Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 3 4 ... 8 »


classique, néo-classique: la différence?
Visiteur 
voilà, j'espère être dans la bonne rubrique pour poser la question, j'aimerai connaître la différence entre un poème classique et un poème néo-classique. Chaque fois que je pense avoir compris, je lis un poème qui me fait douter, exemple je ne vois pas de différence entre le poème de Kobane: "la voix de l'ami" en poésie classique, et le poème d'Alexandre: "Alexandra" en poésie néo-classique.
Si la question a été déjà posée donnez moi simplement le lien s'il vous plaît, je l'ai pourtant cherché en vain.
0

Contribution du : 27/12/2009 23:08
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : classique, néo-classique: la différence?
Visiteur 
je pense que (mais je peux me gourer) que quand on parle de classique sur Oniris on se réfère a la poésie selon Sorgel...
Par néo-classique on entendrait un poème classique qui se permet certaines libertés avec ces règles particulières.

Par exemple un sonnet classique est en alexandrins 6/6 (le / représentant l'hémistiche) et est composé de 2 quatrains et deux tercet de formes figées (y en a quelques unes admises ABBA etc...) avec des rimes masculines / féminines à respecter etc

Prends un sonnet en alexandrins 4/4/4 avec des rimes féminines qui suivent des masculines, dont la forme présenterait un ABBA suivi d'un CDDC puis ABA CDE, on est plus dans le classique. On garde une structure classique mais on cherche à se détacher des règles classiques, ou à s'en éloigner un peu... (un sonnet à Hiatus par exemple ne serait pas un vrai classique mais en néo ce serait toléré, comme pour les e muets qui comptent pour une syllabe ou non tout ça...).

Pour moi le néo-classique c'est un peu du classique qui prend du recul avec le classique, qui se permet de contourner des règles en gardant à l'esprit que les règles sont là, en les connaissant et en voulant les contourner...

(Estelle, poétesse qui croit avoir plus ou moins compris ça de cela et qui s'excuse si elle a perdu une occasion de se taire... et si c'est le cas, aimerait qu'on lui explique aussi pasqu'elle a pas compris...)

!!! Bon j'édite, j'ai fouillé un peu et je me goure (qui a dit : Normal) un peu.
Voici une définition que j'ai trouvé sur un site qui ouvrait un concours de poésie et qui définit le néo-classique comme contrainte du concours en question :

Citation :
Poésie néoclassique : La poésie néoclassique n’est pas du « mauvais classique » ! Elle n’admet que certaines licences par rapport à la prosodie classique traditionnelle. Sont admis pour notre concours : singulier et pluriel à la rime, répétition de certains mots-charnière, diérèses/synérèses selon la langue parlée. Il appartiendra à l’auteur de choisir s’il élide ou non les « e » muets à la césure et si, à l’intérieur du vers, il considère les « e » muets non-suivis d’un mot commençant par une voyelle comme constituant une syllabe ou non; néanmoins, une fois ce choix posé, le jury s’attendra à ce que l’auteur s’y conforme systématiquement. Tout manquement à la règle qu’il aura lui-même établie sera pénalisé. Les hiatus heurtant l’oreille sont exclus, ainsi que les échos à l’intérieur d’une même strophe.


Après je suppose que ce n'est pas LA définition idéale, mais ça en explique un peu...

Oh et voici une autre explication (Merci Google) où vous pourrez reconnaitre un ancien onirien...qui pose la même question que toi Bulle : http://au-bout-de-la-plume.forumactif.com/regles-de-prosodie-par-andre-f19/poesie-neo-classique-t7496.htm




Après je suis pas sure que les définitions soient figées, heureusement pour nous, la poésie évolue chaque jour un peu...

Contribution du : 28/12/2009 00:07

Edité par Estelle2L le 28/12/2009 0:23:24
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : classique, néo-classique: la différence?
Maître Pat de Velours - Organiris
Inscrit:
16/04/2007 17:44
De Quelque part entre ma tête et mes pieds
Groupe :
Primé concours
Responsables Oniropédia
Conseil consultatif
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 63292
Hors Ligne
Nous avons fait un post officiel qui donne la position adoptée sur le site au sujet de cette question : http://www.oniris.be/forum/precisions-et-modifications-des-regles-de-classification-en-poesie-t8459s0.html

Edit : comme nous avons modifié les catégories et recatégorisé des textes, il se peut qu'il y ait des erreurs. Il vaut mieux se référer au post officiel.

Si vous voyez des erreurs, merci de nous les faire remonter pour qu'on puisse corriger.

Contribution du : 28/12/2009 00:26
_________________
"Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire." Proverbe chinois
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : classique, néo-classique: la différence?
Maître des vers sereins
Inscrit:
11/02/2008 03:55
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 32341
Hors Ligne
Le poème d'Alexandre est un sonnet modifié, l'ordre des rimes est changé dans le dernier tercet, par rapport aux sonnets dit "français", "marotique" ou "Shakespearien".

Le poème de Kobane est une suite de quatrains d'alexandrins, c'est considéré comme une forme en soi, "classique", mais plus libre que le sonnet.

