Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Policier/Noir/Thriller
bambou : Cette odeur de citronnelle [concours]
 Publié le 07/09/16  -  24 commentaires  -  4149 caractères  -  272 lectures    Autres textes du même auteur

Et en quelques secondes, tout bascula.


Cette odeur de citronnelle [concours]


Ce texte est une participation au concours n°21 : Et en 13 secondes, tout bascula...

(informations sur ce concours).




Elle aimait cette station balnéaire, tranquille et familiale, découverte trois ans plus tôt à la faveur d’un petit festival en marge des grands concerts de l’été.


Cette année encore elle n’avait pas été déçue, accueillie en familière dans le petit hôtel de charme où elle avait coutume de séjourner.


Et comme elle avait adoré les concerts !

Surtout celui de Dominique A. C’est peu dire qu’elle avait été touchée par ce garçon, accompagné de sa seule boîte à rythmes, par sa voix si particulière et sa poésie qui avaient joliment résonné à son oreille. Elle se surprenait depuis à fredonner…


"Si seulement nous avions le courage des oiseaux

Qui chantent dans le vent glacé"


C’est sûr que cet artiste allait enrichir sa discothèque.


Désormais chaque soir, c’est au bar de la plage qu’elle allait assouvir sa soif de musique. Elle y restait des heures à déguster des thés glacés et se laisser bercer par des airs un peu bluesy, un peu jazzy.


Personne ne l’importunait. Enfermée dans une bulle de bien-être, sans doute envoyait-elle le signal de son goût prononcé pour la solitude.


Dieu que la vie est belle, pensait-elle.


Pourtant un jour, elle l’avait remarqué. Était-ce de délicates effluves de citronnelle qui avaient titillé son odorat ?

C’était un homme beau, aux yeux clairs et brun de peau et de cheveux. Installée non loin de lui, elle l’observait à la dérobée siroter son whisky écossais. Était-il italien ?


Le lendemain, il était encore là, et le surlendemain, et tous les jours qui suivirent.

La première fois qu’il lui avait adressé la parole, longtemps après, elle s’était retrouvée petite fille, intimidée et rougissante, elle avait eu très chaud comme si la température de l’air s’était soudain emballée.


Depuis, elle attendait avec impatience que le soir tombe et se rendait au petit bar comme à un rendez-vous. Elle aimait leur conversation ; il se montrait intelligent, cultivé, attentif à elle, jamais indélicat.


Et quand il lui avait proposé une balade sur la plage, elle l’avait suivi avec plaisir. Elle qui n’avait plus approché un homme depuis une douloureuse rupture (il y avait des lustres), elle qui avait juré qu’on ne l’y reprendrait jamais, elle qui avait décidé de renoncer à l’amour, était étrangement émue, un peu fébrile.


Ils avaient croisé des amoureux, elle s’était surprise à sourire et espérer un geste tendre…


Ils s’étaient beaucoup éloignés, il n’y avait plus âme qui vive, elle entendait encore la musique mais très assourdie, il lui semblait que c’était Paolo Conte qu’elle aimait tant…


Lui, qui n’avait esquissé aucun rapprochement, l’avait brutalement saisie par le bras, à lui faire mal et l’avait plaquée contre lui, sa bouche dure, si dure, s’était écrasée sur la sienne. Elle avait eu un mouvement de recul.


Non !


Ce n’était pas ce qu’elle voulait, ce qu’elle attendait.

Il s’était alors déchaîné, tout entier soumis à un instinct bestial et elle n’avait pas pu lutter. Ses dénégations, ses cris s’étaient étouffés dans sa gorge.

En une fraction de temps, quelques secondes, sa vie avait basculé dans l’indicible.

Elle s’était alors abstraite d’elle-même pour conjurer ce mauvais sort qui lui était fait.


Des minutes, des heures plus tard (?), elle était revenue à elle, recroquevillée et saisie par une irrépressible nausée.

Le ciel étoilé semblait maintenant tendu d’un funèbre voile noir et se confondait avec la mer aussi sombre qu’un lac de montagne. Les spasmes calmés, elle s’était relevée et enfoncée dans les flots, l’eau fraîche avait apaisé ses chairs meurtries, la brûlure du sel, lavé ses muqueuses agressées.

Elle aurait voulu s’y engloutir, ils n’avaient pas voulu d’elle.


