Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Merci de votre visite à "La villa des trois rivières"
Maître Onirien
Inscrit:
02/10/2012 20:34
De Là-bas
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 19223
Hors Ligne
Bonjour à tous et toutes.

J’adresse un grand merci au Comité Éditorialqui a permis la publication ainsi qu’à tous ceux et toutes celles qui ont pris de leur temps pour lire et commenter ce poème.

Comme je l’ai expliqué à plusieurs lecteurs, j’ai opté pour les vers blancs des quatrains en alexandrins, les majuscules uniquement en tête de phrase, selon la méthode de Alain Bosquet, et l’absence totale de ponctuation inspirée par Guillaume Apollinaire, la respiration devant naturellement suppléer cette absence.

Le plaisir que j’ai eu dans l’écriture n’a d’égal que celui de recevoir vos commentaires étayés en retour de vos lectures attentives.

Un grand merci pour l’accueil fait à ce poème.


Donaldo75
a aimé beaucoup, en espace-lecture, et m’offre un commentaire qui dépasse mes attentes.
Je suis heureuse et honorée que mes vers aient suscité autant d’allant dans vos appréciations. Quant au virus que ce poème a inoculé à votre plume, je souhaite qu’il soit très contagieux et qu’on en trouve jamais le vaccin.
Merci Donaldo.

Bipol
a aimé passionnément + la musicalité, le tempo et évoque Rimbaud.
Vous ne savez pas décrire pourquoi ce poème vous a enchanté mais vous le dites si bien que c’est un enchantement pour l’auteure que j’essaie d’être.
Ces mots, venant d’un poète et compositeur de talent me touchent au fond du coeur.
Merci Bipol.

Hananke
N’a pas noté, est déçu et se sent trahi par la forme de ma composition et voit de l’énumération où mes vers ne traduisent que de la contemplation : nature morte vivante a dit quelqu’un...
J’avais juste besoin d’air Hananké, de changer de décor, à ma façon mais avec des bases enseignées par nos Pères. Je suis désolée de votre déception qui se fait mienne également.
Merci Hananké.

Lebarde
a aimé beaucoup avec des critiques croquantes et craquantes.
J’aime votre façon de détester mon poème, je m’attendais bien à une volée de bois vert, (celui-ci est plutôt tendre) et rien que pour vous contrarier encore un peu, j’en proposerai d’autres, de formes encore pires :) Je pourrai rajouter, comme vous me le suggérez, quelques hiatus, e non élidés et rimes ratées pour vous faire plaisir mais c’est beaucoup demander à ma plume qui risque de faire un...co-lapsus…
Merci Lebarde.

Annick
a aimé passionnément et malgré l’absence de rimes a retrouvé la musicalité, l’harmonie de ma poésie classique, a trouvé l'initiative audacieuse, innovante.
Merci de souligner la perception des presque rimes, des sons proches, j’ai trouvé intéressant de jouer sur les sonorités des fins de vers en utilisant également l’alternance des finales masculines et féminines.
Merci Annick.

Pizzicato
a aimé beaucoup de belles images et les alexandrins qui coulent comme des accords de harpe.
Ô toi le musicien, tu sais parler de la poésie et le choix du premier quatrain dénonce ta plume romantique.
Merci Pizzi

Leni
a aimé passionnément + et répété tout haut les plus belles paroles.
L’ikebana de la poésie ! Waouh ! C’est joli ce que tu m’écris là.
Merci Leni. Je t’embrasse aussi.

Corto
a aimé beaucoup la conception d’images poétiques et précise que chaque vers est une entité à observer et de ce fait enferme l’ensemble dans un carcan. Sans véritables évènement, l’ensemble est figé dans la contemplation.
En effet, j’ai voulu décrire la villa et son ambiance figée dans son mystère, son vécu, à peine effleurée par le vent, la pluie et la rivière. J’ai fait mille photos de cette vieille maison magnifique, avant sa rénovation, d’où sans doute cette réelle impression de contemplation.
 "Abandonnée hier pour mille éclats de lune" où "mes vieux souvenirs" semblent venir se faire pardonner. » Votre lecture m’enchante.
Merci Corto.

Sympa
a aimé beaucoup – la poésie apaisante et les alexandrins sans être gênée par l’absence de rime.
La musicalité est important et que vous la souligniez me rassure vraiment. Oui, l’absence de ponctuation est volontaire, possible en contemporain, j’ai chipé l’idée à Apollinaire et j’ai compté sur le souffle des lecteurs pour la suppléer. J’espère ne pas m’être rendue coupable de trop longues apnées:)
Merci Sympa.

