Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 2 (3) 4 5 »


Re : Parodies
Expert Onirien
Inscrit:
03/02/2018 14:49
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 3079
Hors Ligne
Bonjour à tous, bonjour Wan'

ce sujet que j'ai trouvé dans les anales du site m'a amené à m'exercer à l'exercice.

Vous me direz, les modés et toi, si je suis dans les clous :

Parodie des "Quatre sans cou" de Desnos

Je suis vraiment désolée Robert Desnos...sans votre talent mais avec ferveur...

Les quatre'z amis du coin de la nuit
du coin d'la table, du coin d'la vie
j'en connais un , s'appelle marie
p'être même les trois s'appellent

Avé, Emma et Fils et marie
ils sont bien quatre
les quatre'z amis du coin d'la table
du coin d'la vie, du coin d'ma nuit....

on les z'aime pas ou pas assez
ou même pas bien ou pas tout court
au coin d'la table au coin d'ma vie
s'raient virtuels, sont vertueux

coin d'la ruelle, coin d'ma folie...

Contribution du : 27/07/2018 02:43
_________________
Notre blog partagé, merci aux passants Poésie Fertile
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Parodies
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
25/08/2017 17:46
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 2619
Hors Ligne
Avec la Méditerranée pour dernier terrain vague
Et des vagues de maquis pour arrêter les vagues
Et de fiers rochers où la houle trépasse
Et qui ont à jamais un cœur de pierre vivace
Avec infiniment de rayons à venir
Avec le vent de l'est écoutez-le vouloir
Le paradis qui est le mien

Avec des hameaux dans la moindre montagne
Et de fiers clochers de Lecci à la Balagne
Où des dieux de granit décrochent les nuages

Avec le fil des siècles pour unique voyage
Et des chemins d'oubli pour unique bonsoir
Avec le vent d'ouest écoutez-le vouloir
Ce paradis qui est le mien

Avec un ciel si bleu qu'une rivière s'y est vue
Avec un ciel si bleu qu'il inspire la fierté
Avec un ciel si haut qu'une rivière s'est perdue
Avec un ciel si bleu qu'elle s'y est envolé
Avec le vent du nord qui vient la caresser

Avec le vent iodé écoutez-le chanter
Ce paradis qui est le mien

Avec de l'Italie qui descendrait d'Asco
Et Colomba la brune quand elle devient maso
Quand ses fils enterrés ne reviennent jamais
Quand la plaine est grouillante et tremble sous juillet
Quand le vent est au rire quand le vent est au blé (oseille)
Quand le vent est au sud écoutez-le piaffer
Ce rude pays qui est le mien

Contribution du : 27/07/2018 05:57
_________________
L’expérience est une lanterne sourde qui n’éclaire que celui qui la porte...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Parodies
Expert Onirien
Inscrit:
03/02/2018 14:49
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 3079
Hors Ligne
Il me semble Palrider que votre chanson colle mieux à l'initiale que ma propre parodie, Bravo !

Si vous chantez, aussi, faites nous entendre et ce sera génial.

Contribution du : 27/07/2018 06:30
_________________
Notre blog partagé, merci aux passants Poésie Fertile
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Parodies
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Post(s): 16707
Hors Ligne
La chanson: Antisocial, du groupe Trust.
https://www.youtube.com/watch?v=WfD8Dnh2xho

J'ai écrit cette parodie il y a quelques temps, suite à une discussion enflammée avec une directrice d'école mal embouchée. Je précise que je n'ai rien contre les enseignants (ma tante et mon oncle étaient instituteurs, ma mère professeur de lettres).



Anachronique

Tu passes ta journée ton gros cul sur la chaise,
Tu t’habilles dans un sac de peur qu’un con te baise,
Tu erres dans les allées tel un monstre de foire,
Les enfants te vomissent malgré ta tronche de poire,
Tu voudrais enfoncer tes principes dans les cranes,
Impossible de parler sans gueuler comme un âne.
Tu voudrais éduquer nos filles et nos fils
Impossible d’en tirer autre chose que des vices.

[Refrain]
Anachronique, grosse bête à sang froid,
Relis tes bouquins d’éducatrice.
Anachronique, tu aimes les sévices,
Ta vengeance contre les têtes de bois.

Humilier les enfants est devenu ton passe-temps,
En les traumatisant tu ruines l’enseignement.
Ta connerie me laisse un peu l’espoir
Que les parents d’élèves te jettent au placard.
Sors ta tête de ton cul, ouvre tes gros yeux,
Dégage de ton bureau, il est trop silencieux,
Va découvrir le monde, part le plus loin possible,
Parce que maintenant tu es une cible.

[Refrain]
Anachronique, grosse bête à sang froid,
Relis tes bouquins d’éducatrice.
Anachronique, tu aimes les sévices,
Ta vengeance contre les têtes de bois.

[Reprise]
Tu passes ta journée ton gros cul sur la chaise,
Tu t’habilles dans un sac de peur qu’un con te baise,
Tu erres dans les allées tel un monstre de foire,
Les enfants te vomissent malgré ta tronche de poire,
Tu voudrais enfoncer tes principes dans les cranes,
Impossible de parler sans gueuler comme un âne.
Tu voudrais éduquer nos filles et nos fils
Impossible d’en tirer autre chose que des vices.

