Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Policier/Noir/Thriller
dowvid : Le téléphone
 Publié le 18/09/13  -  4 commentaires  -  10117 caractères  -  207 lectures    Autres textes du même auteur

Qu'est-ce qui se passe quand on a toujours une chanson ou deux dans la tête ? Que les mots nous reviennent en boucle ? Et si on partait d'une chanson, en reprenant certains passages et qu'on élaborait une histoire ? Voilà, juste pour mon plaisir…


Le téléphone


"Le téléphone, c'est le téléphone. Allez, réponds !"


Dans sa petite tête, la sonnerie insiste malgré le brouillard qui y règne.


Il ouvre les yeux et reste là, un peu hagard. C'est le téléphone qui sonne, qu'il se dit. Le téléphone.


Il allonge le bras mais une douleur sourde dans l'épaule droite le fait grimacer. Son front se couvre de sueurs. La mémoire lui revient vite, comme un solo de Charlie Parker.


Hier, le hold-up, l'alarme qui sonne, les flics qui déboulent, qui encerclent la banque. Les copains qui ne veulent pas se rendre. Ils forcent une sortie en tirant, on verra bien. Il file avec eux bien sûr. À la vie, à la mort. Les copains se font descendre mais lui il s'en tire. Coup de chance, il court vite et André lui a servi de rempart. Contre son gré bien sûr, ils auraient tous voulu s'en sortir. Quatre copains, et il ne reste plus que lui. Les autres sont restés là-bas, exsangues, des trous d'enfer laissant échapper leur liqueur de vie sur le trottoir. Un carnage. Mais lui, il a couru, rampé, il s'est camouflé et a réussi à s'échapper. Il perdait du sang, mais il a connu pire. Une simple éraflure. La balle a dévié de sa course en fracassant l'os d'André et a rebondi sur le cuir de son perfecto. Une éraflure et surtout un bel hématome.


Il vérifie sous le lit. Le sac est toujours là, plein de pognon. Une fortune qu'il n'aura pas à partager avec ses acolytes. Somme toute, ça peut aller. Il s'est planqué chez Suzie, un immeuble à appartements des plus anonymes, érigé au milieu de plusieurs autres.


Suzie, sa muse, qu'il attendrait là-bas sur une plage blonde, au soleil, dans un palace près de la mer, bleue comme ses yeux.


Suzie, sa Suzie.


La radio se met à déverser un air de piano à tout casser. Il connaît ce truc, c'est le Blue Rondo à la Turk. Dave Brubeck joue comme un fou. Aussi vite qu'hier quand il mettait les bouts, les flics le canardant d'une mitraille de caisse claire.


Soudain la sonnerie du téléphone retentit à nouveau.


Il prend le portable qui résonne sur la table de chevet.


– Allô, qu'il fait, la voix encore friable.

– Allô, c'est Suzie, qu'elle lui dit. Ça fait deux fois que j'appelle. Il faut que tu te dépêches, que tu files. Il y a des flics partout dans la rue. Passe pas par la porte, prends plutôt le souterrain, j'ai laissé la clé sur le comptoir. Fais vite, ils vont sûrement fouiller partout.


Robert reste sans voix. Il est foutu. Les flics, déjà. Quelqu'un l'aura vu rentrer. Bon Dieu d'bon Dieu ! Il aurait dû y penser à deux fois avant d'abandonner son groupe de jazz pour se faire braqueur de banque. Mais jouer du saxo dans des clubs à la petite semaine, ça payait à peine le loyer. Ça n'allait sûrement pas lui offrir un accès aux palaces dont il rêvait depuis qu'il avait connu Suzie. Et il ne savait rien faire d'autre, à part filouter à gauche ou à droite. Et le plan d'André lui avait semblé parfait. L'attaque de la banque était supposée être un pique-nique. Le système d'alarme avait été trafiqué par Denis, un autre type de la bande, qui bossait pour la compagnie responsable de la sécurité. Et qui avait aussi trafiqué les caméras. De l'extérieur, personne ne pouvait voir ce qu'il se passait dans l'établissement.


