Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Les zoizeaux, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Auteurs
Correcteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 33056
Hors Ligne
Me revoici pour un merci à tous les intervenants, des plus cachés jusque ceux qui s’exposent le plus et laissent des traces sous les textes.

Un conte est un conte. Chacun y trouve ce qu’il veut, c’est l’allégorie liberté totale, pour le lecteur comme pour l’auteur.
Pour moi, la catégorie est un outil, pas une fin en soi. Je m’en suis servi ici pour opposer deux aspects, et ce ton que l’on attribue aux contes finalement n’est-il pas notre échappatoire, je veux dire nos contradictions dans notre vie ?
Si on sait pour qui on travaille et qui nous paie avec de l’argent pas trop propre, et qu’on s’en accommode, que peut-on espérer en ce bas monde ? Je sais, la formule est un peu brutale, et c’est peut-être ce qui fait dire à certains commentateurs que c’est moraliste. Mais ça ne l’est pas. C’est une critique qui revient souvent sur mes textes, et j’en suis la première étonnée. Je parle dans mes textes de ce qui me touche au plus près, de ces aberrations de tout ce qu’englobe l’économie avec un grand E, grand E que je me refuse à mettre.

Don : « Ce texte n’est pas parfait ». Dans un sens, ça me rassure, ça voudrait dire que je serais arrivée au bout du chemin:). Mais j’aurais bien aimé un petit développement dans ce sens-là, histoire de devenir parfaite et d’enfin pouvoir passer à autre chose, je ne sais pas, moi, le surf ou le tricot !
Les ailes. Oui, je crois que nous avons tous en nous la racine de la liberté, et que nous en gardons nos aptitudes, si jamais…

Robot : je ne connais pas l’auteur que tu cites. La candeur ? Oui, sans doute, d’être par exemple payé avec un argent dont il sera impossible de profiter sans s’affranchir des liens envers celui qui paie. Je ne mets sans doute pas la candeur au même endroit que toi, je crois que de façon générale, on a beaucoup de « candeur » en ce qui concerne l’argent.

Pepito : deux fois, oui, tu pourrais essayer. Si on te rappelle à l’ordre, t’auras qu’à dire que t’avais oublié ton premier com :)
Alors comme ça, tu n’as pas aimé les fesses de plomb et son kilo de plumes. C’est dommage. C’est une image fort populaire qui nous montre à quel point « l’équilibrage » est tellement faussé par les différentes façons dont on nous l’expose…

Cristale : J’ai aimé ton commentaire où tu t’y reprends à deux fois : une fois comme ça pour voir, une autre fois pour finalement échanger sur ce que ce texte te laisse. Tu es la seule, pour les oiseaux des îles (donc des déracinés) à avoir compris qu’ils voulaient repartir bien loin, d’où ils venaient.
C’est pour ça que le bateau, noir, rouge, ça dépend ce qu’on lit, a son importance ici. Le bateau est un très grand symbole des déracinés, de ceux arrachés à leur lieu d’origine. Le Rakham le Noir… Un zoizeaugrier, en quelque sorte.

IsaD : Je reviens sur quelques points que tu soulignes :
- Je n’ai jamais vu un oiseau s’arracher les plumes de désespoir, ou plutôt d’espoir pour aboutir dans leur cause – la liberté – mais sans doute y a-t-il des gens qui ont fait des choses folles, vraiment folles, en silence, pour revendiquer leur droit le plus fondamental. C’est un conte, IsaD, ce n’est pas la véracité des faits énoncés qui importe, mais le symbole qu’ils représentent.
- les billets tout neufs : non, ce ne pouvait être de l’or. Le billet de banque est une monnaie fiduciaire, l’or est concret.
- La contemplation du carrelage : La beauté du monde n’empêche pas, ou ne devrait pas empêcher, de se poser des questions sur cette beauté, ici l’art des carrelages. Ce n’est pas parce que le palais est beau qu’il doit abriter l’emprisonnement d’êtres qui n’ont pas demander à venir là pour être enfermés dans des cages. La beauté du monde ?
- Les oiseaux se sont pas mal déplumés : Oui. C’est le prix de leur liberté. C’est comme ça aussi dans la vie réelle, IsaD.
(Je vois juste à l’instant, en rédigeant ces remerciements, que tu as édité ton com. Tu dis « Au temps pour moi », mais je trouve bien d’avoir la réaction première des lecteurs (un peu comme l’a fait Cristale). Merci pour y être revenue, je le prends comme une marque d’intérêt. Un point cependant : la notion de temps n’existe pas vraiment à l’échelle humaine dans un conte. Du temps passe. Un peu ou beaucoup.

