Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 3 »


Musée de la femme et du sentiment
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
01/07 06:43:31
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 1560
Hors Ligne
Bonjour
Je remercie chacun des lecteurs qui ont trouvé suffisamment d’intérêt à mon poème pour venir le commenter.
J’avais pensé faire payer l’entrée du musée mais je me suis dis « dès fois qu’il y ait des radins dans l’assemblée…on ne sait jamais ! »
En introduction à cet échange, je vais vous dire pourquoi j’ai écrit sur le thème de la femme.
J’ai souvent lu des poèmes sur le sujet, souvent de très belles choses, trop souvent magnifiées et quasiment toujours écrits par des hommes. Certes flatteurs mais chaque fois, je reste avec un sentiment discordant que j’approprie au fait que pour moi…La Femme, en terme général ça n’a pas de sens. Je n’ai jamais trouvé une chose (hormis le sexe) qui pourrait être attribué à toutes les femmes.
Si vous avez une idée, je suis preneuse.

C’est pourquoi, j’ai eu envie d’emmener le lecteur visiter un musée, qui se présente comme étant le musée de LA FEMME, mais qui au final montre que je ne parle que de moi.
Qu’est-ce qu’être femme pour moi, dans son intégrité ?
-Ce qui reste en moi de mon enfance, des douleurs, des incompréhensions mais aussi des rires.
-La maternité. Un rôle à la fois si naturel et si complexe. Vouloir garder son enfant tout contre soi parce qu’il en est une partie et malgré tout le laisser partir parce qu’il est aussi un autre que soi.
- Et enfin l’Amour et le plaisir charnel.
***
Eclaircie bonjour,
Effectivement mon poème a été posté dans la catégorie « poésie libre »
La raison, c’est que lorsque j’écris, je ne sais jamais à l’avance qu’elle forme va prendre mon texte. Parce-ce que je m’en fiche en fait. La classification ne m’intéresse pas en tant qu’auteur.
Je peux très bien commencer par un quatrain qui se poursuivra par trois autres quatrains ou après deux quatrains y allier deux tercets qui lui donneront la forme (simplifiée) du sonnet. Mais ce n’est jamais un choix délibéré de ma part au départ.
Après, tout cataloguer, tout mesurer…c’est le choix d’Oniris, pas le mien. Je laisse donc ce choix à d’autres en postant ici.
La classification ferme trop de portes à ma conception de la poésie.
Votre poste en est l’illustration. Vous avez débuté votre lecture avec une attente qui me semble t-il a guidé votre sentiment final.
Vous me parlez d’un sentiment de tristesse uniquement et pourtant ce n’est pas ce que j’ai voulu faire ressortir.
Chaque tableau a sa part de pleurs mais s’en suit toujours du rire et c’est bien le rire qui ferme chaque scène.
Sauf à la fin …mais ce sont pour moi des pleurs de joie.
C’est raté donc !
Merci.

Papipoète bonjour,
Nous avons toi et moi une sensibilité poétique commune indéniable.
Et j’avoue que j’aurais eu un pincement au cœur si je n’avais touché le tien. Un sentiment d’avoir raté quelque chose dans l’écriture de ce texte.
La lecture de la scène concernant la femme-mère aura été ton coup de foudre, ce qui peut-être t’a fait passer un peu à côté du fait que pour moi être femme c’est aussi les autres tableaux.
Ton sentiment, me montre que j’ai réussi à faire naitre une émotion chez un lecteur et pour moi, c’est le plus important.
Merci.

BlaseSaintuc ,bonjour.
Je suis particulièrement touchée par ce lien que vous appropriez à ma poésie et celle de Paul Eluard.
Non pas que je me sente à la hauteur de ces textes mais pour l’avoir lu avec engouement, il est certain qu’il est là parmi d’autres.
Merci .

Hannanke, bonjour.
Vous relevez la naïveté de mon poème.
Cela me convient parfaitement puisque c’est ainsi que je perçois mon écriture.
Ce que j’ai gardé de la femme-enfant sans doute.
Merci également de relever ce que vous avez perçu comme un inversement des rôles qui est pour moi l’effet miroir.
Merci.

Pizzicato, bonjour.
Merci d’être venu me dire que vous trouvez mon idée originale car cela confère à mon poème un petit plus …un brin qui le fait sortir du lot.
Et ça…c’est cool pour mon égo !

Lulu bonjour,
J’apprécie beaucoup que vous soyez venue me parler de la manière dont vous avez lu ce texte, en parlant de chanson et de musicalité.
Parce-que c’est ainsi que je construis ma poésie, avec un air dans la tête toujours…
Merci.

