Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Merci d’être passé devant la maison vide d’Oléron
Maître Onirien
Inscrit:
17/04/2013 18:11
De Monts du Jura -
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Responsables Edition
Post(s): 26952
Hors Ligne
Je suis en retard, mais des circonstances personnelles me tiennent un peu éloigné d’Oniris pour quelques temps encore. Je ne fais que de brefs passages. Mais je vous remercie tous pour votre passage devant la maison vide d’Oléron.
Merci pour la sélection, merci pour la publication.
Merci à vous :
Lulu, mention spéciale, parce qu’il a commenté ce poème en espace lecture.
Hananké, Tib 1909, Jamesbébéart, Funambule, Leni, Edgard, Alexandre, Pizzicato, Marité, Papipoète, Framato, Pimpette, purana, Francis, Michel 64, Curwwod, Fabio

J’ai été surpris par tant d’assentiment sur ce poème inspiré à l’origine par la déception de n’avoir pas pu découvrir ce lieu.
Quelques réponses aux observations dans lesquelles les uns ou les autres vous reconnaîtrez vos remarques.

L’heptasyllabe s’est imposé d’entrée au premier vers et j’ai continué, le rythme étant venu naturellement.

Loti daté ? Peut être mais comme le sont Hugo, Rabelais ou Tite-LIve, datés parce qu’ils ont tellement bien su décrire leurs époques.

Si je n’ai pas évoqué l’œuvre ou la vie de l’écrivain, c’est que le poème tel que je le voulais, une anecdote en fait, ne permettait pas de rendre compte en quelques vers d’une vie de voyage, d’une vie amoureuse très diverses, d’un personnage parfois fantasque.
Et je ne suis pas doué pour les biographies.

Le verbe siester. Parmi d’autres, je trouve intéressant parfois de réveiller un mot peu usité mais si précis qu’il s’impose. Siester, verbe transitif que l’on remplace en compliquant par « faire » la sieste.

La rose trémière est en effet la fleur emblématique de l’île d’Oléron. En bord de route, les cantonniers ne les coupent pas.
La « demeure des aïeules » était la maison ou Pierre Loti passait, enfant déjà, ses vacances. Elle appartenait à ses tantes par qui il fut élevé, je crois.

Un petit mot et un grand merci pour Alexandre qui m’attribue un TB+ à l’ancienne. J'ai impression que tu regrettes l’ancienne évaluation. Tu n’es pas le seul mais le changement est affaire de mode et l’expression affaire d’usage...
...à ce qu’on dit…

Merci !

Robot

Contribution du : 06/12/2014 15:28
_________________
Vivre au paradis, quel enfer !
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Merci d’être passé devant la maison vide d’Oléron
Maître Onirien
Inscrit:
17/04/2013 18:11
De Monts du Jura -
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Responsables Edition
Post(s): 26952
Hors Ligne
Merci à Luciole pour avoir plongé dans les profondeurs Oniriennes, et d'avoir remis au jour ce texte pour lequel j'avais à l'époque pris beaucoup de plaisir à écrire.

Merci pour le com et l'appréciation.

Contribution du : 02/02/2017 22:10
_________________
Vivre au paradis, quel enfer !
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2018