Robert ne savait pas vraiment ce qui était arrivé. Sans doute que quelqu'un avait eu le temps d'appeler les urgences. Pourtant, ils avaient confisqué tous les téléphones portables dès le début de l'opération. Et personne n'avait pu entrer ou sortir pendant le casse. Peu importait maintenant, le mal était fait de toute façon. Il fallait qu'il s'en sorte.


– Bon Dieu de bon Dieu, encore les flics. Vite, le fric ! Il faut que je file !


Il passe la main sur son crâne rasé de près. Il a dormi tout habillé. Il attrape le sac contenant le butin et fonce dans le corridor. Vite, l'escalier de service. Le stationnement souterrain. Il se faufile entre les automobiles et atteint une porte dérobée donnant sur un corridor qui relie les édifices entre eux. Seuls les hommes d'entretien en ont la clé, mais Suzie en possède un double qu'elle a extorqué à un plombier subjugué par ses charmes.


– Bon Dieu, ce pognon, je ne l'aurai pas volé, se dit-il en soufflant comme un bourricot.


Ses pas résonnent sur le ciment, sorte de chabada hypnotique qui tend à le mettre en transe. Un peu plus et il se met au scat. Mais il doit garder son souffle, s'enfuir le plus vite possible, le plus loin. Il franchit une autre porte, encore une, et une autre encore. Il se retrouve dans un nouveau stationnement. Il ne sait pas vraiment où il est rendu. Mais il a tant couru, il doit avoir semé le gros des policiers. Il respire un peu, reprend son souffle. Il faut avoir l'air normal, on ne sait jamais. Il sort prudemment à l'extérieur, mine de rien. Avant de partir il a troqué son perfecto zonard pour le veston d'un ancien amoureux de Suzie. Il n'y a que son sac qui détonne un peu, un sac de gym. Un sac noir, pesant, bourré de liasses de billets. Il prend un air détaché et se rend jusqu'au trottoir. Ça semble assez tranquille dans le coin. Il avance d'un pas normal, tournant le dos à sa planque. Et il les voit : quatre flics au coin de la rue. Pas de panique, il reconnaît un petit bar où il a déjà joué, le "Living". Il y entre.


La boîte est pleine comme un œuf. Deux ou trois jazzmen y font un bœuf. Il connaît le pianiste, il a déjà joué avec lui. Et les deux autres, le contrebassiste et le batteur, il les connaît aussi. Dans sa petite ville, tous les musiquos de jazz finissent par se rassembler et jouer ensemble. Ils forment un petit cercle assez grégaire.


Robert leur fait un bref salut de la tête. Ils lui répondent d'un grand sourire. Il remarque une table libre dans un coin. Il s'y rend et s'y assoit. Il commande un verre de fort, il en a bien besoin. Son cœur bat au rythme accéléré d'une pompe manouche de Lagrène. Il brûle de fièvre, il voit les murs, les bouteilles qui tournent. Des images ne cessent de tourbillonner dans son cerveau en alerte.


Au piano, Samuel improvise sur un jazz blues envoûtant, ce qui est loin de calmer le rythme de son cœur. La contrebasse s'affole dans un walking endiablé. Le batteur frôle ses peaux, caresse la charleston, soutient le rythme avec la cymbale ride.


Et puis quelqu'un le saisit par le bras. Il sursaute, se retourne, aux abois. C'est Suzie. Elle est là, toute pâle. Elle lui sourit. Dans sa tête, le soleil brille à nouveau. Ils s'embrassent.


– Comment tu vas ? lui demande-t-elle.

– Mieux depuis que tu es là, lui répond Robert.


Et il lui prend les mains dans les siennes.


– Viens, lui dit-elle. J'ai la voiture tout près d'ici. Filons !

– Tu as une idée où aller ? Ils doivent avoir donné mon identité à toutes les patrouilles. Ils vont nous coincer. Si on attendait un peu ? On reste ici, peinards, et on en sort quand il fait nuit noire. Qu'est-ce que tu en dis ?

