Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Rien ne cerf de courir... ou le mort-vivant du fond du bois !
Expert Onirien
Inscrit:
17/04/2012 21:15
De Capens
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 6151
Hors Ligne
Bonjour à toutes et tous !

Comme d’hab, un grand merci plus aux galériens de la machine Onirienne ! Vu la quantité de bière que je dois à l’équipe pour services rendus, je peux direct acheter une tireuse. ;=)

Merci à vous tous pour la lecture et vos commentaires sympatoches sur Qui va à la chasse… ... et désolé pour mon retard en retour.

Je voudrais tout d’abord préciser que toute similitude entre Ernest-Antoine Sellières baron de Laborde habitant le château de l’Oignon (et ex-patron du MEDEF) et Ernest-Antoine Bâtières de Lobarde habitant le château de Siboulhète est purement le fruit du hasard.

De même, ne voyez que pure coïncidence au fait que Paul-Marie soit aussi le prénom du maire de mon bled.

Pour Louis-Emile et Emile Louis… là j’ai comme un doute…

@Socque : ha, ha, ha… voilà une sortie sur les « riches » qui fleure bon le Arlette Laguiller, si on ne peut même plus rire un peu au dépens des manants, franchement ;=) Acte prémédité, peut-être pas, allez savoir si ce brave Paul-Marie n’avait pas une idée derrière la tête… ;=)
Merci beaucoup pour votre « Vraiment très chouette »

@Black-Box : bon à part cette fin capillotractée, je ne m’en sort donc pas trop mal. Le « Azur et Cie » m’avait été signalé avant publication, j’ai eu la flemme d’en tenir compte, bien vu. « Amélie, un bien sympathique personnage » voilà qui nous laisse de la marge au sujet de la gent féminine ;=).
Votre ‘’ Sourire permanent’’ est un grand compliment, merci.

@RB : bah, dans le Sentimental/Romanesque… qui aime bien châtie bien, non ? Entre la chasse à courre et la chasse à l’étudiant, j’ai quand même tendance à préférer la première. Mais bon, il faut bien avouer que les seconds peuvent arriver à bramer un peu trop fort… ;=) Merci pour votre commentaire.

@Pimpette : très content que tu ais apprécié ma p’tite nouvelle. Sont pas mignons tout plein mes protagonistes ? De grosses bises et merci pour ton « la chute est géniale!! »

@Alexandre : « Joseph nous écrit donc du ciel » vous n’êtes pas le seul à avoir repéré cette faille, mea culpa ! Très bon jeu de mots, gaffe à ne pas attraper la chVelique ;=) Merci beaucoup pour votre appréciation et pour le « tout tremblant »

@Bidis : haaargh, je suis passé à la moulinette, rien n’échappe à l’œil de lynx de Ma Dalton. ;=)
Pour Six boulettes, l’original est Oignon, j’me suis pas foulé. Sinon tu as raison, la sonorité de certaines phrases est à revoir. Pour « Au milieu… à mon niveau » bien vu, ma phrase était particulièrement bancale.
Pour « Ses cheveux… les yeux » haaaaaa, tu me fais un grand plaisir ! J’ai pensé à une pub de shampoing et hop, le texte est sorti tout seul. Si ça pouvait fonctionner aussi facilement à chaque fois ;=(
Merci beaucoup pour ta pointilleuse et utile correction, ainsi que pour le « très bon texte ». ;=)

@Alice : vous n’avez point aimé le ton soutenu du langage pratiqué au sein de notre famille ? Tient donc ? ;=) C’était exagéré, bien sûr, pour donner un plus grand décalage avec le langage d’étudiant de ce brave Joseph. Perso, se sont les paroles du jardinier que j’ai trouvé mauvaises, refaites deux fois et toujours pas terrible, j’ai laissé tomber.
Merci pour votre « bien charmante histoire ».

@Ludi : haaarh ! J’avais pas vu le côté « auteur mort vivant ». Le pire, c’est que cela ne me frappe pas plus que çà. Je pense que c’est un lié à mes lectures SF… le temps çà va çà vient. Effectivement Brown ne me semble guère plus embêté que moi par ce genre de problème. Le présent, c’est pour une rapidité de l’action, la surprise, etc… La première personne, c’est pour se sentir concerné par les faits (je crois)… j’avais pas vu que pour un mort c’est assez difficile à concilier ;=)
Le Destin narrateur est une très bonne idée. Coté ‘’jeu sensuel’’, j’avais prévu que Joseph épingle Amélie contre un arbre, façon papillon, mais les autres ont rappliqué trop tôt. Raté ! ;=)
Merci pour la précision de ton commentaire et pour « l’excellente histoire ».

@Cat : mais Cat u donc contre les filles aux lèvres goulues et charnues ? ;=) Pour la revanche, c’est pas trop le style. Je verrais plutôt le flic de base, emberlificoté dans les filets érotico- aristo de la gentille Amélie, déclarer en voyant Joseph et ses deux ou trois coups de binettes en travers de la tête : « Oh… l’affreux suicide ! » ;=)
Merci pour ton sympatoche commentaire et le « bon moment passé à me lire »

@chVlu : Ha, ha le son du corps au fond du boa et sa trompe d’Eustache, t’es encore bon pour payer ton coup de rouge mon gars ! ;=) Pour le fond, gaffe, tu vas encore gueuler « ollé ollé ! » avant l’hallali et te faire repérer par les sangs bleus. En même temps, éviter un coup de binette dans la binette, c’est pas mal non plus.
Pour le côté « prévu d’avance » ou non, je n’ai pas tranché moi-même. D’où les mots à double sens se promenant de ci de là.
Merci pour ta « promenade jubilatoire »

