dessus :)

Pardon si je souris franchement, mais c'est si mignon je trouve… ^^

placebo

Contribution du : 09/03/2011 14:54
_________________
Mon blog, mis à jour toutes les semaines.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : à propos de Citron
Expert Onirien
Inscrit:
30/07/2009 19:43
Groupe :
Primé concours
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Auteurs
Post(s): 4723
Hors Ligne
Alors je vous envoie un MP (je vous préviens, c'est grunge) et j'ouvre un fil cour de récré (et pas cours, comme je l'ai lapsuvié dans mon précédent post).
Je ne sais pas si c'est mignon, je crois que dans le cas des synesthésies sons---> couleurs, ça peut même être pénible.

Misumena

Contribution du : 09/03/2011 15:00
_________________
"N'oublie jamais ceci : jouer du jazz, c'est comme raconter une histoire" Maxence Fermine
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : à propos de Citron
Visiteur 
Oh oui, moi je veux bien une petite cour de récré sur la synesthésie, ça a l'air drôle.

J'aimerais avoir quelques témoignages sur des déboires synesthésiques, du genre :
vision d'une jolie fille -> goût de cake au beurre -> salivation -> la fille se tire
(mieux connu sous le nom de "syndrome de Simpson" (Homer Simpson)).
Le syndrôme s'emballe lorsqu'il devient multisynesthésique (lorsque la fille peut indifféremment être remplacée par un donut ou une canette de Duff)

Vous vous proposez pour la création de ce sujet, Misumena ?

Contribution du : 09/03/2011 15:02
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : à propos de Citron
Expert Onirien
Inscrit:
30/07/2009 19:43
Groupe :
Primé concours
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Auteurs
Post(s): 4723
Hors Ligne
Oui, je fais ça tout de suite !

Contribution du : 09/03/2011 15:07
_________________
"N'oublie jamais ceci : jouer du jazz, c'est comme raconter une histoire" Maxence Fermine
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : à propos de Citron
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
04/12/2007 00:29
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 2876
Hors Ligne
Citation :
pour l'instant je n'ai pas réussi à faire un vrai personnage féminin qui tienne la route

Ce n'est pas que le personnage de la boulangère n'aille pas (il est peu développé). Et quand je dis que le cœur n'y est pas, je parle du narrateur (même s'il ne sait pas forcément déjà qu'il va s'en aller).
Le lecteur reste dans une ambivalence : Je suis prisonnier du point de vue du narrateur dont la femme disparaît de la réalité (il parle beaucoup d'elle à la fin et sans s'en soucier), et plains en même temps cette femme dont je ne connais rien et qui va bientôt encaisser seule la vraie et dure réalité (si ce n'est pas déjà le cas depuis un certain temps).
Si la fin est dure, ce n'est pas un reproche. Il y avait même matière à nous torturer. (Mais il faudrait – je me répète – que l'expression du narrateur soit plus en adéquation avec son problème.)

Contribution du : 09/03/2011 23:32
_________________
They moved away the information highway .....................................(Publicité)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : à propos de Citron
Maître Onirien
Inscrit:
22/02/2010 10:47
De Luxembourg
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 11827
Hors Ligne
Je sens que les propos que tu tiens sont importants. Le ton, la cohérence, c'est toujours fondamental. Et puis cette fin a moins plu, dans le traitement. Je t'accorde donc ma plus grande attention.

Citation :
(Mais il faudrait – je me répète – que l'expression du narrateur soit plus en adéquation avec son problème.)


Hum, son problème est multiple, pour moi. Il se rend compte que ni l'un ni l'autre n'ont réussi à faire le deuil et qu'il a laissé passé une partie de ses rêves et de son envie de liberté. J'ai essayé d'accentuer sur ça la troisième partie (en insistant lourdement sur la forme répétitive pour ancrer la monotonie).

Cependant, effectivement, son attitude est étrange. Sa femme n'est mentionnée qu'étrangement. Pourquoi ne pas partir avec elle, en discuter ? Pourquoi un coup de tête en rentrant dans leur petite ville : ''demain, je prendrai l'autre train'' ?

La forme laisse très peu de place au lecteur dans cette dernière partie et je comprend qu'il puisse se sentir esseulé. Je ne sais toujours pas si j'ai répondu à mes questions et aux tiennes, ne le prend pas mal, mais des fois je préfère qu'on parle directement quitte à être un peu lourd (ça ne m'a jamais posé de problème ^^)

Citation :
(Mais il faudrait – je me répète – que l'expression du narrateur soit plus en adéquation avec son problème.)


Plus grave et prenant en compte le fait qu'il va tout quitter ? Ça parait bizarre qu'il fasse une sorte de plaisanterie forcée (mettre les mains aux fesses) alors qu'il va partir ? (je parle de la forme, puisque c'est ce qui ressort de ton propos, mais on peut discuter sur le fond aussi).

Pour moi, il est heureux en partant. Une décision n'est jamais facile à prendre, mais j'ose espérer qu'une fois prise, on peut s'engager, parfois, le cœur léger sur la voie qu'on a choisi. Toute la fin est tendue vers le départ.