Dieu, que la vie est belle !


Elle a un peu oublié, elle se rappelle un peu.


Surtout quand dans un sillage, elle respire L’eau bleue d’Issey avec en note de tête, cette répugnante odeur de citronnelle.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   hersen   
9/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
nouvelle brève, lapidaire, même, qui laisse flotter dans l'air... autre chose que l'odeur de citronnelle.

Quoi qu'il nous arrive, on s'en sort; "la vie est belle".

le temps fait son oeuvre, "Elle a un peu oublié, elle se rappelle un peu".
L'auteur n'explique pas tout ce qu'il a fallu pour surmonter, non pas , je pense, parce que ça ne compte pas, mais tout simplement ce n'est pas le propos ici;

Quoi qu'il nous arrive, on doit faire la vie belle; les faux-pas, il y en a de toutes sortes; Un peu pour dire que nous mêmes faisons notre vie ce qu'elle est, en étant forcés d'y intégrer les drames, ou les choses difficiles ? ici, l'auteur choisit un viol, une agression difficile à surmonter s'il en est; Même si une odeur répugnante persiste, elle ne doit pas rester l'élément majeur, tout en sachant qu'elle sera quand même toujours là sous-jacente dans notre vie.

je suis stupéfaite de rester marquée par ce texte alors que rien, vraiment, n'est raconté de façon extraordinaire, ou pathétique. C'est je pense le message très fort qui s'en dégage;

La force de caractère qui nous manque si souvent, peut-être, mais qui ne peut être mesurée que quand elle est éprouvée ?

j'apprécie que le basculement (thème du concours) ne se passe pas à la toute fin, mais que justement, c'est l'après basculement qui est porteur. D'espoir, de joie, de vie...

   Robot   
11/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Sur le sujet du concours: Le basculement se produit au moment où le rendez vous amoureux se transforme en cauchemar. C'est amené naturellement dans le cours du texte sans rappel artificiel du thème et ça c'est positif.
La nouvelle est écrite simplement, un peu linéaire peut être. L'après manque de force émotionnelle pour faire partager la souffrance. Sans tomber dans le pathos, j'attendais que le lecteur reste un peu moins en dehors.
"Dieu que la vie est belle" me paraît exagéré et elliptique. Il aurait fallu qu'un évènement nouveau amène à cette idée.

   JulieM   
13/8/2016
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bien écrite, une structure bien construite mais une histoire qui tourne court. Trop peu de développement pour être une vrai nouvelle, trop prévisible parce que très vite le lecteur connait déjà la fin.

Donc, non, parce qu'un peu facile ; non parce qu'il n'y a pas vraiment de profondeur au niveau des personnages;
non, car trop peu d'investissement et du narrateur et de l'histoire.

   socque   
15/8/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je trouve le mouvement du récit trop attendu. En lisant la description de ce "charmant" garçon, je me disais "il va la violer... non, quand même, c'est trop facile". Ben si, comme dans la vie, l'inévitable se produit. Alors, c'est réaliste, oui, ce qui me plairait plutôt : les personnages sont cohérents, vraisemblables.
Mais l'histoire à peine esquissée s'achève déjà, je me retrouve face à un synopsis plus qu'un récit, malgré l'effort fourni pour marquer le caractère des personnages, la fourberie de l'homme, la femme qui commence à sortir de sa coquille pour se retrouver plongée dans l'horreur.

Un bon point pour la fin, en ce qui me concerne, avec le renversement de valeur sur l'odeur de la citronnelle. Mais je pense que, malgré le sujet du concours, il aurait été intéressant de ne pas vous contenter du basculement, de donner au lecteur une clôture un peu plus complète de l'histoire : si la femme violée porte plainte, les répercussions dans sa vie, etc. Tel quel, pour moi, ce récit reste en suspens.

   Anonyme   
15/8/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Une courte nouvelle, mais plutôt intense...

A mon avis, le thème du concours n'est pas assez mis en évidence. Il aurait fallu se focaliser vraiment sur ces quelques secondes où tout bascule, pointer du doigt ce moment si particulier que tout le reste en devient "subjectif". Beaucoup de choses basculent dans ce laps de temps si court que le destin s'effondre, pour laisser place à autre chose. Bien qu'il y ait un avant et un après dans votre nouvelle, l'histoire n'est pas très novatrice, dommage.

