Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Aventure/Epopée
Cox : La Porte vers nulle part - Épisode 2
 Publié le 04/07/24  -  2 commentaires  -  26855 caractères  -  18 lectures    Autres textes du même auteur

Deuxième conte de la Porte vers nulle part, qu'on pourra intituler « La Porte de ce qui fut ».
Les contes sont indépendants, mais il est tout de même conseillé de lire l'épisode 1 pour la découverte du portail.
http://www.oniris.be/nouvelle/concours-la-porte-vers-nulle-part-concours-5338.html
Cet épisode traite de l'image de Myndie, l'oiseau : http://www.oniris.be/modules/myalbum/photo.php?lid=1652&cid=6


La Porte vers nulle part - Épisode 2


Ainsi, le petit homme quitta le shaman Kopakaïri et se remit en route à travers la forêt.

Son périple dura jusqu’à ce que le temps se perde dans le balancement paisible des branches. Il vit défiler bien des caramboliers aux branches chargées d’étoiles vertes et jaunes, et il ne cessa d’avancer. Il vit rouler dans les branches le panda roux aux pattes habiles, et marcha encore. Alors qu’il commençait à ressentir la fatigue de sa longue marche, une étrange chaleur s’éleva doucement dans l’air pour venir l’envelopper. C’était tout comme si la forêt l’enlaçait dans l’ombre de ses ramures qui se faisait soudain tiède, et cette curieuse sensation le revigorait. Cherchant la cause de cet agréable réchaud, il remarqua que tout semblait baigné dans une lueur diffuse, filtrant entre les grands corps des mûriers blancs aux alentours. Diaphane, presque imperceptible, cette lumière semblait être partout et ne venir de nulle part. Comme un halo autour des choses et des êtres.

Le petit homme aperçut alors une petite sente herbeuse, chargée de buissons en fleurs, qui se frayait un chemin hors du sentier principal. Curieux, il décida de voir où elle le mènerait, et il s’y engagea en poussant les halliers et les ronces sur son passage. À mesure qu’il progressait, la voie s’éclaircissait et l’étrange lumière qui embrassait toute chose se faisait plus intense, sans perdre de sa douceur éthérée. La chaleur croissante évoquait à présent un après-midi d’été et, dans la végétation, on voyait émerger des longues pousses de bambou ici et là. Après quelques minutes de marche, il arriva à une nouvelle trouée au milieu des bois d’où semblait s’écouler toute cette luminosité ; il crut un instant que c’était un puits de lumière naturel qui faisait régner cette atmosphère si particulière dans les bocages avoisinants par d’étranges jeux d’optiques. Mais à sa surprise, il découvrit rapidement que l’éclat radieux venait en réalité du centre de la clairière : une jeune femme aux traits asiatiques d’une grande finesse était assise sur les genoux.

Une qipao de rouge et d’or descendait le long de ses formes sveltes et une épingle de jade perçait les figures complexes que décrivait sa coiffure. À voir son port princier, on comprenait immédiatement que c’était d’elle qu’émanait la clarté diffuse. Elle n’émettait pourtant pas un éclat plus perçant que son entourage, et cependant cela s’imposait comme une évidence : elle était l’âtre où brûlait le feu de ces lieux. Lorsqu’elle posa les yeux sur le visiteur, il se sentit habité d’une chaleur inconnue qui remonta comme une vague bienfaisante depuis la plante de ses pieds jusqu’à sa gorge. La jeune femme s’adressa au petit homme en ces termes :


– Bonjour à toi, enfant de la Porte. Puissent les sentiers soutenir ton pied de leur humus moussu, et les feuillages couvrir ta tête de leurs ombres fraîches. Pourquoi la forêt t’amène-t-elle devant Mengyao, la dernière des Phénix ?

– Cela je l’ignore, et je porte avec moi plus de questions que de réponses. Tout ce que je sais, c’est que j’ai longtemps marché depuis un étrange portail avant de trouver un vieux shaman, puis mes pas m’ont porté ici.

– Alors tu as trouvé la Porte de ce qui fut, que nul ne découvre jamais par hasard. Son histoire est bien étonnante, le sais-tu ?

– Quel nom étrange ! Si vous la connaissez, dites-moi vite son histoire je vous prie.

– Bien. Assieds-toi donc, enfant de la Porte, je vais te parler du temps où les Hommes rêvaient encore en liberté.