– Je ne sais pas. Je ne suis pas certaine que ce soit la meilleure solution. Je t'ai plutôt amené de quoi te déguiser. Prends mon sac et va aux toilettes. Il y a tout ce qu'il faut. Allez, dépêche-toi. On n'a pas de temps à perdre. Quand je te verrai remonter, j'irai vers la sortie avec le pognon. Viens me rejoindre, je t'attendrai devant la porte.

– D'accord Suzie. Tu es extraordinaire. Tu as pensé à tout. Comment tu m'as retrouvé ? Tu savais que je serais ici ?

– Non, je suis entrée par hasard, pour voir. Allez, dépêche-toi !


Robert se dirige vers les escaliers menant aux salles d'aisance à l'étage inférieur.


Une fois qu'il a disparu dans l'escalier, Suzie empoigne le sac d'argent. Elle hésite, regarde autour d'elle, et se dirige vers la sortie.


Robert n'est pas habitué aux postiches ni aux verres correcteurs. Il lui faut au moins une quinzaine de minutes pour réussir sa transformation. Mais c'est plutôt réussi. Il a maintenant des cheveux bruns qui s'arrêtent aux épaules, des yeux de la même couleur plutôt que ses yeux ordinairement bleus. Il porte une moustache fournie. Il peine à se reconnaître dans le miroir.


Il remonte les escaliers, impatient de voir la réaction de Suzie. Il avance vers la table. Elle n'est pas là, Suzie n'est pas à la table. Il scrute les environs. Il ne la voit nulle part. Son cœur bat la chamade, puis il a l'impression qu'il va se fendre en deux. Un froid glacial l'envahit, le fait frissonner. Il ne peut pas le croire. Suzie l'a laissé là, elle est partie sans lui. Il arrive à sa table comme un zombie. Le sac n'y est plus.


– Oh Suzie ! Qu'est-ce que tu m'as fait ? Suzie, pourquoi ?


Il vient près de crier son nom, mais il se reprend. "Je t'attendrai devant la porte", qu'elle lui avait dit. Il se dirige vers la sortie.


Un policier se plante devant lui, l'air inquiétant. Il l'observe en silence, le dévisage et le laisse passer.


Robert a blêmi, il le sait, il l'a ressenti. Mais il fait sombre dans ce bar. Le flic n'a rien vu. Il respire. Il pousse la porte et se retrouve sur le trottoir. Pas de trace de Suzie.


– Suzie, ma Suzie, c'est pas vrai. Suzie, Suzie, qu'est-ce que ça veut dire ?


Il est au désespoir. Son argent s'est envolé, sa muse l'a trahi. Il n'en peut plus. Il arrache sa moustache.


Deux policiers sont là, au coin de la rue. Sûr qu'ils ont remarqué le geste du drôle de bonhomme.


Mais ils regardent une belle grande blonde au volant de sa voiture, qui attend. Elle klaxonne.


***


Ici, le ciel est azur, le soleil jaune, la plage blonde, la mer turquoise.


Les yeux bleus de Robert contemplent le palace blanc qui trône derrière une petite butte. Puis il la dévore des yeux. Suzie, sa Suzie qui est là, encore plus blonde, encore plus belle, encore plus riche. La vague qui vient s'écraser sur la plage a un son de cymbale crash. Le lent mouvement régulier de la mer lui inspire une vieille ballade de Guy Wood : "My one and only love".


Au loin, une radio égraine les mots de Nougaro : "Quand j'ai rouvert les yeux, tout était sombre dans la chambre. J'entendais quelque part comme une sonnerie. J'ai voulu bouger. Aïe la douleur dans l'épaule droite tout à coup me coupa le souffle…"


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
22/8/2013
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Oui, j'avais reconnu la chanson de Nougaro... Une idée sympa de la transcrire en nouvelle, mais pourquoi diable avez-vous transformé la fin ? Dans la chanson, le gars claque, plombé par les flics, et meurt en pensant à la mer bleue et au soleil. Ça a quand même une autre gueule, je trouve !

