Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





remerciements " mystère "
Maître Onirien
Inscrit:
29/01/2013 15:18
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 28650
Hors Ligne
01 04 2019

Merci ONIRIS pour la parution de mon poème, que je craignais de voir recalé en raison du contenu, qui put être mal interprété, surtout par les «  p’tits nouveaux et apprentis «  qui ne connaissent pas ma personnalité !

GENÈSE

Au cours d’une discussion ayant trait à la FEMME, j’entendis de la bouche de l’une " les hommes sont tous les mêmes ; quand ils voient passer un jupon, ils ne se sentent plus… "
J’intervins aussitôt pour dire, que depuis toujours ; j’aime regarder les femmes, surtout au Printemps venu, lorsque jambes et gorges se dévoilent !
Mais je les admire telle une œuvre d’art, et mes yeux dans ces moments-là, ne déshabillent pas, ne se font mitrailleuses ni pièges avides de chair fraîche !
Je travaillai pendant 40 ans avec la gente féminine, et les 10 dernières années entouré de 3 dames charmantes ; je les gratifiais de compliments, sur une toilette, une coiffure, un maquillage et ce parfum exquis… sans que jamais l’une ou l’autre vint à me blâmer !
6 mois avant mon départ en «  grandes vacances « , de concert mes 3 collègues me demandèrent «  nous écriras-tu un poème cher Pierre ?
- il est déjà écrit mesdames ! « 
Le jour de mon départ, Martine, Corinne et Mari-Rose vinrent tour à tour, face à moi, et leurs iris embrumés, leur cœur battit fort en m’écoutant .
//
Pour en revenir au début de mon propos, j’eus l’idée de me glisser dans la peau ( gluante ) d’un gougeât, pour parler d’une femme, d’une façon différente de la mienne ; aussi, ne fallait-il pas faire «  dans la dentelle « pour évoquer ce sujet qui m’est personnellement cher !
«  Sois belle, et surtout ne parle pas « , disait-on dans la langue macho, évoquant la "  femme-objet "  aussi, cherchai-je ( papipoète ) une fonction noble, qui rehausserait la beauté intérieure de mon héroïne ; je me rappelai de cette visite à Necker… se déguiser en clown, pour faire rire l’enfant malade, dont le sourire de son visage a fui ; cela me sembla bonne idée ?
J’ai déjà écrit ce genre de texte " casse-gueule " ( même si, sage disciple ), où l’on prend un grand risque d’être incompris… avant le vers final ! Mais le jeu en vaut la chandelle, et si ma plume ne risquait rien, ( comme mes jambes sur un chemin déneigé ), je n’aurais pas cette satisfaction d’entendre « tu m’as fait peur ; j’ai cru que tu étais sérieux ! « 