MonsieurF, bonjour.
Vous me parlez de clichés, de lieux communs, de choses convenues…de banalités. C’est votre ressenti.
Cela me fait penser que finalement, j’ai réussi ce que je voulais faire et que j’explique dans mon introduction.
La Femme finalement au sens général du terme est très banale. Ce n’est qu’un sexe différent de l’homme.
On est d’accord.
Vous dites :
« C’est plutôt bien écrit, il y a une plume, sans pour autant avoir un style. Et c’est ce qui sauve votre texte »
Pour moi, avoir une plume signifie avoir un style.
Et je ne comprends pas ce qui sauve mon texte après vos mots.
( Ça marche aussi avec les hommes )
Ha bon ?
Ici, le sujet c’est la femme donc pardonnez moi de vous avoir frustré.
Quoi que l’on vive, cela génère soit du positif, soit du négatif …le rire ou les pleurs sont effectivement un juste résumé pour moi.
Développer les peines et des joies m’aurait fait sortir du sujet. Chaque femme possède sa propre histoire. Et ma visite concerne LA femme.
Merci.
Fowltus, bonjour.
Pourquoi mal venu ?
C’est justement ce que je cherche à savoir…qu’est-ce qui fait qu’un auteur aime ou pas mon poème.
Mon intention n’a jamais été de rendre mon texte déchirant…c’est votre perception ça. Ce qui montre que vous n’y avait pas été insensible en fait.
Ce que je lis dans votre commentaire, c’est que vous êtes blasé à lire trop de poème sur le net.
Rien de plus.
Merci.

Contribution du : 30/07 12:41:27
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Musée de la femme et du sentiment
Expert Onirien
Inscrit:
03/02 14:49:57
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 3023
Hors Ligne
Je réponds à chaud,
À chaque poème que je lis et à chaque retour comme le vôtre, ici, je mesure la distance entre l'intention de l'auteur et la lecture du lecteur.

Au prisme de vos explications, une lecture toute différente s'impose, oui, mais nous n'avons pas les clés en EL.
On est seul avec soi-même face à des mots composés par on ne sait qui, on ne sait quand.

Vous me renvoyer très bien certaines de mes "marottes" : la catégorie, j'ai besoin que tout soit bien rangé pour entrer dans une bibliothèque.
Je n'ai ressenti quasiment que la tristesse, soit, je n'ai su voir qu'elle, en fait, même si vous y avez mis tout autre chose.

Je n'ai pas été sur la même longueur d'onde que vous sur ce texte.
Je m'en aperçois, le constate mais n'y pourrais rien changer, je pense.

Après certains ici déplorent le trop peu d'attention que l'on porte à la qualité de la composition, le choix des mots, le choix des images, le choix du registre de langage, ...etc.

J'avoue que je ne privilégie rien en lisant, je dis ce que je vois et ressens.
Fond et forme sont un ensemble qu'on ne peut dissocier vraiment, à mon avis.

Si vous voulez lire la femme sous la plume de la femme, lisez Joyce Mansour, Diane di Plama , que je viens de découvrir, Vénus Khoury-Ghata et bien d'autres.

Les hommes écrivent les femmes comme des objets, encore un peu trop souvent.
Les femmes écrivent les femmes comme des Êtres vivants et parfois encore un peu trop souvent elles écrivent les hommes comme des "indispensables-supérieurs" non pas qu'ils ne le soient pas, mais ils ne sont pas que des indispensables.
Éclaircie

Contribution du : 30/07 13:11:31
_________________
Notre blog partagé, merci aux passants Poésie Fertile
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Musée de la femme et du sentiment
Expert Onirien
Inscrit:
28/01/2012 18:39
De Moulins
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 8101
Hors Ligne
Citation :
Pour moi, avoir une plume signifie avoir un style.


Pas pour moi. Vous savez écrire correctement, sans style.

Citation :
La Femme finalement au sens général du terme est très banale.


Vous mélangez la banalité de l'individu (nous sommes tous banals) et les liens communs. Un individu banal peut être décrit sans banalités, voir par exemple Houellebecq ou Marcel Aymé.

Citation :
Ici, le sujet c’est la femme donc pardonnez moi de vous avoir frustré.


Frustré de??? Vous interprétez mes propos...

Citation :
Et ma visite concerne LA femme.
Citation :
mais qui au final montre que je ne parle que de mo


Parler de soi comme étant LA femme? C'est pas mal niveau égocentrisme.

Contribution du : 30/07 14:41:41
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Musée de la femme et du sentiment
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
01/07 06:43:31
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 1560
Hors Ligne
Eclaircie,
Vous savez, je n'ai pas du tout le sentiment que les lecteurs sont passés à côté de mon texte.
Si j'ai souhaité expliquer pourquoi j'ai écrit sur la femme, c'est uniquement pour donner mon point de vue sur le sujet.
Ensuite, effectivement vous n'en n'avez retenu qu'un seul sentiment mais est-il possible d'appréhender un poème en son entier en une ou deux lectures, il est évident que non.
Merci pour vos propositions de lecture.

