Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Défroisser les écumes...
Maître Onirien
Inscrit:
22/10/2009 15:59
De lune (ou l'autre)
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 17974
Hors Ligne
J’adresse ici mes remerciements aux membres qui se sont arrêtés sous mon texte, que ce soit pour un commentaire ou pour une lecture.

S’il m’est difficile d’en expliquer les « sources », je vais cependant répondre aux questionnements ou aux remarques de Socque, du mieux que je le peux.

Chaque phrase contient une clé pour ouvrir la phrase suivante. Elles ne peuvent se dissocier, car elles se doivent d’être solidaires pour ouvrir la phrase (phase) finale : le fond du texte.
Merci d’avoir relevé le « tragique humain », puisque c’est bien de cela qu’il s’agit, bien qu’il vous apparaisse « importun » ou « imposé ».

Peut-être parce qu’il (m’) est délicat d’évoquer de douloureux événements, la métaphore permet de s’en libérer ; au détriment, parfois, il est vrai, de la compréhension pour le lecteur.

Pour ce qui est de la grève, le magique de la poésie est que tout peut prendre corps et vie par les mots et les images. Il s’agit ici d’une personnification « légitime » ("catachrèse" ?), cette grève n’étant pas déserte. Quant au « clouage » et au « pouls des secondes », ils symbolisent le compte à rebours, la retenue de souffle jusqu'à l’expiration, mais également la douleur (« cri ») à la fois de ceux qui restent, et de celui qui disparaît.

J’espère vous avoir éclairé au mieux, et espère également avoir permis de lever le voile pour les autres lecteurs, commentateurs.

Encore merci à vous, Socque, ristretto, Pascal31, Marite et Alexandre.

Contribution du : 24/08/2011 17:52
_________________
TitPatapons - Otis - RsR
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défroisser les écumes...
Maître Onirien
Inscrit:
12/03/2011 15:50
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Correcteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 86744
Hors Ligne
Merci d'avoir fait l'effort d'éclairer ma lanterne souvent bouchée !

Contribution du : 24/08/2011 19:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défroisser les écumes...
Maître Onirien
Inscrit:
22/10/2009 15:59
De lune (ou l'autre)
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 17974
Hors Ligne
L'effort était moindre, Socque, je m'en suis remise rapidement^^
Et je trouve votre lanterne éclairante, au contraire.


J'en profite pour remercier Charivari de son passage.
Tu as suscité ma curiosité, m'sieur. J'aimerais bien découvrir le poème que tu évoques.
À savoir que l'eau est un thème récurrent dans mes textes, sans doute parce qu'elle est symbole de vie (?).
Pour ce qui est de la longueur, je ne sais que répondre.
Peut-être que le reste se situe entre les lignes et les non-dits ?

Contribution du : 26/08/2011 11:48
_________________
TitPatapons - Otis - RsR
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défroisser les écumes...
Maître Onirien
Inscrit:
15/01/2011 18:02
De Al Andalus
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 18443
Hors Ligne
Citation :

bulle a écrit :
J'aimerais bien découvrir le poème que tu évoques.


Coplas por la muerte de su padre, Manrique interprété par Paco Ibañez

Nuestras vidas son los ríos
que van a dar en la mar,
qu'es el morir;
allí van los señoríos
derechos a se acabar
e consumir;
allí los ríos caudales,
allí los otros medianos
e más chicos,
allegados, son iguales
los que viven por sus manos
e los ricos.


Nos vies sont les rivières
Qui debouchent dans la mer
Qu'est la mort
Voici les puissants,
Qui vont droitement s'achever
pour se consumer
Ici les rivières aux lits profonds
Là-bas les moyennes
et les plus petites
A l'arrivée, tous sont identiques
Ceux qui vivent d leurs mains
Et les riches
(traduction très aléatoire, parce que c'est du vieil espagnol au départ)

Pour ce qui est de la longueur de ton texte, c'est le seul reproche que j'en fais (et ce n'en est pas vraiment un) : c'est très dense, foisonnant, on aimerait pouvoir continuer à lire et c'est déjà fini.

Contribution du : 26/08/2011 17:41
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défroisser les écumes...
Maître Pattie l'Orthophage
Inscrit:
27/12/2006 19:14
Groupe :
Conseil consultatif
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 42774
Hors Ligne
Merci pour le partage, Charivari ! C'est quelque chose que je n'aurais jamais lu ni écouté sans Oniris ! Très beau !

Contribution du : 26/08/2011 18:27
_________________
C'est quoi cette mode de bâcler ses loisirs à toute vitesse ?
Turtle Power !
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défroisser les écumes...
Maître Onirien
Inscrit:
22/10/2009 15:59
De lune (ou l'autre)
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 17974
Hors Ligne
Wow ! Merci beaucoup, Chari. Il est très beau ! *frissons*

(Paco me renvoie à Vinicius de Moraes mais en portugais http://www.youtube.com/watch?v=XAmlORWE8m0)

La version originelle est bien plus musicale (quand on pratique/parle l'espagnol). Et il y peut y avoir un double-sens par "consumir", puisque ce verbe revêt deux acceptions (consommer/se consumer).

Contribution du : 26/08/2011 19:02

Edité par bulle le 26/8/2011 19:23:45
Edité par bulle le 26/8/2011 19:24:17
_________________
TitPatapons - Otis - RsR
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défroisser les écumes...
Maître Onirien
Inscrit:
22/10/2009 15:59
De lune (ou l'autre)
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 17974
Hors Ligne
Je remercie vivement Arielle et Salamandre pour leur passage...

@Arielle : oui, les algues... mais les embruns, bien qu'ils se soient posés là d'instinct, me paraissent plus représentatifs, car ils sont des "poussières". La froideur peut accrocher, c'est vrai. J'ai relevé la remarque dans d'autres commentaires, également. Si elle est arrivée jusque là, c'est peut-être pour le "choc" ? (j'ai toujours autant de mal à trouver une explication "explicite", désolée).


@Salamandre : l'éternité peut se contenir dans un instant, bien qu'éphémère pourtant, je crois. Qu'il s'agisse d'un bonheur ou d'un malheur, il en est qui marquent pour toujours, et dont on ne peut se défaire, car ils font partie intégrante de nous, de notre vie.
Pour ce qui est du rythme, et ainsi que j'ai dû le dire à plusieurs reprises, j'ai le défaut de "chantonner" : chaque mot est une note sur la portée émotionnelle.

Merci encore à vous deux...

Contribution du : 30/08/2011 16:56
_________________
TitPatapons - Otis - RsR
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2022