Pouet : Acerbe, doux, décalé, mélancolique, résigné. Ça fait beaucoup de qualificatifs pour un si petit texte. C’est souvent ce que je recherche en écrivant. Je ne pouvais souhaiter mieux !

Papipoète : « un conte pour grands qui pourrait être dessiné pour les petits ». C’est une très belle idée que tu me fais découvrir !

-Luz : Effectivement, je n’ai pas retouché, ou très peu, le texte du défi. Je préfère le garder ainsi, tel que je l’ai conçu et écrit durant les deux semaines allouées pour aboutir. J’ai vraiment essayé d’en tirer une essence.
Un conte est intemporel, et ça m’a plu d’embrouiller un peu au niveau des impressions d’époque. L’homme ne changeant pas, tout reste vrai, n’est-ce pas ?

cherbi : Soyons clairs, la notion de maître-chanteur est apparue dans les coms, mais ce n’était pas mon objectif ni mon intention. Je pense que le narrateur a trop de naïveté pour aller aussi loin. Si on ne peut pas dire clairement qu’il est complice d’un tyran, il lui faudra malgré tout une réflexion intense pour agir. Et quitter ses coffres.
Pour le reste, tu as bien lu ce que j’ai essayé d’écrire:)

Cat : je ne visais pas une infantilisation de mon propos, mais plutôt l’inverse. Savoir, ( que les oiseaux ne sont pas heureux)c’est s’enlever l’excuse (de faire perdurer cet état de fait)…

Un très grand merci à tous, et je serai repartante pour un défi quand il se représentera, c’est une excellente façon de sortir de sa grotte !

Un fil ouvert comme d’habitude, pour papoter, contester mes points de vue, échanger.


Contribution du : 01/05 23:08:09
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les zoizeaux, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Auteurs
Correcteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 33056
Hors Ligne
Bonjour Wancyrs,

Si chacun dans un conte peut y voir ce qu'il veut, il y a une ligne directrice et tu es en plein dedans.
Il y a mille bifurcations, dont chacune vaudrait un texte à elle toute seule.
Mais il m'a semblé cohérent de partir de la naïveté d'un narrateur pour en arriver à l'impunité d'un monde, d'un cercle, face à laquelle il est démuni.

Grand merci pour ton passage.

Contribution du : 02/05 09:43:25
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les zoizeaux, merci !
Expert Onirien
Inscrit:
07/06/2019 16:07
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 6917
Hors Ligne
Merci du retour, Hersen.

Je plussoie sur le maître-chanteur. On y pense furieusement quand même, le narrateur n'en n'ayant pas conscience lui-même ou pas.

Tu nous a pondu un texte terrible finalement. Il creuse dans un sacré problème : notre complicité dans un système, ce dont on n'a pas forcément conscience de prime abord. Les implications sont... non, je ne veux pas y penser... Sadique, va ! Je vais plus pouvoir en dormir la nuit...

Contribution du : 02/05 11:16:27
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les zoizeaux, merci !
Expert Onirien
Inscrit:
17/04/2012 21:15
De Capens
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 6976
Hors Ligne
Ben si, j'ai bien aimé "les fesses de plomb et son kilo de plumes". Une bonne idée pas assez mis en valeur, même que... ^^

Contribution du : 02/05 13:17:03
_________________
Celui qui écrit dans mon dos ne voit que mon… (Adage du banni)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les zoizeaux, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 21091
Hors Ligne
Salut hersen et merci pour le retour.
Ce qui est certain c'est que nous sommes tous complices de l'existence.

Contribution du : 02/05 14:09:13
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammed Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les zoizeaux, merci !
Expert Onirien
Inscrit:
10/03/2014 08:59
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 8595
Hors Ligne
Salut Hersen,

Je fais partie de ceux qui trouvent des leçons de morale dans tes textes. Pas leçon de morale comme on peut l'entendre, mais davantage par le ton et le parti pris d'opposer les gentils contre les méchants dans l'enjeu de taille qu'est la survie de notre monde.

