Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Remerciements aux commentateurs de "Chez Ousmane"
Maître Volubilis
Inscrit:
23/08/2007 09:09
De France
Groupe :
Évaluateurs
Primé concours
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 22760
Hors Ligne
En fait, pour la petite histoire et parce que cela pourrait intéresser les amateurs de concours, j'avais envoyé cette nouvelle au concours de nouvelles belgo-belge que je crois le plus important du royaume (concours de nouvelles de la Fédération Wallonie Bruxelles). Le thème était "L'enveloppe". Nous étions plus de 153 à avoir envoyé notre texte. Sur ces 153, 50 étaient restés en lice, avec possibilité de remaniements, en vue de remporter un des quatre prix et des six mentions en jeu + l'édition dans un recueil. J'ai été sélectionnée dans les 50 mais bien sûr, pas dans les dix lauréats. Voici un extrait de la critique qui m'a été faite :
"Les personnages sont peu crédibles, pas assez développés de manière nuancée pour que le lecteur entre en empathie avec eux, leurs difficultés. Le "retour en arrière" s'imbrique maladroitement avec l'histoire principale, comme si l'auteur-e ne trouvait pas le moyen de conclure ". Pour les autres points soulevés, j'en ai tenu compte dans le texte envoyé à Oniris, donc, je n'en parle pas ici.
Pour information, le concours de nouvelles de la FWB 2018-2019 a pour thème : "La serrure".


Pour vous, jfmoods, la main du destin serait donc fantastique (du latin phantasia, imagination) ? Pour moi, elle aide simplement ceux qui s'aident eux-mêmes. Car la vieille ivrogne aussi a essayé de s'aider elle-même en venant travailler et elle avait besoin d'un gros coup de pouce. Qui sans doute n'a pas suffi...
En tout cas, c'est moi qui vous remercie pour avoir lu et commenté ma nouvelle et l'avoir gratifiée de cette jolie appréciation : " l'analepse qui clôt le récit ouvre un questionnement".

Bien sûr, Hersen, que le soupçon restera tapis. Le bonheur est souvent la récompense du risque, si prendre des risques peut aussi mener aux malheurs les plus grands...
C'est vrai que j'aurais pu clore la nouvelle sans apporter d'éclaircissement quant à ce qui est arrivé à cette enveloppe. Mon texte en aurait sans doute pris une dimension "plus adulte". Très bon commentaire, à méditer, car justement, c'est une dimension que je ne donne pas encore à mes textes...
Grand, grand merci pour le compliment sur mon écriture, c'est très encourageant.

Je suis ravie, Plumette, que vous ayez pris plaisir à lire ma nouvelle, malgré l'accrochage sur les temps utilisés. Et je répète ce que je viens d'écrire à Hersen : ne pas donner d'explication à propos de la perte de l'argent aurait sans doute donné plus d'épaisseur à l'histoire mais je ne suis pas encore capable de frustrer le lecteur de l'explication du pourquoi du comment. Donc, c'est une critique très constructive, qui donne du grain à moudre.
J'ai raconté que le tissu de la banquette avait été déchiré et je supposais que le lecteur aurait compris que c'est à l'intersection du dossier et du siège. Sans doute n'y avait-il pas eu de nettoyage bien poussé depuis la soirée dont question, et, à première vue cette déchirure pouvait passer pour un faux pli. L'enveloppe a glissé par cette ouverture et est tombée sur le sol sous la banquette.

Eh bien si, Willis, l'histoire était écrite dans ma tête avant de m'être lancée dans son écriture. Je suis désolée que cela ne vous ait pas paru couler de source. Je ne vous en remercie pas moins très vivement pour votre lecture et votre oeil critique car ce sont les commentaires des uns et des autres qui font progresser.

Merci beaucoup, izabouille, d'avoir lu et commenté ma nouvelle.
Pour les temps, je ne suis pas trop d'accord avec vous. Pour moi, l'action se passe au présent, et dans le présent on peut parler de ce qui vient de se passer au passé. C'est un mini flash back en somme. Mais comme d'autres m'ont aussi fait des remarques sur ce point, je vais réviser mes positions.
Quant aux détails superflus, vous avez raison. Elaguer son texte est très difficile mais c'est un exercice très bénéfique que je ferais bien de pratiquer plus largement dans l'avenir.

Grand merci, Pizzicato, d'avoir choisi ma nouvelle parmi tant d'autres pour faire part de votre ressenti. Lequel me fait un très vif plaisir, évidemment puisqu'il est positif.