Bien à vous,

Wall-E

   Anonyme   
18/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Clair, précis, écriture plus que correcte, mais bien court pour distiller suffisamment d'émotions. Ça manque de dialogues aussi, entre lui et elle, pour rendre encore plus surprenante l'agression. L'homme est dépersonnalisé, son portrait trop vite esquissé. On sait qu'il est beau, intelligent et cultivé, rien qui ne lui donne vraiment du caractère. J'aurais aimé plus de densité.
Le thème est respecté puisqu'il n'était pas nécessaire de retranscrire la contrainte mot pour mot.

   Charivari   
7/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour. Une histoire sans fioriture inutile, desservie par un style efficace. Peut-être un peu elliptique, on ne parvient pas à entrer vraiment dans l'atmosphère ni surtout, cerner qui est cette fille : elle est partie toute seule en vacances? Avec des copines ? Quel âge a-t-elle ? Un peu plus de renseignements nous auraient aidé à nous identifier un peu plus avec ce personnage: on sait juste qu'elle boit des thés glacés et qu'elle a vécu une ruptura avec son ancien mec, c'est peu. Par contre, j'avoue que j'ai bien aimé la chute, finalement on oublie tout, ou tout du moins on essaie, mais il reste au fin fond une cicatrice, en l'occurrence ici l'odeur de la citronnelle. Pour ce qui est du concours, l'idée de la vie qui bascule en un court instant est boien presente, par contre le sujet spécifique des 13 secondes, qui ajoute une difficulté pour ce concours, n'est pas là.

   plumette   
8/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
j'ai bien aimé l'atmosphère distillée par cette nouvelle, avant que n'arrive la chute.
je me suis approchée de cette femme qui a choisi la solitude, pour ne pas souffrir semble-t-il, grâce aux petits indices distillés au long du texte.

le style est fluide et la lecture sans entrave.

la chute est brutale, en écho à ce que cette femme subit.

Cela m'a gênée du côté de la crédibilité: toute cette approche lente, de vrais moments de complicité, un émoi de jeune fille... comment cette femme a-t-elle pu se tromper à ce point? Admettons!

mais, pour moi, cela manque un peu de subtilité.

Bien quand même! surtout pour le style!

Plumette

   Vincendix   
7/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pas réellement de suspens étant donné le thème du concours, cette rencontre ne pouvait que « tourner au vinaigre » pour le respecter.

Une histoire plausible, bien écrite, le motif de la présence de cette femme dans cette station est expliqué, la rencontre avec le solitaire est logique.

Ce qui me dérange, c’est l’odeur de citronnelle qui devient répugnante. Je suppose que ce monsieur est comme moi, il attire les moustiques femelles et il se protège contre les piqûres.
Je crains que cette nouvelle nuise à ma réputation et fasse fuir les femmes à mon approche, ce serait catastrophique !

   placebo   
7/9/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'aime bien la mise en evidence des sens, odorat, ouie...

Difficile pour moi de passer outre les questions qui m'assaillent dans ces cas (a-t-elle parle ? qui etait-il ?), mais je vois que ce n'etait pas le but de ce texte, l'impact est plus dans la violence "breve" de l'acte.

Tres difficile pour moi de dire si j'ai aime ou pas, au final j'ai du mal a y croire.

Bonne continuation,
placebo

   Bidis   
7/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
A mon avis, cette nouvelle aurait été très bonne s'il n'y avait pas eu le personnage de Dominique A. L’auteur l’introduit dans le récit comme s’il allait y jouer un rôle puis l'abandonne complètement au profit d'un flash back. Or ce flash back se situe dans le même lieu que le début de l’histoire, de sorte que le décor et les personnages qui sont dessinés au départ, ont continué à traîner dans mon esprit et j'attendais donc une suite.
Pourtant, la chute est percutante et surtout, elle dessine bien les caractères et les situations par des comportements, ce que j’apprécie et me rend cette lecture intéressante, d’autant que l’écriture me semble impeccable.
Donc, j’ai navigué entre « un peu » et « beaucoup », ce qui me fait mettre une appréciation moyenne, tout en admettant que l'on puisse recevoir ce texte d'une façon différente.

   vendularge   
7/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

Concernant l'histoire de ce viol, on a un peu de mal à le situer dans le temps, c'est assez vague, le déroulement n'est pas clair, est-ce dans ce présent raconté au passé (elle était dans sa bulle..quand soudain...) ou un souvenir qui l'effleure à ce moment là..bref.

