Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





À propos de "Impression soleil mourant"
Onirien Confirmé
Inscrit:
24/06/2011 17:07
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 669
Hors Ligne
Désolée, je n'ai pas réussi (en dépit des indications trouvées dans la F.A. Q. !) à signaler, dans la liste des commentaires de mon poème, l'ouverture (en forum) d'un sujet d'explication. Si un(e) modérateur(trice) qui passe par là pouvait remédier à cela... Merci !



Merci aux lecteurs et aux commentateurs qui ont pris le temps de découvrir mon poème.


Avant tout, une mise au point. Ce poème ne reflète pas mon style. Ce fameux style dont j’expliquais en forum qu’il était épuisé, constitué de défauts qui le figeaient en tant que style. Le principal défaut qui a souvent été souligné est l’absence d’un sens clair pour le lecteur. J’ai donc décidé de proposer un poème évident du point de vue du sens.


Ce poème est une création résolument à contre-courant de mes habitudes d’écriture. Je n’ai pas laissé l’inspiration me surprendre. J’avais en tête, avant même d’aligner des mots, une intention première : proposer un poème volontairement transparent de sens.


Etrangement, Pioeuvre avait ouvert, il y a quelques temps, en forum, un sujet très intéressant sur l’inspiration. Il évoquait les images qui lui viennent en tête et qui lui servent de base pour déployer son histoire. C’est ce phénomène qui a (inconsciemment !) présidé à la création de ce poème. Vous me permettrez donc de vous remercier Pioeuvre, si vous passez par là ! Vous m’avez rappelé cette porte inspiratrice (celle de l’image) que j’avais toujours eue en tête mais que je n’avais jamais osé franchir pour cause de faiblesse. De fait, je l’avais oublié en tant que voie d’exploration possible. Sans doute, le temps qui passe et mon cheminement poétique (constitué de différentes découvertes) m’auront-ils donné la capacité de mettre des mots sur des images… ?


J’avais donc en tête une image précise en même temps que nuancée : l’image des feux du couchant sur la ville. Je l’ai fixée à partir des références suivantes.

Celle du peintre Monet (référence qui s’est imposée au fur et à mesure de la création du poème, d’où le titre !)

et surtout celle de Fernando Pessoa dans son Livre de l’intranquillité. Je me suis inspirée de l’atmosphère de fragments proches de celui-ci :
« Le couchant se disperse sur les nuages isolés dont le ciel entier est parsemé. Des reflets suaves, de toutes les couleurs, emplissent là-haut les diversités de l’air et flottent, absents, sur les grandes meurtrissures des hauteurs. Sur les crêtes des toits qui se dressent, mi-ombre, mi-couleur, les derniers et lents rayons du soleil déclinant prennent des formes colorées qui n’appartiennent ni à eux, ni aux objets où ils se posent. Il règne un grand calme au-dessus du niveau bruyant de la ville, qui se calme elle aussi peu à peu. Tout respire au-delà des sons et des couleurs, en un muet et profond soupir.
Sur les façades colorées que le soleil ne voit pas, les couleurs commencent à se teinter d’une grisaille particulière. Une sorte de froid imprègne la diversité des teintes. Une anxiété vague dort dans les fausses vallées des rues. Elle s’endort et s’apaise. Et peu à peu, dans le bas des nuages flottant là-haut, les reflets commencent à devenir des ombres.
[…] »



Une bien longue explication qui précise pourquoi je propose ce poème. C’est autant une question de persévérance que d’opportunités. La persévérance seule n’aurait pas suffit ! Et puis, je trouvais injuste de commenter les textes des auteurs sans moi-même me soumettre au jugement d’autrui. Un équilibre que j’ai souhaité rétablir avec ce poème.

Merci d’avoir pris le temps de me lire. Je reviendrai un peu plus tard réagir aux commentaires des uns et des autres.

Contribution du : 15/08/2011 09:41
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : À propos de "Impression soleil mourant"
Maître Pat de Velours
Inscrit:
16/04/2007 17:44
De Quelque part entre ma tête et mes pieds
Groupe :
Primé concours
Responsables Oniropédia
Conseil consultatif
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 63290
Hors Ligne
Citation :

Cyrielle a écrit :
Désolée, je n'ai pas réussi (en dépit des indications trouvées dans la F.A. Q. !) à signaler, dans la liste des commentaires de mon poème, l'ouverture (en forum) d'un sujet d'explication. Si un(e) modérateur(trice) qui passe par là pouvait remédier à cela... Merci !


Il vous suffit d'ouvrir d'abord le sujet de discussion (ce qui est fait ici), de copier l'adresse du topic (barre de navigation), puis d'aller mettre un commentaire sous votre texte en collant le lien.
Je vous laisse faire, comme ça vous saurez pour la prochaine fois.

Pat, modératrice

Contribution du : 15/08/2011 09:53
_________________
"Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire." Proverbe chinois
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : À propos de "Impression soleil mourant"
Onirien Confirmé
Inscrit:
24/06/2011 17:07
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 669
Hors Ligne
Merci Pat et merci aussi à David qui m'a répondu en MP !

Contribution du : 15/08/2011 10:05
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : À propos de "Impression soleil mourant"
Onirien Confirmé
Inscrit:
24/06/2011 17:07
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 669
Hors Ligne
Je retrouve un peu de temps pour répondre aux commentateurs. Merci à vous tous pour ces retours.


