Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Fantastique/Merveilleux
colette : La vallée des Rois endormis
 Publié le 07/02/07  -  4 commentaires  -  5841 caractères  -  35 lectures    Autres textes du même auteur

Cette fois Telesphore a entre ses mains l'avenir du royaume...


La vallée des Rois endormis


Il y a longtemps, à l’époque où les rois étaient bons et généreux et les chevaliers valeureux, le pays fut envahi par une armée venue d’outre-tombe. Une armée composée de tous les nobles déchus, de tous les voleurs pendus, de tous les hommes mauvais qui depuis l’éternité attendaient le jour de la vengeance.


Une imprudence.


Telesphore, un jeune magicien, apprenti de Merlin - grand ennemi de l’écologie et maladroit inégalé comme nous l’ont déjà montré d’autres récits - Telesphore donc, croyant avoir trouvé la formule de l’immortalité, lors d’un voyage qui le conduisait vers un congrès d’alchimie, renversa dans la vallée des ombres, dix petits centilitres de ce qui devait provoquer le plus grand chambardement de l’histoire de ce monde.


Une fois en contact avec l’eau de la rivière ce produit se mit à mousser, à gonfler, à emplir toute la vallée d’une écume bleuâtre, et d’une puanteur que seuls les cancrelats arrivaient à supporter. Tous les êtres vivants qui en étaient capables – les animaux à plumes, à poils, à pattes, à ailes - s’enfuirent le plus loin qu’ils purent. Ceux qui ne le pouvaient pas – ceux qui étaient enracinés dans le sol – durent se résigner à devenir aquatiques pour survivre sous ce flot immonde.


Il avait plu en abondance les derniers jours et le courant était très fort. Ce poison atteignit la mer en très peu de temps. Sur toute la distance qui séparait la vallée des ombres de la mer - une bonne cinquantaine de lieues – la terre fut contaminée, le produit la pénétra au plus profond, qu’elle soit terre de culture, terre boisée, terre en friche ou – et c’est là que tout bascule – terre de sépulture.


Telesphore avait bel et bien trouvé la formule de l’immortalité. Il n’avait tout simplement pas effectué les tests élémentaires en usage avant de mettre quoi que ce soit sur la place publique. Une réaction avec l’eau… Avouez qu’il aurait pu au moins se donner la peine ! Ha ! ces scientifiques, pire que des artistes. Toujours tête en l’air !


On vit les occupants de toutes les cités funéraires se réveiller. D’abord fort étonnés de ce qui leur arrivait. Certains effrayés par les progrès que le monde présentait : la roue, des animaux domestiqués, des armes en métal. Ceux-là n’osaient pas s’éloigner de leur demeure éternelle, mais les autres, les intrépides, les mauvais, eurent tôt fait de comprendre le parti qu’ils pouvaient tirer de toutes ces nouvelles inventions.


S’ensuivit alors une période de terreur pour la population et de guerre contre les armées des rois. Je vous passe les détails, vous pouvez vous référer pour cela aux récits de n’importe quelle guerre, elles sont toutes pareilles.


Les rois créèrent une alliance entre eux – ça c’est peut-être moins courant – pour unir leurs armées et parvinrent à refouler l’armée ennemie dans la vallée des ombres.

Oui mais ensuite ? Ils ne pouvaient rester éternellement ainsi à tenir le siège de cette vallée !


C’est alors qu’intervint Merlin (on dirait maintenant deux guerres en retard). Et que fit Merlin ? Rien ! Il se contenta de secouer Telesphore, qui était pétrifié d’horreur devant ce qu’il avait provoqué. Il lui ordonna de trouver le moyen de résoudre cet état de crise.


On amena sur place, au sommet d’un rocher dominant la vallée, un chaudron et tout le matériel nécessaire à la fabrication d’une potion qui, l’espérait-on, serait miraculeuse.

Mais bon ! Telesphore n’était qu’un jeune apprenti de 150 ans à peine, il ne connaissait que peu de recettes. Et les tests ! Qui allait tester ? Pendant de longs jours et de longues nuits il réfléchit, il relut tous ses grimoires, il prit des notes. Ne le voyant rien produire, les rois s’impatientaient. Il était sous pression, Merlin qui l’observait en ricanant… Il vivait un enfer.