Papipoète
a aimé beaucoup + les écarts faits aux bons us sans être synonymes de négligence.
Oui Papipoète, ma plume à beau essayer de jouer les cancres, son éducation lui impose de garder une certaine élégance dans la désobéissance, autant que faire se peut :)
Merci Papipoète.

Anje
a aimé beaucoup et m’a suivie, bien qu’ en traînant un peu les pieds et s’essoufflant sur ces sentiers non bornés.
Votre confiance a fait que vous ne vous êtes point égaré et je vous assure que le navigateur de ma plume effectue ses mises à jour régulièrement :)
Merci Anje.

Lulu
a aimé passionnément + alors que le jour se lève au moment de sa lecture.
Je suis ravie que vous ayez perçu les assonances à la place des rimes, la musicalité du rythme, les couleurs dynamiques. « pas de ponctuation...rien que les mots pour nous faire entendre... » et vos mots à vous me réconfortent quant à la réception de cette forme inhabituelle. Vous évoquez, et vous avez raison, le plaisir de l’écriture, plaisir décuplé lorsqu’une lectrice me dit avoir envie d’apprendre mon poème par coeur :)
Merci Lulu.

Dream
a aimé passionnément + la musique remplaçant les rimes et me dit avoir passé son après-midi d’hier à lire TOUS mes poèmes…
Et bien ! Quel honneur me faites-vous là, et que de superlatifs enchanteurs. Je n’en mérite pas tant.
Oui, à tout bientôt sur d’autres vers sans doute, et pour le plaisir de partager la bonne humeur..
Merci Dream.

Emilia
a aimé passionnément + la musicalité prouvant que les rimes ne sont pas essentielles…
et de citer de nombreux passages appréciés au long de sa lecture.
Vous entrez dans mon espace romantique avec la grâce de vos mots et je vous y accueille avec grand plaisir.
Merci Emilia.

Davide
a aimé bien + dans un commentaire étayé de sensations semble-t-il assez agréables.
Dommage que cette « traîne d’aube » ait inspiré quelques relents culinaires, c’est fort :)
Les peintres d’aquarelles sont pourtant bien présents dans mes souvenirs, ils faisaient partie du charme des lieux, en ce qui concerne les honneurs reçus, j’évoque l’inauguration qui a eu lieu en grande pompe lors de la totale rénovation de cette ancienne demeure qui a perdu le charme de son caractère sauvage.
Celle-ci se trouve être maintenant restaurant et maison d’hôte. C’est, pour moi, comme si l’on avait coupé un arbre millénaire...d’ailleurs les vieux arbres de son jardin ont disparu avec elle, celle que j’aimais avant son lifting intégral…
Merci Davide .

Vincente
a aimé beaucoup la trame de la visite paysagère de mes vieux souvenirs.
« Une œuvre vivante qui aurait les traits d’une nature morte » Cette définition me plaît bien.
Sans doute ce que vous nommer « la grâce un peu en deçà » entre le premier et le dernier quatrain est-elle due à la nostalgie que je ressentais en écrivant. Joie et plaisir des images de ma mémoire se mêlaient à la déception de ne plus pouvoir les ressentir en regardant la « noble dame » aujourd’hui.
Merci Vincente.

Moktar
a aimé passionnément - prêt à accompagner l’auteresse dans son sevrage (difficile, comme le remarque Lebarde) quand elle évolue vers d’iconoclastes classicocides, on ne saurait pour autant prendre le risque d’une plongée en apnée jusqu’au fond d’un quatrain. L’autière devrait avoir plus de considération pour l’âge de l’onirien moyen.
Mais mon cher lecteur, l’autrice n’attend pas l’essoufflement et encore moins l’apnée de ses lecteurs dont elle souhaite qu’ils prennent leur respiration au fil des vers, des hémistiches, des groupes de mots, des finales et tous les petits trucs qui remplacent la ponctuation.
«Me remettrais-je un jour de voir la « noble dame » mêlée au bas peuple par l’absence de ses deux encadrantes virgules aristocratiques ? Ma libido aura-t-elle réponse à cette question : qui est « rajeunie » ? La noble dame, ou la vierge nue ?
Quand je lis un poème (ou que je m’offre à ma masseuse préférée), je n’aime pas me poser trop de question. Je préfère me laisser faire. La ponctuation zénifie le poème. Cela dit, une fois débroussaillé, le trésor est fort intéressant. »
Ici c’est moi qui se trouve en apnée à mourir de rire...je ne maîtrise plus rien. 
Si tous les râleurs râlaient si bien que vous, le monde irait beaucoup mieux…je vais ce pas postuler chez Plazza :)
Merci Moktar pour ce commentaire souriant.

