Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Remerciements pour "Le temps d'une trêve"
Maître Onirien
Inscrit:
15/11/2008 09:48
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 17336
Hors Ligne
Merci au comité éditorial qui a permis la publication de ce poème ainsi qu'aux lecteurs et commentateurs qui ont exprimé leur ressenti.
Les mots qui le composent traduisent les turbulences qui m'ont habitée récemment. En trente jours, j'ai dû clore une histoire de quarante années passées au coeur d'un autre continent, l'Afrique, avec des codes de vie et des repères très différents de ceux qui m'avaient fait grandir et entrer dans la vie adulte.
Ne conserver que quelques objets, peu volumineux, reliés à des instants heureux ou malheureux. En abandonner d'autres en les confiant au courant de la Vie. Choix à faire seule, difficile parfois ... souvent...
Deux commentateurs ont souligné le fait que l'émotion était atténuée par trop de cérébralité. Peut-être cela est-il dû au fait que pendant toutes ces années ma perception des choses de la vie, le rapport aux autres et ma sensibilité ont été profondément modifiés. Cela s'est fait progressivement, par nécessité d'adaptation et d'intégration à un monde différent dans lequel, par déférence envers la famille qui m'avait accueillie, en tant que femme, épouse et mère de famille, j'ai appris à modérer mes impulsions en dehors du cadre intime affectif et familial.
A mon retour, après une semaine de tentative pour apaiser les remous intérieurs, il fallait absolument m'en libérer et c'est ce que j'ai fait en écrivant ce poème.
Je retrouve depuis peu, au regard de ce long temps écoulé, ma région et mon pays d'origine avec ses spécificités qui, parfois je l'avoue, me déroutent par leur complexité dans les rapports humains. Mais, c'est un réel cadeau offert par la Vie et mon intention est de l'apprécier pleinement, à sa juste valeur.

Papipoète[/b] : En effet il s'est bien agi de "l'ultime valise" à remplir et dans laquelle je ne pouvais conserver que de menus objets imprégnés de leur histoire. Soupeser ... choisir ... abandonner ... pas évident quand la simple vue de l'un ou l'autre ravive des souvenirs que j'avais pensé assoupis et bien rangés dans leurs tiroirs.

Cristale : Rien que du vécu récent dans ce poème Cristale et je suis heureuse que vous l'ayiez perçu ainsi. Hé oui, la diérèse à " en-fou-is"! En réalité je me doutais qu'il devait y avoir un détail qui ne permettait pas son admission en catégorie classique mais je n'ai pas eu la patience de chercher et j'étais pressée de me libérer de ces mots.

Alexandre : J'aurais dû, sans doute, demander ton avis pour le classement de ce poème avant de l'envoyer sur le site. Une fois de plus je constate que les alexandrins se prêtent à l'expression de thèmes très variés incluant les émotions. Mais, comme tu dis et comme tu l'as compris, l'essentiel n'était pas dans la forme et j'espère que le Ciel prêtera une oreille attentive à ton souhait. Merci pour ton appréciation qui, au vu de tes nombreux écrits sous cette forme poétique, vaut son pesant d'or.

Provencao : Merci de vous être arrêté sur ce texte et d'en avoir justement perçu le fond. Un hymne à la vie dites-vous ... je crois bien que c'est cela en définitive.

François : Je n'avais pas du tout remarqué la répétition de "sans" dans les tercets. En fait j'ai écrit très rapidement ce texte avec la nécessité impérieuse de prendre de la distance avec les évènements qui l'ont motivé. Oui, les catégories ont un sens, Cristale et Alexandre ont souligné le détail qui ne répondait pas à l'exigence du classement en "classique".

Pizzicato : Ce sont bien des images vraies, le condensé de multiples émotions qui s'emmêlent avec risque de s'égarer en chemin sauf, pour les transcrire, à se raccrocher à la mise en forme de ces alexandrins comme à un tronc qui flotte dans le courant impétueux de la Vie.

Leni : Oui Leni, pas simple de "larguer tous les attachements" mais vital de pouvoir le faire, sauf à choisir de s'enliser dans une nostalgie stérile et sans fin. Le passé ne s'efface pas bien entendu mais puisqu'il n'est pas possible d'y revenir, j'ai choisi de faire la paix avec lui, d'autant plus qu'un rêve, fait quelques jours après l'écriture de ce poème, m'a confortée dans ce sens. Hé oui, je suppose que tu souris, mais j'attache toujours de l'importance à certains rêves faits au petit matin. Là où j'ai vécu on les appelle "visions" et il est toujours possible de leur trouver une correspondance dans le réel vécu ou à vivre.