Et puis un soir, l’illumination ! Il avait trouvé. Eurêka ! (Enfin non, pas encore, mais il aurait pu crier cela).

La préparation lui prit une bonne partie de la nuit. Sûr de lui, il ne réveilla personne quand il eut finit. Il alla seul au bord de la falaise, il versa quelques gouttes de sa trouvaille sur les ombres endormies en contrebas.


Un effet spectaculaire, inattendu. D’abord quelques lueurs dans le fond de la vallée. Ensuite quelques gerbes de feu se rassemblant en un point et de là une colonne phosphorescente qui s’éleva haut dans le ciel.

Les rois réveillés par la lumière et les cris de terreur de l’armée des ombres, assistèrent, non sans soulagement, à la fin de leurs ennemis.


Telesphore craignant les représailles s’enfuit au plus vite.

Les rois pour se convaincre définitivement de leur victoire descendirent dans la vallée dès le lever du jour. Tout était calme. Il n’y avait plus rien, plus d’ennemis… La guerre était finie.

Mais soudain, un grondement semblant venir des entrailles de la terre. Le sol se mit à trembler. Et ce fut le chaos.


Aucun des rois ni de leurs soldats ne revint vivant. Plus personne n’est là pour raconter ce qui s’est passé ce jour-là. Mais, vous vous en doutez, beaucoup de légendes sont nées et se propagent dans tout le pays. Il suffit de visiter cette vallée pour s’en convaincre, il doit y avoir quelque chose de pas humain qui est intervenu. Encore aujourd’hui, on peut reconnaître chacun des rois pétrifiés dans la pierre et surtout cette épée plantée dans un rocher. L’épée du roi Gontran.


Une des légendes dit que celui qui arrivera à retirer l’épée du rocher, réveillera les rois endormis. Beaucoup ont essayé, aucun n’a réussi encore à ce jour à s’en approcher. Elle est semble-t-il protégée par un champ invisible, magnétique ou autre. Peut-être sera-ce un jour l’objet de recherches pour quelque physicien qui, on l’espère, sera plus expérimenté et sérieux que Telesphore.


Mais cette partie du monde vit désormais dans la paix et finalement c’est tout ce qu’on demande !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   philippe   
8/2/2007
Il nous fallut bien du talent pour être heureux sans être adulte (Jacques, si tu m'entends, pardon)

   Karl   
28/3/2007
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
C'est arrivé, on ne sait pas trop pourquoi ni comment, mais ça s'est passé... Voilà un peu le sentiment qui m'habite à la fin de cette lecture. Je me dis que l'on aurait pu faire quelque chose de plus fouillé de ce scénario, pas besoin de détails techniques, mais plus de matière, plus de consistance. J'ai l'impression que ce conte est le canevas d'un récit.

   oxoyoz   
7/2/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
C'est drôle et frais. C'est vrai que ça va nulle part, mais c'est amusant. J'aime le ton. Après ça manque de matière, de détails, de dialogue ou je ne sais pas quoi d'autre. Mais enfin, j'ai l'impression que ça ne cherche pas à être autre chose et il y a du rythme.

   monlokiana   
16/9/2011
 a aimé ce texte 
Pas ↓
C’est un conte. C’est un conte que j’ai lu. Pas de descriptions, les événements passent super vite. Le texte est court ce qui ne donne pas trop de descriptions. Je n’ai pas trop aimé. C’est le genre de texte qu’on lit et qu’on ne trouve pas vraiment quoi dire pour montrer qu’on n’a pas aimé.
J’aurai aimé qu’il y ait des dialogues, ça aurait permis de sentir la vivacité des personnages.

« Téléphore, un jeune magicien - …-Téléphore donc » ça m’a fort dérangé, les tirets et la répétition du nom. Ça rend la phrase maladroite, et pas très facile à comprendre.

Bref, c’est un beau conte mais je ne l’ai pas trop aimé.


Oniris Copyright © 2007-2022