Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
bodhisattva : Introspection
 Publié le 22/04/09  -  17 commentaires  -  3503 caractères  -  64 lectures    Autres textes du même auteur

Un regard porté sur un sujet brûlant d'actualité.


Introspection


Une salle d'attente de toubib, ce n'est pas drôle d'avance. Mais cette antichambre de proctologue, je dois dire que j'y suis entré, pour ainsi dire...à reculons. Oh, rien de grave sans doute, mais, comme disait grand-père, quand on a un pet de travers, mieux vaut s'en remettre au diagnostic d'un spécialiste. Une petite coloscopie, ce n'est rien, et ça n'agrandit même pas le trou de la Sécu.


Bon, j'entre, je m'installe, et, en bon patient, je patiente. Deux ou trois autres cobayes m'imitent, c'est-à-dire qu'ils ne font rien. Rien de plus que jeter sur moi un regard interrogateur, un peu faux-cul. Ils guettent la confidence, mais en seront pour leurs frais. Les douleurs abdominales, ça ne se confie pas. On a sa pudeur, que diable !

Je pose pourtant sur ma voisine un furtif coup d'oeil concupiscent. Elle semble en excellente santé, et transporte sur elle une poignée d'attributs qui, loin de la coloscopie, transportent mes pensées vers des investigations plus palpatoires. D'ailleurs, elle est accompagnée d'une petite mallette de visiteuse médicale, qui laisse entendre qu'elle ne souffre que de l'attente d'un rendez-vous avec le grand spécialiste objet de mes angoisses.

Mon tour arrive. La porte s'ouvre, et une charmante infirmière articule mon nom. Elle a une voix rassurante, et montre déjà les signes d'une belle déformation professionnelle en arrondissant une bouche en cul de poule :


- Monsieur Sosthène ? C'est à vous !...


On s'attend presque à voir sortir de ses lèvres le fameux œuf du père Colomb. Terre ! Terre ! Je m'avance vers la découverte...

En moins de temps qu'il n'en faut à un représentant en pharmacie pour vous fourguer trois kilomètres de bande Velpeau, je me retrouve à plat ventre, c'est-à-dire cul par-dessus tête, pendant que le grand maître agite devant mes yeux dilatés un énorme récipient en forme de vase communicant. Je comprends immédiatement que la communication risque de se faire avec mon hémisphère sud. Je proteste :


- Non ! pas tout ça ! ça fait au moins...

- ... Deux litres, à avaler cul sec ! plaisante le carabin.


Je transpire à l'idée que le moindre suppositoire provoque chez moi un désagréable phénomène de rejet. Deux litres ! J'imagine déjà un raz-de-marée accompagné de violentes secousses telluriques. Je ferme les yeux, et nous entrons en communication.

Ah! l'horrible supplice moyenâgeux ! Je me concentre. Du cran ! Du calme ! Surtout, ne pas en perdre une goutte ! Penser, peut-être, à autre chose... L'écran témoin est devant moi. Ma vidéo, mon abdomen, mon Canal Plus individuel ! Jouir de l'image, sans faire le son ! Tiens bon ! La délivrance approche...


- Vous avez été parfait ! me complimente l'homme au clystère. C'est l'heure de vous alléger.


Pied au plancher, surveillant la pédale de frein, je fonce. Une seule idée en tête: courir au plus vite aux toilettes ! Traverser la salle d'attente ! M'asseoir enfin sur le saint siège ! Mon ventre hurle sa liberté : Verdun ! Arcole ! Perle à rebours ! Hiroshima, trône d'amour ! Silence, rideau !

Mais, passé le feu de l'action, je découvre (horreur et damnation !) qu'il me manque plus que le pantalon.

Pour traverser la salle d'attente, je prends mon courage à deux mains, de l'autre, j'allonge mon T-shirt. Que n'ai-je pris du XXL !

Alors la douce visiteuse se lève, et me souffle à l'oreille :


- Monsieur Sosthène, je suis Prudence. Couvrez-vous, voici mon manteau.


Depuis ce jour, Prudence et moi, nous entendons... comme cul et chemise !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Rigolo mais je ne pense pas que ce texte reste dans les anales d'oniris (humpf humpf).
Pour moi, trop de "cul". Au bout d'un moment ça fatigue. Enfin il restait aussi l'autre nom de la nèfle par exemple, y a un fi(l)on à exploiter là... Voilou, bon c'est pas à chier mais ça pète moyen quand même.

