Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





remerciements beauté
Maître Onirien
Inscrit:
29/01/2013 15:18
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 27713
Hors Ligne
Tous mes remerciements aux membres d’ONIRIS, qui permirent la parution de ce poème, auquel je tenais particulièrement.
///

Cette façon s’appelle MAILLET ; à forme fixe.
Je l’ai écrit dans le cadre du Printemps des Poètes, dont le thème est la " beauté ". Je craignis que mes dires fussent mal interprétés, et suis heureux à une petite exception près, que cela ne fut point le cas !
J’aurais pu traiter le sujet, à propos d’une jolie femme, d’un bel homme dont l’on envie les traits, surtout si Dame Nature ne fut pas généreuse avec vous ?
Mais j’affirme qu’être beau n’est pas une qualité, tout comme son contraire n’est pas un défaut.
Je cherche la majesté que l’on ne voit pas, qui se cache à l’intérieur ; mais cette beauté " visible " peut aussi en cacher la même " intime " et l’inverse… Tout comme la laideur peut abriter un cœur d’or…
Un auto-stoppeur à la mine patibulaire lèvera longtemps le pouce, alors que devant cet homme à fière allure, une auto ne tardera guère à s’arrêter ! Et nombre de " gueules d’ange " firent tristement parler d’eux !
Je cherchai parmi des visages " ingrats ", quelqu’un dont j’étais admiratif, et plein d’empathie et Albert Jacquard était un de ceux-là.
" Sa mère ne le fit pas moche " est la vérité, car à 9 ans un terrible accident d’automobile lui prit ses jolis traits, en même temps que son frère et ses grands-parents paternels ! Défiguré, il vécut longtemps avec ce sentiment " qu’on se moquait de lui "…
///
Miguel : un bel hommage, avec cette illustration de la vraie beauté ; merci
Anje : je propose rarement du " classique ", celui-ci est trop piègeux, mais je tâche d’éviter hiatus et rimes désaccordées ! Bel hommage à cette célèbre bobine ! Merci
Vincente : délicat de versifier sur un physique ingrat, que porte un homme si noble ; court, direct mais sans brutalité, et ce " pandit " choisi comme qualificatif ; des rimes bien posées ; merci
Leni : non, la nature n’avait pas été injuste, mais le destin tragique se chargea d’y pallier, et notre ami vécut longtemps " derrière un masque de fer " ! joli partage ; merci
STEPHANIE90 : non, ce texte n’est pas " classique ", que néo ! Et je parle bien de la vraie beauté, par le biais d’un MAILLET ; le " pandit " est un savant ; merci
PIZZICATO : un hommage à ce personnage à la grande humanité, épris de valeurs. J’ai su parler de cette grandeur d’âme dans ce corps meurtri ; merci
TheDreamer : un thème original en 4 quatrains musicaux " la beauté visible n’est rien et s’efface avec le temps " alors que celle du cœur… merci
Robot : un grand humaniste mais papipoète se trompe " elle faisait peur la caboche " ( je n’ai peut-être pas employé la bonne image?) écrirai-je une suite sur la vie de ce Savant si abordable au commun des mortels ? Je ne sais : merci
FrenchKiss : une belle célébration que j’aurais produite tel un " choéphore " ( vite, le dictionnaire ! )Non, je n’ai pas cherché le " le classique " ( voir plus haut ) ( il quêta/l’aide = sinon hiatus ! ) Vous terminez par " pandit de grand chemin " ; ça vous va comme un gant ! Merci
Francis : bel hommage avec ce texte sur la beauté de l’âme, que l’on peut méditer ; merci
Cristale : " nous ne savons voir que ce que nous sommes prêts à voir " , une si belle parole de notre sage-homme, que j’ai su évoquer en évitant l’obstacle avec mon cœur de poète ; merci
Zorino : un de nos nouveaux et subtils commentateurs, en votre personne cher Olivier ! Ma plume s’améliore… je voudrais vous croire après cet éloge sur mon héros ! Merci
Corto : " curieuse démarche que ce poème " ? dont je m’affranchis avec des " mots alibi " (cœur d’or ) j’aurais dû parler des efforts, de la souffrance, du grand-homme qu’était Albert jacquard ? Non, ce n’était pas le sujet ( voir exergue ) je vous remercie de ne pas m’avoir infligé un " PAS "
Sympa : idée originale et instructive, loin des sujets vus et revus, à travers cette belle poésie : merci
Ythaque : comme une chanson qui vous entre dans la tête, et le refrain coule aux oreilles et au cœur : merci
emilia : engagement humain d’un cœur en or contre un aspect physique abimé ; sa reconnaissance est si méritée, bien exposée ici : merci
giclamon : hommage à cet apôtre du dialogue constructif, à l’heure où chacun se déchaîne sur les réseaux sociaux ! Un ton léger qui donne de l’élégance à l’émotion ; merci

Contribution du : 13/01 09:27:37
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019