[Refrain]
Anachronique, grosse bête à sang froid,
Relis tes bouquins d’éducatrice.
Anachronique, tu aimes les sévices,
Ta vengeance contre les têtes de bois.

Contre les têtes de bois.
Contre les têtes de bois.
Contre les têtes de bois.
Anachronique, anachronique, anachronique,…
Anachronique, anachronique, anachronique,…

Contribution du : 27/07/2018 16:42
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Parodies
Expert Onirien
Inscrit:
03/02/2018 14:49
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 3079
Hors Ligne
Et si on en revenait à la source initiale , selon la consigne de Wan ' pasticher des poèmes connus et reconnus.

Non que je trouve l'exercice plus facile avec des chansons, mais c'est aussi, une manière de réviser ses classiques en poésie. Et d'oser ou pas, écrire à leur place, à leur manière...

Wan ' a commencé avec Victor Hugo...

Contribution du : 27/07/2018 17:02
_________________
Notre blog partagé, merci aux passants Poésie Fertile
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Parodies
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Post(s): 16707
Hors Ligne
Si tu veux, Eclaircie,
Est-ce assez classique pour toi ?

Le Cid, Scène IV

ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie !
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?
Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers
Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?
Mon bras qu'avec respect toute l'Espagne admire,
Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire,
Tant de fois affermi le trône de son roi,
Trahit donc ma querelle, et ne fait rien pour moi ?
ô cruel souvenir de ma gloire passée !
Oeuvre de tant de jours en un jour effacée !
Nouvelle dignité fatale à mon bonheur !
Précipice élevé d'où tombe mon honneur !
Faut-il de votre éclat voir triompher le comte,
Et mourir sans vengeance, ou vivre dans la honte ?
Comte, sois de mon prince à présent gouverneur ;
Ce haut rang n'admet point un homme sans honneur ;
Et ton jaloux orgueil par cet affront insigne
Malgré le choix du roi, m'en a su rendre indigne.
Et toi, de mes exploits glorieux instrument,
Mais d'un corps tout de glace inutile ornement,
Fer jadis tant à craindre, et qui, dans cette offense,
M'as servi de parade, et non pas de défense,
Va, quitte désormais le dernier des humains,
Passe, pour me venger en de meilleures mains.

La parodie

ô rage ! ô exutoire ! ô vanité impie !
N'ai-je tant attendu l’avis des abrutis
Que pour voir en trente mots pourrir toutes mes idées ?
Ma plume qu'avec respect toute la mare admire,
Ma plume, qui tant de fois vous a tous fait rire,
Tant de fois affirmé mon égo et mes choix,
Trahit donc ma cervelle, et ne fait rien pour moi ?
ô cruel souvenir de ma gloire palmée !
Œuvre de tant de jours d’une critique rasée !
Nouvelle iniquité fatale en son heure !
Prétexte abusé qui sabre mon honneur !
Faut-il voir votre éclat se transformer en fonte,
Et rejoindre cette engeance, ou vivre dans la honte ?
Critique tu te rinces sans fierté et sans cœur ;
Cette fonction n'admet point jalousie et rancœur ;
Et ton pauvre article me compare à des cygnes,
Parle de mes pieds palmés en distinction insigne.
Et toi, de mes exploits glorieux instrument,
Mais d’un cerveau stérile inutile ornement,
Nerf jadis tant à craindre, et qui, dans cette offense
M'as servi des salades, et non pas de défense,
Va, quitte désormais le dernier des crétins,
Allonge toi maintenant dans ce plat à gratin.

Contribution du : 27/07/2018 17:12
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Parodies
Expert Onirien
Inscrit:
03/02/2018 14:49
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 3079
Hors Ligne
Waouhhhh !
je lis tout ça demain, tu en as beaucoup en stock , Don ?

Contribution du : 27/07/2018 17:25
_________________
Notre blog partagé, merci aux passants Poésie Fertile
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Parodies
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Post(s): 16707
Hors Ligne
Non, Eclaircie, j'ai écrit ces deux là dans le cadre d'un petit défi, il y a quelques années. Je les ai exhumés pour ce forum.



Don

Contribution du : 27/07/2018 18:09
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Parodies
Visiteur 
Allons en face ä la brasserie
Le jour de boire est arrivé
Contre nous deux le pire anis
Le Ricard sans gants est levé
Le Ricard sans gants est levé
Détendez-vous dans le champagne
Vomir ce Pernod au soda
Nous mène jusque dans nos bars
Dégorger nos tripes et nos entrailles
Aux rames citoyens
Vautrés sur le paillasson
Garçon, garçon
Qu'un blanc gewurzt
Abreuve nos syphons
(Tas de couillons)

Contribution du : 27/07/2018 21:19
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Parodies
Expert Onirien
Inscrit:
03/02/2018 14:49
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 3079
Hors Ligne
Bonsoir Pandelle,

On demande sur ce post et ce sujet des inédits-perso-tout frais pondus-

Tout frais pondus, pas forcément, mais des inédits-perso, si.

Merci !

Contribution du : 27/07/2018 22:11
_________________
Notre blog partagé, merci aux passants Poésie Fertile
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 2 (3) 4 5 »





Oniris Copyright © 2007-2019