Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Centenaire de l'armistice 18. Mon texte du concours. Remerciements
Maître Onirien
Inscrit:
17/04/2013 18:11
De Monts du Jura -
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Responsables Edition
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 29889
Hors Ligne
Je suis reconnaissant aux sélecteurs et correcteurs qui ont accepté la publication de ma contribution au concours. Et je remercie les lecteurs et commentateurs qui ont diversement apprécié.
Je dois reconnaître que l’histoire a pu semblé être privilégiée par rapport à la poésie dans ce texte et j’en accepte le reproche formulé par certains commentateurs. Je pensais peut-être à tort pour ce texte que la poésie se situait plus dans la trame et la construction que dans le vocabulaire

Quand le concours a été annoncé j’ai voulu trouver un angle original pour aborder le thème des poilus au moment de l’armistice. Je ne voulais donc pas le prendre sous les aspects habituels de la gloire ou de la misère des soldats de 14/18. J’ai préféré un regard sur le quotidien, les soldats au front quand il ne se passe rien ; sur la banalité d’un jour de répit sans relief dans cette guerre meurtrière.

Voilà ce que je peux dire sur la construction de ce récit.

Pour la fin, il me fallait un ressort, une chute sans grand relief dramatique et je me suis souvenu de l’épilogue de Koenigsmark de Pierre Benoit qui fait mourir le sergent Vignerte d’une façon tragiquement commune pour un militaire, une mort sans gloire.

Pour moi, il n’y a pas de mort glorieuse à la guerre et je pense que tous les soldats de la troupe engagés sur les fronts de 14/18, morts au combats, gazés, blessés, fusillés pour l’exemple, déserteurs, rescapés ont donné chacun à leur manière, à un moment ou un autre, leur part d’héroïsme. Sans oublier les femmes à l’arrière dans les campagnes et les usines ; Marie Curie et ses ambulancières, bien sûr, mais aussi toutes les infirmières au front avec les hommes des services de santé.

J’ai lu tous les textes parus en sélection.
J’avais voté personnellement pour
1 - Le der de la der
2 - C'est fini
3 - 10 novembre 1918

Je suis content que deux de mes choix se retrouvent dans le trio final.
Je félicite les primés du concours: Lénine Bosquet, Pieralun et Thimul. Leurs lauriers sont mérités.

Bonne année 2019
et rendez vous peut-être sur le prochain concours (?)


Le texte ici
www.oniris.be/poesie/robot-une-journee-calme-concours-9242.html

Contribution du : 03/01 11:13:19
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Centenaire de l'armistice 18. Mon texte du concours. Remerciements
Maître Onirien
Inscrit:
11/05/2009 17:20
Groupe :
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Primé concours
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 13740
Hors Ligne
Merci Robot, je viens de découvrir votre post.

Contribution du : 03/01 14:22:26
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Centenaire de l'armistice 18. Mon texte du concours. Remerciements
Maître Onirien
Inscrit:
17/04/2013 18:11
De Monts du Jura -
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Responsables Edition
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 29889
Hors Ligne
Merci à Maria d'avoir réanimer ce texte de quelques mois.
C'est toujours un grand plaisir pour un auteur de voir un de ses textes ramener à la lumière par un lecteur ou une lectrice, surtout quand le texte est apprécié.

Cordialement - Robot

Contribution du : 13/08 21:15:48
_________________
Vivre au paradis, quel enfer !
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019