Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


La Philosophie des salades
Nobello : La Philosophie des salades  -  Graine de nous deux
 Publié le 13/03/09  -  9 commentaires  -  2052 caractères  -  129 lectures    Autres publications du même auteur

Tu me lis toujours, c'est que je t'intéresse. Puisque tu es d'accord, je vais ouvrir pour toi des portes que, peut-être, tu ignorais.


Il y en a d'autres, mais celles-là sont les miennes et il m'appartient donc de te les partager. Je voudrais te prêter ma mémoire et mes yeux, et mon cœur, et ma peau, mais il te faudra bien te contenter de mes mots, sans te faire d'illusions : si une gorge humaine pouvait articuler tout le chant d'une étoile, ça se saurait. Et il n'est pas certain que nous aimerions tous en comprendre le sens.


L'Autre est toujours différent ; parfois trop différent.


Ma première leçon en fait d'altérité me fut donnée par Graine, qui était Plante sans l'être tout à fait, et par sa feuille qui, venue du profond d'elle, était déjà une Autre.


Lorsqu’une nouvelle Autre apparut à sa suite, cette seconde feuille était aussi tentante, et m'accueillit aussi au sein de sa douceur. Mais je savais devoir me tenir à ma place et ne pas déranger ses structures intimes car j'y laissais des traces, étant un étranger.


Plus loin que d'être une autre, elle était différence, se laissant m'emmener vers un ailleurs plus grand, où des éternités défilent en silence… ou chantent des musiques au-delà de nos sons. Il y a, dans l'absence, quelque chose à chercher, en deçà du banal. On l'éteindrait un peu en lui donnant un nom mais, quitte à essayer, on pourrait l'appeler "Le chant des étoiles".


J'ai entendu ce chant, porté par une feuille qui fit un pont d'amour entre deux différents.


Elle était trop petite pour prendre l'univers et me le présenter : c'est moi qu'elle emmena, à nouveau et plus loin, et je fus agréé parce que Graine m'aimait.


J'ai été une étoile, même si rien ne le prouve hors que j'en suis témoin. Et je t'ai vu danser bien des danses barbares, j'ai reçu de ta part bien des enseignements.


Il ne t'est, pour savoir, que de te souvenir : il te suffit d'aimer autant que de vouloir. Alors, on se retrouve.


----------------------------------------


 
Inscrivez-vous pour commenter ce roman sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
13/3/2009
"Il y en a d'autres, mais celles-là sont les miennes et il m'appartient donc de te les partager" je ne comprends pas trop : si ce sont tes portes, et qu'elles sont tiennes, tu ne les partages pas or tu dis "il m'appartient donc de TE les partager". Soit : elles étaient à moi et il t'appartient de seulement exiger les partager avec moi.
C'est ça ?

"Mais je savais devoir me tenir à ma place et ne pas déranger ses structures intimes car j'y laissais des traces, étant un étranger." car j'y aurais laissé des traces ?

Court, bien écrit, dans le genre phrases caressantes, hypnotiques, un peu comme le serpent dans Robin des bois de Walt Disney (mes références sont ce qu'elles sont...) Bah, rien que pour le plaisir de ton écriture, je te suivrai, mais j'en veux plus... Là, je reste sur ma faim.

   marimay   
18/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Nobello,
Oui je te lis toujours. Oui ta bio-autographie m'intéresse.
L'autre est semblable et pourtant différent. Tu lui partages tes portes, elle te partage les siennes. Ensemble vous vous complétez et votre "nous" devient plus grand : "J'ai reçu de ta part bien des enseignements".
Par ta Graine de nous deux, tu nous montres le chemin des étoiles.

   Menvussa   
18/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une introduction en forme de poésie. on entre dans ce "roman" comme dans un musée ou une fête foraine, selon ses goûts. On y entre par gourmandise et il n'est pas besoin d'avoir faim.

   Maëlle   
6/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
il y a une jolie musique, en tout cas.

   Pat   
13/4/2009
Pour discuter et approfondir vos points de vue sur ce texte, merci de le faire ici

   nico84   
16/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime surtout le début. L'écriture est un partage, une offrande de l'auteur et tu le dis d'une trés belle manière. C'est dans ces moments là, ces textes trés beaux et tellements naturels, sincéres que se l'on dit.

"J'aurais voulu l'écrire". Mais il n'y a toi qui pouvait avec ta sensibilité et ton écriture de cette façon là. Bravo Nobello.

   horizons   
4/6/2009
Nous revoici avec cette voix venue d'ailleurs qui ns dessine des images merveilleuses. Ce que j'avais pris pour un préambule est en fait un refrain poétique qui revient entre chaque chapitre.
Ces tournures sont un peu hermétiques pour moi, mais elles sont cousues d' interrogations métaphysiques (d'où le titre général du roman?)qui ns forcent à réfléchir un peu sur ns-même.
Au plaisir.
H

   Anonyme   
7/8/2009
Je ne suis pas fan de ces apartés qui ne laissent pas le lecteur tranquille et ça le force un peu, je trouve. Tu nous invites en coulisses mais pour ma part c'est la pièce qui est intéressante.
La suite, sans doute.

   jaimme   
7/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Mon opinion. Pour ce qu'elle vaut.
Quand on écrit on n'entraîne pas l'autre. Il se retrouve. Ou pas.
Et, effectivement, il faut que l'autre nous aime pour qu'il se laisse enseigner. Ou disons, voyager.
Ou nous enseigne.
Belle musique. Merci.


Oniris Copyright © 2007-2017