-------------------------------------------------------


La construction de la Porte remonte à un âge bien éloigné, un âge où le Monde était partagé en trois royaumes. Le premier était l’empire des Hommes qui régnaient sur la Terre, maîtres des hautes cimes et des vastes plaines. Le second était le royaume des dragons qui gouvernaient les Océans, souverains des fonds marins et des cavernes ténébreuses. Le troisième était la matriarchie des Phénix qui commandaient aux cieux, seigneurs des nuages et des vents impétueux.

Depuis la naissance de la première colline, depuis que la première vague eut léché la première côte, depuis que la première brise eut soufflé sur le monde, ces peuples avaient vécu en bonne entente. Les puissants dragons couvant les richesses infinies des profondeurs apportaient aux hommes l’opulence et le pouvoir. L’empereur des hommes entretenait d’étroites relations avec le roi des dragons dont la sagesse millénaire guidait les grandes dynasties humaines vers la gloire et la prospérité. Les Phénix, quant à eux, gardaient la flamme du Rêve qui les faisait vivre à jamais, et apportaient aux hommes l’inspiration et les arts. La mère des Phénix était la confidente de l’impératrice et se liait d’amitié pour tous les musiciens et les peintres de la Terre. On vit parfois même descendre des nuages des enfants de ma race sous des traits humains pour inspirer aux poètes des amours immortelles.

Cet équilibre devait pourtant être perturbé par deux jeunes gens. L’un d’entre eux était Xionglong, le fils aîné du roi des dragons. Dès son plus jeune âge, il fit preuve d’une puissance inouïe, même chez ceux de sa race. Sa taille imposante et sa force de caractère imposèrent bien vite le respect à ses congénères. On disait que lorsqu’il rugissait, les fonds marins s’ouvraient en bouillonnant pour laisser jaillir de grands geysers. On racontait qu’il provoquait des raz-de-marée lorsqu’il serpentait dans les profondeurs à pleine vitesse. Sans contestation, on reconnaissait en lui un digne héritier et tout semblait prédisposer l’enfant prodige à un futur glorieux que chanteraient les légendes. Tout, si ce n’était peut-être son regrettable penchant à la colère. Car Xionglong était irascible, et ceux qui lui avaient fait obstacle ou avaient mis en doute ses exploits l’avaient bien souvent payé de leur vie, broyés entre les crocs du fier prince guerrier qui ne souffrait aucun affront.

Quant au deuxième protagoniste qui devait troubler l’ordre des trois royaumes, ce fut moi-même ; Mengyao, fille cadette de la reine-mère des Phénix. D’une nature pourtant discrète et effacée, je n’aurais rien aimé tant que de vivre paisiblement dans la retraite des rêves et des nuages. Cependant, les gens de mon peuple remarquaient en moi une beauté rare qui leur inspirait souvent des chants que les aquilons portaient jusque sur la Terre des Hommes. Bientôt, les poètes humains parlaient de moi comme de la première étoile du soir lorsque je prenais mon envol pour chasser le crépuscule. Ils racontaient que le vent se taisait pour écouter la complainte des cieux dans ma voix solitaire.


Or, il advint un jour qu’un écrivain trouva une plume d’argent et de feu que, par mégarde, j’avais laissé tomber sur la Terre. Il la garda précieusement et il passa des jours entiers à la contempler, fasciné par les filets de lumière qui s’en échappaient en flottant. Mais il n’est pas sans risque de toucher de si près au feu des rêves ; et on dit qu’il s’oublia ainsi dans l’admiration de la flamme jusqu’à en perdre la vue. Cependant, dans les ténèbres de sa cécité, il sut encore percevoir la lumière radieuse des Phénix mieux qu’aucun homme avant lui. Il sentit une inspiration divine agiter son âme. De cette même plume où il s’était brûlé la rétine, il grava une geste épique et romantique en lettres de feu dans le flanc des lointaines montagnes de Luoyang. Il écrivit jusqu’à couvrir un massif entier de son roman-fleuve qui chantait la beauté inouïe d’un Phénix sans nom, et qui racontait les exploits d’un prince souhaitant la conquérir. L’histoire ne fut jamais terminée cependant et on retrouva le malheureux romancier mort au pied des deux derniers caractères qu’il avait réussi à graver pour révéler le nom du Phénix au centre de son œuvre : Mengyao. On raconte qu’il tenait encore, dans ses mains carbonisées par une frénésie d’écriture, une plume qui tomba en cendre dans un souffle de vent.