Peut-être aussi, parce que tes histoires se font l'écho des discours rabâchés jusqu'à la nausée par la génération sinistrose des écolo-bobo-mondialo-donneurs-de-leçons : tout va mal, on court à notre perte parce que nous ne sommes que de sombres abrutis, et si l'on va bientôt griller ou se geler en enfer, ou encore disparaître sous les eaux, il ne faudra s'en prendre qu'à nous...

Autant je suis d'avis qu'il faut éduquer pour mieux vivre dans le respect – les bons réflexes s'inculquent aussi rapidement que les mauvais - autant s'entendre dire à longueurs d'ondes que l'Homme est responsable de tous les maux de la planète, me barbe royalement. C'est cela que j'appelle infantiliser, comme si un adulte responsable n'avait aucune conscience.

En tous les cas, merci pour ton retour sur commentaires. C'est sympa de partager avec l'auteur.


Cat

EDIT : toutafé, complices de l'existence. C'est bô ça, Pouet !

Contribution du : 02/05 14:10:00
_________________
Mon Blog
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les zoizeaux, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Auteurs
Correcteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 33056
Hors Ligne
Cat, rien n'empêche non plus de voir les aspects positifs. Ce n'est pas pour autant qu'il faut zapper ceux qui sont négatifs.
Ceci dit, étant sur le point de devenir une migrante climatique, rien ne me sert de me plaindre, je dois trouver froidement des solutions.

Cherbi, désolée si je plombe l'ambiance ! Je suis loin de vivre dans cet état d'esprit, mais je suis toujours en colère quand je vois diminuer les terres agricoles au profit de construction de supermarchés ou de golf, entre autres.
Vouloir moins, c'est très satisfaisant.

Pepito, génial, je ne saisis même plus quand tu aimes ou pas


Contribution du : 02/05 16:37:45
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les zoizeaux, merci !
Expert Onirien
Inscrit:
07/06/2019 16:07
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 6917
Hors Ligne
Ça va, Hersen. Ma fièvre est descendue. Ouf !

Tu sais, des trucs bizarre, on en voit de toute sorte. Il y a quelques années, on avait repéré une pizzéria et son terrain fermée définitivement, que l'on voulait acheter pour en faire notre maison, moyennant quelques transformations. La mairie y a mis son veto, nous expliquant que cet endroit était destiné aux entreprises. Plus de dix ans plus tard, pas d'entreprises dans ce coin qui n'est pas très pratique (finalement), le bâtiment est maintenant une ruine, une vraie ruine et la mairie ne pipe mot (sans doute honteuse). Va comprendre.

Contribution du : 02/05 17:28:37
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les zoizeaux, merci !
Onirien Confirmé
Inscrit:
05/03/2021 15:03
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 439
Hors Ligne
Un joli conte bien noir et poisseux, hersen.

Bon, mon bête esprit trivial se demande : mais comment que ça se fait que les zoizeaux ont fini englués dans le pétrole échappé du navire ? ils étaient sur l'eau ? c'était des zoizeaux marins ? des zoizeaux marins et chanteurs c'est inhabituesl.

Contribution du : 03/05 15:38:29
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les zoizeaux, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Auteurs
Correcteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 33056
Hors Ligne
Salut vicomte !!!

Je vais, parce que je suis contente de te revoir, tout bien t'expliquer parce que tu n'es pas personnage à laisser flotter les rubans. Ceci dit, c'est un conte titre, tu te lâche et tu mets ce que tu veux dedans, en tant que lecteur.
Les zoizeaux viennent de loin, contraints et forcés. Pourquoi seraient-ils spécialement des oiseaux de mer ? Ils sont zoizeaux, comme le titre du conte, vicomte, l'indique. Ils sont sur la plage, avant de prendre leur élan je suppose pour rejoindre leur terres. Ils se sont fait prendre dans le roulis de l'écume poisseuse à marée montante.
ça le ferait, tu crois ?
Moi je crois que oui.
Relaxe.

Contribution du : 03/05 20:03:49
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2022