Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Village-sur-Avon, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 31198
Hors Ligne
Un grand merci à tous pour avoir lu, commenté ce poème.

Je pensais le chemin très facile à suivre, je me suis peut-être trompée. Comme l’ont remarqué certains, j’ai pris soin de poser des jalons.
Le titre, Village-sur-Avon au lieu de Stratford-upon-Avon était censé donner au poème un sens très universel. Dans un lieu ou un autre… (vous avez échappé au titre Julio et Romette!)

Tout le poème n’est qu’une invitation à laisser la tragédie au-dehors, autant que nous le pouvons. Ou en tout cas, ne pouvant malgré tout tout maîtriser, profiter de tout ce qui peut nous être profitable, en faisant fi des a priori.

Je remercie tout spécialement Cristale qui, spontanément et sans savoir ce que serait ce poème libre, m’a aidé à tricoter trois vers classiques. Je lui ai donné le premier, puis une ébauche pour les deux autres, la rime que je voulais garder, qui fait un peu « tic » du rossignol dans son idée fixe. Je les voulais sans faute, j’avais Shakespeare au-dessus de la tête, à moitié content que je lui pique et transforme son idée. Qui mieux que Cristale peut comprendre ça ?
Je te remercie pour tout un ensemble : un oui sans condition, une haute maîtrise que tu sais faire partager, ton esprit ouvert sur les différentes formes, acceptant qu’elles se fondent, se mélangent.


Socque : très merci beaucoup pour avoir bien saisi l’esprit de cette contrefaçon. C’est bien un texte qui se veut léger, désinvolte. Le fourbi d’un lit : le mot fourbi étant très reconnaissable, une fois qu’on l’a lu en début de poème, je n’ai pas osé le répéter. J’ai eu peur que ça fasse un peu pour montrer au lecteur combien j’étais contente d’avoir trouvé ça.

Papipoète : un numéro de contorsionnistes. J’en ris encore, et toi aussi sans doute !

Bellini : Mon dieu, tu as été Roméo sur les planches de l’école !
Eh bien tu vois, tu dis ne pas être très adepte de Shakespeare, mais sans cette étude à l’école, tu n’aurais pas compris mon poème. Alors c’est vrai, vive la culture !
D’accord avec toi sur le fait d’une différence fondamentale quand on comprend le thème ; mais à l’inverse, ne pas toujours comprendre peut ouvrir l’esprit à d’autres choses. Peut enrichir nos connaissances générales.

Esquisse : Comment savoir lequel ? Je pense qu’ici c’est la partage d’une intimité que tout le monde a vécu. Que tout le monde comprend, donc, ramène à soi. De mon point de vue, ce point de vue externe, au lieu d’éloigner, rapproche.

Luz : le début, ronflote, doucement, douce. Il me fallait une ambiance à la fois sereine et populaire. Ce couple, c’est tout le monde.

Cristale : j’aime bien que tu décortiques mes pieds, ils nous sont conjoints. Tu remarqueras que je ne plie pas si facilement, j’ai conservé mon « lointain » au lieu d’ancien.
Que je te fasse regarder le matin différemment m’emplit de joie, et quant à moi je rédige ces remerciements aux mesures de Romeo et Juliette, que tu nous proposes en lien.

À vous relire tous, et en vous remerciant encore d’avoir fait vivre ce poème.

Contribution du : 04/07 12:05:02
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Village-sur-Avon, merci !
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
26/05/2020 16:47
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 2052
Hors Ligne
Bonjour Hersen,

Bellini : « Mon dieu, tu as été Roméo sur les planches de l’école ! »
Notre prof de français s’appelait Ducon ou Duncan, je me souviens plus très bien. Toujours est-il que c’était un anglais d’origine, farouche irrédentiste (il voulait récupérer l’Aquitaine – c’est comme si moi je réclamais le Portugal) qui nous a fait croire qu’on étudiait Molière, au programme cette année-là. En fait il avait remplacé les prénoms, Roméo était devenu Don Juan et Juliette, Elvire. On a tous été foutus à la porte.

« Eh bien tu vois, tu dis ne pas être très adepte de Shakespeare, »
Non non, Shakespeare est pour moi incomparable. D’ailleurs, je ne supportais Johnny que parce qu’il avait chanté Hamlet en lui consacrant un album :

Lorsque je dis : « Le reste coule de source, d’une eau autrement vivifiante que celle de Shakespeare. » je veux parler du destin plus vivifiant que tu fais vivre à Don Juan et Elvire.

« D’accord avec toi sur le fait d’une différence fondamentale quand on comprend le thème ; mais à l’inverse, ne pas toujours comprendre peut ouvrir l’esprit à d’autres choses. Peut enrichir nos connaissances générales. »
J’ai pris une sacrée détermination : que chacun lise comme il l’entend, plane au–dessus d’un texte dans l’euphorie enivrante de l’incompréhension… Confronter l’entre-moi du poète d’aujourd’hui à l’entre-moi du lecteur n’est jamais que la rencontre de deux solitudes. Ça me fait plus de peine qu’autre chose. Mais je ne débats plus de ces sujets-là.

Bonne après-midi
Bellini

Contribution du : 04/07 15:12:09
_________________
Si tu n’as pas besoin de gratter ce que tu lis, c’est que ce n’est pas de la poésie.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Village-sur-Avon, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 31198
Hors Ligne
Salut Bellini


Ah bon , tu as revendiqué le Portugal ? Je file voir ça sur Sapo noticias

Don Juan et Juliette, Roméo et Elvire, peu importe, souhaitons-leur un bel avenir.

Merci de ton passage ici !

Contribution du : 04/07 18:11:57
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Village-sur-Avon, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
02/10/2012 20:34
De Là-bas
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 19278
En ligne
Citation :

hersen j’aime bien que tu décortiques mes pieds, ils nous sont conjoints. Tu remarqueras que je ne plie pas si facilement, j’ai conservé mon « lointain » au lieu d’ancien.


Bonjour hersen,

J'ai attendu de retrouver mon teint cristallin avant de venir te remercier pour ton retour sur commentaires.
C'est vrai que j'ai mieux compris ton "lointain" en découvrant l'intégralité de ton poème le jour de la publication. Forcément, je n'ai goûté qu'à travers un trou de serrure cette part de tercet dont j'ai voulu insister, lors de mon commentaire, sur la composition en trimètres, acceptés en classique, (selon ton souhait d'auteure) afin que les vers ne soient pas confondus avec des dodécasyllabes exclus du classique.

Oui j'aime beaucoup ces mariages libre-classique, également les vers réguliers destructurés avec art qui donnent un cachet particulier, et surtout une musicalité bien agréable, et puis ce langage moderne.

Au plaisir d'autres lectures, d'autres vers, d'autre échanges ici ou là.

Cristale

Contribution du : 05/07 11:46:27
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Village-sur-Avon, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 31198
Hors Ligne
Cristale,

Cette petite expérience m'a rappelé ta proposition de textes en duo...
Cette idée se concrétisera peut-être un jour sur oniris ?

Contribution du : 05/07 12:58:21
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020