En entendant ceci, je restai profondément émue et touchée de ce geste exceptionnel. Longtemps les hommes se souvinrent des larmes de feu qui tombèrent d’un ciel d’orage le jour où j’appris la mort du poète. Et chaque jour au crépuscule venu, la première étoile descendait sur le sommet des montagnes de Luoyang pour se recueillir sur la tombe du poète, et le flamboiement de ma douleur découpait dans la nuit les ombres des massifs. Je sentais pour la première fois l’amour m’embraser ; par son œuvre, par sa fièvre et par sa mort, le poète avait ouvert mon jeune cœur tout à la fois aux affres du deuil et de la passion. Je jurai fidélité à sa mémoire éternelle, et fis vœu de ne prendre d’autre amant tant que je vivrais.


Cependant, la Geste dans la montagne acquit une renommée formidable. Il n’y avait pas un homme marchant cette Terre qui ne savait citer de mémoire des dizaines de vers immortels tirés de la légende de Mengyao. La popularité de l’œuvre prit de telles proportions que l’on fit de moi une figure mythique, symbole de beauté et d’amour idéalisé.

Il ne fallut pas longtemps avant que Xionglong, le terrible prince dragon, n’entende les louanges de mes grâces. Il résolut alors de me prendre pour épouse. Le jeune héros n’avait pas pour habitude de voir ses désirs repoussés ; aussi, sitôt sa décision prise, il descendit au plus profond des océans et enroula son immense corps en anneaux, contractant ses muscles puissants. Puis dans un rugissement terrible, il laissa exploser toute sa force en un seul bond formidable, crevant la surface des mers dans une éruption d’écume assourdissante. Il s’envola ainsi jusqu’à en percer les nuages et atterrir avec fracas dans le palais des Phénix.

La cour tout entière fut prise de panique à la vue de l’imposant prince guerrier. Jusqu’à ce qu’une voix, à la fois douce et impérieuse, ne retentisse dans le palais pour réclamer l’ordre. La mère des Phénix, sereine, se tenait devant l’intrus avec défi. Elle laissait rayonner toute la chaleur de sa majesté et Xionglong lui-même sembla reculer devant la prestance de la souveraine qui lança avec autorité :


– Xionglong, fils de Weilong et prince du royaume des dragons, n’aurais-tu donc rien hérité de la sagesse de ton père ? Que viens-tu faire ici, jeune fou, forçant les portes de mon palais sans demander séance ?

– Pardonnez ma fougue, ô reine-mère, répondit Xionglong avec une humilité nouvelle, et mettez-la je vous prie sur le compte de ma jeunesse et de ma passion. Voyez-vous, il m’a été dit qu’on ne saurait trouver sur la Terre, dans le Ciel ou sous les Mers, de plus grande beauté que celle de votre fille Mengyao, ni d’amour plus pur que le sien. N’est-il donc pas juste qu’elle ait pour époux le plus glorieux conquérant, le plus puissant guerrier des trois royaumes ?

– Nous saurons sans doute pardonner ton inconvenance, Xionglong fils de Weilong, car mon peuple connaît trop bien les emportements de l’amour pour t’en blâmer longtemps. Sache cependant que je ne saurais accéder à ta requête, car Mengyao a fait la promesse sacrée de ne jamais prendre aucun amant.

– Comment ? rugit Xionglong. La princesse de la beauté et de l’amour aurait fait vœu de solitude ? Quel prétexte est-ce là pour refuser ce qui me revient de droit ?

– Silence ! gronda la reine furieuse. Silence, enfant ignorant !


Sur ces mots, une gerbe de flammes explosa autour de la mère des Phénix, comme deux ailes déployées dont l’envergure semblait réduire la stature de Xionglong à celle d’une modeste vipère.


– Je n’entends dans tes mots effrontés, reprit-elle d’une voix terrible, que l’arrogance infantile d’un prince trop gâté, que les rêves de conquête d’une brute naïve ! Redescends donc dans les profondeurs d’où tu viens et cesse de faire honte à ta race ! Tu n’auras pas ma fille et tu n’es plus le bienvenu dans le séjour du feu et du vent ! Fuis !


Les flammes grondaient autour de la reine à mesure qu’elle parlait, et leur éclat majestueux aveuglait le jeune prince qui décida de battre en retraite. Dans un rugissement de colère, il se jeta du haut des cieux jusqu’au plus profond des océans.


