Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Remerciements et discusion pour "L'immortalité"
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
04/06/2017 12:15
De Hautes-Pyrénées
Groupe :
Évaluateurs
Onimodérateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2723
Hors Ligne
Tout d’abord et comme d’habitude merci aux commentateurs, au CE, et aux lecteurs qui se sont lancés dans la lecture de cette longue (trop?) nouvelle. Réécriture de ma première publication nouvelle et de ma presque première nouvelle tout court d’ailleurs. J’ai voulu corriger des incohérences par-rapport à la suite de mon projet série, et peut-être des améliorations de style, j’essaie de me donner des contraintes qui permettent, je crois, de développer des aspects intéressants de l’écriture quitte à y revenir plus tard, quand je penserai avoir « terminé » ma série. Je ne m’attendais pas à beaucoup de commentaires, rareté rime ici avec qualité, vous avez tous eu le courage ou la gentillesse ou la curiosité de relire ce texte : merci.

Merci donc à Plumette vous avez préféré cette version malgré l’auto-analyse des personnages qui est trop présente et instaure de la distance par-rapport à l’action. Pour le problème du niveau de langage de Chloé c’est compliqué, pour le moment en tout cas je ne pense pas le changer, je pense qu’en «littérature » la transposition permet d’être un peu au-dessus sans que cela sonne faux, évidemment c’est au lecteur de me dire si cela fonctionne…

Merci Jean-Claude d’avoir vu une amélioration de la version, j’ai d’ailleurs suivi votre conseil et je traite la scène du viol qui commençait le premier texte dans une nouvelle indépendante, pour les niveaux de langages je ne suis pas convaincue, peut-être plus les différencier dans les dialogues (ce que je croyais faire…). Je crois qu’à quinze ans et dans l’état d’esprit de Chloé utilisé « nihiliste » pour se qualifier est crédible, peut-être dois-je mettre en avant certains aspect de sa personnalité qui font que même son langage est en décalage. En ce qui concerne le point de vue, une alternative que j’envisage est de garder le « je » pour Chloé et de revenir à de l’externe omniscient pour Marie et Pierre, à voir. Pour les smartphones et oui, cette histoire se situe avant leurs apparitions, pas de « sms » donc mais des « flippers» (à choisir ?). Ceci dit mon premier smartphone n’a que deux mois !

Toc-art, merci d’avoir lu cette version qui vous a paru très, très longue et que vous n’avez pas aimée et avez trouvé « chiant » –désolée-. L’imparfait du subjonctif, j’abandonne : ok. Je pense que je vais couper un peu, mais je crois que cette version donne à voir des subtilités de caractères des personnages et des relations entre eux, peut-être ai-je dépassé la mesure. Merci de penser que mon écriture s’améliore, ça fait du bien car j’y travaille beaucoup.

Merci à GillesP pour votre lecture et votre commentaire
<i>- Vous écrivez que Pierre est entré dans une "colère froide", alors qu'il a frappé sa fille. Ce n'est pas ce que j'appelle une colère froide.</i>
- C’est peut-être« colère glaciale » que j’aurais dû utiliser
- Comme les autres commentateurs vous trouvez qu’il n’y a pas assez de variations dans le traitement littéraire des différents personnages.
-Pour « je déteste papa » c’est l’effet que je voulais, reliquat de son parler enfantin c’est bien son « papa » quelle déteste.
-On est dans une histoire, et non ce n’est pas anodin, et c’est grave de ne pas réagir : c’est le propos.
-il est très possible qu’il manque des virgules
- Oui c’est un choix de faire s’exprimer Marie correctement, ce sont des pensées qui sont exprimées et Marie s’exprime très bien en pensée.
- Je pense qui vous avez une vision idéalisée de la réalité, désolée que cela vous semble caricaturale, j’essaie pour ma part de transcrire une complexité psychologique, raté pour vous.
-J’entends cette critique, c’est une option que je n’ai pas choisie même si je la trouve très intéressante, j’ai préféré creuser en profondeur, pour montrer à quel point une même situation peut être vécue différemment suivant qui la vit. Encore raté !
-D’accord pour la mère qui est là et en même temps pas là…
-Ce n’était pas du tout une plaisanterie…
-Non, on sait que Marie a toujours détesté être belle, elle ne joue pas à se mettre en valeur tout du contraire, jeune ça n’affectait pas trop son apparence mais en vieillissant le laisser-aller est plus visible même si elle est belle, elle ne met pas en avant sa féminité au sens où l’entend Pierre en tout cas.
-Pour le dialogue au téléphone, ok c’est peut-être faible.

Merci

Contribution du : 04/07 15:22:52

Edité par SQUEEN le 4/7/2018 18:05:36
_________________
« Et dans la Ville Natale où tous sont tiens, je me sentis perdu. »
Raymond QUENEAU Saint Glinglin
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2018