Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Retour sur : Le cueilleur d'abricots
Expert Onirien
Inscrit:
16/09/2017 05:16
De Québec, Canada
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 6115
Hors Ligne
Bonjour,

D'abord mes remerciements pour le CE d'avoir accepté de publier cette nouvelle sur son catalogue. Merci pour ceux qui ont apprécié ce récit et sa lecture.

Je suis surpris qu'aucun ne soit offensé au fait qu'il s'agit d'un récit qui a la prétention d'expliquer la différence entre partager une histoire et la raconter. Évidemment qu'il y a alors des doublons, le jeu est plutôt de repérer les différences.

Quant à la dernière chute, on la critique puisqu'elle est présente, contrairement à plusieurs textes du site qui n'en contiennent aucune. Elle est ma prédiction à propos de l'accueil qu'allait recevoir mon texte. Paf! Une crevaison en roulant dans les trous des critiques. Alors on s'arrête, on répare et on repart de plus belle sur la route.

Je dis "dernière chute" car ce texte en fait contient 4 récits et alors 4 chutes. Observons sa structure.

Début du récit du cycliste
___début récit de l'homme assis sur les pneus
___fin du récit de l'homme sur les pneus
___début du récit imaginé par le cycliste
______début du récit du vieil homme cherchant l'abricot parfait
______fin du récit du vieil homme cherchant l'abricot parfait
___fin du récit imaginé par le cycliste
Fin du récit du cycliste

Je me suis bien amusé à imbriquer ces récits l'un dans l'autre, je voulais y donner un sentiment de profondeur et briser la linéarité. J'ai inclus aussi quelques niveaux symboliques : l'homme assis sur ses pneus alors que le cycliste roule sur ses pneus, la route de la création et la publication du texte avec les trous dans le pavé pour les critiques, la manière du cycliste de visiter et la manière de mener sa vie.

J'ai écrit 2 phrases en espagnol pour ajouter de l'authenticité et on me critique de ne pas les traduire alors que pour un autre récit, on m'avait critiqué pour avoir traduit du japonais. Ici, la première phrase en espagnol est traduite dans la phrase qui suit, en français.

Pour "la saveur de la région", c'est à croire que tous parlent un espagnol uniforme à travers le monde, comme le parisien a les mêmes intonations que le marseillais.

Vilmon

Contribution du : 21/06/2023 15:23
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Retour sur : Le cueilleur d'abricots
Organiris
Inscrit:
17/09/2009 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onirateurs
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Auteurs
Correcteurs
Comité Editorial
Membres Oniris
Post(s): 31384
Hors Ligne
Merci Vilmon pour ces explications sur ta nouvelle. Je trouve ton post intéressant puisqu'il met en évidence ta démarche et ta réflexion, pas forcément repérées à la lecture lorsqu'on est pris par l'intrigue.
Tu dis que tu as pris plaisir à imbriquer ces récits: cette partie de "jeu" dans l'écriture, c'est aussi une motivation d'auteur, toute simple mais essentielle.
Enfin, pour le point des phrases traduites ou pas: il y aura toujours des lecteurs qui auront des avis opposés, des lecteurs différents, voire le même lecteur à deux moments différents. C'est ainsi...
Bonne saison des abricots !

Contribution du : 21/06/2023 18:46
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Retour sur : Le cueilleur d'abricots
Expert Onirien
Inscrit:
16/09/2017 05:16
De Québec, Canada
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 6115
Hors Ligne
Salut Perle,

Merci pour cette réponse, c'est une petite perle (oui, il y a un jeu de mot intentionnel ici).
Tu as bien raison, l'essentiel c'est le plaisir d'écrire le récit, d'imaginer son déroulement, le modifier, le reprendre sous un autre angle et finalement le partager.
Il y a toujours cette angoisse à savoir s'il sera publié et comment il sera reçu.
Les refus et certains commentaires ne sont pas très encourageants.
Il faut alors se secouer et recommencer.
Pas toujours facile, mais avec un commentaire comme le tien, ça redonne de la vigueur et de l'espoir que le prochain sera encore mieux.

Et le point que je retiens : il faut poursuivre à s'amuser d'écrire.

Merci Perle !

Des fleurs, pourquoi pas !

Vilmon

Contribution du : 30/06/2023 23:33
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Retour sur : Le cueilleur d'abricots
Expert Onirien
Inscrit:
16/09/2017 05:16
De Québec, Canada
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 6115
Hors Ligne
ferrandiex, tu peux coter ton commentaire, ça ne changera rien, mes récits ne méritent pas de plume, alors une mauvaise appréciation de plus ou de moins.
Je ne connais pas d'Istrya.
4 récits dans 1 en moins de 10 000 caractères, mais personne ne le remarque. Encore moins qu'il s'agit d'une sorte d'allégorie pour expliquer ma vision entre partager une histoire et la raconter. C'est sans doute trop subtil ou un échec de ma part.
Vilmon

Contribution du : 09/07/2023 16:47
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2023