Sinon, je ne la trouve pas assez rythmée, la nouvelle, par rapport à la chanson. Le dialogue entre le narrateur et Suzie notamment, dans le bar, pour moi ça plombe l'ensemble, ces deux répliques surtout :
"-Tu as une idée où aller ? (...) Viens me rejoindre, je t'attendrai devant la porte."
Beaucoup trop long, à mon avis. Et c'est quoi, cette histoire de flic dans la boîte, le narrateur qui pâlit, il sort, pas de voiture, il arrache sa moustache, etc. ? Non, à mon avis ce n'est pas assez nerveux.

Dommage, je pense l'idée sympa, mais à mon avis vous avez trop étoffé le texte pour retrouver le côté haletant de la chanson.

   Pepito   
18/9/2013
Bonjour Dowvid,

Forme : pour tout dire un peu déçu, les interventions sur le Forum CC laissaient présager beaucoup mieux.

- "la sonnerie insiste malgré le brouillard qui y règne" quel rapport ?
- "en fracassant l'os d'André" un truc avec un seul os c'est un œuf, non ?
- "qu'il attendrait là-bas sur une plage" le temps me semble mal choisi
- "Dave Brubeck joue comme un fou. Aussi vite qu'hier quand il mettait les bouts" c'est Dave qui courait ?
- "c'est Suzie, qu'elle lui dit" langage parlé alors que c'est le narrateur qui s'exprime.
- "...sécurité.. Et qui avait aussi trafiqué les caméras." Aaah, le Et en début de phrase...
- "eu le temps d'appeler les urgences" en confondant avec la police ;=)
- ...

De belles images aussi :
- mitraille de caisse claire
- des trous d'enfer laissant échapper leur liqueur de vie sur le trottoir. (pas assez mis en valeur, dommage)
- la voix encore friable
- Ses pas résonnent sur le ciment, sorte de chabada hypnotique qui tend à le mettre en transe. (pas mis en valeur)
- ...

Fond : je ne connais pas la chanson, mais si le début est un poil laborieux la fin s’accélère et est très agréable. La fausse trahison bien vue, bien ressentie.
Le final à la guimauve est inévitable et pour la morale, voler une banque de nos jours peut s'assimiler à une bonne action. ;=)

Merci pour cette lecture.

Pepito

   in-flight   
31/12/2013
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

J’ai apprécié les références au jazz même si elles ne sont pas toujours efficaces : « la mémoire lui revient vite, comme un solo de Charlie parker ».
La forme de l'écriture semble rythmée comme un morceau de jazz avec des alternances, des phases (ou phrases) courtes et longues. Il y a des rebondissements (coups de cymbales, syncopes rythmiques).

Mais je n’ai pas été emballé dans l’ensemble, l’histoire m’a paru un peu convenue. J’imaginais que Robert, voulant échapper aux flics, allait intégrer sa bande de potes zicos dans le bar et se faire passer pour un membre du groupe au nez et à la barbe des agents qui le cherchent :-)

Mis à part, je viens de découvrir l’ « à bout de souffle » de Nougaro : désolé mais c’est pour moi une grossière erreur de s’ être attaqué à "Blue rondo a la Turk"avec des paroles.

Bonne continuation pour 2014.

   Coline-Dé   
2/3/2014
Ma première réaction : déjà vu. En plus elle s'appelle Suzie !
Pourquoi elles s'appellent toujours Suzie ???
La boîte de jazz aussi, déjà vue... bref, jusqu'à ce que je comprenne que ça reprenait la chanson de Nougaro, impression négative.
Et franchement, je trouve que c'était plus que risqué de s'attaquer à ce petit chef d'oeuvre ! Le résultat serait forcément moins bon, ne serait-ce que parce que l'intensité haletante de la musique fait ici défaut et que rallonger la sauce ôte fatalement du goût.
L'écriture n'est pas déplaisante, à deux détails près : "la liqueur de vie" pour moi, ça ne passe pas, c'est daté et un peu ridicule.
Et les formules " qu'elle lui dit" précédemment relevées.

Donc pas convaincue... Sur un autre texte peut-être.


Oniris Copyright © 2007-2018