@ Socque : en fait, il ne s’agissait pas au départ d’une « tentative impressionniste ». Cette touche impressionniste s’est révélée au fur et à mesure de l’écriture du poème. C’est le thème du soleil couchant qui m’a fait penser à Monet, sauf que lui avait peint un lever de soleil ! D’où le titre qui n’est à comprendre que comme un clin d’œil et pas un modèle suivi à la lettre.

Pour ce qui concerne l’articulation des phrases, heureusement que vous n’avez pas vu les premiers jets ! C’était encore pire que ça ! Là, on va dire que j’ai fait un effort ! En fait, j’ai voulu rendre la façon dont l’instant s’étire, un peu comme les nuées colorées qui s’allongent parfois dans le ciel lorsque le soleil se couche. C’est un instant bref (d’où la brièveté du poème) et long (dans l’instant qui peut tenir sur une bonne demi-heure). D’où cette syntaxe complexe.

Merci pour le compliment sur le choix des mots.



@ Charivari : « un texte trop explicite » : cette remarque, je la prends comme un compliment. Moi qui voulais un poème au sens très clair, vous confirmez que mon objectif est atteint !

Comme je l’ai déjà dit, il ne s’agissait pas au départ de faire un texte impressionniste mais de traduire une vision, d’où l’absence d’émotions et l’impression d’un texte trop descriptif (« trop adjectivé »). En fait, les émotions sont glissées derrière les sensations lumineuses (« lambeaux lumineux », « souffle éclatant », « enchantement foisonnant »…). Aucune « émotion vive » ici pour la simple et bonne raison que c’est la nature qui est mise en avant car c’est elle qui opère ; moi, je suis une simple contemplatrice. J’ai volontairement évité les « images et tournures originales » parce qu’elles m’auraient amené à obscurcir le sens. Je les ai voulues le plus naturel possible pour qu’elles collent avec ce moment qui relève quand même des charmes de la nature. Pour ce qui est des petites touches qui représentent les nombreux coups de pinceaux sur la toile, après recul, je me suis rendue compte qu’elles étaient présentes (« lambeaux lumineux », « parsème », « parcelle », fragments », « contours incertains ») mais elles ne sont pas nerveuses ; plutôt sereines. N’est-ce pas aussi cela l’impressionnisme ?



@ Pascal 31 et Gerwal : ce que je comprends de votre commentaire, c’est que le poème n’est pas parvenu à combler vos attentes construites à travers le titre. En fait, il aurait fallu développer davantage mais j’avais peur de perdre le mouvement en cours de route et que l’inspiration s’épuise. Pour ce qui est de l’aspect « trop descriptif », et de la référence impressionniste, je vous renvoie à ma réponse à Charivari.



@ Pich 24 et diva-luna : merci d’avoir compris avec une telle justesse ! Ce que vous dites Pich 24 est tout à fait exact : la touche impressionniste apparaît effectivement au fil de la lecture. Merci diva-luna d’avoir compris où se trouvait la force de ce poème : dans « l’impression visuelle ». Rien de moins logique puisque c’est une image mentale que je peins à l’aide de mots. C’est bien un « décor tamisé » que j’ai souhaité mettre en scène ! Vous visez juste lorsque vous parlez « d’émotions passives passant par le regard » car ce poème est une contemplation. Merci pour vos remarques positives qui m’encouragent à continuer dans cette voie.

Contribution du : 18/08/2011 16:10
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : À propos de "Impression soleil mourant"
Onirien Confirmé
Inscrit:
24/06/2011 17:07
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 669
Hors Ligne
@ Bulle : merci d'avoir commenté et apprécié mon poème.

C'est vrai que sur un espace aussi court que les quelques lignes de ce poème, des répétitions aussi rapprochées ne passent pas inaperçues. Il ne s'agissait pas pour moi d'alourdir le propos, quoique la répétition du démonstratif (3 fois ! ) en fin de poème aurait pu être évitée ! Vous faites donc bien de le signaler parce que je n'avais même pas remarqué !

Pour ce qui est de la répétition du terme « l’instant », cette reprise n'est pas une erreur. Elle m'a permis de développer, d'expliquer en quoi consiste cet « instant où l’heure tombe » et d'installer l'atmopshère du poème. Comme je l'ai déjà dit, j'ai souhaité proposer un sens qui soit le plus clair possible tout en faisant preuve de finesse poétique, ce qui est loin d'être évident !

Merci encore de vos remarques.

Contribution du : 20/08/2011 13:24
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : À propos de "Impression soleil mourant"
Onirien Confirmé
Inscrit:
24/06/2011 17:07
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 669
Hors Ligne
@ Salamandre : merci pour votre commentaire.

Votre remarque sur le clin d’œil à Monet me rassure. Je craignais que les petites touches impressionnistes que j'avais décelées à postériori ne soient pas suffisamment perceptibles.

L’instant où la lumière est trop présente est celui qui précède le déclin du soleil. C’est la raison pour laquelle je parle tout juste après de « dernière secousse du jour mourant ». Sur le coup, vous me permettez de me rendre compte que j’ai concentré sur quelques lignes un moment qui peut s’étendre sur une bonne heure !

Merci d’avoir apprécié la clôture de ce poème parce que j’ai tenté de traduire en quelques mots les raisons pour lesquelles j’ai pris la plume.

Merci d'avoir apprécié ce poème car vous me montrez que je peux réussir à partager et faire passer ma vision d'un moment qui me touche.

Contribution du : 01/09/2011 16:18
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020