Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Merci pour "mon" Algérie
Maître Onirien
Inscrit:
10/09/2015 09:21
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 12528
Hors Ligne
Merci aux membres du CE, aux lecteurs et surtout aux commentateurs.
Quelques précisions concernant ce texte dont la version originale a été écrite il y a une quarantaine d’années, je l’ai retravaillé tout en conservant l’esprit.
En fait, ce n’est pas seulement un cri du cœur personnel, j’associe tous mes camarades et surtout ceux qui ne sont pas revenus vivants, dont un copain d’école. J’ai eu de la « chance », je n’ai passé que 7 mois en Algérie, j’étais basé à Bône (Annaba), une ville agréable aux plages de sable fin que je pouvais fréquenter plusieurs fois par semaine. J’ai crapahuté un mois dans le djebel avant de diriger un groupe d’escorte dans l’Est Constantinois, découvrant des paysages contrastés.
C’est vrai que contrairement à l’ouest montagneux comme le Cap de Garde, à l’est et au sud de Bône la terre n’est pas aride, le vignoble et les vergers abondent, seulement ces magnifiques propriétés étaient entre les mains de « colons » et j’éprouvais un réel malaise à voir les « fellahs » trimer sous le soleil pour quelques francs.
J’ai assisté aussi à des scènes d’un autre âge, comme l’embauche d’ouvriers journaliers par une fabrique de tabac. Les candidats attendaient dès le petit matin, assis sur le trottoir. A l’ouverture, ils étaient triés par des sbires antipathiques et seul un certain quota était admis. Mais quelques-uns étaient rapidement virés et remplacés par d’autres. J’ai compris en voyant de tels agissements les raisons de la colère des « indigènes ». Nous n’étions pas en Algérie pour protéger les Pieds-Noirs, de braves gens à majorité modestes mais pour préserver les privilèges d’une poignée de nantis.

Contribution du : 13/08/2018 08:46
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Merci pour "mon" Algérie
Maître Onirien
Inscrit:
08/06/2009 21:13
De Canada
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 17277
Hors Ligne
Voilà un témoignage poignant et honnête, Merci Vincent ! Nombres de guerres encore aujourd'hui ont lieu juste pour protéger les intérêts des plus nantis, et ça tout le monde le sais, mais just'une poignée de personnes s'indignent vraiment. La majorité le font dans leur coeur, au plus profond de leur confort, là où personne ne peut aller les inquiéter ; et parfois je fais partie de cette majorité là... j'espère qu'un jour mes cris sortiront du cadre oniris pour troubler la quiétude des gens bien du monde.
Merci Vincent ! L'industrie de la guerre est sans doute l'industrie la plus payante du monde ; et je parle de toutes sortes de guerres, allant de celle qui est causée par la simple calomnie à celles qui met en cause les intérêts pécuniaires...

Contribution du : 14/08/2018 18:51
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020