Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
Corentin : Les Aventuriers de l'Amérion - Chapitre 29 : Fin du mystère
 Publié le 17/08/08  -  4 commentaires  -  5253 caractères  -  9 lectures    Autres textes du même auteur

C'est officiel : le Kalüpsauh est donc crashé. Mais un mystère demeure...
Épisode précédent
Épisode suivant


Les Aventuriers de l'Amérion - Chapitre 29 : Fin du mystère


La nouvelle avait été rude à encaisser. D’abord anéanti et désarmé, puis furieux et enfin consterné, Koostau reprenait peu à peu espoir. Les vidéos haute-résolution que Lumi avait tournées révélèrent, après un visionnage attentif, que le gros de la structure de la Kalüpsauh avait plus ou moins bien encaissé le choc du crash. Grâce en soit rendue aux décélérateurs à contre-balancement automatique, aux grautomortisseurs progressifs et aux divers compartiments à compactage programmé, avait dit Pulup. En fait, s’il était clair que la Kalüpsauh était définitivement foutue, les compartiments à cryotubes, la réserve de bouffe ainsi que la vaisselle en argent du capitaine avaient peut-être été épargnés.

Voyant la relative bonne humeur de Koostau, Tipek se décida enfin à aborder les sujets source de discorde :


- Amiral Koostau, une question ne cesse de me hanter.

- Qu’est-ce donc, Tipek ?

- Comment pouvez-vous connaître par cœur « Pose ta mite sur mon épaule » et « Ce soir tu vas prendre » ?

- Quoi ? Ma civilisation est à l’article de la mort et vous me parlez de chansons toutes pourries ?

- Reconnaissez qu’il y a là un mystère. Puisque vous venez de la Galaxie du Finfon, comment pouvez-vous avoir eu connaissance de ces chansons ?

- Ok, ok, fit Koostau en levant les bras en signe de rémission. Vous m’avez percé à jour.

- Je vous écoute.

- Très bien. Comme je vous l’ai déjà dit, nous avons des millénaires d’avance sur vous, et nous avons exploré l’Univers sans relâche, suffisamment d’ailleurs pour pouvoir affirmer que l’Univers n’est pas infini, même s’il n’a pas de limites.

- Vous m’expliquerez ça plus tard, voulez-vous ? Revenons-en à « Pose ta mite sur mon épaule »…

- J’y viens. Au cours de nos explorations, nous avons découvert votre civilisation. Ainsi, même s’il est vrai que vos émissions radio ne sont encore jamais parvenues au Finfon, nous, nous sommes parvenus jusqu’à vous en forant des trous dans l’espace-temps. Nous avons étudié de près votre monde et vos cultures. Nous savons TOUT de vous.

- Et comment expliquez-vous que nous, nous ignorions tout de votre existence ?

- C’est très simple : notre Sénat a voté une loi qui fait de votre amas de galaxies une zone protégée. Il nous était interdit d’entrer en contact avec vous. Mais ça ne nous a pas empêchés de danser jusqu’au bout de la nuit sur vos productions musicales tout à fait délicieuses.

- Oh, ainsi nous étions parqués comme des bêtes ?

- C’est ça, oui. Un peu comme une espèce protégée que nous n’avions pas le droit d’approcher.

- Eh bien… tout s’explique, amiral. Je suis content que le malaise soit dissipé.

- Moui, fit Koostau d’un air calme. Mais maintenant que vous savez tout, si vous le voulez bien… POURRAIT-ON ALLER VÉRIFIER L’ÉTAT DE NOTRE VAISSEAU PUTAIN DE BORDEL DE MERDE ?!? ET JE VEUX LA PEAU DE VOTRE FOUTU ROBOT !!!


Koostau et son équipe partirent donc à la recherche d'éventuels survivants parmi les déconcombres de leur appareil. Tipek semblait un peu rassuré par les explications de son homologue concernant les troublantes révélations énoncées auparavant.


- Tenez commandant, prenez ces taukees, ainsi que ces quelques Quality Street. Vous pourrez rester en contact avec nous et nous tenir informés de l'avancement de vos recherches (surtout grâce aux taukees).


L'équipage de la Kalüpsauh était rassemblé en bas de la passeurelle de débarquement, et après avoir contrôlé qu'aucune espèce belliqueuse ne traînait dans les parages, ils avaient pu débarquer leurs maigres effets personnels. Pendant ce temps-là, Klebz, Brossard et Von dutch dressaient un campement de fortune. Sauf Klebz qui chassait. Et Brossard qui roupillait. En fait il n'y avait que von Dutch qui... euh non même pas : il dormait aussi, probableument à cause des effets secondaires de l'antikésséïne (somnolence, diarrhée aiguë et lombalgies chroniques parfois accompagnées de spasmes musculaires violents au niveau des membres supérieurs). Lumi, quant à elle, inspectait les alentours en compagnie de Skofüld qui, depuis quelques jours, ne se déplaçait plus sans son PCO (Personnal Computer Online). Il travaillait, mais sur quoi ? Wall-ID et Good-Dog demeuraient introuvables...


- C'est entendu, commandant, confirma Tipek. Si nous n'avons pas de nouvelles d'ici deux jours, nous... attendrons plus longtemps.

- Euh chef chef, interrompit Pulup, on mangera quoi ?


Tipek et Koostau échangèrent un regard complice. Décidément tous les équipages du monde se ressemblaient...


Le petit groupe, armé jusqu'aux dents, prit la route en direction de l'épave encore fumante de la Kalüpsauh. Tipek sonna, enfin brailla le rassemblement.


- Bon, en un mot comme en cent, quand peut-on partir de cette planète ? L'appareil est-il esquinté ? Skofüld, ça vous concerne aussi !!! Non mais est-ce que vous réalisez que depuis le début de cette mission, c'est-à-dire presque un an, NOUS N'AVONS JAMAIS RÉUSSI UN SEUL ATTERRISSAGE ???


Tout le monde regarda ses bottes, et le silence qui suivit cette judicieuse remarque dura un certain temps. Skofüld le rompit toutefois, à la grande surprise de Klebz, et de tout l'équipage en fait.


- Euh Capitaine, sauf vot' respect, je crois que je sais ce qui déconne avec l'Introducton.

- õ___Ö


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   xuanvincent   
17/8/2008
Suite (et fin semble-t-il) de l'histoire, dans le même style que l'épisode précédent.

   pounon   
19/8/2008
Toujours aussi déjanté. Surréaliste avec les mots qui se télescopent.
Boby Lapointe aurait-il fait une chanson ? Je souris.

   nico84   
20/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Belles idées encore, les humains dans un parc réservé cosmique, c'est plutôt pas mal, comme une nouvelle théorie sur l'absence d'espéce autre que terriennes, ils nous protégent !

Bravo en tout cas pour cette courte partie.

   jaimme   
27/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
"NOUS N'AVONS JAMAIS RÉUSSI UN SEUL ATTERRISSAGE ???": eh bien, c'est ce que je disais , non?...pfff!
De plus, pourrions-nous avoir les paroles de: « Pose ta mite sur mon épaule » ?
Après ces belles paroles (et malgré le fait que les explications fumeuses de l'amiral ne m'ont pas convaincu...) je passe au suivant.


Oniris Copyright © 2007-2020