Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Remerciements pour un amour fou
Maître Onirien
Inscrit:
29/12/2010 18:37
De Pyrénées-Atlantiques
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Onimodérateurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 15303
Hors Ligne
Merci au travail dévoué de toutes les personnes qui ont permis la publication de ce récit déjà publié il y a plusieurs années. Pour plusieurs raisons il ne me satisfaisait pas, je l'ai donc repris et proposé à nouveau à la lecture. Pour lever des ambiguïtés possibles, malgré son aspect réaliste ça reste de la fiction. C'est un assemblage romancé de multiples anecdotes d'un quotidien professionnel. Disons que des parties sont authentiques et d'autres inventées pour unir le tout.

Merci Plumette de votre appréciation sur ce texte. Je vous rejoins sur le fait que beaucoup d'histoires se ressemblent sur Oniris. J'aimerais davantage lire des scénarios s'appuyant sur du vécu, comme des documentaires qui feraient partager une expérience. C'est toujours intéressant de voyager par l'écrit dans des domaines qui nous sont inconnus.

J'ai bien noté vos remarques vb même si je ne les partage pas toutes. La part de subjectivité du lecteur ne peut jamais être totalement en phase avec le style d'un auteur. Autrement dit, ce qui peut vous gêner dans ce texte, paraître maladroit, correspond à vos représentations personnelles. Quand ces remarques rejoignent d'autres avis je les prends en compte, sinon elles me semblent relevées d'une vision particulière de l'écriture. En tous cas merci beaucoup de votre analyse.

Je comprends que plusieurs points vous aient gêné Louison mais c'est le sujet même du récit. Merci néanmoins de votre lecture.

La première phrase que tu cites Robot est en effet capitale. Tout s'appuie dessus car elle exprime cette part d'inexplicable dans les relations humaines, ces attirance qui échappent à l'entendement et nous poussent parfois à faire des actes insensés.
Ta remarque pertinente sur l'empathie, je la comprends comme une dérive qui va imposer les vues d'un soignants sur un patient, du genre « je sais ce qui est bon pour toi ». Il peut en découler des contraintes, des obligations. Dans mon service nous travaillons là-dessus et pour l'éviter nous considérons le patient comme un acteur à part entière de son projet de soin. C'est une notion qui s'appelle l'empowerment, désolé il n'y a pas de nom français !

Content que cette histoire t'ait plu Hersen. On me fait souvent le reproche d'effleurer les sentiments et de ne pas aller en profondeur, je voulais ici remédier à cette carence. Bon, comme tu le soulignes ça reste encore sobre mais je t'assure, je fais des efforts ! Sûr que le pathos ce n'est pas pour moi...

Ça me fait plaisir d'avoir ton opinion Lulu et force est de reconnaître que tu n'as pas tort. Certains passages sont assurément trop descriptifs, pourtant en général je suis vigilant par rapport à ça. Je déteste la surabondance de détails et les longueurs inutilement explicatives. Je pense que c'est le thème en lui-même qui m'a poussé à cette erreur, cette volonté de décortiquer les pensées de l'infirmier pour les rendre acceptables. Je ne souhaitais pas le réduire à « je veux cette fille », mais du coup j'en ai trop fait !

Merci Boutros de votre appréciation un peu courte mais qui me fait tout de même grand plaisir.

De ton commentaire intéressant Ananas je retiens ton regret d'un style pas assez « tourmenté ». C'est marrant que tu me dises ça car la première mouture avait une partie totalement délirante (le passage onirique), associée à un style de narration éclaté, où l'infirmier franchissait les frontières de la raison. Il rejoignait dans une communion folle et surréaliste l'esprit de Maeva. J'ai supprimé ces lignes dans le texte reproposé à la publication pour lisser l'image de Franck et le rendre plus crédible. Peut-être ai-je eu tort...
Merci de ta lecture !

