Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Human Genome
Corentin : Human Genome  -  Documents
 Publié le 29/12/08  -  4 commentaires  -  2031 caractères  -  56 lectures    Autres publications du même auteur

7



Mikhaïl Komarov était à peine retourné dans son bureau que Craig le bipait de nouveau. « Quel fils de pute ! » marmonna-t-il entre ses dents, avant de rebrousser chemin. Il s’imagine que c’est en me harcelant que les choses avanceront ? Komarov était fou de rage, mais plus grave encore, il était terrorisé. Qu’est-ce qui avait bien pu se passer cette nuit-là ?

Komarov venait à peine d’entrer dans le bureau de Craig que celui-ci lui balança à la tête un porte-documents que Komarov attrapa maladroitement au vol.


— C’est quoi ? demanda-t-il, stupéfait.

— Vas-y ! Ouvre !


Mikhaïl s’exécuta. Son sang ne fit qu’un tour lorsqu’il reconnut le logo CTC. Son logo. Ses fichiers spéciaux. Ceux-là mêmes que Craig n’était pas censé voir.


— Alors, Mikhaïl ?

— Je…


Komarov se calma rapidement. Les documents étaient flous. Hormis le logo, imposant, le reste des documents était totalement illisible.


— Eh bien, commença Mikhaïl, ce sont mes rapports. Ou, tout au moins, une partie de mes rapports. Sur les travaux CTC.

— Je le vois bien. Mais sais-tu seulement d’où je les tiens ? Je t’ai toujours fait confiance. Je n’ai pas à vérifier moi-même chacun de ces documents. Alors que font-ils ici, à ton avis ?

— Je…

— Les flics viennent de me les apporter, fit Craig, très doucement. Ils les ont récupérés sur la pellicule toute déglinguée d'un vieil appareil photo miteux, une espèce d'étrange relique d'espionnage de la Guerre froide. Appareil qu’ils viennent de récupérer à moins de deux cents mètres d’ici.

— Je… ne saisis pas.

— Sur un cadavre ! Ils ont récupéré ces photos sur un cadavre gelé dans la Moskova ! Un espion ! Et tu sais quoi ? Le numéro 101 est avec lui, à la morgue. Je leur ai dit que je ne savais rien sur ces hommes. On ne peut rien divulguer. Mais va t’assurer que c’est bien le numéro 101. Fais semblant de vérifier que, par hasard, tu ne connaîtrais pas ce fumier de photographe un peu trop curieux.


Sans un mot, Mikhaïl Komarov sortit du bureau.


 
Inscrivez-vous pour commenter ce roman sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
1/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
L'appareil photo refait surface, je trouve que ça contribue à décrire le tout premier personnage, pour lui donner un air d'espion hors du temps, une "aura" peut être qui se dessine.

   Menvussa   
8/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
À mon avis, ce chapitre aurait pu être compilé avec le précédent.
Rien à dire à part ça.

   macalys   
19/3/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je trouve qu'on ne saisit pas toute la tension de la situation, notamment au moment ou Mikhaïl craint d'être découvert.
Mais sinon jusqu'à maintenant, tes chapitres sont de vrais cliffhangers, on a toujours envie de connaître la suite.

   Anonyme   
28/2/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Même commentaire que pour le chapitre précédent. On apprend quand même que le numéro 101 fait parti des fichiers spéciaux que Craig n'était pas censé voir, donc connaître, ce qui répond à ma remarque faite dans mon commentaire sur le précédent chapitre.

Après tout, d'autres romanciers ont fait le choix d'écrire des chapitres très courts (Dan Brown, Stephen King...), donc pourquoi pas, même si je ne suis pas un fidèle partisan de cette forme.

Même note, donc, que pour les deux précédents chapitres.


Oniris Copyright © 2007-2017