Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





La fille couleur d'ange - remerciements et couleur des mots
Expert Onirien
Inscrit:
18/03/2017 11:03
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 4580
Hors Ligne
Bonjour,

Je remercie Oniris pour la publication de ce poème.

Je remercie chacun des lecteurs poètes qui ont déposé leurs réflexions sous mes mots.
Merci Provencao, Vincente, papipoete, Pouet, Angiblue.
Chacune de vos interprétations est riche. Elle amène le poème là où il n'avait fait qu'effleurer, là où il ne savait pas peut-être aussi.
Nos mots sont riches des autres, seuls ils peuvent s'égarer.

On peut deviner deux personnes dans ce poème (ou pas selon le ressenti du lecteur).

* La "fille-ange" n'en a que la couleur.
Elle a le sentimentalisme égoïste, pleure pour qu'on la voie pleurer. Des peines des autres, elle s'en fait un outil pour exister. Parfois elle fait le bien, parfois elle va trop loin. Elle appuie sur la peine des autres, tire dessus, l'emmêle, la déforme, se l'approprie.

L'autre personnage subit l'attaque ailée de "bons" sentiments. Il n'a pour répondre que quelques fils cassés. Il est désemparé face à cette fille qui s'invente une histoire gratuite sur le dos de son mal-être.


À propos des fautes grammaticales, d'expression et de syntaxe relevées par Angiblue :

"Elle postait des citations, plein de vides et de ciel"
"Plein de" dans le sens de beaucoup de vides. La virgule est importante. J'ai failli écrire "plein du vide du ciel". Je ne sais pas si l'image aurait été comprise, ni si elle était juste.

La figure de style "Faudra plus" apporte pour moi de la force, elle montre un personnage à bout de souffle, à bout de mots, à bout de force par contradiction.

"La balayant poussière, à peine une histoire". Là aussi j'ai travaillé ces mots pour qu'ils collent à l'émotion. Une anacoluthe peut-être, je ne suis pas experte.

"Elle criait je sens tout, la douleur sur la Toile"
La virgule est importante ici.
Je sens tout,
(je sens toute : ellipse volontaire) la douleur sur la Toile.

Figures de style ou maladresses, je ne sais, le poète n'en fait qu'à sa tête ;)


Merci encore Oniris et toute l'équipe pour permettre ces échanges que je ne trouve nulle part ailleurs.

Contribution du : 18/09 09:54:00
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : La fille couleur d'ange - remerciements et couleur des mots
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 16987
Hors Ligne
Citation :

Gouelan a écrit :
On peut deviner deux personnes dans ce poème (ou pas selon le ressenti du lecteur).


Salut,

oui, moi j'étais dans le ou pas.

J'y ai vu une seule et même personne disant adieu à un comportement, à une inclination, à une "sensibilité" qui la dévorait.

Bien à vous.

Contribution du : 18/09 12:43:12
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : La fille couleur d'ange - remerciements et couleur des mots
Onimodérateur
Inscrit:
12/05/2016 20:15
De Vendée (85)
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Onimodérateurs
Post(s): 8135
Hors Ligne
J'ai avancé dans la vision d'une seule personne, cette fille, emberlificotée dans ses besoins de se montrer au travers de ses douleurs affichées, mais de fait débordée par ce qui lui sortait du ventre et suintait de sa tête.

Mais j'ai vu dans la narratrice une deuxième personne, dissociée par la force des choses, mais pourtant de même famille (biologique ou pas), celle qui subit la présence phagocytante de l'autre qui la mange. J'y ai vu comme une mère évoquant le don d'elle-même ("Sur mes bleus cachés en dedans de l’enfance"), et son enfant qui suce sa bonne volonté à la grandir jusqu'à l'exténuement et l'abandon salvateur, celui où elle s'en détache dans un indispensable geste salvateur ; ainsi elle garde un "fil du coton d'un nuage...sensible" comme ultime geste d'affection, le lien originel restera incontestable avec son amour sous-jacent, tapi sous ces poussières qui devront rester en paix pour être appréciées.

Contribution du : 18/09 13:18:39
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020