Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





A propos du père Adam
Maître Onirien
Inscrit:
17/04/2013 18:11
De Monts du Jura -
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Comité Editorial
Responsables Edition
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 36576
Hors Ligne
Bonjour
Aux sélecteurs, aux commentateurs et aux lecteurs, merci de votre passage chez le père Adam.

Hersen, Plumette, Léopoldpartisan, Jaseh,Bambou, Papipoète, Charivari, Alexandre, Vincendix, Alcirion, MissNeko vos commentaires divers sont une source de réflexion. Merci.


Ne cherchez pas, il n’y a aucun message dans ce texte, en tout cas aucun message prémédité. Je comprends que cela puisse constituer un manque dans le récit, mais il s’agit simplement d’une histoire où il n’y a pas de recherche philosophique. Après tout, pourquoi faudrait-il toujours une explication rationnelle avec les motivations et ceci-cela de l’auteur ? N’est-il pas possible de simplement raconter ?
Surtout, à aucun moment du récit je n’ai cherché une généralisation à l’ensemble du monde rural. Il ne s’agit ici que du père Adam dont certains d’entre vous disent qu’il leur fait penser à une de leur connaissance.


Pour répondre à certains points plus précis, je dirai que chez moi on dit souvent « méridienne » pour la sieste prise sur le bord de la table après le repas de midi. J'ignorais que c'était un mot savant. Je le croyais assez usuel. Concernant apocope, je n’ai pas trouvé de synonyme plus simple (je n’allais pas mettre aphérèse, apocope m’a paru plus courant) et ça m’a paru moins long que dire par exemple « utiliser l’expression raccourcie ». Mais je retiens l’avis qu’il faut éviter les mots littéraires dans un récit. C’est un aspect de l’écriture en nouvelle qui m’avait échappé.

Pour ce qui est du personnage je peux vous assurer que ce n’est pas un cliché, j’admets qu’il est un archétype de plusieurs braves anciens que je connais et qui me sont forts sympathiques. Il en existe, j’allais écrire encore, mais non, il en existe toujours. Ces personnes me sont d’ailleurs fort sympathiques et notez que je décris mon père Adam comme cultivé et ayant souvent du bon sens, ce n’est pas un imbécile hors du temps.
Il sait même lire la notice du lansoprazole.


Pourquoi faudrait-il aussi que tout soit blanc ou noir, on peut tenir correctement sa maison et avec l’âge n’avoir plus l’envie ou les moyens physiques (surtout avec la consommation de vin) d’entretenir son verger et son jardin. Outre la logique du texte d’ailleurs ! Car si Adam avait eu un jardin et des arbres fruitiers en état il n’avait aucune raison d’aller acheter ses légumes et ses fruits et je pense que j’aurais eu une remarque à ce propos. Je pense aussi qu’il préfère ses parties de dominos chez Bruno le bistrotier. Et puis, le cliché, n'aurait-il pas été de dire que parce qu'il était un ancien agriculteur, il tenait obligatoirement en ordre verger et jardin ?

Concernant les phrases rapportées, elles ont toutes été prononcées dans la réalité et je n’ai fait que reprendre et mettre en scène des propos entendus dans le café de Bruno le bistrotier (pour acheter le journal) en observant les joueurs de domino et en suivant leur conversation. Parce que par chez moi les anciens perpétuent la tradition des dominos avant que leurs suivants ne perpétuent peut être la chasse aux Pokèmon. (On ne joue plus aux dominos dans les bistrots des villes ?)


La chute m’a posé beaucoup de problème. Devais-je faire mourir Adam ? Devais-je le réconcilier avec l’écologie ? Devais-je tirer une conclusion ou une morale ? J’ai préféré finalement me passer d'une chute et terminer sur « Pour sûr il n’en démordra pas » qui confirme qu’à son âge les idées sont bien arrêtées et qu’il est inutile de vouloir le faire changer. Je pense que je n’aurais rien trouvé de bon en privilégiant une conclusion.


Pour terminer, sans vouloir me justifier, mais par crainte qu’on m’attribue un état d'esprit anti-écologique je précise que je ne suis que l’auteur et je ne voudrais pas être confondu avec mon personnage. J’approuve l’agriculture raisonnée. J’utilise au maximum les transports en commun (bien obligé je n’ai pas de véhicules personnel en dehors de ma poussette pour les courses.) Je récupère l’eau de pluie pour arroser mes fleurs et fabrique le compost sur mon balcon. A choisir, plutôt que le nucléaire je préfère les éoliennes auxquelles sont opposés certains mouvements écologiques, et si le montant de ma retraite était un peu plus élevée je consommerais davantage de produits bios dont j’apprends aujourd’hui par mon journal qu’ils ont plus augmenté que les produits agricoles traditionnels. (Enquête de familles rurales)

A bientôt. ROBOT

Contribution du : 24/08/2016 15:29
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020