Et me voici devant l'extraordinaire travail de Pepito. Je ne peux pas faire moins que d'y répondre point par point.
- "tout tomber quand elle vient ranger ses affaires ». Fanny bougonne et ramasse un chiffon tombé" ... tombé là, tombé ! Tu as parfaitement raison.
"tout débordants"... "tout" me semble en trop : encore raison
"une mini-robe style princesse" ... Je ne sais pas où en est la mode en ce moment, mais de mon temps, le style princesse était un style de robe bien déterminé, et extrêmement seyant. Rien à voir avec les contes de fées.
- "qu'elle récupère son sac dans le casier qui lui a été attribué" ... casier qui est le sien le temps de son CDD et dont elle a l'usufruit, tout en pouvant l'utiliser quand elle veut. " : Meuh non ! Dans mon esprit, les casiers ne sont attribués aux unes et aux autres que le temps de leur prestation.
- "que mon boulot actuel" ... "que ce boulot" ("de merde" en option ? et "des banquettes et des fauteuils"... "des sièges" nous suffira : toujours d'accord avec toi.
- "sirotent des alcools"... ça se voit à quoi ? : bon, ok, mais disons que c'est à supposer. Si je donne des détails là aussi, je deviens limite illisible d'après certains commentaires...
- "je nous ai choisi une table"... il savait qu'elles venaient à deux ? : là, excuse-moi, mais tu chipotes. C'est son bistrot, il choisit une table en une minute, d'autant qu'ils auraient été au moins trois avec Amar...
- "le barman qui vient s'enquérir de ce qu'elles ont envie de boire comme apéritif."... Ouch ! "viensleur proposer un apéro", non ? : tu as encore raison.
- "On avait eu des acras..." " les deux jeunes hommes... prennent des chaises"... rien de plus fluctuant que le temps. : plusieurs lecteurs m'ont reproché cette fluctuation. Je ne suis pas très d'accord. Pour moi, ce sont des minis flash back.
- "Fanny, s'émerveille de la douceur du tissu."... et bè, elle est pas sortie souvent la pôvrette. ; j'admets en tout cas que c'est un détail inutile, de ceux qui alourdissent le texte et une des raisons pour lesquelles mon texte n'a pas été choisi pour le concours.
- "Fanny se trouve soudain complètement ivre." ... bon, si elle "se trouve" encore, tout n'est pas perdu : en tout cas, c'est exprimé lourdement, je suis d'accord
- "crie l'un des travelos"... attention, là, on est dans la narration, pas dans le dialogue... gaffe aux termes. : je ne crois pas que ce terme choque les travestis. J'en ai connu un jadis qui employait des termes bien pires pour se désigner lui-même.
- " Mais jamais la jeune fille n'a passé une aussi bonne soirée."... et en plus elle découvert la douceur du... velours !" : Pour la douceur du velours, ok, mais le fait est que mon personnage ne sort quasiment jamais. Je me souviens pour ma part, d'une soirée de Noël quand j'avais cet âge là et qui pour être bien innocente n'en reste pas moins un souvenir... inoubliable.
- "Ses jambes ne la portent plus"... 12 millions de pages sur Google !!! : ok, plus chromo que ça tu meurs. Bien raison de le souligner.
- " Et tout à coup, elle a l'impression d'être écoutée."... ho, tu m'entends, là ?! : que celui qui n'a jamais prié me jette la première pierre.
- "un désespoir morne"... perso, j'ai le désespoir joyeux, mais j'avoue, c'est plutôt rare. : ok, je prends
" Elle ... ne va même plus prendre un café le matin au petit zinc du coin. " ... ou les lumières ne sont pas top et je parle même pas du velours des sièges.... : ben quoi, ça a son charme aussi, un petit zinc, le petit noir et le croissant tout chaud...-
" qu'elle n'avait attendu que cela depuis longtemps. " ... depuis le début. OU "elle attendait ça depuis longtemps" : ok, à corriger
- " qu'ils montent ensemble"... tous les deux, dans le même élan... : idem
- "une vieille Noire, ivrogne, malheureuse et désargentée"... important de garder les qualificatifs sur le même niveau. : je ne comprends pas
"Elle se servit de l'index et du majeur comme d'une pince"... sans commentaire : tu n'as jamais essayé d'attraper quelque chose dans un endroit inatteignable ?
- Le Jésus d'ivoire s'était tout à coup détaché de la croix" ... faut reconnaître que, vue sa positon, la tentation doit être grande de vouloir faire l'avion. : où l'on reconnaît bien le mécréant.
- "- "Voici vos trois mois."... elle est payée au trimestre ?
- "nous ne vous payons qu'à la fin de votre engagement" ... : OK, pas de problème. C'est dans quel pays ? Sinon, je peux faire 3 CDD d'affilée de un mois ? : c'est du noir évidemment. J'ai enlevé l'explication parce que, pour moi, elle coulait de source.
- "et s'est vue infliger des heures supplémentaires pour rectifier l'erreur."... la vache, la Corée du Nord c'est pas top, quand même... : pour elle, il fallait rectifier l'erreur de toutes façons, qu'on le lui inflige ou qu'elle se l'inflige à elle-même.
- "Haha, sacrée Bidis, il y a quelque temps que tu n'as pas cherché un boulot on dirait. Un gars qui ose te payer au bout de 5 mois, cela ne se fait plus depuis un ou deux siècles. Le gag, c'est que sans être payée, Fanny arrive à économiser. Trop forte !
Puis tu sais, le Permis à Paris, c'est pas le truc le plus utile. e ou qu'elle se l'inflige à elle-même." : Encore une fois, c'est du travail en noir. Elle a un traitement d'autre part pour son travail de jour, déclaré celui-là.
J'ai dit qu'on est à Paris ? Il y a d'autres villes en France.
- "Bon, si on laisse tomber le profil de la "méchante" un peu trop téléphoné à mon gout," : où as-tu vu qu'il y avait une méchante dans cette histoire ??? Pas Paulette qui n'est qu'un peu écervelée et pas la pauvre vieille noire, qui n'a qu'un penchant un peu trop appuyé pour la bouteille...
Ceci dit, merci. Faut un peu s'accrocher quand on est une victime de ton oeil impitoyable, mais c'est d'un apport considérable pour quelqu'un qui voudrait bien écrire de façon agréable pour le lecteur.

Contribution du : 20/10/2018 15:48
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2023