D’autres plus sages eurent sans doute tiré une leçon de cette mésaventure. Mais l’orgueil blessé de Xionglong ne pouvait souffrir une telle humiliation, et il se mit à nourrir une haine tenace envers le peuple des Phénix. Retiré dans les profondeurs marines les plus insondables, il fomenta sa vengeance en laissant chaque jour ses vociférations rancunières troubler la paix des océans. Or, pour notre malheur, il n’eut pas à attendre longtemps avant que d’avoir les moyens de mettre en place sa vengeance. L’année qui suivit son humiliation marquait le millénaire du règne de son père vieillissant ; il fut décidé que le temps était venu d’organiser sa succession. Ainsi, au sein des replis caverneux du palais de cobalt, le vieux roi Weilong passa la couronne de corail à son fils, et lui donna toute puissance sur le peuple sous-marin. En ce jour qui devait sceller le triste destin de mon peuple, Xionglong exultait de bonheur, et il frappait le plancher marin de sa formidable queue en signe de victoire, soulevant sur toutes les côtes des raz-de-marée annonciateurs des temps à venir.


Afin d’accomplir son dessein, Xionglong tourna son attention vers le royaume des Hommes. Il sut dominer son impatience de jeunesse et placer insidieusement ses pièces. Pour asseoir son emprise, il décida d’établir en position de pouvoir des hommes ambitieux, avides et violents. Des quatre coins des mers, il faisait émerger les minerais les plus précieux pour couvrir de richesses soudards et conspirateurs, et il soumettait les hommes à sa volonté par des promesses de puissance inégalée. En quelques années, il parvint à étendre l’ombre de la corruption partout dans l’empire. De là, il ne fallut pas longtemps avant que l’empereur en place ne meure assassiné, et qu’il soit remplacé par son conseiller le plus proche ; un jeune parvenu aux dents longues arrivé à la cour grâce à son immense et mystérieuse fortune.

Xionglong alors apprit au nouveau dirigeant comment étendre son empire à de nouvelles proportions. Il lui enseigna à asservir la nature, rasant les forêts et brûlant leur bois. Il lui apprit à bâtir une armée impitoyable, qui saurait conquérir des régions inconnues avec le soutien des puissants dragons. Il lui montra comment naviguer les sept mers pour découvrir des îles nouvelles regorgeant de ressources. Il lui indiqua comment réduire sous son joug les peuplades indigènes qu’il y trouverait pour construire plus encore de navires et pousser ses conquêtes vers des horizons toujours nouveaux. Les Hommes du milieu auraient-ils pu s’en plaindre ? L’empire n’avait jamais été si vaste et florissant, croulant sous les richesses d’une civilisation en constante expansion. Et si certains s’inquiétaient de voir les terres arables sans cesse reculer sous les nouvelles constructions, ou s’horrifiaient des violences commises au nom des conquêtes, on savait bien les faire taire. Bientôt, les hommes apprirent à se contenter d’apprécier leur opulence nouvelle et les avancées rapides de leur technologie.


Xionglong cependant, n’était pas satisfait. Il suggéra à l’empereur corrompu qu’un peuple puissant devait se bâtir en réformant la société de l’intérieur. Les éléments faibles et contre-productifs étaient l’ennemi du progrès et devaient être purgés. Bien sûr, ce ne fut tout d’abord qu’un poète contestataire qui fut jeté dans les geôles du palais ; rien de très surprenant. Le peuple s’étonna sans doute plus de voir l’opéra de la capitale fermer après avoir été accusé d’avilir les mœurs. On commença véritablement à s’inquiéter lorsque la bibliothèque des arts et des lettres fut rasée par une vague immense, et que l’on ne fit rien pour sauver ceux des ouvrages séculaires qui pouvaient encore l’être. Mais tout cela ne fit que marquer le début d’une chasse aux sorcières : bientôt, tous les artistes furent déclarés comme des réfractaires à moins qu’ils ne rejoignent la propagande nationale. Les journaux devinrent clandestins, la musique contrôlée, et la poésie proscrite.