Contribution du : 03/04 09:50:01
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements pour un amour fou
Onirien Confirmé
Inscrit:
20/10/2013 00:51
De Est de la France
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 660
Hors Ligne
Une belle histoire d’amour, non banale (comment l’alchimie de l’attirance pourrait-elle sombrer dans le « banal ») mais fréquente lorsqu’un mur, un fleuve, un monde, un vide sépare le ver de l’étoile.

Amour fou ? …
Il m’apparaît au contraire bien sage, cet amour.
Heureusement, l’histoire devient « belle » lorsqu’il est dit que l’étoile aussi sait rêver.

Sage partage d’un impossible amour …
… pour une très belle lecture.


Contribution du : 03/04 11:44:13
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements pour un amour fou
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 12814
Hors Ligne
@Jano,

Il y a peut-être malentendu sur la sobriété : tu as l'air de penser que j'en pense du négatif, or c'est l'inverse, cette histoire me plaît parce qu'elle n'en fait pas des caisses, que le décor, l'environnement sont bien plantés, il y a indéniablement une ambiance HP que l'on sent juste.
Pour moi, un texte juste est un texte dans lequel l'écriture fait son job, mais ne prend pas la place de l'histoire; tant pis pour mon compliment passé à la trappe !

Contribution du : 03/04 14:20:59
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements pour un amour fou
Maître Onirien
Inscrit:
29/12/2010 18:37
De Pyrénées-Atlantiques
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Onimodérateurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 15303
Hors Ligne
Merci pour votre passage Anthyme. Vous qui êtes d'habitude prolixe votre concision m'étonne. Ou bien l'amour vous inspire moins que le surnaturel...

J'ai bien compris Hersen, pas de souci. Je n'ai pas du tout mal pris ta remarque, bien au contraire.

Contribution du : 03/04 16:24:37
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements pour un amour fou
Maître Onirien
Inscrit:
29/12/2010 18:37
De Pyrénées-Atlantiques
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Onimodérateurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 15303
Hors Ligne
Je reconnais l'aspect un peu sage de cet amour platonique Shepard, la première version était nettement plus déjantée. Mais comme je l'ai déjà dit, je voulais que Franck soit un mec normal attiré par quelqu'un d'anormal. Si j'avais insisté sur ses failles à lui, on passait dans un autre registre que je ne voulais pas exploiter où deux malades (l'un ne le sachant pas) se rencontrent.
Tu as complètement raison sur le début trop vite amené, d'autres lecteurs m'ont fait la remarque. On ne peut pas tout mettre sur le compte du coup de foudre ! Merci de ta lecture qui me fait toujours plaisir.

Vous avez relevé un point fondamental GilleP en écrivant ceci : « un regard tendre sur la maladie psychique ». Cette histoire était d'abord pour moi l'occasion d'évoquer un quotidien professionnel, la relation amoureuse restant un prétexte pour parler de la psychiatrie. J'ai la chance d'aimer mon métier et en général les personnes que je contribue à aider dans leur souffrance. C'est une profession basée sur l'humain, parfois difficile mais ô combien gratifiante. J'ai essayé d'exprimer un petit peu cet aspect.

C'est vrai, Jean-Claude, qu'on est beaucoup dans la tête de Franck. C'est un texte introspectif où le soignant tente de comprendre et de lutter contre cette pulsion déraisonnable qui heurte sa déontologie. Souvent on me l'a reproché mes histoires restent en surface, privilégient l'action et ne vont pas assez au cœur des sentiments. J'ai essayé de remédier à cette lacune mais je dois avouer que ce n'est pas naturel chez moi, j'ai toujours l'impression d'être redondant voire ennuyeux. En tout cas merci de votre passage !