Bon, je blablatère plus que répond à ta question, si tu pouvais encore à peine (merci d'être passé sur le forum déjà) préciser ta pensée, ça m'aiderait beaucoup.

placebo

Contribution du : 10/03/2011 00:43
_________________
Mon blog, mis à jour toutes les semaines.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : à propos de Citron
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
04/12/2007 00:29
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 2876
Hors Ligne
Citation :
effectivement, son attitude est étrange

Non, elle est logique quand on a compris qu'il se fabriquait sa réalité.
Citation :
Pour moi, il est heureux en partant

Bien sûr (même si je suis certain que ça ne durera pas).

À propos de l'adéquation de l'expression avec la personnalité du narrateur : « Ça parait bizarre qu'il fasse une sorte de plaisanterie forcée ? » me demandes-tu par exemple. Non, il est bien clair que les fous peuvent se faire passer aisément pour des gens normaux. Mais dans les trois avant-derniers paragraphes, tu sors de ton personnage.
Juste avant il y a : « Cet après-midi, comme tous les après-midi, je prends le train. » qui viendra une seconde fois et ce n'est certainement pas la même fois. Et entre les deux, tu passes au passé composé, ce qui induit la faculté du personnage à, disons, remettre des événements en perspective, et c'est contradictoire avec son état d'esprit. Surtout : ce n'est pas au moment où il finit de larguer les amarres qu'il peut penser (posément) à sa vie de couple.
« sans possibilité d'avoir un autre enfant » ; un retour à la réalité que je trouve contradictoire aussi (cette indication aurait pu être donnée autrement et n'était d'ailleurs pas nécessaire au lecteur, surtout qu'elle atténue l'attachement au premier enfant) : pourquoi un autre puisqu'il ramène la première à la vie.

(petit pinaillage : "qu'il nous restait" ou "qui nous restaient" mais pas "qui nous restait", le sujet étant plutôt années que nombre.)

Contribution du : 10/03/2011 10:44
_________________
They moved away the information highway .....................................(Publicité)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : à propos de Citron
Maître Onirien
Inscrit:
22/02/2010 10:47
De Luxembourg
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 11827
Hors Ligne
Joceline

Ton interprétation en est une possible :) je te propose juste la mienne, puisque tu me le demandais : Citron correspondrait au fantôme ou à l'idée que le narrateur se ferait de sa fille, morte une dizaine d'années auparavant dans la Garonne:p
Content que tu aies apprécié ce texte.

Selenim

Citation :
Un texte sympathique, porté par une écriture vive et naïve.
Comme trop souvent chez l'auteur, je regrette une chute nébuleuse et une fin catapultée.

Écriture naïve… ^^
Pour le reste, je ne peux que t'approuver:/ je te mets à contribution comme les autres, si tu as des idées pour me permettre / m'obliger à garder la même ''qualité''. *va finir par ouvrir un forum :p*


Citation :
Jolie, j'ai dit. Un peu beaucoup. Mais belle, par contre, beaucoup un peu, oui.
Moi pas compris. Syntaxaléatoire.

Il y a un mélange de ''pas jolie, belle'' et de jamel debouze dans astérix mission cléopatre : ''j'aime un peu pas trop beaucoup ça'' ^^


Citation :
Elle doit avoir le derme irrité la pauvre dame. Sinon, je trouve la dernière phrase malhabile, d'une naïveté assez confondante.

D'accord, je comprends mieux le ''naïf'' :) oui, dans ce cas-là je plaide coupable ^^

Pour la fin, eh bien il part. La fin explique (et je pense que là réside mon erreur, moins que dans la dernière nouvelle mais quand même, j'explique alors qu'une bonne partie devrait être compris avant et la fin devrait juste suggérer, laisser partir sur une émotion, du moins pour ce type de nouvelle) la nature de Citron (sa fille sous une autre forme, cf Joceline) et puis il part. Fin ^^


Flupke
Merci pour tes remarques sur l'écriture, tu avais pointé de nombreuses possibilités d'amélioration dans ''Sibérie'' (ce qui m'a motivé pour la chasse aux répétitions notamment et un plus grand souci de la ponctuation), et ton commentaire me fait plaisir.
La fin, oui :/ ce forum tout entier, presque, tente d'en parler…
Le dernier paragraphe ne me paraît pas contradictoire, enfin pas vraiment. Citron est partie pour de bon, elle ne reviendra plus, et lui ne trouvera pas vraiment le repos, incapable de faire son deuil, il lui faut donc partir, peut-être renouer avec un état d'esprit de sa jeunesse perdue, je ne sais pas.

Merci aux lecteurs et aux commentateurs,
placebo

argh, j'avais oublié ton message, i-zimbra :/

d'accord pour la grammaire ;)
Et je comprends bien mieux ce que tu voulais dire, il y a une espèce de distanciation / analyse / rétrospective du narrateur, en grande partie à cause des temps, alors qu'il est sur le départ. Je suis tout à fait d'accord avec toi, merci :)
J'aime beaucoup jouer avec les temps mais le résultat final n'est pas toujours celui que j'aurais voulu ^^

Contribution du : 12/03/2011 21:11
_________________
Mon blog, mis à jour toutes les semaines.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »





Oniris Copyright © 2007-2022