Funambule : "Maitrise technique et cérébrale" ? En fait j'ai écrit ce texte en deux jours et une semaine après avoir été confrontée pendant un mois, à une situation très dense émotionnellement. Pas vraiment de recherche sauf pour la rime avec "aléatoire". Les mots sont venus, presque spontanément et je les ai laissés se poser sur le papier. C'est d'ailleurs souvent ainsi que j'écris. Je comprends parfaitement que vous n'ayiez pas pu en percevoir pleinement l'émotion, pour cela il fallait connaître toute l'histoire ...

Somnium : Désolée pour le "déjà vu". C'est vrai que ce n'est qu'un condensé de ressentis humains. Pas de travail de construction ou de recherche en écriture, seulement une transcription rimée d'un vécu.

Emilia : "Vie remplie" ... certes, "bien remplie" ...? je ne sais pas. Mais le sentiment d'avoir fait face aux aléas à chaque fois que c'était nécessaire : oui, quels que soient les évènements. Ajouté à cela la conviction intime, profonde, d'être à la place où je devais être et il n'en faut pas plus pour aborder cette dernière tranche de vie, sans regret aucun, si ce n'est celui de n'avoir pas été, quelquefois, à la hauteur mais, j'ai appris aussi à me pardonner. "Paix intérieure rassurante" ... oui, de cela j'en suis certaine. Merci d'avoir "décodé" les mots si bien rangés dans cette forme néo-classique.

Bidis : C'est le second commentaire qui mentionne le terme "cérébral" pour cet écrit et donc d'une atténuation sensible de l'aspect émotif. Ma foi, peut-être cela est-il dû au fait que j'ai appris, pendant de longues années, à maîtriser et canaliser l'expression de la violence des émotions qui me traversaient, simple question de "décence" au sein d'une famille et avec des codes et des repères à mille lieues de ceux dans lesquels j'avais grandi et commencé ma vie adulte. C'est aussi peut-être pour cela que j'ai eu besoin de l'alexandrin pour m'exprimer, histoire de ne pas "perdre pied" dans les émotions. Merci pour l'appréciation de l'écriture.

Contribution du : 18/05/2017 21:02
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements pour "Le temps d'une trêve"
Maître Onirien
Inscrit:
15/11/2008 09:48
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 17336
Hors Ligne
Bonjour Proseuse et merci pour votre passage. Oui, c'est un peu ... beaucoup ... cela : " ne retenir que le beau et parvenir à reprendre sa marche". C'est une voie qui s'est ouverte tout naturellement après avoir laissé à chaque sentiment, qu'il soit lourd ou léger, le temps de vivre et de s'atténuer avant de prendre sa place dans les tiroirs de la mémoire.

Contribution du : 21/05/2017 07:40
_________________
J'aimerais être esprit pour traverser l'espace et modeler le temps, à jamais, à l'infini.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements pour "Le temps d'une trêve"
Maître Onirien
Inscrit:
15/11/2008 09:48
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 17336
Hors Ligne
Merci Audeval pour les mots que vous avez laissés en commentaire. J'en suis très heureuse car vous avez pleinement compris ce que j'exprimais dans ce poème.
N.B. je réponds avec un peu de retard car je n'ai pas vu votre commentaire dans le fil d'actualité. J'ai bien reçu une notification sur ma messagerie personnelle le 21/05 mais elle concernant le texte "Dernière étape" sous lequel ne figurait aucun nouveau commentaire ... j'ai laissé tomber pensant qu'il y avait eu un petit problème au niveau informatique sur le site et en me disant que je finirais peut-être par comprendre ce qui s'était passé, pas besoin d'encombrer les forums avec ce détail. Là tout est clair maintenant pourtant "les ordinateurs ne se trompent jamais" n'est-ce pas ?

Contribution du : 25/05/2017 13:57
_________________
J'aimerais être esprit pour traverser l'espace et modeler le temps, à jamais, à l'infini.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements pour "Le temps d'une trêve"
Maître Onirien
Inscrit:
15/11/2008 09:48
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 17336
Hors Ligne
Bonjour Donaldo75 et merci pour votre lecture et votre appréciation. Ce qui me plaît beaucoup dans votre commentaire c'est cette expression : "les mots coulent comme un ruisseau". Car, effectivement, les mots sont arrivés facilement sous la plume,sans prise de tête ou calcul, seulement l'expression de ressentis naturels et humains. Vous avez tout bien compris et c'est un réel bonheur pour moi.

Contribution du : 25/05/2017 14:04
_________________
J'aimerais être esprit pour traverser l'espace et modeler le temps, à jamais, à l'infini.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020