Contribution du : 06/04 11:14:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements pour un amour fou
Maître Onirien
Inscrit:
29/12/2010 18:37
De Pyrénées-Atlantiques
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Onimodérateurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 15303
Hors Ligne
J'ai eu la bonne surprise en rentrant de vacances de lire un commentaire de ta part Bellaeva. Ça me fait vraiment plaisir, tes interventions étant plutôt rares en forum. Concernant ce que tu dis, oui, il y a une attirance purement physique au premier abord, comme souvent dans les coups de foudre. Maeva plait d'emblée à Franck mais, comme je tente de l'expliquer par la suite, elle n'est pas qu'un objet de désir sexuel. Sa particularité fait écho à des attentes secrètes de l'identité de Franck, convaincu que cette femme là il l'a toujours cherché, qu'elle seule est capable de redonner de l'élan à une vie trop terne. Des personnes nous font parfois vibrer intensément, hors séduction, et on ne sait pas pourquoi. Après il se rend compte que tout est de l'ordre du fantasme, que cette projection n'est pas raisonnable et il fait marche arrière.

Ça c'est excellent Cat : « certains héros ont toujours peur de leur ombre, à vingt ans comme à soixante. » Les conventions sociales nous obligent à adopter un profil qui va souvent à l'encontre de nos envies. Nous passons notre temps à nous réprimer pour correspondre à des représentations. Le masque social camoufle notre véritable personnalité, seuls les artistes ont le droit de faire sauter cet artifice et d'utiliser leur moi profond. Franck est en effet la proie de pulsions et de sentiments qui se heurtent à une déontologie inculquée. La franchir aurait rendue cette histoire sulfureuse ce que l'auteur ne souhaitait pas... attaché à sa réputation.

Contribution du : 17/04 09:25:41
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements pour un amour fou
Expert Onirien
Inscrit:
10/03/2014 08:59
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 5358
Hors Ligne
Citation :
Jano a écrit :
... seuls les artistes ont le droit de faire sauter cet artifice et d'utiliser leur moi profond


Ou les fous
Mais je pléonasme, bien sûr !


Cat

Contribution du : 17/04 12:16:34
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements pour un amour fou
Maître Onirien
Inscrit:
29/12/2010 18:37
De Pyrénées-Atlantiques
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Onimodérateurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 15303
Hors Ligne
Merci Donaldo75 de votre passage sur ce texte, je suis content car je ne m'attendais pas à autant de commentaires. La narration à la première personne me semblait la plus appropriée pour exprimer les états d'âme de l'infirmier, sinon ça aurait été trop neutre. La tristesse existe, en effet, mais dans les hôpitaux psychiatrique il y a aussi beaucoup de vie, faut pas croire.

Contribution du : 19/04 09:29:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements pour un amour fou
Organiris
Inscrit:
05/12/2009 20:49
De Normandie
Groupe :
Référents centrale
Comité Editorial
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Correcteurs
Primé concours
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 8115
Hors Ligne
Citation :

Jano a écrit :
Maeva plait d'emblée à Franck mais, comme je tente de l'expliquer par la suite, elle n'est pas qu'un objet de désir sexuel. Sa particularité fait écho à des attentes secrètes de l'identité de Franck, convaincu que cette femme là il l'a toujours cherché, qu'elle seule est capable de redonner de l'élan à une vie trop terne. Des personnes nous font parfois vibrer intensément, hors séduction, et on ne sait pas pourquoi. Après il se rend compte que tout est de l'ordre du fantasme, que cette projection n'est pas raisonnable et il fait marche arrière.


Bonjour Jano, je suis souvent en déplacement et sans wifi, ce qui explique mes absences, je n'avais pas vu ta réponse plus tôt.

Ce que tu dis là, je ne l'ai pas vraiment retrouvé dans ton texte. Les échanges décrits portent plutôt sur l'attirance physique. Sauf peut être à la toute fin du texte ou une autre forme de complicité apparait. Je me doute bien que c'est de cette complicité profonde, cette terra incognita et recherchée que tu voulais nous présenter... je suis un peu restée sur ma faim.

Contribution du : 28/04 09:59:34
_________________
"Travailler une matière c'est en général en retrancher" Roland Barthe
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2018