Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





L'île enchantée vous remercie...
Expert Onirien
Inscrit:
19/02/2013 19:13
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 4387
Hors Ligne
Un chaleureux merci à tous ceux qui ont contribué à la parution de ce texte pour lequel j’ai craint un nouveau refus suite aux deux textes envoyés précédemment…
Le premier récupéré au fond du tiroir, le refus ne m’avait pas vraiment surprise, un bouquet d’œillets décliné en cinq couleurs et jugé trop scolaire, je n’y voyais rien d’étonnant, même si, (quoique dirait Mokhtar…), le regard d’enfant que j’ai conservé ne le renierait pas pour autant…
Pour le second, un sonnet où il était question d’amour maternel, j’ai été davantage désappointée, car je craignais plutôt pour la forme que pour le fond. Pensant y avoir mis tout mon amour maternel, j’ai découvert que, pour les lecteurs, l’exercice leur a semblé fabriqué et avant tout raté, sans que l’on puisse trouver une once d’amour maternel, et, encore plus perturbant, que les tercets étaient qualifiés de « virils », la référence au tableau de Berthe Morisot « Le berceau » n’ayant pas été pertinente quant à l’attente qu’ils pouvaient avoir…pensant que j’en avais présenté la description… ; remettre en cause mon amour maternel m’a fait me sentir « hors-jeu » pour un temps et l’opération « confiance en soi » initiée par un certain magicien (même s’il précise qu’il ne l’est pas toujours…) a fondu comme neige au soleil. Mais, devant honorer un certain marché et ayant observé un texte bien esseulé dans la catégorie libre, j’ai tenté à nouveau d’aller explorer de ce côté en me focalisant sur cette expression fournie lors d’une analyse de Jfmoods : « figer ou suspendre le temps… »
Je remercie particulièrement les lecteurs et commentateurs de l’espace lecture, Corto et Gabrielle pour leur aide à la sélection : « une excellente idée » et « un agréable moment de lecture » me sont encourageants…
- Egalement les lecteurs et commentateurs très fidèles, auxquels je suis vraiment très reconnaissante : Senglar, Pizzicato et Papipoète, chacun ayant partagé la magie du moment…
- Les lecteurs plus sensibles à la poésie libre : Donaldo 75 et Pouet qui me font tous deux un très beau compliment qui me touche beaucoup…
- Ainsi que les nouveaux venus sur ma page à qui je souhaite la bienvenue :
- Davide ayant réussi à trouver, malgré son mal de tête, « un brin de fantaisie »…
- Stéphanie 90, sensible « au cadre enchanté de la source d’amour… » et à qui je souhaite une très belle évasion du côté de « Compostelle »…
- Vincente, fervent défenseur de la rationalité, (dont je suis avec plaisir les commentaires rigoureux et pertinents…), adepte du débat philosophique et me reprochant un propos ambitieux (c’est la première fois que cela m’arrive…) ; quant à « nier l’écriture et sa capacité à faire sens », je me rapprocherais de cette réflexion lue sur le sujet « le non-sens n’est jamais une absence de sens mais un autre rapport au texte… », ainsi que « l’Essai sur le temps suspendu » ou le Désir-temps de Thierry Giraud, philosophe, qui peut éclairer mieux que moi la question posée… ; merci à vous de votre intérêt et questionnement…
- Merci également à Lulu d’être passée exceptionnellement sur ma page et dont les encouragements me vont droit au cœur…
Devant m’absenter du côté de mes « petits bonheurs d’été », je vous remercie encore tous de m’avoir fait l’honneur et le plaisir de votre passage…
Bien sincèrement, en attendant de vous lire à nouveau, émilia

Contribution du : 12/06 22:36:02
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'île enchantée vous remercie...
Expert Onirien
Inscrit:
12/05/2016 20:15
De Vendée (85)
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 4770
Hors Ligne
Bonsoir Emilia,

L'approche conceptuel de Thierry Giraud me paraît très intéressante, je n'ai pour l'instant que survolé l'introduction de son essai, mais je prendrai le temps de creuser la question, donc l'hypothèse développée de sa suspension éventuelle :)) dès que possible. Je vous remercie donc de cette invitation.

