Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
aristee : Ménage à trois
 Publié le 28/03/07  -  8 commentaires  -  2396 caractères  -  153 lectures    Autres textes du même auteur

Avantages du ménage à trois....


Ménage à trois


Je vais profiter de l'incognito que permet l'écriture sous pseudo pour faire un aveu.


Nous faisons un ménage à trois.


Je le dis très simplement : c'est assez agréable. En tous cas les avantages l'emportent nettement sur les petits inconvénients.

Elle, Marie et moi, nous sommes arrivés, je crois pouvoir le dire, à un point d'équilibre qui fait que les causes de dissensions sont de plus en plus rares.

Bien sûr, ayant décidé de dire la vérité, je ne peux cacher qu'il existe une certaine jalousie entre mes deux compagnes. Peut-être un tout petit peu moins du coté de Marie.

Mais pourquoi, le cacher ? Cette jalousie ne m’est pas désagréable.


Lorsque je reviens du rucher par exemple, elles se précipitent vers moi, comme si elles ne m'avaient pas vu depuis un siècle. Marie par exemple me fait beaucoup plus de mamours que lorsque nous n'étions que tous les deux.

Il y a une sorte d'émulation entre elles. C'est à celle qui dira le plus fort et le plus longtemps : "Je t'aime, tu m'as manqué, et plus à moi qu'à l'autre."

Mais n'allez pas croire qu'entre elles, c'est la guerre ouverte. Ah, non !! Cela, je ne le supporterais pas. Elles dialoguent normalement et se rendent mutuellement de petits services.


L'objectivité m'oblige à dire que c'est Marie la plus serviable. Il faut bien le reconnaître, l'autre a un ego surdéveloppé. Elle estime que tout lui est dû. Elle a des droits et les fait respecter. Elle est très sourcilleuse sur ce point.

Je me moque un peu d'elle (gentiment) en l'appelant "Mademoiselle droits acquis".


Si vous saviez comme la vie à trois est agréable ! Amis, Amies, vous y viendriez tous.

Bien sûr, il faut savoir faire régner une certaine discipline. Par exemple, en voiture, c'est toujours Marie qui est à mes cotés (en vertu d'un droit d'ancienneté) et l'autre est toujours derrière. Elle l'accepte très bien du moment que c'est un problème de droit. Elle respecte le Droit comme elle fait respecter les siens.


J'ai longtemps hésité avant de vous parler de ce ménage à trois. Maintenant je l'ai fait.

Et il faut que je vous quitte immédiatement. Elle est là, Solen, qui me saute sur les genoux pour me dire que c'est l'heure de sa promenade. Elle ne me fichera pas la paix tant qu'elle n'aura pas son collier autour du cou.

Ah ! Ma petite Yorkshire qu'elle est gentille, et combien, avec Marie, elles s'attachent à me rendre heureux...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nanardbe   
28/3/2007
génial!

j'adore ce genre de récit! j'aime être surpris comme cela ;-)

   Karl   
29/3/2007
 a aimé ce texte 
Un peu
Un peu court et léger, tout cela... Certes, c'est amusant, mais je dois dire qu'on voit le truc venir assez vite. Il faudrait éloigner le lecteur de son idée, jouer avec un scénario plus compliqué, corser la choses, s'amuser de double-sens implacables. Mais sur un texte aussi court, on n'en a guère le temps...

   Maëlle   
1/4/2007
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
J'étais partie sur uen idée fausse, néanmoins pas celle annoncée.

On est sur quelque chose de trés tendre, avec un tout petit peu d'élément de décor qui permettent de s'installer un peu. Juste un peu. A pein le temps de poser une fesse sur le fauteuil qu'on s'est choisi. Allez, hop, je vous laisse, j'ai pas le temps... Eh! mais, vous nem'aviez pas proposé un thé avec un part de cake juste cuit de ce matin? Non? J'avais cru.
D'ou l'impression, désagrable, de se prendre la porte sur le nez.

   Tchollos   
11/4/2007
Le premier paragraphe est parfait, un style qui va droit au but et une vraie atmosphère. Dans le second, la répétition du "par exemple" est source de distraction. En fait, le texte continue a éveiller la curiosité mais perd de son intérêt. Paradoxe. C'est bizarre mais c'est comme ça que je l'ai ressenti.

Je trouve l'essai vraiment marrant mais une bonne plume comme celle que l'on sent cachée derrière ce court texte mérite des sujets plus "percutants".

   Anonyme   
1/3/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Oui c'est frais, niais presque, mais mignon et ça pardonne un peu le reste.
Le style est sympa.
Bien que je reste déçue sans savoir expliquer pourquoi par la seconde moitié du texte.

   monlokiana   
26/9/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une nouvelle sympathique pas plus ni moins. Je ne sais pas trop quoi en dire. C’est bien écrit, c’est court, la fin est une surprise.

   carbona   
3/9/2015
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Je ne suis pas très séduite par cette courte nouvelle. Dès le départ, j'ai bien pensé à un chien, un petit peu avant la fin, à un enfant, c'était voulu je pense, et finalement oui c'est bien un chien.

Donc, pas emballée par le fond mais votre écriture est très agréable à lire.

A vous relire !

   silvieta   
16/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Page choisie au hasard (page 35 je crois) et j'ai ensuite été un peu sollicitée par le titre, il faut reconnaître.

C'est bien écrit, c'est bien amené.

En milieu hominidés cette configuration existe légalement dans certaines sociétés polygames et moins légalement dans de nombreuses autres (le mari, l'épouse, la maîtresse) . C'est un fantasme masculin mais il arrive que ses composantes féminines fassent alliance (cf le témoignage de l'écrivain Colette dans "ces plaisirs").

La chute est toute mignonne mais était attendue. J'étais persuadée au bout de quelques lignes qu'il s'agissait de chats mais bon, des chats en voiture, je n'ai pas été très maligne sur ce coup là...


Oniris Copyright © 2007-2019