Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Encore des Révélations sur UN bordel sur Terre...
Expert Onirien
Inscrit:
28/07/2011 11:53
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 4461
Hors Ligne
***************
la Révélation est que des soucis professionnells me retiennent loin de l'écriture et de la lecture, y compris d'Oniris

Je me rends compte que je n'ai toujours pas posté mes remerciements aux lecteurs et commentateurs, alors que j'ai commencé ce travail quasiment dès la publication

Toutes mes excuses donc pour ce retard et tous mes plus sincères remerciements à toutes et à tous....

J'ai proposé à (la trop discrète) Nirina d'écrire une partie des commentaires, vainement. Mais j'espère qu'elle en rajoutera et je n'ai pas fini de la remercier de sa contribution...

Et de vous remercier tous de m'avoir lu, corrigé et commenté.
***************

Bonjour et merci aux lecteurs, commentateurs et correcteurs de ces "Révélations divines sur quelques bordels terrestres" (et oui: j'étais tellement absorbé par la procédure de soumission du texte que je n'ai pas relu le titre, laissant une énoooorme faute et un "sur (...) sur (...)" franchement moche

En premier lieu, je réitère que nous avions été chercher notre inspiration du côté d'Aristophane plutôt que de Sophocle... Nous sommes ici résolument dans la comédie burlesque, irrespectueuse des dieux et sans aucune considérations pour leurs hautes œuvres... Alors que nous avons choisi l'Olympe comme siège, nous avons observé un mythe hébreu et pensons que l'homme a été fait à l'image des dieux... Je suis désolé pour ceux qui aiment un Olympe bien policé, classique et un brin pompier, mais le nôtre est plutôt paillard, sensuel et pas bien sérieux...

@Monlokiana:
Un char solaire qui s'arrête en clignotant "non habemus soupapam", c'est pas surnaturel ?

@socque:
Je me suis rendu compte a posteriori que la conclusion rendait bien à une certaine lecture/déclamation (et encore, la mienne parce qu'il n'est pas certain qu'un autre lecteur ferait la même), mais beaucoup moins bien à la lecture silencieuse. C'est un vrai point de progression, merci !

@Charivari:
Merci de ces mots aimables... Il semble que le rendez-vous dans le club n'ait pas recueilli beaucoup de suffrages... Pourtant, je trouve que c'est un endroit qui va bien à Aphrodite. Mais à reprendre, assurément !

@tizef:
Merci de votre commentaire. Comme je le disais à Charivari, la deuxième partie méritera un coup de reprise!

@brabant:
Désolé, votre analyse n'était pas la bonne, même si elle était pertinente... Mais vous avez raison sur un point important: la collaboration a été très bénéfique. (quant à nous mettre en ménage, la question n'est pas à l'ordre du jour, mais nous la notons soigneusement si un jour elle le devient).

@wancyrs:
C'est très tentant, votre proposition de réécrire la fin telle que vous le suggérez. Je vous laisser décanter, mais c'est une excellente piste. Merci!

@gaeli:
oui... Le conte est un dissolvant à magie divine, c'était notre parti pris. Le paragraphe cité n'a peut-être pas beaucoup de valeur ajoutée, mais est là pour donner aux dieux une utilité. Nos dieux sont des contingences qui expliquent le monde qu'on observe, et non des principes supérieurs. Entre Bacchus et les ivrognes, qui est la poule, qui est l'oeuf ?

@Salamandre:
Oui, nous avons pris beaucoup de plaisir... J'aime beaucoup l'idée d'introduire Cassandre. Parce que c'est vrai: dès le début, on se doute du trio: Apollon, le mec beau mais au QI un peu juste, Aphrodite en roulure, Pallas-Athénée en intello-chiante... Quand au temps suspendu, j'espérais qu'on le voyait assez bien dans l'accident du char solaire, Apollon obligé d'attendre avec son gilet de sécurité faisant office de soleil et Zeus qui s'inquiète de voir toujours le soleil bien après l'heure normale. Et puis Apollon a beau être un (beau) dieu, il n'est pas mécano... Je suis un peu comme Tantale: je ne pense pas que les dieux soient omniscients ni omnipotents... Ils sont à l'image des hommes.

@aldenor:
J'espère que la version 2.0 du texte, que tous les commentaires me donnent envie de faire, ne manquera pas d'audace...

@manchatrou:
Toujours d'excellents commentaires, dans une forme qui doit plaire à son auteur. Je ne m'étendrai pas à répondre à chacun et me contenterai de remercier globalement pour ceux qui sont pertinents.

@Pol-Henri:
Oui, nous sommes ici dans le domaine du burlesque et nous ne nous en cachons pas...

@David:
Oui, la fin mériterait sans doute mieux... Je vais m'y employer...

@Meleagre:
Nous mettre dans la perspective de Nietzsche est le plus beau commentaire que vous puissiez nous faire! Plus sérieusement, je réitère que le théâtre grec ne comporte pas que des tragédies et que les dieux de l'Olympe ne sont pas que des anges (!)... Pour le clin d'oeil à Pangloss, j'aurais aimé qu'il vous plaise autant que celui à Beaudelaire... J'essayerai de faire mieux la prochaine fois...

Pour la construction que vous jugez hasardeuse, je demanderai bien l'avis aux experts locaux en grammaire. La tournure ne me choque pas, mais peut-être suis-je trop difficile à choquer à coup d'inappropriations grammaticales.

@lunar-K:
Oui... La fin doit être revue et j'y songe.

@Bidis:
oui... Nous avons fait perdre de sa superbe aux dieux... désolé de vous les faire si humains... Mais en même temps, n'est-ce pas non plus leur nature ?

@placebo:
Merci... Je lis votre commentaire surtout comme un encouragement à retravailler.

Contribution du : 11/11/2011 20:44
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020