Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





"Souffles" : mercis et discusions
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 37269
Hors Ligne
Sincère gratitude aux commentateurs grâce à qui mon texte est paru, et ceux qui ont pris le temps d'y ajouter leur commentaire après parution : chacun d'eux m'offre la possibilité de faire évoluer mon écriture, tant les observations sont précises.

Globalement :
Je crois important de préciser que je reviens d'une longue pause en écriture, qui m'a pourtant presque quotidiennement accompagnée depuis l'enfance... jusqu'à une paire d'années en arrière.
Je me relance grâce à la publication cette année de mon 1er recueil de poèmes, écrits entre 99 et 2007 : donc, revenant à peine au travail d'écriture, j'ai un "fil perso" à retrouver, des objectifs, un rythme ... j'assume les écrits anciens publiés cette année, mais ils sont loin de moi aujourd'hui...
... d'où ma fréquentation d'Oniris pour recaler quelques repères, que j'obtiens indubitablement depuis juillet dernier grâce aux avis du CE et des commentateurs de "Souffles". Voilà pour le contexte.

Pour éclairer la compréhension
- J'ai écrit ce poème en 2005 lors de balades quasi rituelles : j'ai la chance de vivre en pleine nature et les moments de trop-plein ou "trop à l'étroit" peuvent se libérer et se ressourcer au bord des rivières ou sur la plage.
- J'ai juste cherché les mots les plus proches de mes sensations et ressentis, entre mes bouillonnements intérieurs (colères, tensions, angoisses ou stress quotidiens) et ce qu'ils ont trouvé dans la nature pour s'épancher plutôt qu'agresser quelqu'un (violent, hein?)
- Le poème est donc forcément empreint des émotions mêlées de l'époque : certainement une solitude "croupissantes rengaines du ventre" - des révoltes "chevaux de bataille" - colères "volcans toujours alertes" - tristesse "la mer chuinte.."
- Puis, les émotions s'apaisent avec le son de l'eau "vivace lessiveuse" de la rivière "lavandière" les reflets du soleil sur les feuilles de chêne "lumières sonores" et malgré les sons, des points de silence.
- Le "ventre" est le plus long à cesser ses pleurnicheries : l'apaisement est aussitôt "dévoré/méprisé" par le rappel du manque ; jusqu'à ce que l'ensemble des sens surfent sur la chaleur du soleil les souffles etc... et là, ça va mieux.
- C'est là que le son du torrent devenait indistinct du souffle dans la forêt : d'où le titre.
Ok le propos est un peu faiblard, de mystère il n'y a rien d'autre que tout ce qui peut surprendre dans la nature : mais là, même un film ou un enregistement audio n'aurait pu vous éclairer, c'est propre à chacun.

Des précisions dans mes réponses à chacun :
@ Artexflow : vous me faites un grand plaisir car ce "quelque chose" d'indéfinissable est ce que j'ai perçu durant ces escapades, sans pouvoir le définir moi non plus. Bingo ! Vous pointez la retouche facile que j'ai faite au poème avant de le soumettre, du style "ah bah ça! pas repéré la rime "indolence/apparence" ! tiens, je vais la mettre en valeur " bouh! pas bien!
Le titre et le vocabulaire : ne pouvaient pas être aquatiques, puisqu'il s'agissait pour moi de traduire "quand il y a de l'eau dans le gaz" "il peut y avoir de l'air dans l'eau" qui aide à respirer. Mon propos était de suivre ma perception sensorielle où la présence de l'eau me rendait du souffle, enfin ... c'est difficile à exprimer.

@ Horizon : ... et comme c'est difficile à exprimer, il est plausible que vous ne ressentiez rien; je retiens de travailler la clarté, ainsi que limiter les alineas: c'est vrai que pour du liquide, ça ne coule pas fort..je l'ai fait par souci de concentrer l'attention du lecteur sur chaque mot, afin qu'il puisse s'immerger du mieux possible dans cette balade. Mais c'est loupé donc à reprendre! Par "absence de verbe" vous voulez sans doute dire "rareté": joue l'aspirateur / dévore / méprise / pile / souffle / siffle / chuinte / s'époumonnent, et etc ... Sinon, je suis d'accord : les émotions sont bien camouflées.

@ Marite : bravo! les deux parties correspondent à deux balades différentes, au même endroit, avec les mêmes effets. Il y aurait donc du travail sur l'unité autour du propos, ok. Merci aussi pour pointer la profusion/confusion : d'où les alinéas (cf. supra : à revoir)

@ Brabant : j'ai ri à lire votre manière de me faire passer les messages de discipline pour ménager la clarté et .. le lecteur ! c'est encore plus limpide pour moi, exprimé comme vous le faites!

@ Lautre : ton décryptage est vraiment proche de ce que j'explique plus haut ! un peu "ciblé sexe" tout de même, mais j'entends que je devais vraiment me sentir seule ces jours-là, et que "ça" transpire malgré moi... m'enfin, ne peut-on pas être à fond dans le sensuel sans être pour autant à fond dans le sexuel ? je promets que je ne sais pas ce que signifie faire l'amour à la forêt ou à la mer : se masturber en pleine nature? je promets que non, il ne s'est rien passé entre la rivière et moi

Et si vous avez des idées pour éclaircir d'autres mystères : poursuivons les discussions ?
merci pour tout
MissNode

Contribution du : 19/12/2012 01:26
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Souffles" : mercis et discusions
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
15/11/2012 02:30
De rnier au cross
Groupe :
Primé concours
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Évaluateurs
Auteurs
Post(s): 1179
Hors Ligne
Merci pour vos précisions, en effet ma remarque sur le champ lexical de l'eau est rendue caduque par vos explications.

