Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Au sujet d'Enfance - Daphlanote
Expert Onirien
Inscrit:
22/06/2007 14:53
De Belgique
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 5726
Hors Ligne
Bonjour à tous.

J'ai longtemps hésité à ouvrir ce sujet.
Voilà longtemps que je n'avais pas publié. Et certainement pas un "vrai texte".
Entendez : le Creuset du partir est un texte aboutit et une affaire classée. Il s'agit de ma première re-publication depuis un long moment, mais ce n'était pas une surprise.
"Enfance" est une nouvelle direction. Essai, expérimentation daphienne au sein de l'univers de daphlanote (enfin daphlanote mute, mais c'est normal, ça).

J'apprécie bien entendu le travail de chacun des commentateurs qui se soit arrêté sur mon texte et les en remercie.
Toutefois, sur bien des points, les retours qui ont accompagnés ce texte m'ont laissés perplexe. Mais, s'il faut être honnête, j'ai probablement laissé ces commentateurs aussi perplexes :D.

De fait, StayinOliv j'entends ce que vous me dite. J'apprécie votre franchise. Le reste de ma production ne sera de toute façon pas différente. En l'occurrence le sens est toujours riche. L'Enfance est un indice. Il ne saurait être littéral (et littéralement le seul sujet, d'ailleurs). Je ne puis vous dire si cet hermétisme est une obligation ou un choix. Je crois qu'il est simplement inhérent à ma démarche écrivante (et à l'univers que je tente d'habiter).

Ananas presque trop d'éloges. Mais tout de même, mon égo vous en remercie.

Pizzicato, merci de votre commentaire, il est absolument constructif (et pour cela l'auteur est content :) ).
Le vocabulaire auquel vous vous heurtez appartient au champ lexical de la couture au sens large. Abat-carrer consiste à adoucir la tranche du cuir à l'aide d'un objet tranchant, permettant à quiconque saisira la peau de ne pas se baisser avec la tranche nette (et "carrée", donc). Et pour coudre le cuir, il faut le percer avec une alène (pour permettre le passage de l'aiguille). (Et même, en couture, nous sur-piquons régulièrement. Que ce soit le tissu ou le cuir d'ailleurs).
Crochetée est effectivement plutôt capillotracté. Au sens ou le crochet est une technique prisée par ma grand-mère (peut-être la votre ?). Au sens où le voleur ou l'évadé crochètera une serrure (je doute de l'orthographe d'ailleurs ?). Et au sens ou on exprime une naissance (ou au moins une conception) au printemps, accroché-là (avec toujours cette idée de croche, de crochet -soit le crochet soit l'outil de couture).
(C'est d'ailleurs aussi ce champ lexical qui est utilisé dans la dernière strophe. Cousu rond, encollé aussi.)

Lulu, merci de votre passage.
Toutefois, je vous accorde facilement ceci : dans "Enfance" (et même ailleurs), la langue est très souvent mise à mal. Enfin surtout s'il s'agit d'y chercher une syntaxe traditionnelle. (Je ne prétends pas qu'elle révolutionne le monde de qui que ce soit d'autre que moi par contre :D.)
Mais en l'occurrence, je pense que vous ne pourrez jamais entrer dans un texte issu de ma production si vous procédez de la sorte. L'intimité du message n'est jamais délivré. Il est construit, caché, exposé, croisé, mais pas exposé en clair. (Ou alors, c'est un leurre !)
Et c'est exactement de cette façon que je conçois la lecture de ce texte. Un peu comme ces mosaïques qui, après une étude attentive, révèlent autre chose que le sujet apparent (chiffre ou animaux, je ne sais pas si vous voyez de quels images je parler ?).
Il s'agirait donc plutôt de procéder par association, champs lexicaux. L'analyse grammaticale n'est pas la voie première de pénétration de ce texte.

Mais s'il s'agit de donner des clés, il est question d'Enfance, de couple et d'abandon, ou encore de découverte de soi.

Bonjour egfrild et merci de votre passage.
Je conçois qu'il vous assomme (et probablement est-ce là un véritable axe de travail concernant ce texte).
Toutefois l'absence de respiration est absolument désirée. Si le texte vous essouffle, c'est exactement ce que je désire, en témoigne ces longueurs non ponctuées.
Je pourrais probablement le rendre plus lisible, mais alors il serait forcément plus dispersé, probablement encore plus hermétique et moins danse, avec des tas de passages anecdotique. Honnêtement, je pense que ce n'est pas du tout la direction que j'ai voulu donner à ce texte.

Rah Pouet ! Effectivemment, un émo. Mais peut-être pas au sens, comment dire, contemporain, actuel ? Plus comme la signifiance. (Enfin j'aimerai mais pas sûre que ça matche).
Enfin je pouvais pas l'emmancher l'homme... Non sérieusement suis totalement raccord. J'ai pas trouvé, ça me semblait pas catastrophique, mais en te lisant ça me parait beaucoup plus traumatique d'un coup.
Et t'y étais, au moins pour l'un ;).

MonsieurF, oui et non. Plusieurs contraintes : les assonances, le narratif (relatif, mais quand même) et l'univers de l'écrivant.
Pas grand chose mais au moins un bout de la vérité, c'est un bilan positif ;).

Lala, je vous remercie de votre passage et de votre effort de partage. Soyez certain que je l'apprécie véritablement (et ce dit totalement sans ironie :) ). Mais comprenez que je trouve votre retour au moins aussi prétentieux que vous ne trouvez mon texte. Je lis que vous avez lu mon texte, mais probablement pas au sens où j'entends la lecture. (Ça tombe bien, l'existence est plurielle ! La sémantique aussi et la signifiance plus encore. Le texte -pas celui-ci, texte au sens large- lui-même appelle l'association et la pluralité.)

Enfin, il est visible que le texte recèle encore et toujours des coquilles, des éléments à parfaire et à changer, je vous l'accorde bien volontiers et vous remercie sur ce point.
Sachez toutefois que l'innovation m'indiffère, tant qu'elle m'est fidèle (à moi, écrivant de papier).

Contribution du : 22/04/2016 19:11
_________________
Il ne faut pas trop questionner l'espérance.
La vindicte est un sport excédé.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Au sujet d'Enfance - Daphlanote
Expert Onirien
Inscrit:
22/05/2015 16:04
De REGION PARISIENNE
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 3327
Hors Ligne
Pas de souci, je ne vous commenterai plus.

Contribution du : 22/04/2016 19:15
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Au sujet d'Enfance - Daphlanote
Expert Onirien
Inscrit:
27/01/2016 21:52
De Salade de fruits
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 6110
Hors Ligne
On n'est jamais ni trop belle ni trop riche, ni trop élogieux quand on aime... Et vôtre prose m'a bluffée !
Merci pour les explications (loin d'être condition sine qua non) et pour le partage, c'est assurément qualitatif à mon sens... ☺️

Contribution du : 22/04/2016 22:53
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2022