Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Jawaka a digéré sa méduse et remercie les lecteurs de l'avoir suivi sous la lune fatiguée
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Responsables Edition
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 45579
Hors Ligne
Je remercie le comité éditorial d’avoir sélectionné cette très courte nouvelle. Je remercie également les commentateurs de l’espace lecture d’avoir laissé un témoignage de lecteur. Enfin, je remercie les commentateurs post-publication d’avoir pris le temps de donner leur ressenti.

Je confirme ce que dit socque sur le format de la nouvelle qui ne permet pas de développer complètement cet univers. SaulBerenson évoque les comics des années cinquante ; j’ai été inspiré par les comics, plutôt ceux des années soixante-dix et de Jack Kirby, en particulier sa série consacrée à Kamandi le dernier garçon sur Terre. Oui, Cherbi, ça pourrait être le chapitre d’un ensemble plus grand mais j’ai considéré ce très court écrit comme suffisamment autoporteur pour le proposer à Oniris. Cela répond également à la remarque d’Alfin et celle de Pouet. Oui, Larivière, le documentaire animalier m’a également inspiré dans le style d’écriture ; merci de l’avoir souligné. Animal évoque le style et je suis d’accord avec elle ; si je devais retravailler ce texte, j’irais dans le sens qu’elle indique car c’est un excellent conseil. Hersen aurait voulu une fin plus déjanté ; je suis un garçon sage alors je n’ai pas osé mais je ferais mieux la prochaine fois, promis, juré, craché. Malitorne voit les USA partout dans mes écrits ce qui me fait bien rire car ce n’est même pas la moitié de ce que j’ai proposé sur Oniris. D’ailleurs, l’anglais n’étant pas uniquement parlé aux Etats-Unis et Abraham Lincoln étant un personnage de portée mondiale, cette nouvelle aurait pu se situer au hasard à Montréal où cette avenue existe voire à Londres où elle se situe dans le quartier de Twickenham ; et Londres est en Europe, une des villes où j’aime le plus passer du temps et sur laquelle j’écris souvent. Enfin, au passage, rien ne dit que ces espèces sont d’origine humaine ; elles auraient pu muter. Par exemple, la méduse aurait pu évoluer vers un animal terrestre.

Bref, de la nourriture pour la pensée, comme le traduit si bien Google (encore des Américains, décidément ils sont partout, les bougres) d’une expression purement anglaise. Sur ce, je vais m’écouter un petit groupe britannico-australien dont le chanteur est parti sur l’autoroute de l’enfer où les méduses ne se font pas dévorer par des chefs de horde aux yeux rouges.

Encore merci.

Donaldo

Contribution du : 19/12/2020 11:11
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Jawaka a digéré sa méduse et remercie les lecteurs de l'avoir suivi sous la lune fatiguée
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Comité Editorial
Évaluateurs
Auteurs
Correcteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 32779
Hors Ligne
Et moi qui ai pensé qu'ils jouaient au mahjong
j'ai tout faux, une fois de plus ,

Merci Don pour ton retour !

Contribution du : 19/12/2020 12:33
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Jawaka a digéré sa méduse et remercie les lecteurs de l'avoir suivi sous la lune fatiguée
Expert Onirien
Inscrit:
16/01/2019 11:42
De Pyrénées Atlantiques
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 4140
Hors Ligne
Je suis d’accord, ton récit est une pure retranscription de comics tant il ne s’embarrasse pas de crédibilité. Quand tu me réponds « la méduse aurait pu évoluer vers un animal terrestre », non, ce n’est pas possible ! Il faut arrêter de délirer avec les radiations et croire qu’elles pourraient modifier n’importe quoi, comme rendre intelligente une forme de vie primitive. Si la mutation n’est pas d’origine radioactive, résultat d’une sélection naturelle, elle est encore moins plausible par rapport aux échelles de temps nécessaire.
Je t’embête avec ça parce que je suis un adepte de la hard science fiction (vilaine appellation on est d’accord) définie ainsi par l'écrivain américain Allen Steele : « La hard SF est une forme de littérature de l'imaginaire qui se construit autour de la science établie ou de son extrapolation prudente » (source Wikipédia). C’est cette SF que j’aime lire, qui ne s’envole pas dans des suppositions totalement farfelues. Mais il en faut pour tous les goûts !

Je te taquinais avec les States mais je comprends que ça t’agace. Désolé, j’arrête avec ça.