Zeste
a aimé passionnément + la fluidité, le rythme, la procession d’images.
« La beauté est dans toute chose, surtout dans le regard ! » des mots qui me rappellent ceux de Confucius : « Toutes les choses ont leur beauté, mais tout le monde ne sait pas les voir. »
C’est à moi de vous remercier pour cet agréable commentaire et votre haute appréciation.
Merci Zeste .

emju
a aimé passionnément et écrit : « J'ai envie de m'asseoir au bord de la rivière, me promener dans le jardin, courir sous la pluie sur la lande puis me blottir dans les bras du saule. Et, pourquoi pas faire un voeux, penchée sur la fontaine. «  Un commentaire d’une poésie absolument charmante. Que pourrais-je répondre après cela ?
Merci emju.

Stephane
a aimé passionnément + et se demande pour quelle raison j’ai abandonné la forme classique ET la ponctuation pour en arriver à ce merveilleux résultat.
Mon cher Stéphane, je n’en ai pas fini avec le classique, encore bien des méandres à explorer et de gammes à faire...simplement j’avais envie de tricoter autrement, pour le plaisir, en ce qui concerne l’absence de rimes et de ponctuation, je m’en explique en avant-propos de mes remerciements, une volonté d’explorer de nouveaux sentiers.
«  j'attends maintenant avec impatience le jour où tu t'affranchiras de TOUTES les contraintes pour nous livrer un poème totalement libre (juste un). »  Oh mais j’ai déjà péché par excès et tu trouveras l’objet du délit, ou du délire, assez facilement puisqu’il est seul, perdu sur ma fiche au milieu de tous les autres...d’ailleurs j’ai vu avec plaisir que Zeste lui avait rendu une petite visite ce jour…
Ton commentaire et tes hautes appréciation m’encouragent dans ma quête poétique.
Merci Stephane

Lucilius
a aimé bien mais est déçu de pléthore de métaphores, sinon aurait passionnément adoré ce texte.
Que serait la poésie sans métaphore et nulle recherche stylistique ? Une banale description sans doute... 
Vous me faites l’honneur d’attendre impatiemment ma prochaine publication mais je sens d’avance que vous serez encore déçu.
Merci Lucilius .

Hiraeth
a aimé beaucoup mais, écrit-il, n'a jamais été très friand des descriptions poétiques où manque l'humain... »Et pourtant...
C'est fou comment un poème peut envoûter un lecteur par la simple magie de la musique... j'attends la version chuchotée ou chantée pour les nuits où Morphée me boude….Ce ne sont pas les thèmes d'Orphée qui charmaient les bêtes sur son passage, mais la simple beauté de sa voix et de sa lyre : envoûtement par les sens plutôt que par le sens. C'est la marque des bons poètes : quand ils ne s’embarrassent pas de "messages" à délivrer, mais cherchent leur propre disparition élocutoire et cèdent l'initiative aux mots (la formule est de Mallarmé). Le texte coule littéralement de source, on se laisse emporter par son flot reposant, sans avoir besoin d'ajouter du sens au réel décrit ici. »

J’aurai pu retranscrire votre commentaire dans son intégralité tant vos mots traduisent ce que je n’osais espérer en retour en proposant ce texte à la publication.
Alors à mon tour : Hiraeth, merci tout simplement.



J'espère n'avoir oublié personne sinon, n'hésitez pas
et si j'ai laissé des fautes d'étourderie même châtiment...

Cristale



Le vent nocturne de Guillaume Apollinaire 1880-1918

Un sonnet en vers blancs de Alain Bosquet


Musique

J'aurais voulu de temps en temps être musique,
et, privé de mon corps, partir avec le vent
sur les fleuves perdus, les vautours en révolte,
les troupeaux d'arbres fous qui broutent les hameaux.

De temps en temps j'aurais voulu être un murmure
interrompant le long silence du silex
et le forçant enfin de m'expliquer pourquoi
il a l'air malheureux comme un astre qui tombe.

De temps en temps j'aurais voulu être un soupir
chez les insectes roux qui détruisent la pomme,
la sapotille et la pastèque trop crédule.

J'aurais voulu de temps en temps être un refrain
qui unit sans raison ni astuce perverse
le désespoir de vivre aux douceurs de la vie.


Alain Bosquet (1919-1998)


Contribution du : 06/03/2020 09:03
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Merci de votre visite à "La villa des trois rivières"
Expert Onirien
Inscrit:
31/10/2018 20:08
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 4799
Hors Ligne
Merci pour ces explications, Cristale, et encore bravo pour ce poème.