Contribution du : 28/12/2009 09:53
_________________
Un Fleuve
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : classique, néo-classique: la différence?
Visiteur 
Il y a aussi qu'il n'y a pas d'alternance de rimes masculines - féminines...

Les quatrains n'ont que des rimes masculines... ainsi que le tercet final. Donc il ne répond pas aux critères classiques de versification (ce qui ne lui retire rien de sa beauté, hein !)

Contribution du : 28/12/2009 10:04
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : classique, néo-classique: la différence?
Visiteur 
J'ai découvert ce très joli poème en apprentissage (comme quoi, il ne faut pas hésiter à y aller)
Soif d'ecrire

Ce "lai" est-il classique ou néo-classique ?

Merci d'avance.

Contribution du : 28/12/2009 10:17
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : classique, néo-classique: la différence?
Organiris
Inscrit:
03/08/2007 18:17
Groupe :
Primé concours
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 19091
Hors Ligne
Une précision : les règles appliquées ne sont pas celles "de Sorgel", mais les règles de prosodie classique remontant au XVe (Clément Marot) et XVIIe siècle (Boileau - "L'Art poétique").

Gilles Sorgel est l'auteur d'un traité de prosodie qui explique et commente ces règles, et que nous avons convenu d'utiliser comme référence pour l'interprétation de ces règles, Gilles Sorgel ayant l'amabilité de laisser son ouvrage accessible à tous. Le lien vers le traité de Sorgel est dans les "Ailleurs d'Oniris".

Contribution du : 28/12/2009 10:27
_________________
"Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que sa connerie sur des choses intelligentes" (Proverbe Shadock)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : classique, néo-classique: la différence?
Visiteur 
Il est néoclassique... les formes de vers courtes ne correspondent pas aux places classiques, ni même la place de rimes...

Ni du simple, ni du balladé, ni du renforcé, ni du tratrisé, ni non plus du grand Lai...

Du moins en l'état de ce que je connais...

Mais classique ou néo, celui-ci est bien joli.

Contribution du : 28/12/2009 10:32
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : classique, néo-classique: la différence?
Visiteur 
Je crois, brume, que tu as, par les intervenants précédents, toutes les réponses à tes questions concernant classique et néo-classique... J'ai écrit Alexandra en 2006, une époque où j'écrivais un peu comme ça venait, sans tenir compte de la sacro-sainte prosodie classique ; sur Oniris, où je suis inscrit depuis environ un an, j'ai rencontré, entre autres, celui que je considère comme un Grand de la poésie classique, Frédéric Brulls... C'est lui qui m'a donné l'envie de m'atteler à cette catégorie et m'a maintes fois conseillé... J'y ai pris goût et chaque sonnet est devenu pour moi un genre de "challenge", avec des hauts mais aussi et surtout des bas... Je n'arrive pas à la cheville du Maître mais je m'applique et j'ai deux sonnets classiques en "stand by" pour attaquer 2010 !
Amicalement. Alexandre

Contribution du : 28/12/2009 15:05
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : classique, néo-classique: la différence?
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
07/10/2009 12:35
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 2355
Hors Ligne
moi aussi je me pose la question du néoclassique, et cela me turlupine, rires...

puisque je vois qu'on parle de "soif d'écrire" (qui est l'un de mes poèmes), pour moi il est classique, puisque classique veut dire respecter les règles de la prosodie classique (règle de l'alternance, du "e" muets, des hiatus, des césures, diérèses, etc).

je ne sais pas si j'ai raison, mais pour moi le classique ne se résume pas à la "forme" d'un poème, loin de là... (par exemple, un soi disant sonnet qui n'en aurait que le schéma : 2 quatrains et 2 tercets, sans prosodie aucune)...

je pense que les variantes de "forme" (conscientes, ou parfois dues au "hasard" comme c'est le cas dans soif d'écrire) ne nuisent pas au "classicisme" d'un poème....
si on y réfléchit, ce sont bien les poètes des temps passés qui ont "inventé" des formes, "nouvelles", à leur époque...
seules les plus jolies - celles qui ont séduit les poètes et les lecteurs - ont perduré et sont devenues les formes que nous connaissons bien et employons le plus souvent (ex: le sonnet) ; mais rien n'empêche de continuer à en inventer de nouvelles...? enfin, je pense que c'est ça qui est intéressant justement : continuer de faire "vivre" le classique.

par contre, pour en revenir au sujet, j'ai un gros doute au sujet d'une "définition" du néoclassique - que j'ai tendance à considérer (surement à tort!) comme un "raté" du classique (quelques entorses au classique).. mais il parait que c'est "autre chose"... au niveau de " l'esprit"....j'ai lu cela sur un autre site, j'essaye de comprendre, mais... je patauge...

alors si quelqu'un avait une réponse, claire, ce serait sympa d'enfin savoir vraiment ce qu'est le "néoclassique"...

bien à vous

Contribution du : 28/12/2009 15:07
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 4 ... 8 »





Oniris Copyright © 2007-2018