Contribution du : 20/12/2020 10:45
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Jawaka a digéré sa méduse et remercie les lecteurs de l'avoir suivi sous la lune fatiguée
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Responsables Edition
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 45579
Hors Ligne
Certes, ce que tu dis semble vrai... à l'aune de nos connaissances scientifiques actuelles. Le problème de la certitude scientifique, c'est qu'elle est difficile à établir, en particulier en ce qui concerne l'évolution. Les exobiologistes se triturent les neurones à ce sujet car à chaque fois il faut imaginer une forme d'évolution compatible avec ce qu'on a observé sur Terre. Et comme tout n'a pas encore été découvert ou, pire, tout n'a peut-être pas survécu. J'ai pas mal de ces gusses dans mon cercle d'amis proches et je peux te dire que leurs délires sur les espèces qui auraient pu ou pourraient vivre sous les glaces du satellite Europe, dans les plaines du satellite Titan ou dans la haute atmosphère de Venus, font parfois penser à des délires de junkies coincés à Katmandou. Alors, même si je reste dans l'univers des comics - non, je n'en suis pas au délire du Marvel Comics Group des années soixante où une araignée radioactive transformait un jeune homme fragile et chétif en super héros - je conserve une forme de possibilité dans la transformation de ce monde, un peu comme le faisait Philip K. Dick, parce que cela permet de créer une ambiance, de se détacher du réel et d’accroître les champs du possible. Pour ma part, je n'aime pas quand les scientifiques écrivent de la S.F, à l'instar de Isaac Asimov ou David Brin, parce que c'est souvent gavant et bardé d'explications scientifiques qui tombent à l'eau vingt ans plus tard. On dirait même qu'ils n'ont pas appris la leçon des romans de Jules Verne - du genre "de la Terre à la Lune" - qui font désormais bien rire. Seul le britannique (tu vois, je lis des auteurs européens) Arthur C. Clarke échappe à cet errement. Vu que c'est un forum d'échanges, je précise que ma préférence de lecteur va aux écrivains de science-fiction pour qui le genre permet de dépasser le tangible, de s'évader au-delà du réel, tels que les américains Ray Bradbury et Philip K. Dick (les deux mettent la politique au centre de la S.F) ou Clifford D. Simak, le britannique John Brunner, le polonais Stanislas Lem (auteur du fabuleux "Solaris"), les russes Arcadi et Boris Strougatski. De ces préférences découlent ma vision de ce que j’écris en S.F, sachant que ce n’est pas mon genre favori, loin de là, mais que c’est justement reposant que de rentrer dans ce champ des possibles.

Je réfléchis à une nouvelle se passant en Pologne, dans la belle ville de Wroclaw.

Contribution du : 20/12/2020 11:20
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Jawaka a digéré sa méduse et remercie les lecteurs de l'avoir suivi sous la lune fatiguée
Expert Onirien
Inscrit:
06/02/2020 00:12
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3939
Hors Ligne
Alors la vie intelligente qui se développe à partir des étudiants en histoire de l'art, tout ça, c'est des conneries ?!

Heureux de l'apprendre, j'irai me coucher moins idiot ce soir.

Contribution du : 20/12/2020 11:41
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Jawaka a digéré sa méduse et remercie les lecteurs de l'avoir suivi sous la lune fatiguée
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Responsables Edition
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 45579
Hors Ligne
Je me sens moins seul. Moi, j'ai découvert récemment que les garçons ne naissaient pas dans les choux et les filles dans les roses.


Contribution du : 20/12/2020 13:06
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Jawaka a digéré sa méduse et remercie les lecteurs de l'avoir suivi sous la lune fatiguée
Maître Onirien
Inscrit:
25/06/2009 19:48
De Les Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Primé concours
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 14538
Hors Ligne
Cette nouvelle ayant été proposée en Horreur-épouvante et pas en SF, je trouve bizarre de la jauger à l'aune de la SF.

C'est bien de l'horreur, et les personnages sont parfaitement imaginés pour coller au genre. Une créature avec des poils, des crocs et des yeux rouges peut parfaitement être intelligente et raisonner. Il existe bien des humains "conformes" stupides et parfaitement incapable d'aligner trois idées cohérentes.

Une autre créature ressemblant à une méduse capable de transformations morphologiques est tout aussi acceptable dans ce contexte. Ou alors il faut jeter aux orties les Grands Anciens de Lovecraft, les vampires de Bram Stocker, les loups-garous, zombies et autres, parce que ces créatures sont tout aussi extravagantes et pas plus crédibles pour les adeptes du "scientifique" qu'une méduse à transformation variable.

Une histoire d'épouvante n'a pas besoin d'explication rationnelle ; elle est là pour jouer sur les peurs fondamentales : le monstre, la chose baveuse ou pleine de dents, tout ce que l'imaginaire humain peut concevoir de plus abominable.

En tous cas c'est avec ce regard que je lis les nouvelles placées dans cette rubrique. Et j'aborde tout à fait différemment les histoires de SF (comme l'inoubliable Etable de Jaimme).

Contribution du : 20/12/2020 15:12
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Jawaka a digéré sa méduse et remercie les lecteurs de l'avoir suivi sous la lune fatiguée
Expert Onirien
Inscrit:
07/06/2019 16:07
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 6918
Hors Ligne
Tout à fait d'accord avec Animal. Rien de scientifique en horreur/épouvante, donc...

Contribution du : 21/12/2020 18:40
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Jawaka a digéré sa méduse et remercie les lecteurs de l'avoir suivi sous la lune fatiguée
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Responsables Edition
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 45579
Hors Ligne
Merci ANIMAL, d'avoir pointé ce point. Même moi, je m'étais laissé embarquer sur le terrain de la SF dans ma réponse alors que j'ai proposé cette nouvelle consciemment dans le registre "horreur / épouvante".



Donaldo

Contribution du : 22/12/2020 10:10
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2022