Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
Den : ON
 Publié le 07/03/07  -  9 commentaires  -  3814 caractères  -  53 lectures    Autres textes du même auteur

Frustration quand tu nous tiens !


ON


ON.

A pu...

A pu faim !

A pu soif !

A pu mal !

A pu 'ien !


De ses doigts malhabiles, il essaie de déboutonner son corsage. Il a encore un choc en voyant ses petits doigts trop courts qui s'escriment en vain. Ah, c'est vrai ! Depuis qu'ON l'a transformé en môme, il n'est plus capable de rien. Il l'a bien vu tout à l'heure, quand il a décidé cette superbe gonzesse, à le suivre dans ce couloir et à s'allonger avec lui, par terre... C'est là, à cet instant précis, qu'ON l'a transformé ! Il s'est retrouvé tout petiot et un couteau à la main. Et il n'a plus pu contrôler ses gestes : un gamin c'est maladroit... Couic ! Sans le vouloir, il lui a tranché le cou, à la nana. Comme ça ! Un mauvais geste ! Brusque ! De gamin !...


A pu...

A pu faim !

A pu soif !

A pu mal !

A pu peur !

A pu 'ien !


Il fredonne. Bêtement. Comme un gamin. Et il appuie sur les seins habillés; et il tire de toutes ses menues forces sur le tissu... Il fatigue. Trop dur. Il a une idée. Il retire le couteau de la gorge rouge de la fille, il l'essuie et tchac ! Il tranche le tissu et le fin soutien-gorge. Brusquement libérés, les seins jaillissent, superbes. Il y pose sa petite bouche et lèche.

Quand il a coupé le slip, les poils pubiens ont relevé le nez. Avec difficulté et ses bras trop courts, il écarte les cuisses et plonge son regard d'enfant pervers dans la fente affolante.

Tant pis il va la consommer sur place !

Mais il ne bande pas. Son minuscule zizi, verge naine, à peine bistouquette, reste rétracté.


A pu...

A pu faim !

A pu soif !

A pu mal !

A pu peur !

A pu 'ien !

Et lui : a pu é'ection !


Le couteau plonge la tête la première dans la chair féminine et se couvre de sang.

Plus tard il mord le linge de la donzelle.

Il veut la caresser mais la blesse. Ah, c'est vrai ! Depuis qu'ON la métamorphosé en arme blanche, il ne peut caresser sans meurtrir !

Il se laisse attraper par la main du petit enfant qui lorgne sa quéquette et qui, rageur, le précipite, maintenant, dans le sein de la fille. Il s'y fige en soupirant. À défaut d'autre chose...


A pu...

A pu faim !

A pu soif !

A pu mal !

A pu peur !

A pu 'ien !

Et lui : a pu ca'esse !


Elle veut se relever mais reste inerte. Ah, c'est vrai ! Elle est morte ! Ça devait arriver un de ces jours ! se dit la vieille. Depuis qu'ON l'avait transformée en superbe jeune femme, elle affolait tous les hommes. Le dernier l'a trucidé. Et maintenant il pleurniche en chantant ! Elle, elle ne peut même plus !


A pu...

A pu faim !

A pu soif !

A pu mal !

A pu peur !

A pu 'ien !

A pu la vie !


Et ON sourit sur sa page. Depuis qu'il a gommé son héros, trop beau et trop viril, et l’a redessiné en enfant, il se sent euphorique. Auparavant il avait transformé sa vieille héroïne en créature de rêve draguée par tous les mâles. Il a eu beaucoup de plaisir à tracer ses courbes harmonieuses et sensuelles... Et puis il a pensé à sa femme. Ce n'est pas une créature de rêve, elle ! Et jamais il n'aurait entre ses bras une telle pin-up ! Une bouffée de jalousie l'a envahi : son héros s'est retrouvé gamin ! Au moment où ce cochon allait entamer une nouvelle fille ! Dans la foulée, il a aussi changé le jeune acolyte qui accompagne toujours le héros. Il l'a totalement effacé et remplacé par un couteau, qu'il a dessiné dans les mains de l'enfant !

Sa femme serait couchée quand il rentrerait, ou alors ne voudrait pas. Elle n'est pas fana de jambes en l'air. Encore tintin, ce soir ! Il a fait égorger son héroïne...

ON éteint, ferme la porte de son bureau et rentre chez lui.


Il n'entend pas la voix fredonner. Elle s'élève de ses planches griffonnées qui s'étalent sur sa table de dessin. Il n'entend pas :


A pu...

A pu faim !

A pu soif !

A pu mal !

A pu peur !

A pu 'ien ! V'aiment 'ien de 'ien !...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Nico   
13/3/2007
 a aimé ce texte 
Un peu
Ouf, à la moitié du texte, je me suis demandé si ce type de récit était vraiment propice à la publication. Heureusement que la fin sauve un peu le tout.

Mais faudrait pas trop exagérer dans ce style-là.

   Marsupilmi   
12/3/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Oui, cela n'est pas sans qualités, je ne peux pas dire que j'ai pris un plaisir extrème à cette lecture, mais c'est inventif. A vingt ans j'en aurais raffolé.

   Karl   
28/3/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est noir et prenant. Finalement, c'est le "goût du difforme" qui nous tient en haleine plus que le fond, dans la première partie du texte. Puis la seconde vient juxtaposer une explication plausible et bien trouvée, celle des affres de la création artistique, avec tout le lot de vécu qu l'on y déverse...

   Bidis   
23/9/2007
Le moins que je puisse dire, c'est que dans "Humour/Détente", je ne m'attendais pas à cela...
Je ne mets pas de note pour ne pas inciter d'autres malheureux lecteurs à prendre le même plaisir sadique que moi...

   Anonyme   
10/11/2007
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Pas très orthodoxe mais la fin rattrape le tout. Ça ce lit, c'est assez sanguinolant. On aime ou pas question de goût

   nico84   
10/11/2007
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
C'est étrange, trop étrange au début, ce n'est plus original mais dérengeant et heureusement la fin équilibre un peu mais je trouve ce texte un minimum malsain ... comme en temoigne mon leger malaise du debut de lecture.

   Anonyme   
1/3/2009
Bizarre autant qu'étrange. Malaise du début à la fin. Une paille ou une poutre... de perversité.
Bizarre. Mais l'idée, débarrassée de tout le reste, l'idée de cet homme qui redessine sa vie, si elle ne sombrait pas dans le pathologique reste un bon fil. Mais là il s'est cassé.

   Anonyme   
1/3/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Mwouais... non vraiment je n'ai pas accroché.
La forme est bien. Mais le fond, non vraiment j'adhère pas.
c'est vulgaire, maladroit, à l'image du gamin... non vraiment j'ai pas aimé du tout désolée, même si je dois admettre que le traitement tant que le sujet sont particulièrement originaux.
Mais le malaise que je ressens au plaisir de la narration sadique, non vraiment c'est pas possible.
Désolée

   Anonyme   
10/5/2010
 a aimé ce texte 
Pas
C'était...bizarre. J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire, et à comprendre l'idée de forme ou de fond....

L'expression ne me semblait pas fluide du tout, et puis j'ai lutté pour ne pas sauté de page. En faite, cette nouvelle est assez dérangeante du début à la fin.


Oniris Copyright © 2007-2019