AUX LECTEURS

domi ; «  cerveau/fonction «  collent au langage vulgaire de celui que je fais parler ! Les enfants malades où va la tendresse de cette femme vous toucha ; merci
Corto ; ce sujet valait-il un poème ? De surcroît, le travail vous sembla inachevé, à remettre sur le métier ! Merci pour la lecture
embellie ; la technique et le fond de ce maillet vous paraissent réussis ; il va à l’encontre des préjugés, et sa lecture vous fut agréable, malgré un bémol pour le titre ; merci beaucoup
Provencao ; un joli cheminement sous l’influx du mystère entretenu, jusqu’à ces vers finaux montrant cette magnifique cause ! Merci beaucoup
Hananke ; une technique pas mauvaise, où le lecteur s’effraie lisant «  les femmes belles n’ont pas d’esprit « … heureusement survient l’ultime strophe ! Merci
leni ; un récit où le rideau se lève à la fin du spectacle… ouf ! Faire rire les enfants malades à l’hôpital, noble démarche ! Merci beaucoup
TheDreamer ; le «  clown «  sujet aimé, que l’auteur apporte insensiblement à la toute fin ; quand beauté physique et grandeur d’âme s’additionnent … merci
sympa ; lecture poétique agréable et cette chute qui fait sourire ; quand resplendit la beauté intérieure ! Merci
Annick ; le thème est-il transposable à l’homme ? Vous en doutez ? Voici un beau maillet avec ce glissement de sens à la fin… et le poème s’envole ; merci beaucoup
Davide ; «  cette femme est vraiment très belle «  put trouver une autre formulation ? Certes ! Mais «  cerveau/chandelle/fonction « Non ! c’est voulu ! Une écriture par trop simpliste, mais au final, charmant ; merci
Anje ; «  faire le clown à l’hôpital «  demande une belle âme, mais cette idée vous turlupine ? J’ai essayé d’imaginer un métier, un sacerdoce qui sorte de l’ordinaire ( mais tout métier est honorable ! ) merci
Ithaque ; poésie à l’image de cette femme, très belle… je n’ai pas épuré les premières lignes sciemment, faisant parler un «  abruti » ! merci beaucoup
Lebarde ; «  j’ai frôlé la correctionnelle «  et comment ! Que voici un beau «  maillet « ! ( c’est ma forme fixe préférée ! Merci beaucoup
Vincente ; pour le «  cerveau « , voyez ce que j’écris plus haut ! «  dans le fauteuil «  plutôt que «  sur « , oui, vous avez raison ! Je semble m’amuser en écrivant ces lignes, oui mais j’étais en colère ( voir genèse ) merci
senglar ; la grâce devient un art à travers ces vers qui touchent droit au cœur ; merci
hersen ; tu as bondi comme sur des barricades, mais heureusement tu t’es souvenue que papipoète est un «  gentil « … ben oui, pour tout tout ce qui vit sur Terre et la FEMME en particulier ! Mon vocabulaire te semble un peu « ordinaire « OK, ce n’est pas moi qui m’exprime, mais l’énergumène à qui je prête ma plume ! La virgule après «  mais « , est là pour appuyer sur le MAIS ! j’ai eu très chaud ! Merci
PIZZICATO ; bien sûr des remarques de «  beauf « que je fais remonter ici, comme d’autres «  ce black qui devrait rester dans son arbre «  ( je suis poli ) et encore bien des mots qui empestent de certaines bouches ! Mais il y a ma… dernière strophe ! Merci
STEPHANIE ; oui, il y a cette beauté invisible qui saute au cœur, non point aux yeux ; c’est de celle-là que papipoète voulait parler ; merci beaucoup
VictorO ; oui, cette femme ne sera pas élue que pour sa plastique, mais pour son cœur «  gros comme ça «  merci
Cristale ; votre première lecture vous offensa, laissant apparaître une vision misogyne de la part de papipoète ? Pas possible ! Il y avait un degré d’interprétation à adopter face à ce maillet . Oui, j’ai forcé le trait d’entrée, pour faire détester cet individu qui parle… merci
Raoul ; vous fûtes choqué d’un tel propos sexiste ; peut-être qu’à la lumière de mes précisions, vous verriez le véritable fond de ma pensée ? Mais il y avait grand danger pour moi d’écrire ainsi, aussi je comprend très bien votre jugement ! Merci
Quidonc ; vous avez lu mes vers de l’extérieur, mais de l’intérieur aussi, et apprécié le cheminement jusqu’au heureux dénouement ! ( votre commentaire est tout particulièrement délicat ! ) merci beaucoup     

Contribution du : 01/04 16:13:50
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : remerciements " mystère "
Expert Onirien
Inscrit:
15/12/2017 07:55
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 4993
Hors Ligne
Bonjour papioete,
Il y avait donc trois personnages dans votre maillet. La femme, un reluqueur imbécile et un homme. Je n'ai pas dû bien assimiler le pasage de la pensée du goujat à celle du noble. Voilà sans doute ce qui m'échappait. Après avoir lu vos explications, la lumière s'allume. Je pensais que des images ravivées par vos vers aient perturbé ma lecture et ma compréhension.
Merci et au plaisir de lire encore vos mots toujours aussi censés et sensibles.

Contribution du : 01/04 17:38:13
_________________
L'art ne fait que des vers, le cœur seul est poète (A. Chénier).
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : remerciements " mystère "
Maître Onirien
Inscrit:
29/01/2013 15:18
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 28650
Hors Ligne
bonsoir BlaseSaintLuc
Cette " femme vraiment très belle " vous a séduit, de par son corps divin, mais surtout au prix de relecture, par sa beauté intérieure .
J'ai pris un gros risque en écrivant ces lignes, que l'on se méprît sur moi ( surtout de la part du récent lectorat ), et puis l'on me comprît à travers ce clown qui rit, fait des grimaces dans cette chambre aux blouses blanches ! ( un seul commentaire me fut défavorable, mais aucunement méchant ! )
Hasard de la chose, mais aujourd'hui dans notre journal quotidien, une page est consacrée à ces gens au grand coeur ; qui rient affublés d'un nez rouge, mais peut-être pleurent d'un chagrin personnel, sous le costume de l'amuseur !
Vous avez aimé ce " maillet " ; j'en suis heureux ; merci beaucoup !

Contribution du : 05/04 18:10:25
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019