Xionglong avait réussi : sa langue fourchue léchait déjà la silhouette ondoyante de la grande flamme du Rêve, prêt à refermer ses mâchoires avides sur le feu qui donnait vie à mon peuple. Lorsque nous tournions nos regards vers la Terre, nous ne voyions plus qu’une nature asservie, des animaux encagés, et des Hommes accaparés par le travail pour courir après toutes les richesses promises par les dragons. Plus une mélodie terrestre ne répondait aux chants solitaires des cieux. Plus un seul tableau ne dépeignait en couleurs enfiévrées l’essor de nos ailes. Et plus un regard ne se tournait vers la première étoile du soir qui descendait sur les montagnes de Luoyang. Lentement, la flamme s’éteignait et mon peuple dépérissait.

Je n’aurai pas le cœur de relater les détails de la mort d’un Phénix lorsque sa flamme le quitte, car il y a dans pareille vision une tristesse propre à vous détruire l’âme. Mais je vis, au cours des années qui suivirent, nombre de mes compatriotes choisir un jour de descendre avec un dernier cri dans quelques nuages chargés d’orages à venir, pour ne laisser pleuvoir sur la Terre que les cendres de ce qui fut. Un triste soir, nous vîmes la mère des Phénix elle-même descendre des cieux pour s’oublier dans les flots bouillonnants des mers du Sud. La force vitale du grand brasier nous avait quittés ; bientôt, nous ne fûmes plus qu’une poignée et le destin de notre race semblait scellé.


Il vint cependant un jour où naquit un nouvel espoir. J’entendis ce matin-là un cri qui paraissait surgir de temps révolus, tout chargé d’une puissance oubliée et d’une passion ardente. J’interrogeai les quelques compagnons qui restaient encore à mes côtés, mais nul autre que moi ne semblait entendre ce chant. Étais-je la seule à écouter encore ? Je l’ignore, mais je décidai de répondre à cet appel. Je pris mon envol et suivis le chant, pour arriver sur une île perdue dans les mers du Sud. Je ne vis tout d’abord rien et je me pris à douter de mes sens. Mais bientôt, un remous vint agiter les flots autour de moi : un bouillonnement ronflant qui allait croissant soulevait des montagnes d’écume qui s’élevaient plus haut, toujours plus haut… Puis soudain, une intense lumière creva l’onde fumante. Ce fut une immense éruption d’eau, qui dessinait une corolle liquide tout autour d’un formidable pilier de flammes. Au milieu du fracas des vagues, la mère des Phénix émergea de nouveau suivie du vieux roi des dragons. Elle rayonnait du feu primordial et dégageait une chaleur que j’avais presque oubliée en ces tristes temps. Je ne me sentais plus de joie :


– Mère ! Quel bonheur de vous voir ainsi, moi qui vous croyais perdue dans les ténèbres des océans. Quelle majesté, quelle grâce, émanent de vous !

– C’est un soulagement de constater que tu as su entendre mon appel Mengyao, ma fille. Je craignais qu’il ne soit déjà trop tard. Sache que si je déploie une dernière fois la chaleur de mes ailes, c’est qu’il me reste une chose à accomplir, et il me faudra tout mon pouvoir pour y parvenir. Suis-nous.


Le roi dragon, grave et silencieux, prit la tête de l’assemblée et nous guida sur une île forestière. Il portait, lovées dans les anneaux de son corps serpentueux, de lourdes pierres blanches. En chemin, ma mère m’expliqua qu’elle était descendue pour plaidoyer auprès du vieux dragon en qui elle avait toute confiance. Ainsi que la reine-mère l’avait soupçonné, l’ancien souverain conspuait les actions de son fils mais n’avait plus le pouvoir de s’y opposer. Il offrit en revanche de faire tout son possible pour aider à préserver l’héritage des Phénix. Ensemble, ils décidèrent d’un plan pour que la culture de mon peuple agonisant ne disparaisse jamais. Arrivé au centre de la forêt, le roi des dragons parla en ces termes :


– La magie des Phénix à elle seule est trop fragile pour survivre aux assauts déments de mon fils. La science des dragons à elle seule est trop martiale pour sauver un rêve intangible. Mais en ce jour, jeune enfant, vous verrez ces deux forces s’allier, et vous serez témoin du plus grand prodige dont les trois royaumes sont capables. Ces roches que vous voyez viennent des mines les plus reculées des océans et sont chargées d’un pouvoir plus ancien que la Vie elle-même.


Et cependant qu’il parlait, son large corps serpentait, s’enroulait et se déroulait, dansant autour des roches qui commençaient à s’assembler pour former une grande arche.


