Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





hiérarchie des cacophonies: exemples de base
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
12/11/2020 16:09
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 1376
Hors Ligne
Quelques points que je reprends concernant les cacophonies.
Peut-on dresser une hiérarchie des cacophonies de la plus gênante à la moins gênante? Essai (très subjectif) suivant qu’il s’agit de cacophonie sur consonne ou voyelle et si elle est directe ou indirecte

exemples:

-cacophonie indirecte sur voyelle (ici sur le son e)
deux merisiers (eu de deux et e de merisiers))

-cacophonie indirecte sur consonne (ici en m)
chemin malaisé (m de chemin et m de malaisé)

Concernant les cacophonies directes, il faut distinguer dans ce cas sur même voyelle ou non, sur même consonne ou non:

-cacophonie directe sur une même voyelle
paru uniquement

-cacophonie directe sur même consonne
lac calme

-cacophonie directe sur voyelle différente
paru important

-cacophonie directe sur consonne différente
lac silencieux

À partir de là, en prenant les exemples ci-dessus, voilà la hiérarchie que je dresserais , de la cacophonie la plus rude à la plus légère:

lac calme (très gênante)
paru uniquement (très gênante)
chemin malaisé (gênante)
paru important (peu gênante)
lac silencieux (imperceptible)
deux merisiers (imperceptible)

C’est général car ça dépend de l’environnement (cas de syllabes poly-consonantiques, type de voyelle ou consonne…)

Ex: tu lus

D’après notre hiérarchie, cette cacophonie serait imperceptible. En réalité il vaut quand même mieux l’éviter.

Tout cela peut se discuter. Vous avez possiblement un autre avis sur cette hiérarchie? Vous pouvez reprendre la liste d'exemples dans un autre ordre.

Contribution du : 15/06/2023 09:41
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : hiérarchie des cacophonies: exemples de base
Expert Onirien
Inscrit:
15/01/2017 16:43
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 7205
Hors Ligne
Bonjour,

Ces règles peuvent-elles envisager de réduire la cacophonie dans les allitérations et les assonances qui sont également employées en temps que des figures de style ?

Contribution du : 15/06/2023 14:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : hiérarchie des cacophonies: exemples de base
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
12/11/2020 16:09
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 1376
Hors Ligne
Les allitérations et les assonances, de même que les rimes ne sont pas concernées car les cacophonies que j'ai abordées dans mon message précédent sont des cacophonies proximales (elles concernent la dernière syllabe d'un mot et la syllabe d'un mot suivant). Les allitérations pourraient correspondre à des cacophonies dispersées, mais en général on les distingue sans difficulté.

exemple:

le soleil brillait // la vie s'éveillait.
(allitération en illlait)

Le soleil brillait // pareil à Venus.
(cacophonie dispersée en "eil")

Une allitération correspond souvent à une symétrie syntaxique. la cacophonie dispersée apparaît de manière aléatoire sans aucune correspondance syntaxique.

Autre remarque: la théorie de l'écriture euphonique telle que je l'ai développée ne comporte aucune règle, uniquement des préconisations soumises au jugement. Merci pour cette contribution.

Contribution du : 15/06/2023 22:30
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : hiérarchie des cacophonies: exemples de base
Maître des vers sereins
Inscrit:
11/02/2008 03:55
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 33270
Hors Ligne
Il y a une chose qui me gène en lecture métrique et qui me semble proche des cas que tu cites, mais sans apparaitre dans ta liste, c'est par exemple :

"Lac des cygnes"

Pour enchainer la prononciation de "Lac des", je subvocalise ainsi :

"laque des"

J'ai "besoin" d'une voyelle, ou d'un silence peut-être juste, un "temps" en tout cas, pour lire à la suite un c et un d.

Pareil pour :

"chef de fil"

Mais je pourrais lire sans ce "temps", et pardon pour l'exemple tiré par les cheveux :

"nabab jaune"

Parce que j'enchaine le B et le J comme dans "abjurer" ou "objection"

C'est quand les lettres sonores dernière et première entre deux mots ne correspondent pas à des lettres qui peuvent se suivre à l'intérieur d'un mot que j'ai un "arrêt", un "silence", un besoin d'ajouter un E en subvocalisant.


Comme autre exemple en vrac :

"Gin Tonic" (bon, c'est anglais)

"un gag follement drôle"

"Cap de bonne espérance"

"Kit de survie"

(là, le t et le d me semble se confondre en un même son, c'est pour les distinguer que je dois intercaler un "silence", un E)

Bref, est-ce que ça relève aussi de la cacophonie ?

Ou un contraire peut-être :

"lac calme" et "paru uniquement"

Il semble "souder" les deux mots.

"Lac des cygnes" et "cap de Bonne Espérance"

Il semble rallonger l'espace entre les mots.

Contribution du : 16/06/2023 19:03
_________________
Un Fleuve
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : hiérarchie des cacophonies: exemples de base
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
12/11/2020 16:09
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 1376
Hors Ligne
Ce e rajouté comme cheville à l'oral est ce qu'on nomme habituellement un e euphonique. Certaines personnes en disent naturellement une grande quantité, presqu'à toutes les rencontres consonantiques. Parfois, ce e est quasiment obligatoire pour raison kinesthésique. Par exemple, les filles de la météo à la télévision disent toujours "Le vent d'oueste souffllera demain" en non "Le vent d'ouest soufflera demain", ce qui serait quasiment imprononçable. mais, en déclamation littéraire, il n'est pas possible de se permettre ce que font les filles de la météo, notamment en poésie car cela rajouterait une syllabe. En prose littéraire non plus, ça ne serait pas admissible. L'auteur doit donc éviter ces cas, par exemple écrire "Le vent d'ouest à l'aube soufflera". Néanmoins, il existe de nombreux cas de rencontres consonne-consonne qui restent prononçables et pas vraiment cacophoniques. Cela correspond à un certain degré de rugosité qui est propre à la langue et doit être conservé. L'abus des e euphonique peut rendre la langue exagérément sirupeuse et lénifiente.

Contribution du : 18/06/2023 10:31
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2023