Au plaisir,

Stéphane

Contribution du : 07/03/2020 15:40
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Merci de votre visite à "La villa des trois rivières"
Maître Onirien
Inscrit:
02/10/2012 20:34
De Là-bas
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 19223
Hors Ligne
Merci à toi Stephane pour ce retour.

Je profite de cette page pour te remercier également de ta visite et de ton appréciation sur mon petit poème libre.

À bientôt sur d'autres vers,
Cristale

Contribution du : 07/03/2020 22:00
_________________
"La poésie est avant tout effraction. Elle cherche à plonger plus loin que les effets de surface. “
Jean-Pierre Siméon
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Merci de votre visite à "La villa des trois rivières"
Organiris
Inscrit:
01/07/2009 13:04
De Besançon
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Membres Oniris
Post(s): 20384
Hors Ligne
Merci de vos retours, Cristale, et de ce poème d'Alain Bosquet fort beau, en effet !


Contribution du : 08/03/2020 08:28
_________________
Inspiration ou poésie...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Merci de votre visite à "La villa des trois rivières"
Expert Onirien
Inscrit:
31/10/2018 20:08
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 4799
Hors Ligne
Citation :

Cristale a écrit :
Merci à toi Stephane pour ce retour.

Je profite de cette page pour te remercier également de ta visite et de ton appréciation sur mon petit poème libre.

À bientôt sur d'autres vers,
Cristale




De rien Cristale, belle réussite pour ces vers libres !

A bientôt,

Stéphane

Contribution du : 08/03/2020 16:17
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Merci de votre visite à "La villa des trois rivières"
Maître Onirien
Inscrit:
02/10/2012 20:34
De Là-bas
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 19223
Hors Ligne
Et pour moi également le plaisir du partage de l'un des quelques 400 sonnets en vers blancs d'Alain Bosquet.

Merci à vous Lulu

Contribution du : 08/03/2020 18:10
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Merci de votre visite à "La villa des trois rivières"
Maître Onirien
Inscrit:
02/10/2012 20:34
De Là-bas
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 19223
Hors Ligne
Un grand merci à Michel64 qui, bien qu'ayant "adoré" tous les alexandrins, à été moins enthousiaste sur l'absence de rime et de ponctuation. Michel, je ne puis que te renvoyer à l'avant-propos de cette page qui précise les fondations de cette forme particulière.
"crue indécente" n'est pas un hiatus mais une élision obligatoire du "e" muet de cruE avec la voyelle du mot suivant. Oh oh ! Ton retour de vacances te fait oublier tes classiques :)

Un grand merci à Robot qui a apprécié la forme de construction totalement contemporaine. Oui, comme je l'ai expliqué, mon désir était de présenter un texte vraiment contemporain et présentant des spécificités de formes différentes de mes habituels classiques tout en privilégiant la présence d'alexandrins.


Michel préfère ma plume en classique et Robot souhaite la retrouver en contemporain...je pensais avoir réuni les deux formes en une avec ce petit nettoyage d'avant-printemps jetant aux oubliettes rime et ponctuation


Encore merci à vous deux pour vos agréables commentaires et hautes notations.

Contribution du : 10/03/2020 09:00
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Merci de votre visite à "La villa des trois rivières"
Expert Onirien
Inscrit:
12/06/2014 08:51
De Pyrénées-Atlantiques
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 4869
Hors Ligne
"Michel préfère ma plume en classique ..."

C'est vrai que je suis encore jeune en poésie, et je ne me suis pas encore lassé d'une forme très classique (même si j'ai fait un essai en libre). Mais ça viendra j'en suis sûr. Et puis les formes s'ajoutent sans se remplacer et c'est très bien comme cela.

Très bonne journée à toi

Contribution du : 11/03/2020 10:58
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Merci de votre visite à "La villa des trois rivières"
Maître Onirien
Inscrit:
02/10/2012 20:34
De Là-bas
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 19223
Hors Ligne
Bonjour et un grand merci Curwwod
de votre présence à "La villa des trois rivières".

"Un poème très "sensuel" au sens où on y retrouve un tourbillon de couleurs de parfums et aussi de sons, de belles métaphores et personnifications (...)
Une tonalité mélancolique de bon aloi, sans tristesse excessive, mais qui touche par la douceur et l'harmonie de l'ensemble. Encore une très jolie oeuvre très visuelle, d'une grande sérénité en dépit des regrets."

Votre qualification de poème "sensuel" correspond parfaitement à mon intention d'écriture concernant mes propres sensations de ce souvenir vécu devenu visuel dans mes pensées.

Encore merci cher poète.

Cristale

Contribution du : 17/03/2020 08:34
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020