   Anonyme   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Excellent moment ! Certainement pas pour le narrateur mais pour moi, lectrice, excellent moment.
Il faut du talent et et un sacré regard sur soi-même pour pouvoir raconter cela. Bravo, merci pour ces éclats de rire.
Les scènes sont très visuelles et les sensations décrites percutantes.
le premier paragraphe je me suis demandée si les insinuations et les images étaient involontaires ou voulues, mais au fil de la lecture j'ai compris que ça l'était.
C'est ciselé, chaque mot est choisi et calculé. Même le titre.
Merci de m'avoir fait commencer cette journée avec le sourire.

   widjet   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Oui, un texte sympathique comme tout et ma foi, bien écrit, avec ce qu'il faut d'autodérision, un sens du rythme et du spectacle.

W

   nico84   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un texte léger, rempli d'humour certes, mais j'aurais voulu que tu varies ces effets, les thémes pour ne pas fatiguer le lecteur.

Néanmoins, l'histoire est plaisante, et je t'invite à retenter l'expérience en variant les plaisirs.

   FABIO   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Lecture plaisante et plaine d'humour, j'ai pris du plaisir avec le sourrire au lèvres. Votre texte ironisant sur les déboirs de ce pauvre bougre est léger et distrayant.

   victhis0   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
petit sourire de la première à la dernière ligne : une bonne petite blaguonette bien troussée ; rien qui révolutionne la littérature mais ça se lit avzc (fosse d')aisance...

   Anonyme   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pas mal du tout, vraiment, même que j'ai failli en tomber sur le cul !
J'ai particulièrement apprécié le regard malicieux - mais non dénué de fondement - sur ces tripotages d'anus vite qualifiés d'horribilis. A coup sûr, il y faut un certain recul (en un seul mot, s'il vous plaît bien).

   Selenim   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un texte qui vaut surtout pour l'inventivité de ses jeux de mots.

On tourne un peu en rond: normal, nous sommes sur la lune.

Encurageant.

Selenim.

   Anonyme   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Un texte où les mots prennent toute leur saveur (si j'ose dire!). C'est rondement mené, mais cependant, je m'y suis un peu ennuyé à la longue . J'ai eu l'impression d'être dans une salle d'attente justement, avec une fin qui tarde à venir et qui déçoit un peu.

L'art du calembour est bien maitrisé, mais il y en a un peu trop.

Plus court aurait été mieux.

Mais ce fut un agréable moment (de lecture du moins!)

   Nobello   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Pour les sourires, et la manière singulière de faire assaut de... culture.

   Anonyme   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Un bon rythme, un style agréable, une histoire sympathique.
Que demande le peuple ?

   Menvussa   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Ouais ! Il y a des jeux de mots, certains sont bons, le perle à rebours m'a plu. Une histoire de "cul" peu conventionnelle mais à vrai dire je ne me suis pas délecté en lisant ce texte.

L'écriture est correcte, mais il n'y a pas de temps fort dans le récit.

   Flupke   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Certains liront cette histoire d'un derrière distrait.
Bon j'ai sourit. J'ai trouvé l'humour agréable. Bien aimé "Perle à rebours ! Hiroshima, trône d'amour" et "Que n'ai-je pris du XXL".
Bons jeux de mots sur le champ lexical.
Suffisamment concis pour ne pas lasser.

   Anonyme   
23/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Moi je me suis marrée. Mais je suis très humour pipi-caca (Misu-Misu tout ça)... celà dit, les bons mots et les allusions Q-tesques finissent par tomber à plat.
Et puis la fin, je sais pas. Je pensais vraiment avoir une chute plus vertigineuse if you see what i mean...
Bref, sympa, rigolo mais pareil, me demande si ça va rester dans les anales ou dans les anaux d'Oniris c't'affaire...
Et puis je regrette que tu n'aies pas développé plus le passage Q en l'air... jolie infirmière en cul de poule... enfin oui...
Rigolo.
Mais sans plus.
Celà dit, y a un style qui se la pète pas, et ça, c'est bien.

   jensairien   
23/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
c'est succulemment (?) écrit mais ça s'épuise un peu trop vite à mon goût. Même si le mot reste bon tout tourne trop autour de ce trou et des jeux de mots finalement pas si orignaux que ça.
Je trouve l'histoire vraiment très bonne et très bien narrée jusqu'à ce qu'il se couche devant le docteur. Ensuite, franchement, ça décolle pas.
en tout cas l'auteur à l'air de savoir écrire.

   mureha   
10/5/2009
 a aimé ce texte 
Bien
style agreable, un bon sens de l'humour. Dommage que la conclusion soit aussi hative que l'effet des deux litres de potion. je ne regrette pas de l'avoir lue.

   Anonyme   
13/5/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Truculent ! Agréable à lire et sans prétention. Bon "papier" dans le genre "billet d'anecdotes" mais une fin manquant d'originalité.


Oniris Copyright © 2007-2019