J'apprécie toujours quand l'auteur se permet de préciser ses intentions, et là, comme je l'imaginais déjà, je vois que c'est un poème qui a une véritable histoire... Ca lui donne une nouvelle densité, et c'est agréable.

Merci à vous ;)

Contribution du : 19/12/2012 14:18
_________________
"Dans le silence et la solitude, on n'entend plus que l'essentiel" Camille Belguise
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Souffles" : mercis et discusions
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 37269
Hors Ligne
Vos commentaires vont m'aider, l'objectif étant que la densité que vous évoquez apparaisse d'emblée, en se passant des précisions post-publications.
Vous êtes très constructif, Artexflow, et très participatif, aussi, à ce que je vois : ça dynamise ! vous salue bien bas :)
MissNode

Contribution du : 19/12/2012 19:49
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Souffles" : mercis et discusions
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 37269
Hors Ligne
Je reviens dans ce salon verser aux derniers commentateurs une rallonge de thé et p'tits gâteaux à grailler, pour les remercier de la disponibilité qu'ils ont consacrée à mon poème :

@ Salamandre : merci pour la sincérité de vos observations ; j'ai fait l'expérience de lire sans les bruits de l'eau/du vent ... ça m'intéresse, mais je ne veux pas lâcher ces bruits qui m'ont aidée, dans un moment difficile, à respirer en faisant couler l'eau des yeux, voyez?

@ Costic : ah bah voilà c'était donc "lequel" qui gênait ... j'ai pourtant cherché l'intrus "non poétique" dans ce passage merci pour votre coup de zoom! sinon, rapport à nos MP, oui, le "déchaînement et le feu d'artifice" comme les a perçus Salamandre, font suite aux pointes douloureuses dans le ventre, en l'occurrence plus maternel qu'érotique

@ Wan : ... plus maternel qu'érotique, même s'il reste possible qu'une féminité transparaisse ; ce n'était pourtant pas mon propos initial; c'est là le plus surprenant dans l'écriture, et le plus agréable aussi !

@ Chatotjp : votre image me touche, pour être née au bord de la Méditerranée. Je suis bien aise que vous ayez pu surfer avec mes mots, sur la douceur des silences entre les bruits. Je suis curieuse de savoir si vous citez, quand vous écrivez "écoutes...écoutes... etc ... le coeur à l'heure" ?

Contribution du : 11/01/2013 00:15
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Souffles" : mercis et discusions
Maître Onirien
Inscrit:
08/06/2009 21:13
De Canada
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 18386
Hors Ligne
Citation :

MissNode a écrit :

@ Wan : ... plus maternel qu'érotique, même s'il reste possible qu'une féminité transparaisse ; ce n'était pourtant pas mon propos initial; c'est là le plus surprenant dans l'écriture, et le plus agréable aussi !


Je le savais que je me fourrais

Mais c'est pas grave, j'aime entendre ce que je veux entendre

à une prochaine, Miss

Wan

Contribution du : 11/01/2013 07:41
_________________
La prière du pécheur
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Souffles" : mercis et discusions
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 37269
Hors Ligne
C'est qu'il pète la forme, si tôt matin, Wan ! mais... des promesses, toujours des promesses gaffe à ne rien manquer dans la vie, à trop rêver (c'est toi qui tends la perche...)
Blague à part (je sens le vent du bataillon de modos talonnant de près "flood inapproprié : pour net rose") : la chance de l'écriture, c'est quand le lecteur met sous le nez de l'auteur ce qu'il s'obstine involontairement à regarder, ce qu'a fait aussi "Lautre" juste un peu avant toi... aussi, vos remarques ne sont pas signes d'obsessions délirantes, pas plus que mon écriture

Contribution du : 11/01/2013 13:46
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Souffles" : mercis et discusions
Maître Onirien
Inscrit:
08/06/2009 21:13
De Canada
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 18386
Hors Ligne
Citation :

MissNode a écrit :
la chance de l'écriture, c'est quand le lecteur met sous le nez de l'auteur ce qu'il s'obstine involontairement à regarder, ce qu'a fait aussi "Lautre" juste un peu avant toi... aussi, vos remarques ne sont pas signes d'obsessions délirantes, pas plus que mon écriture


Trop facile la réplique ! que dis-tu de ceci :


Un homme un peu dérangé s'en va voir un psychanalyste pour examen. celui-ci pour le diagnostiquer fait des dessins et demande au "malade" à chaque fois ce qu'il voit

Il dessine un carré : que voyez-vous ?
l'homme répond : une femme, une femme nue avec des gros nichons.

Il dessine un cercle : que voyez-vous ?
l'homme répond : une femme, une femme nue avec de gros nichons

Il dessine un trapèze : que voyez-vous ?
l'homme répond : une femme, une femme nue avec de gros nichons

Alors le psy déclare : eh bien, monsieur, vous êtes le plus bel obsédé sexuel que j'ai diagnostiqué de ma carrière de psy !

Et le malade de lui rétorquer : ah oui ? obsédé moi ? C'est qui qui fait des dessins porno ? vous ou moi ?



Bonne journée ma belle !

Ici au Québec il fait un beau soleil et -11 degrés Celcius

Contribution du : 11/01/2013 15:12
_________________
La prière du pécheur
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020