@Louis : hop, épinglé de nouveau pour mon narrateur mort un poil trop tôt. Mais dites-moi, Louis êtes-vous si sûr que je sois vivant ? Moi qui, au fond, ne suis qu’un pseudo sur un site littéraire. ;=)
« Le mal le plus sournois se cache aussi derrière l'apparence du beau. » là vous y allez fort, surtout que cela donne l’envie de retourner le sens de la phrase… et mon percepteur est pourtant très laid. ;=)
Merci beaucoup pour votre « plaisir de lecture »

@AhmedElMarsao : décidément mon narrateur mort/vivant a fait tiquer pas mal de monde ;=). Pour une réécriture à la troisième personne, je suis pas sûr d’avoir la force, d’autant que cela ne réussit pas vraiment à me déranger. Mais je ferais gaffe la prochaine fois, juré craché ! ;=)
Merci à toi pour le « plaisir exquis de me lire»

@Cottington : diable, si je ne joue plus, ou vais-je donc trouver du plaisir ? ;=) Que dire alors de « monter une bête de cette classe ne m’est pas souvent arrivé, j’anticipe un vrai plaisir. » ? Même Ludi l’a pas vue celle-là ;=)) Au fait, moi cynique ? haaargh, je vais encore avoir droit à une séance de psychanalyse en comité réduit ;=)
Merci pour ce délicieux commentaire !

Contribution du : 26/06/2014 17:54
_________________
Celui qui écrit dans mon dos ne voit que mon… (Adage du banni)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rien ne cerf de courir... ou le mort-vivant du fond du bois !
Expert Onirien
Inscrit:
10/03/2014 08:59
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6854
Hors Ligne
Chalut Pepito,

C'est sympa tes remerciements personnalisés.
J'aurais juste cette remarque à faire :


Citation :

Pepito a écrit : Je voudrais tout d’abord préciser que toute similitude entre Ernest-Antoine Sellières baron de Laborde habitant le château de l’Oignon (et ex-patron du MEDEF) et Ernest-Antoine Bâtières de Lobarde habitant le château de Siboulhète est purement le fruit du hasard.

De même, ne voyez que pure coïncidence au fait que Paul-Marie soit aussi le prénom du maire de mon bled.

Pour Louis-Emile et Emile Louis… là j’ai comme un doute…



Bien entendu, voyons ! Je te crois sur ta seule parole ....

Contribution du : 27/06/2014 08:05
_________________

Mon Blog
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rien ne cerf de courir... ou le mort-vivant du fond du bois !
Onirien Confirmé
Inscrit:
02/07/2013 10:49
De Toulouse
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Post(s): 422
Hors Ligne
« monter une bête de cette classe ne m’est pas souvent arrivé, j’anticipe un vrai plaisir. »


Flûte, celle-là m'avait échappé!

Décidément vous êtes incorrigible!

Contribution du : 27/06/2014 18:06
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rien ne cerf de courir... ou le mort-vivant du fond du bois !
Expert Onirien
Inscrit:
17/04/2012 21:15
De Capens
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 6151
Hors Ligne
@Caillouq : merci pour votre commentaire dithyrambique. Franchement, le fait qu'un mort ne puisse pas raconter sa vie ne m'a pas effleuré un seul instant. J'avais oublié le début d'American Beauty, effectivement c'est aussi un narrateur mort.
Pour les "actions Pepito", Pepita m'a dit que les contrats étaient prêts. Que voulez vous, c'est toujours les épouses qui tiennent les cordons de la bourse.



@Widjet : (j'ai vérifié l’orthographe ;=) Bon, je viens de voir avec le Guinness-Book, c'est bon c'est homologué. Deux TB de Widjet : (j'ai encore vérifié l’orthographe) dans la même journée, record accepté !



Merci d'avoir remarqué la réutilisation des prénoms de "Quatre saisons", m'a piètre réputation d'écolo va s'améliorer.

Et surtout, merci pour le "bon conteur", blague à part ça fait plaisir.

Pepito

Contribution du : 15/07/2014 22:43
_________________
Celui qui écrit dans mon dos ne voit que mon… (Adage du banni)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rien ne cerf de courir... ou le mort-vivant du fond du bois !
Expert Onirien
Inscrit:
17/04/2012 21:15
De Capens
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 6151
Hors Ligne
@ Annick : hello, merci pour les louanges sur le « déroulé » de l’histoire et la précision des descriptions. J’essaie de soigner les chutes. Comme déjà dit ailleurs, en fin de compte c’est le seul but d’une nouvelle. Bon ça marche pas non plus à tous les coups… ;=)

Le narrateur mort… là, j’ai un peu changé mon fusil d’épaule (oups !) depuis la sortie de cette nouvelle. Cette critique est récurrente dans les commentaires (ici et sur d’autres textes), et je ne la comprends pas. Je vais p’t’être ouvrir un fil sur le sujet.


Un grand merci pour ton commentaire sympa, je m’en sors vraiment pas mal !

Contribution du : 16/09/2016 21:13
_________________
Celui qui écrit dans mon dos ne voit que mon… (Adage du banni)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rien ne cerf de courir... ou le mort-vivant du fond du bois !
Expert Onirien
Inscrit:
25/06/2016 00:27
De Le Havre
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 5394
Hors Ligne

Contribution du : 16/09/2016 22:48
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020