C'est plutôt bien écrit, le style est simple mais efficace, sobre.

Concernant particulièrement le concours la difficulté est situé dans "13 secondes". C'est ce terme précis qui rend le récit compliqué (enfin pour moi) et ceci n'apparaît pas, je considère donc que vous n'êtes pas dans le thème exact du concours..

Bonne chance
Vendularge

   Rain   
7/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Narration d'un fait divers, pas loin de l'article.
Dommage, car le style est original. Le souci réside dans la brièveté, il manque une étape intermédiaire. Du paradis sans transition on se retrouve en enfer.
Je dirai bien pour la plume, moyen pour le développement.

   MissNeko   
7/9/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
La plume est belle mais je trouve le récit trop court. Il manque un peu de développement.
À propos du concours : même s'il n'était pas nécessaire de citer mot pour mot le sujet, il me semble que vous auriez pu davantage développer également. Il y a juste un basculement
D'un état à un autre mais rien au sujet des 13 secondes. Pour moi c est un peu survolé et pas assez précis.

   Alphekka   
8/9/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Étant donné le thème du concours et cette histoire d'amour qui commence trop bien pour avoir une fin heureuse je trouve que la fin est très téléphonée...

Et d'un point de vue purement logique je pense que le mec s'est beaucoup compliqué la vie pour violer cette femme... pourquoi faire durer l'histoire alors qu'il lui plaît et que cela se voit? Il y avait vraiment besoin de multiplier les rendez vous? Remarque la désillusion n'en est que plus brutale. Mais tout de même quelque chose me perturbe dans le comportement du mec...

(Et puis sérieusement un mec qui se parfume à la citronnelle... c'est suspect! Pour moi c'est un truc contre les moustiques à la base)

Heureusement le style est agréable à lire et le récit est bien mené

   Anonyme   
8/9/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Dommage que ce soit trop rapide et trop évident.

On sent venir la fin presque dès le début, ce n'est pas en soi rédhibitoire, parce que nombre de textes ont des fins évidentes, mais dans ce cas il aurait fallu travailler plus le texte, donner plus de corps au récit.
Là tout va très vite, trop, l'action n'a pas le temps de se poser, et le lecteur est projeté à la fin.

Une solution aurait été de mettre des dialogues par exemple, ou de faire intervenir les deux protagonistes, ou alors d'enrober le tout, pour "perdre" un peu le lecteur.

Dommage, pour moi l'exercice n'est pas vraiment réussi.

   Ananas   
8/9/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Dommage que le tout soit tellement téléphoné !

Le format court est quelque chose que j'apprécie terriblement en nouvelle, et je trouve que vous avez été terriblement bien inspiré(e) pour les correspondances olfactives.
Mais malheureusement, c'est tout ce qui me plait dans cette nouvelle où les non-dits et le silence sont plus ancrés que le détail, qui du coup manque vraiment pour qu'on ressente une réelle empathie pour la protagoniste principale !

De plus, je trouve que vous auriez pu (mais ce n'est que mon avis et mon goût) être plus descriptive sur les 13 secondes en question.

Et puis : "Elle aurait voulu s’y engloutir, ils n’avaient pas voulu d’elle." me semble un rien trop facile. En effet, je reste persuadée que quelqu'un qui veut en finir en finit, je trouve donc cette phrase un peu incohérente.
Et "La vie est belle" trop ironique, sarcastique ou naïve selon, pour me convaincre !

Dans l'ensemble, le style ne m'a pas trop plu non plus, si l'on excepte comme je le dis plus haut la correspondance olfactive qui termine le récit. Si ce dernier avait pu être dans cette veine tout le long, j'aurais été conquise.

Le format court implique une réelle remise en question du style d'écriture et de la distillation des éléments composant la nouvelle. Ce qui n'est ici pas le cas. Le "rebondissement" étant tellement survolé qu'il en devient presque anecdotique par rapport à la mise en place de l'ambiance générale. Ce qui le fait être limite au niveau du respect de la contrainte, en ce qui me concerne.

