Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Un haricot dans le Cosmos, merci
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 19103
Hors Ligne
Bonjour à tous,.

Un grand merci à toute l'équipe, aux lecteurs et commentateurs.

Merci de votre passage dans cette demeure non pas ténébreuse, comme la voit la narratrice, mais humble ; la demeure d'une femme qui croit en les capacités du monde à accueillir l'Homme, tandis que la narratrice est trop perdue dans son monde factice.
La vieille mise-t-elle sur l'effet placebo ? Je dirais que non, qu'elle croit, mais avec humilité, qu'elle a un don pour soigner...sans soigner tout ! Ou plutôt, pour soulager, et bien souvent, c'est sans doute l'âme qui en a le plus besoin.
Elle sent naturellement la barrière psychologique que pose sa patiente du jour. Doit-on visiter des guérisseurs si on n'y croit pas ? Alors qu'on se ruine en crème anti-rides, comme le dit in-flight ? Cette visiteuse ne croit pas au don de cette femme, sa rationalité l'en empêche. Et pourtant, elle serait prête à se faire amputer d'une phalange pour se débarrasser d'une simple verrue. Deux mondes très éloignés dans leurs valeurs.

La différence pour moi est qu'une crème anti-rides, ou n'importe quel artifice marketisé, s'il peut aider, appartient à un domaine où l'humain n'est plus. On nous vend tout ( et bien souvent, on n'a même pas idée de ce qu'on achète!). Tandis que la guérisseuse, mis à part que l'on peut douter d'un « don » si on a l'esprit rationnel, est avant tout habitée par la relation humaine ; ce sont des psychothérapeutes sans jargon, sans diplôme. Mais avec des chats, des plantes...et de la malice aussi .

Le commentaire de papipoète résume tout à fait bien l'idée de la nouvelle, même si chacun des commentaires y ajoute une pierre, ou même plusieurs !

Je vous le donne comme il est : le coup du haricot dans le puits marche...selon un copain du Lot qui tient ça d'un guérisseur du temps de ses grands-parents :))) J'adore ces histoires !

Un merci tout spécial aux commentateurs, qui font que l'échange se crée entre auteurs et lecteurs :

Plumette, Corto, Mokhtar, in-flight, Poldutor, Cairote, Senglar, Davide, Papipoète.

On se retrouve sous d'autres textes ?

Bonne journée à tous !

Contribution du : 07/06 12:12:17
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Un haricot dans le Cosmos, merci
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Post(s): 19717
Hors Ligne
Quoi ! Je suis en retard dans le commentaire de ce texte ?


Boudiou, je vais corriger cette anomalie derechef, tout de go, sans peur et sans reproche, avec parcimonie et à bon escient... Je suis arrivé au bout de mes tournures toutes faites. En les posant ici, je ne les mettrai pas dans le commentaire. Eh eh, ça c'est de la maitrise.



Don le Sicilien
(ecco va tutto bene.)

Contribution du : 08/06 11:36:03
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Un haricot dans le Cosmos, merci
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 19103
Hors Ligne
Merci de ton passage, de ta lecture et de ton com.

Pois, nunca hà pressa...

hersen, a Algarvia...

Contribution du : 08/06 15:28:40
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Un haricot dans le Cosmos, merci
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 19103
Hors Ligne
@Eccar,

Salut, ça faisait longtemps !

Il me semble, et c'est de ma faute, que tu as fait une lecture à l'envers. La guérisseuse est vue au travers du prisme de cette patiente. Elle vient la voir pour une simple verrue comme si c'était la chose la plus grave du monde et elle se "résout à s'engouffrer dans l'univers de la médecine parallèle". Elle surmonte son aversion pour ce qu'elle en imagine. Le regard qu'elle a sur cette femme et sa maison dénote surtout son égocentrisme, l'importance qu'elle accorde à son bobo sans en accorder aucune à cette femme qu'elle vient voir. Le seul instant de lucidité qu'elle a, c'est quand elle réalise que les mains de cette femme sont jolies, nettes, et non pas noueuses et crochues.

La réplique de fin montre que la guérisseuse a percé cette femme, qu'elle ne lui en veut pas, elle est, elle très humaine dans ses échanges, avec plus de respect que la visiteuse n'en a envers elle. Cette réplique montre aussi que cette guérisseuse a de l'esprit ! :))

@Stony,

J'ai dû trop forcer la dose, peut-être qu'une femme imbue d'elle-même mais se résolvant à aller voir une guérisseuse pour une pécadille qui prend dans sa vie des proportions déraisonnables, qui devient une obsession, peut-être donc que cette femme ne se ferait pas un tel film au sujet de la guérisseuse; car c'est ce qu'elle fait, c'est ce que tout le monde fait quand une obsession prime sur le rationnel.
La nouvelle, c'est juste ça. Un aveuglement, si tu veux.
Que l'on peut transposer à volonté.

