Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Avec retard, à propos de Pater Familias
Expert Onirien
Inscrit:
09/10/2014 17:39
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 8184
Hors Ligne
Je prie les commentateurs de bien vouloir excuser le retard apporté à ces remerciements
Je suis ravi de voir cette « daube » publiée en dépit de son manque évident de poésie. Après deux refus de textes, que j'estimais de bonne tenue poétiquement parlant, je ne m'attendais pas à ce que figure au catalogue un texte apoétique, volontairement provocateur par son vocabulaire, son manque de nuance et surtout son thème.
Je suis surtout ravi qu'il m'ait valu quelques « vraiment pas ou pas » (j'aurais été déçu par une absence de réactions outragées) et surtout du fait que la majorité des commentateurs ait accepté de pousser la réflexion au delà de leurs lorgnons. Je ne suis ni misogyne (je pense que les femmes constituent une élite dans l'humanité, je les aime même si j'ai souvent eu peur de le leur dire) ni hostile aux enfants (j'en ai 4 pour mon plus grand bonheur), Je souhaitais simplement créer un choc qui pousse à la réflexion sur un phénomène sans doute lié à l'atavisme. Nous sommes des êtres biologiques, plus précisément des mammifères, dont les millénaires de civilisation n'ont pas totalement gommé les instincts. Il serait temps de le reconnaître. Nier cette réalité consiste à vouloir absolument vivre chez les bisounours. Il ne s'agit pas d'accuser qui que ce soit de se vouer à ce pour quoi la nature l'a programmé mais de mettre en évidence une conséquence douloureuse. Pour en prendre conscience, il faut être capable de passer sur son indignation, son dégoût, ses à-priori en forme d'images d'Epinal ou de contes de fées pour essayer de comprendre la douleur, la frustration d'individus privés de retour à leur amour.
J'ai écrit cela avec l'espoir que seuls quelques esprits primaires refuseraient la réflexion. Je suis rassuré car parmi les commentateurs, en dépit de leurs réticences bien compréhensibles, un grand nombre a accepté de jouer le jeu.
J'ai aussi écrit ce texte parce que, me touchant parfois de très près, j'ai connu nombre d'hommes, d'époux, de pères détruits par ce sentiment de n'être plus qu'individus subsidiaires, dont certains sont morts, pendus au goulot d'une bouteille.

Un grand merci donc à Lénine Bosquet, Dom1 (plus c'est court plus c'est efficace) Vincendix (humour certes, mais grinçant), Robot (Hé oui, Omphalos, l'enfant roi), Pizzicato (Ah non, pas macho!) Papipoète et Alexandre (j'accepte le carton jaune pour la diérèse oubliée), Arielle, si indulgente, Léni, malgré un premier ressenti peu favorable, Hananke, Ramana (émerge de la femme amoureuse, amante, maîtresse, compagne la « femelle biologique » dont toute l'attention est due au petit), Alcirion (je promets de redevenir romantique), MissNeko (Oui tu as raison, ça se termine au bistrot), Recanatèse (merci pour le témoignage), Asrya, Luciole, elle aussi bien indulgente. Mokhtar ( oui il n'y a plus qu'à ! la femme femme et la mère sont-elles antithétiques?)
Brume ( je n'avais aucune raison d'être chaleureux ou affectif en poursuivant ce but), Silver ( il n'y a pas l'idée d'un père puisqu'il n'y a pas de père juste un géniteur), j'espère que vous voudrez bien accepter de réfléchir à ces choses dont on ne parle pas parce que « c'est pas bien d'en parler, ça heurte les âme bien pensantes » En tous cas je ne vous en veux pas (hein, quelle maturité) et vous remercie de vous être arrêtés sur ce texte rimé ( je n'ose pas dire poème .)

C.

Contribution du : 07/11/2017 14:43
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Avec retard, à propos de Pater Familias
Onirien Confirmé
Inscrit:
12/01/2010 06:30
Groupe :
Membres Oniris
Évaluateurs
Auteurs
Post(s): 860
Hors Ligne
Bonjour Curwwod,

Je vous remercie pour ces explications que j’espérais bien un peu voir arriver (sinon, à quoi bon la provocation ?).
Sans doute mon commentaire, à l’instar de votre poème, a-t-il manqué de nuances. Pourtant, croyez-le ou non, ce n’est pas le sujet qui m’a déplu mais bel et bien son traitement.
D’une part le ton, délibérément provocateur, ce qui a toujours tendance à m’irriter (c’est bête, hein ?) mais plus encore le fait de généraliser et de tirer à boulet rouge sur la notion même de paternité en présentant comme une vérité absolue ce qui n’est en fait qu’un point de vue personnel sur une situation particulière.
Oui, il y a des hommes qui ont du mal à devenir père (que cela soit dû uniquement à l’attitude de leur compagne reste à démontrer), comme il y a aussi des femmes qui ont du mal à devenir mère et parfois même n’y arrivent jamais. J’ai moi aussi été touchée de très près par ces situations et j’ai pu en constater les effets dévastateurs sur des hommes, des femmes, des enfants, des couples et des familles. Même si, pour moi, la paternité (ou la maternité) est sans doute l’un des passages initiatiques les plus passionnants et les plus enrichissants de notre humanité, on ne peut effectivement que reconnaître et s’interroger sur le fait que, pour un certain nombre, cette expérience puisse être douloureuse voire insurmontable. Mais, justement parce que ce sujet est particulièrement grave, il méritait à mon avis un traitement plus subtil et plus d’humilité. J’espère que de votre côté, vous prendrez le temps d’y penser aussi.
Je vous remercie de votre absence de rancune à mon égard. De mon côté, je ne vous en veux pas non plus de m’avoir si vite et si aisément rangée dans une petite boite étiquetée « esprit primaire » pour avoir fait partie des réactions « outragées » et réserve encore mon jugement avant d’en faire autant (ou pas ?) à votre égard.
Silver

Contribution du : 07/11/2017 17:45
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Avec retard, à propos de Pater Familias
Expert Onirien
Inscrit:
19/08/2016 17:30
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6589
Hors Ligne
Citation :

Curwwod a écrit :
j'espère que vous voudrez bien accepter de réfléchir à ces choses dont on ne parle pas parce que « c'est pas bien d'en parler, ça heurte les âme bien pensantes »


Bonjour Curwwod

L'âme heurtée n'est pas forcément une âme bien pensante. Franchement. Tout de suite les jugements

Contribution du : 07/11/2017 21:20
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020