– Jamais un édifice construit avec ces pierres ne saurait s’effondrer, assura-t-il. Elles ne peuvent cependant à elles seules accomplir l’impossible, ainsi que nous devons le faire aujourd’hui. Pour cela il vous faudra reculer, enfant, et admirer l’œuvre de votre mère. Souvenez-vous de ses paroles !


Le dragon s’interposa alors entre la structure et moi. Je protestai, car je sentais une inquiétude poindre confusément en moi, mais il me repoussa sans effort à quelque distance. La mère des Phénix me sourit avec bienveillance, puis déploya ses ailes une dernière fois. Elle entama un chant mystérieux que je n’avais jamais entendu :

Par les vents et les flots, par les cieux et les mers,

Par l’onde, par le feu, par le sang de la Terre,

Par les peuples unis et leur pouvoir infus ;

Ouvre-toi tout en grand, Porte de ce qui fut !


Puis je ne vis plus rien. Tout fut englouti dans un brasier éblouissant et je suffoquai. Soutenue par le roi des dragons qui me portait dans ses anneaux, je parvins lentement à reprendre mes moyens ; devant mes yeux papillotants des cendres dansaient légèrement dans les airs tout autour de la Porte. Ma mère n’était plus. Je sentis les larmes monter mais le roi dragon prit la parole avec autorité :


– L’heure n’est pas à la tristesse, fille du vent et du feu. C’est à vous qu’il incombe à présent de porter la mémoire de votre peuple. Votre mère m’avait confié que vous seriez sans doute seule à répondre à son appel, car c’est en vous que la flamme primordiale brûle au plus ardent. Allons, montrez-moi que ses espoirs étaient fondés ! Ouvrez la Porte !


Hébétée, j’allai en hésitant au-devant du portail sans bien comprendre. Mais à mesure que je m’en approchais, je sentais une énergie nouvelle qui pénétrait en moi. Il émanait du portail une présence familière, une force séculaire qui m’habitait tout entière. À chaque pas, je me sentais remplie d’une détermination nouvelle. Face à la Porte, ma gorge brûlait d’une autorité ancestrale alors que j’entonnai :

Par les vents et les flots, par les cieux et les mers,

Par l’onde, par le feu, par le sang de la Terre,

Par les peuples unis et leur pouvoir infus ;

Ouvre-toi tout en grand, Porte de ce qui fut !


Et la Porte fut ouverte.

À travers l’embrasure, flamboyait un soleil mourant qui s’embrasait de nouveau. Un grand oiseau, ancêtre de mon peuple, y plongea pour en ressortir trempé de flammes ainsi que les dauphins qui jouent dans les mers tropicales. Il poussa un cri glorieux, comme une invitation, et je franchis le seuil sans même m’en rendre compte. Pénétrant en ce monde révolu, je vis tout autour de moi mon peuple dans toute sa superbe d’antan : des formes graciles s’enlaçaient et s’envolaient pour un baiser fiévreux, on chantait, on dansait, et on faisait l’amour. De retrouver ainsi l’heure de gloire de mon peuple, les larmes me vinrent. Je me jetai à corps perdu dans la foule joyeuse et mélodieuse, et je m’oubliai dans ce rêve idyllique.


À mon réveil, je me tenais devant la Porte. Le roi des dragons avait disparu, jugeant sans doute son devoir accompli. Alors seulement, je compris l’exploit que les deux monarques avaient réussi : ils avaient enfermé à jamais dans cette porte sacrée le feu du Rêve pour que jamais il ne s’éteigne. Ainsi, chaque fois que j’ouvrirais le portail, la magie qui l’habite ressusciterait pour moi les souvenirs éteints qui peuplent mon âme. Moi, dernière fille des Phénix, je devais à présent veiller pour toujours sur la Porte de ce qui fut, afin que la mémoire de mon peuple ne tombe jamais dans l’oubli.


-------------------------------------------------------


Son histoire terminée, Mengyao se tut et ferma les yeux. Le petit homme fit de même, et se retrouva perdu dans ses pensées, rejouant dans son esprit l’histoire de la Porte de ce qui fut. Alors, sifflant, soufflant entre les ramures sonores, une brise aux doigts légers vint lui caresser la nuque pour le tirer de sa rêverie. Il posa au Phénix une question qui le taraudait encore :


– J’ai pourtant moi-même ouvert la Porte, et je n’ai rien vu de ces mondes enchanteurs que vous contez.