Tu m'as carrément fait rire avec le doigt de la chapelle Sixtine ! Mais non, aucun message spécial de ma part, juste le côté pratique de l'entretien, une verrue, c'est souvent sur un doigt, non ?


Pour la description, il faut avoir à l'esprit que c'est ce que voit la patiente, ce que son imagination développe. Je réponds sur ce point à Eccar plus haut.

"dont elle ignorait tout" ? tu préférerais ? mais le sens change...

A vous deux, merci de votre passage !



hersen

Contribution du : 10/06 09:40:54
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Un haricot dans le Cosmos, merci
Expert Onirien
Inscrit:
10/03/2012 01:54
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 5179
Hors Ligne
J'en ressentis une certaine gêne, comme si elle fouillait dans mes propres contrées dont j'ignorerais tout.

Il s'agit d'une construction imparfait/conditionnel et le conditionnel appliqué à "ignorer" est en concordance avec l'imparfait appliqué à "fouiller". Aucun problème concernant la conjugaison proprement dite.
Et pourtant, je ressens une sorte d'incohérence.
Pour tenter de m'en guérir, je remplace l'adjectif possessif par un article indéfini :

J'en ressentis une certaine gêne, comme si elle fouillait dans des contrées propres dont j'ignorerais tout.

Là, je ne ressens plus aucune incohérence.

Je poursuis le bricolage en remplaçant l'article indéfini par un article défini :

J'en ressentis une certaine gêne, comme si elle fouillait dans les contrées propres dont j'ignorerais tout.

Là, je ressens à nouveau la même incohérence.

J'assimile l'adjectif possessif à un article défini.

Quel est donc la source de mon problème ?
La construction imparfait/subjonctif rend compte d'une situation imaginaire.
Or, l'utilisation d'un article défini (et par extension, d'un adjectif possessif) montre un élément parfaitement identifié, que j'ai du mal à associer à une situation imaginaire.


Bon, c'est rien, je vais prendre un café et ça passera sans doute mieux :)

Contribution du : 10/06 10:44:01
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Un haricot dans le Cosmos, merci
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 19103
Hors Ligne
Ah c'est pas con, ça !

Ton deuxième, et j'enlève "propres"

à 25, on va y arriver...

super merci , Stony !

Contribution du : 10/06 10:53:21
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Un haricot dans le Cosmos, merci
Expert Onirien
Inscrit:
10/03/2012 01:54
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 5179
Hors Ligne
Bon, pour ce qui concerne le fond, j'ai cherché trop loin en passant même à côté de la verrue lors de la première lecture, ce qui m'a probablement encouragé à continuer à chercher.

Mais c'est ta faute, aussi. Il me semble que tu nous habitues à des textes à réfléchir davantage qu'à des textes à ressentir. Je préfère le deuxième type au premier, peut-être par fainéantise, mais la qualité d'écriture force à franchir la barrière des types.


Un dernier truc quant à la forme. J'ai adoré ceci :

"car j'étais encore perchée dans le Cosmos à chercher toutes ces couleurs qu'elle venait de me dire."

Ah, j'adore l'utilisation du verbe "dire" de cette façon !


Allez, à la prochaine ! J'ai une brouette de textes hersenniens en retard de lecture.

Contribution du : 10/06 11:07:48
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Un haricot dans le Cosmos, merci
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 19103
Hors Ligne
à +, Stony.

Contribution du : 10/06 11:24:08
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Un haricot dans le Cosmos, merci
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 19103
Hors Ligne
Salut baron !

merci de ton passage sur le haricot qui, comme tu le dis, aurait pu être une granule homéopathique. Franchement j'ai ri, mais pas de pot pour les guérisseurs, la Sécu ne va plus rembourser...

Supposer : il me semble que c'est un transitif, je vais vérifier.

Pour la crédibilité : je crois vraiment que beaucoup de gens vont chez des guérisseurs, des rebouteux, des radiesthésistes ou plus si affinité sans y croire, mais en véhiculant leurs a priori.
ce serait un peu comme prendre des granules en se moquant de la mémoire de l'eau

Cette guérisseuse est fine psychologue, elle a très bien cerné la patiente et sa superficialité, qui remue ciel et terre pour une verrue.

Elle se moque un peu. Mais c'était tentant, non ?


Contribution du : 24/08 21:39:02
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019