Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


USS-AMÉRION II : Continuation
Sebastien : USS-AMÉRION II : Continuation  -  Épilogue
 Publié le 15/07/10  -  1 commentaire  -  1854 caractères  -  19 lectures    Autres publications du même auteur

Tipek se massa douloureusement les tempes. Il feuilleta différents papeulards sur son grand bureau en peck massif. Cette histoire d’Amérion lui trottait dans la tête. Il se leva, repoussa son fauteuil d’amiral, puis se dirigea vers la fenêtre qui donnait sur la rue, plusieurs centaines d’étages plus bas. L’amiral observa un moment le mouvement quasi brownien des véhicules dans la nuit. Il baissa le store, retourna à son bureau puis coupa l’éclairage. Il prit son imperméable, son chapeau et ses gants, et appela l’ascenseur. Les portes s’ouvrirent, il y entra puis soupira, juste avant que les portes ne se referment :


- Je me demande s’il n’y a pas un problème avec cet Amérion, tout de même.


À plusieurs centaines de milliers de parpecs, le capitaine de l’USS-Amérion observait la nuit interstellaire, du haut de la passerelle de commandement. Dugommier le rejoignit, et s’absorba dans la contemplation de l’espace infini. Au bout de quelques instants, il demanda :


- Qu’est-ce qu’on fait ce soir, capitaine ?


Guignoletti se tourna vers son subalterne, et soupira.


- La même chose que tous les soirs, Dugommier. Nous tentons de survivre à la bouffe de Danet, et surtout, surtout, d’échapper à la Cellule. Demain, si tout se passe bien et si le temps le permet, nous atterrirons sur Kagubüh 702, la planète rebelle. Nous tenterons de trouver les pièces pour changer le transpondeur du vaisseau, et après…


Un silence s’installa. Dugommier s'empressa de le briser.


- Et après ?

- Après nous verrons. J’ai entendu dire que la nouvelle colonie des Finfoniens cherche des mercenaires. J’en parlerai ce soir, fit Guignoletti en tournant les talons.


Dugommier resta seul, devant la baie d’observation qui dévoilait toujours plus ou moins la même chose. Il soupira, éteignit la lumière, se cogna dans le noir, jura, puis sortit.



 
Inscrivez-vous pour commenter ce roman sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
26/2/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Une fin un peu rapide... qui laisse un peu sur sa fin ! En vue d'un autre tome, d'une suite des aventures de l'USS-Amérion.

Globalement je dirais que ce petit roman était fort distrayant.

Mention "Bien".


Oniris Copyright © 2007-2020