Cependant, je veux tout de même souligner que ma remarque sur votre "ambition" qui me semble par principe démesurée, et dont je proposais une comparaison formulée ainsi "nier l'écriture et sa capacité à faire sens en se privant de l'outil de représentation consensuel qu'elle est de fait." était celle signifiant que le temps dans son avance fait la vie, sans temps pas de vie. De la même façon que l'écriture est formée de signes, sans eux plus d'écriture ; de la pensée, des émotions, mais pas de formulation dans la langue, consensuelle et partageable.
D'autre part , je constate que Thierry Giraud pose cette assertion et parle du phénomène dans sa réalité perçue par l'homme, donc par sa conscience. Le fait qu'il y ait d'autres champs dans lesquels le temps puisse être hors de sens, un non-sens, un hors champ, pourquoi pas et même bien sûr, mais alors ce ne sera plus le temps de notre conscience, ce sera celui d'une autre réalité, en tout les cas une réalité dont nous n'avons pas conscience. Sous cet angle de vue, je peux comme lui et comme vous imaginer d'autres voies où le temps ne sera plus une valeur bornant et vectorisant la vie organique. Mais alors pour moi, ce n'est plus le temps suspendu de votre poème...

Je reviendrai vers vous, votre "ambition" me plait en fait beaucoup. Peut-être me faudra-t-il dans quelques temps relire votre poème nourri des perspectives insolites que j'aurais découvertes.

Bien amicalement
Vincente

Contribution du : 13/06 00:17:31
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'île enchantée vous remercie...
Expert Onirien
Inscrit:
12/05/2016 20:15
De Vendée (85)
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 4770
Hors Ligne
Bonjour Emilia,

J'ai relu votre poème en me laissant guider par l'expression "comme si le temps se suspendait" que l'on emploie pour évoquer ces moments particuliers où notre conscience savoure l'instant présent (une somme d'instants en concrétion émotionnelle) en faisant abstraction de sa survenance dans un continuum temporel. En ça, je vous suis également dans l'hypothèse du désir-temps, très intéressante, de Thierry Giraud.

Ainsi ce qui me "chagrinait" se gomme entièrement... jusqu'au "et que le temps coulisse / vers son île enchantée...", car alors vous signifiez qu'à nouveau le temps se remet en mouvement (comme si l'on en reprenait conscience), et pourtant vous(nous) sommes toujours dans ce moment de "temps suspendu" (hors du temps donc).
Soyez assuré que je ne cherche pas la "petite bête", mais simplement désire retrouver ce qui a pu me perturber en laissant traîner un "petit loup d'incohérence" ayant entaché ma première lecture.

Bien amicalement
Vincente

Contribution du : 14/06 13:59:53
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'île enchantée vous remercie...
Expert Onirien
Inscrit:
19/02/2013 19:13
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 4387
Hors Ligne
Bonjour Vincente,
Suite à mon retour, je découvre votre nouvelle contribution et concernant ce « petit loup d’incohérence » ayant entaché votre première lecture, il me semble, de mon point de vue, que ce « temps suspendu » n’est qu’un espace-temps privilégié parmi le continuum temporel, ce que souligne d’ailleurs le pronom possessif « son île enchantée », signifiant qu’elle appartient au temps et non pas qu’elle soit hors de lui…, de même que la source d’amour considérée dans toutes ses occurrences artistiques et qui sont autant de parenthèses enchantées grâce auxquelles la vie vaut la peine d’être vécue, comme un cadeau à savourer l’espace d’un songe, un moment de passion à vivre avec intensité au point d’en oublier le reste, sous une condition implicite en quelque sorte, induisant comme pour l’écriture un rapport différent au temps, de la façon dont Lamartine a pu le formuler lui-même dans sa prière : « Ô temps, suspends ton vol ! » et en corrélation avec le concept du « Désir-temps » dans sa projection à la fois objective et subjective…
Voilà pour les précisions que je pouvais apporter à votre questionnement même si vous êtes surement passé à autre chose depuis…
Quant à moi, je vais reprendre avec intérêt la lecture de chacun ( en faisant toutefois une petite pause au niveau des commentaires…) mais en souhaitant à tous une très bonne continuation et un agréable été malgré la canicule, de belles inspirations…
Bien cordialement, émilia

Contribution du : 02/07 17:32:54
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019