Dommage, donc, comme je le disais, car il y a réellement matière à produire ici quelque chose d'assez exceptionnel.

Une prochaine fois, j'espère !
Et bonne m**** pour le concours.

   Lulu   
9/9/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

j'ai trouvé l'enchaînement du récit tout à fait convenable, bien que je me sois interrogée sur l'emploi des temps verbaux entre passé et présent à un moment.

Le texte est court, mais l'ensemble se tient pour ce qui y est raconté. Le dénouement semble inéluctable, compte tenu du thème du concours, mais j'ai pensé qu'il pouvait être différent, lors de ma lecture, et ne cache pas que j'espérais autre chose.

J'ai trouvé le récit tout à fait fluide, à l'exception de la fin, des dernières phrases, à partir de la répétition - que j'ai trouvée forcée, mal venue - de "Dieu, que la vie est belle !". La phrase qui suit : "Elle a un peu oublié, elle se rappelle un peu." ne me semble pas logique, trop forcée, comme on peut le faire parfois quand on manque d'inspiration... Bref, c'est vraiment dommage pour la fin, en ce qui me concerne. Le reste tenait bien la route.

   ladymuse   
11/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai trouvé très amusante cette divergence d'opinion sur la chute de cette nouvelle. Pour ma part je la trouve excellente, avec ce mot de "répugnante" qui prouve que la chose est oubliée, rejetée, comme l'acte sexuel non désiré (encore que..). De plus l'odeur de la citronnelle est bien trouvée pour un homme qui se comporte comme un moustique, tout dard dehors.. :D

Je regrette cependant le stéréotype de l'homme "beau, intelligent et cultivé". On peut avoir du charme sans répondre à ces canons. En tant que violeur cet homme n'est convaincant. Par ailleurs si l'on va sur la plage avec un homme que l'on désire, on peut s'attendre à ce genre de chute :D (même si bien on comprend l'intention de l'auteur). L'instinct "bestial,", "l'indicible", peut-être faudrait-il amener ça en effet plus longuement.

Bien des choses pour la suite..

   PatriciaBD   
16/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai aimé ce côté "midinette" qui traîne en beaucoup d'entre nous. On ne connaît ni l'âge ni le passé de ce personnage, cela renforce le sentiment que cela pourrait arriver à n'importe quelle femme, pourvu qu'elle soit seule, en manque de tendresse et qu'elle fasse la mauvaise rencontre.

   MissNode   
16/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce que j'ai par dessus tout aimé, c'est l'art de la concision, où tant de choses sont dites entre les lignes, tant la ligne est courte et les mots y sont choisis. Cela donne un sacré rythme, presque essoufflant, à la nouvelle. Un zoom réussi sur ce qui pourrait être un "fait divers".

   Donaldo75   
18/9/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

Je ne juge pas l'accord au thème, parce que c'est juste une histoire d'interprétation.

Concernant cette nouvelle, je suis mitigé:
* Le style entre l'avant et l'après est bien vu; que l'avant soit aussi mièvre, plat, presque insipide, va bien avec le choc de l'après.
* Le hic, dans ce type de construction, c'est que le choc doit être violent au niveau de l'écriture. Ici, il est juste un peu plus décrit que l'avant, avec des mots plus durs.
* Au final, quand je relis ce texte, il me semble manquer de puissance; l'avant aurait mérité plus de coton et l'après plus de feu.

Je ne me suis pas ennuyé pendant l'après, malgré un avant que j'ai particulièrement trouvé gonflant, à la limite du pauvre journal intime. Aller jusqu'au bout m'a permis de vivre le choc.

La dernière phrase, rapport à la citronnelle, est bien vue. C'est ce que je retiens de cette histoire courte.

A bientôt sur d'autres nouvelles,

Donald

   Proseuse   
21/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour!

Voilà un écrit plein de pudeur et de retenu qui, moi, me touche, tout ici est dit .. simplement dit et pourtant, l' histoire est terrible et malgré tout, malgré cette odeur de citronnelle .. il faut que la vie soit belle !
un texte fort et bien écrit
merci du partage

   AmyMadison   
18/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir,
J'adore cette histoire très bien écrite , dommage que le thème soit "cette odeur de citronnelle" qui vient on ne sait d'où, et qui dénature quelque peu la chute de la nouvelle.


Oniris Copyright © 2007-2019