MonsieurF:
Donc, si pour vous ce n'est pas la même chose...expliquez-moi s'il vous plait.
Je vous dis que je ne comprends pas .
Écrire correctement et avoir une plume, là oui, ce n'est pas la même chose.
Écrire correctement, c'est juste ne pas faire de fautes d'orthographe, de conjugaison, de syntaxe...
Avoir une plume, c'est savoir jouer avec les mots et en poésie avec la rythmique et la musique. Et pour ça...celui qui a une plume a forcément un style. Le sien...qui plait ou ne plait pas, mais il en a un.
A vous...

Je ne pense pas confondre la banalité avec quoi que ce soit.
C'est vous qui me dîtes que mes descriptions sont banales.
Moi, j'aimerais bien savoir si vous avez déjà réellement lu des tableaux comme je les décris ici. Permettez-moi de douter de cette banalité...et surtout de votre sincérité.

Pour la parenthèse concernant les hommes...je souhaitais vous taquiner.
La suite où vous m'attaquez sur mon égo me laisse à penser que j'ai réussi.
Si vous n'avez pas compris pourquoi finalement je ne parle que ( simplement) de moi, relisez mon introduction.

Et revenez surtout m'expliquer en quoi avoir une plume et avoir un style, ce n'est pas la même chose.

Merci.

Contribution du : 30/07 17:40:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Musée de la femme et du sentiment
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
01/07 06:43:31
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 1560
Hors Ligne
Ingoa Bonjour,
Vous me dites que mes descriptions sont sommaires. Certes j'ai fait le choix de résumer la vie entre moments de rire et moments de pleurs, après il m'aurait été difficile de développer plus. Le sujet n'étant pas de dévoiler ces moments personnels et c'est en cela que je donne accès au lecteur en lui permettant d'y intégrer sa propre histoire.
Vous me dites ensuite que vous avez vu un regard d'homme. C'est parfait pour moi. Celui qui regarde les différents tableaux n'est pas forcément celui qui est dépeint. Vous savez que c'est moi ,parce-ce que je le dis dans mes explications uniquement.
Je vous ai donné ma position d'auteure et j'attendais votre position de lecteur.
Que vous reprochiez à ce texte de ne pas être ouvert au lecteur en vous plaçant vous même sur son fil conducteur ( qui n'est pas dévoilé dans le texte ), je trouve cela bien contradictoire.
Ensuite, que vous n'ayez pas perçu le lien entre le musée et mon texte, je pense que je ne peux rien pour vous.
Merci de votre passage.

Contribution du : 07/08 09:08:34
_________________
La poésie met du beau dans le laid et du merveilleux dans le simplement beau.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Musée de la femme et du sentiment
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
01/07 06:43:31
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 1560
Hors Ligne
Pouet bonjour,
Tout d'abord merci pour l'intérêt que vous avez porté à mon texte.
Vos remarques sont totalement justes . C'est vrai que j'abuse un peu des répétitions.

Contribution du : 08/08 18:34:10
_________________
La poésie met du beau dans le laid et du merveilleux dans le simplement beau.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Musée de la femme et du sentiment
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
01/07 06:43:31
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 1560
Hors Ligne
Bonjour Cyrill,
Ne vous sentez pas exclu. Ce poème parle des femmes mais n'est en rien féministe.

Merci de votre passage. Je suis ravie que ma visite vous ait plue.

Contribution du : 08/08 18:38:59
_________________
La poésie met du beau dans le laid et du merveilleux dans le simplement beau.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Musée de la femme et du sentiment
Onirien Confirmé
Inscrit:
10/06 08:16:47
Groupe :
Évaluateurs
Utilisateurs bannis
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 607
Hors Ligne
Vous n'êtes pas parvenue à tout écrire en alexandrins ou vous n'avez pas cherché à y parvenir ?

Contribution du : 09/08 08:13:15
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Musée de la femme et du sentiment
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
01/07 06:43:31
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 1560
Hors Ligne
Koko bonjour.
Je n'ai pas cherché à écrire mon texte en alexandrins.

Contribution du : 09/08 16:50:52
_________________
La poésie met du beau dans le laid et du merveilleux dans le simplement beau.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Musée de la femme et du sentiment
Onirien Confirmé
Inscrit:
10/06 08:16:47
Groupe :
Évaluateurs
Utilisateurs bannis
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 607
Hors Ligne
C'est regrettable, et fort dommageable ; il s'en fallait de peu qu'il prenne une toute autre allure.
Vous n'êtes vraiment pas tentée d'essayer ?... Allez ! sur le premier quatrain, juste pour voir ce que ça pourrait donner !...

Contribution du : 09/08 17:10:06
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 »





Oniris Copyright © 2007-2018