– C’est que tu ne portes pas en toi le rêve d’un monde oublié. La Porte de ce qui fut ne peut qu’attiser les braises qui brûlèrent autrefois. C’est elle qui m’a permis, des siècles durant, de raviver ma flamme mourante et de traverser les âges.

– Voilà une bien triste histoire, ô dernière fille des Phénix, et j’en suis encore rempli d’émotion. Mais me direz-vous pourtant quels sont ces étranges joyaux qui ornent le sommet du portail ? J’en ai vu un bleu et un rouge. Celui-ci laissait couler sur mon visage la lueur d’un soleil vitreux et je voudrais tant savoir leur secret.

– C’est là un bien grand mystère, enfant de la Porte. Mais il se peut que le joyau bleu soit le fruit de la magie du roi des dragons, et que le joyau rouge tienne enfermé en lui la flamme inextinguible de ma mère. Je ne sais si tout cela est vrai cependant car j’ai vu son éclat faiblir depuis quelque temps, et je sens ma propre flamme décliner lentement.


Le petit homme réfléchit un instant puis fouilla dans son sac. Il en tira l’œuf en veillant à ne pas se brûler, puis le tendit à Mengyao.


– Peut-être la flamme ne s’est-elle pas éteinte, princesse du peuple de feu, mais a-t-elle trouvé un nouvel hôte.


D’un geste lent et tendre, Mengyao saisit l’œuf et le posa sur ses genoux avec grand respect. Sans un mot, le petit homme vit une formidable paire d’ailes jaillir en une gerbe de flammes dans le dos de la princesse, et une chaleur telle qu’il n’en avait jamais sentie berça son visage et son cœur. Le Phénix posa sur lui des yeux incandescents :


– Tu ne connais pas l’importance de ce simple geste, enfant de la Porte. Je sais maintenant pourquoi la forêt t’a guidé jusqu’à moi. Mais à présent, va ! J’ai grand besoin d’être seule, et tu as encore bien du chemin à parcourir. Va !


Le promeneur obéit, encore troublé par la légende de la Porte. Il ne savait qui de Kopakaïri ou de Mengyao lui avait raconté sa véritable histoire car il avait l’étrange sentiment que tous deux avaient parlé avec la sincérité la plus totale. Il sentait que son voyage n’était pas terminé ; il épaula de nouveau son sac. Alors il poursuivit sa route, avec au cœur un sentiment étrange et enivrant.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   jeanphi   
4/7/2024
trouve l'écriture
aboutie
et
aime beaucoup
Bonjour Cox,

Ce deuxième volet me paraît personnellement très inspiré.
Là où j'avais été quelque peu ennuyé par le premier, j'ai ici trouvé une créativité foisonnante et beaucoup moins de rugosité dans la forme.
Au sein de cette écriture particulièrement enrobée de belles formes, je crois qu'il y a par moments comme un lâché prise sur le plan stylistique qui demanderait à être peaufiné.
Par exemple :
"L'empereur des hommes entretenait d'étroites relations avec le roi des dragons(...)" Cela apparaît à mes yeux comme une construction beaucoup plus basique que tout ce qui pré- succède...
Je dois dire, mais cela ne tient qu'à moi, que ce même aspect tribal qui m'avait semblé incongru lors du premier volet m'est ici apparu fort à propos.
On aimerait pourtant que les événements soient davantage amenés. Si l'ensemble d'une histoire aux très nombreux tenants et aboutissants est intégralement résumée, on se met à attendre que le récit soit ensuite délivré dans le détail.
Malgré cela, tel que je l'attendais dans le commentaire de l'épisode 1 avec réserves et espoirs quant à mon 'jugement' final (après tout, si je suis désagréable vous me faites modérer et n'en parlons plus !!! :) l'ensemble commence à se matérialiser à la faveur de mon intérêt.
Bonne continuation !

   Robot   
10/7/2024
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
Le conte se poursuit en maintenant l'aspect mythologique de la première partie. Trés foisonnant et toujours bien écrit il nous donne en fait une seconde version de la porte pour nous préparer peut être à une révélation inattendue dans le prochain épisode.
J'ai retrouvé dans cette seconde partie une force légendaire qui m'a fait penser au cycle de "La Belgariade".
Je préfère nettement cette partie à celle qui lui a précédé.


Oniris Copyright © 2007-2023